Partagez | 
 

 Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 799
Reputation : 315
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : Washington DC
Anthopologue

Qui est tu?
Relations: Kate, Richard, Angela, Camille, Jack, Seeley
Metier/Etudes: Anthropologue
Age du perso: 36 ans

MessageSujet: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Jeu 5 Jan - 13:34

Avertissement: Ces personnages ne m'appartiennent pas, cette histoire non plus. Je ne suis que la traductrice. Cette histoire appartient a FanficwriterGHC je vous conseil d'aller lire l'original
[url]http:/www.fanfiction.net/s/7176396/1/Of_bFinding_b_bInnocence_b[/url] ).

Résumé: Lorsque Kate Beckett souhaite faire dédicacer son livre par Richard Castle, elle est loin d'imaginer qu'elle va rencontrer sa fille, et faire du baby-sitting toute l'après midi! Que va t il se passer ensuite? AU.

Note de l'auteur: c'est une fiction qui n'a rien a voir avec la réalité. C'est sans doute une idée étrange mais j'espère que vous l'aimerez.

Note de la traductrice : J'espère que la traduction n'entache pas trop l'histoire de base. Faite le moi savoir sinon Smile [je le poste déja sur Fanfiction.net mais ici je met en avant premiere les chapitres que j'ai fini Smile sinon direction : http://www.fanfiction.net/s/7599914/1/Of_Finding_Innocence ou je poste a intervalles réguliers tout les vendredis Smile] Un GRAND MERCI aussi a vivien (John Miller) qui fait office de correcteur sans lui ça serait horrible... le premier chapitre en est la preuve malheureusement Neutral )

Of finding inocence

« Tu vas me laisser ici? Kate, je n'ai même pas lu ses livres! » geint Madison.

« Maddy, c'est toi qui m'as traîné ici pour avoir son autographe. J'ai besoin d'aller faire pipi. Je reviens. »

Madison la foudroya du regard, mais hocha la tête et Kate se faufila à travers la longue file d'attente de Richard Castle, qui faisait tranquillement sa pause. Elles attendaient depuis environ 45 minutes et Maddy devenait vraiment insupportable. Kate n'avait pas vraiment besoin d'aller aux toilettes mais c'était juste pour éviter Madison qui ne cessait de raconter son histoire avec son dernier petit ami. Elle aimait Maddy, vraiment, mais parfois, mon dieu, sa vie était trop ... non, c'était son amie. Elle ne devrait pas reprocher à Madison sa vie normale.

Kate serpentait à travers les allées et se dirigea vers le fond de la boutique puis rentra dans les toilettes. Elle souriait en les trouvant vide. Elle n'avait pas besoin d'une longue pause, juste d'une simple pause. Elle utilisa donc les toilettes et se lava les mains en regardant son reflet. Les cernes sous ses yeux avaient finalement un peu disparues. Elle avait pris un peu de poids et sa peau était moins pâle. Son thérapeute lui avait dit qu'elle se portait bien.

Elle soupira et attrapa hâtivement la serviette en se détournant du miroir. Elle n'avait pas envie de penser au fait qu'elle se sentait plus jolie et plus feminine aujourd'hui qu'habituellement. Elle l'avait déjà assez entendu de la part de son entourage.

Elle poussa la porte et commença à revenir vers la file d'attente lorsqu'une jeune fille avec une natte rousse la bouscula.

« Alexis! » elle entendit rire une voix d'homme. « Tu devrais regarder où tu vas, kiddo. »

« Désolé » marmonna la petite fille à l'attention de Kate.

« Il n'y a pas de problème. Tu ne t'es pas fait mal petite? » demanda Kate en regardant la rouquine, qui avait l'air toute penaude.

« Je vais bien, merci » répondit-elle fièrement en contournant l'allée pour se diriger vers son pere.

« Désolé » il sourit tout en s'accroupissant pour porter sa petite fille sur la hanche. «Elle est complètement excité aujourd'hui."

« Oh, ce n'est pas ... » dit vivement Kate en se retournant pour se retrouver face à Richard Castle. «... Un problème. », termina t elle tranquillement.

« Nous venons juste de rentrer de Californie et quelqu'un... » il chatouilla sa fille et elle ria en cachant sa tête dans son épaule, « ...à du mal avec le décalage horaire."

« Mais tu m'as donné un gâteau » intervint la jeune rousse.

« Parce que » il souriait vivement. « Tu as été une fille très sage pendant que papa signait des autographes. Tu méritais une récompense »

« Mais maintenant je suis excitée » marmonna t-elle dans un bâillement.

« Plus pour longtemps, on dirait » souriait Kate. Devait elle dire quelque chose? Était ce vraiment Richard Castle qui était là, debout, tenant sa fille dans ses bras en discutant tranquillement?

« Oui, il semblerait bien. » Richard Castle regarda la file d'attente. «Et j'en ai encore au moins pour trois heures. »

Kate regarda derrière elle et ria sous cape en voyant Madison discuter avec un mec plutôt mignon. Puis son regard se porta sur les quelques personnes derrière son amie. « Depuis combien de temps êtes vous la?" demanda t elle en se retournant vers lui.

«Deux heures», répondit-il. «Et ça semble durer une éternité ..."

« J'espérais avoir un autographe, aussi » coupa t elle en souriant, lorsqu'il lui sourira un peu penaud.

Il rit. « Eh bien, vous avez de la chance, je peux vous le faire maintenant, vous pouvez aller chercher votre amie. »

« Mon amie? »

« Vous êtes à une trentaine de personnes de la, non? Avec la blonde? »

« Euh ouais, » répondit Kate perplexe. C'était flatteur... Vraiment flatteur, ou peut etre pas.

Il lui sourit et se tourna vers sa fille, qui s'était endormie sur son épaule. «Lex, je peux te poser une minute?"

Elle secoua négativement la tête au creux de son épaule. Il frotta doucement son dos. « Elle est épuisée. »

« Revenir de Californie rendrait n'importe qui épuisé », répondit Kate. Elle n'en revenait pas, était-elle vraiment en train de papoter tranquillement avec Richard Castle a propos de sa fille?

«Avez-vous un livre, ou sinon vous pouvez en prendre un sur la table... » dit il.

Kate fouilla dans son sac et sortit un exemplaire de l'un des livres de Storm . « J'en ai apporté un. » Bien sûr, qu'elle en avait un. Elle prétendait que Madison l'avait traîné ici et l'avait forcée à venir au dédicace, mais elle en avait été si secrètement excité!

Il sourit. « Pouvez-vous le tenir? Je ne voudrais pas la poser. »

« Bien sûr. Merci beaucoup », dit-elle en ouvrant le livre à la première page.

«Il n'y a pas de problème,» répondit-il, prêt a écrire sur la page. « J'ai complètement oublié de vous demander... Quel est votre nom? »

« Kate Beckett » répondit-elle naturellement. Elle le regardait tandis qu'il inscrivait son nom. Où était la star qu'elle pensait voir? Se pouvait il que cette petite fille l'avait transformé en cet homme? Plus important encore, où était le Playboy qu'elle s'était attendue à rencontrer?

« C'est un joli nom, » murmura-t-il en écrivant. «Qui s'accorde bien."

« Merci? » s'interrogea t elle, lorsqu'il leva son stylo et qu'elle récupéra le livre contre elle.

« Oh, c'est un compliment», il lui souriait.

« Papa, je suis fatiguée », marmonna sa fille.

« Je sais, ma chérie. Nous allons rentrer dans pas longtemps. »

« Pourquoi maman ne pouvait pas venir avec nous? »

Kate regarda Castle froncer des sourcils et frotter doucement le dos de sa fille. « Maman a dû rester en Californie pour faire son film. »

«Avec ce gars? »

Il fronça encore plus des sourcils. «Oui. Alexis, combien de temps a-tu passé de temps avec 'ce gars',chérie? »

« Maman m'a laissée seul avec lui pendant un moment. Il est ennuyeux. »

Castle se renfrogna puis jeta un coup d'oeil vers Kate, comme elle était toujours la, il marmonna « Désolé, ».

«Pas de problème. » Elle les imagina ensemble, et elle fut frappée par le fait que quelqu'un ne puisse pas avoir envie d'être avec lui, préférant un autre homme. Certes, elle ne le connaissait pas, mais mon dieu, c'était Richard Castle! Et comme il ne ressemblait pas au mec type playboy qu'on imaginait, comment pouvait on le remplacer? Comment pouvait on laisser sa petite fille?

Il jeta un coup d'œil sur la file d'attente et Kate vit son manager s'agiter en lui montrant sa montre. « On dirait que je doit y retourner. »

« Merci d'avoir signé mon livre. »

« Merci de ne pas avoir crier sur ma fille, » répondit-il.

« Qui pourrait crier après quelqu'un que si mignon? » Kate souriait. Elle n'aurait pas été capable de crier sur elle, même après avoir compris qu'Alexis était sa fille. Elle savait qu'elle n'aurait pu hurler sur ce petit visage souriant de toute façon.

« Elle est dure à détester, je le reconnait » il ria. « Mais je ... Nous devrions arrêter de prévoir des choses juste après un voyage,» murmurait-il, en remontant Alexis sur sa hanche.

« Papa? »

« Oui, chérie? »

«J'ai besoin d'aller aux toilettes."

Il soupira. « Alexis, pourquoi te ne me l'as pas dit avant ? »

«Paceque je n'en avait pas envie", répondit-elle

« Euh, je vais appeler Paula pour qu'elle t'accompagne pendant que je termine mes autographes, ok? »

Alexis secoua la tête frénétiquement. « Non. »

Ses yeux s'écarquillent et Kate se sentit soudainement de trop. « Pourquoi? » demanda Castle.

« Elle parle tout le temps de maman » chuchota Alexis.

« Oh...», il soupira et caressa son dos. « Lexis, je ne sais pas à qui d'autre ... »

« Je vais la prendre. » Est ce qu'elle venait de dire ça? Oh, merde... Devait elle, ne devait elle pas?

Il la regarda. « Vraiment? »

« Je suis flic », balbutia Kate, en lui montrant son badge qu'elle avait toujours à l'intérieur de sa veste. « On m'a dit que j'allais devenir détective bientôt. Alors, vous savez, je suis la confiance même... Wow... » elle ria nerveusement. « C'est pas vraiment ce que je voulais dire. » Elle n'avait pas véritablement pensé a ses paroles. Sa bouche avait décidé de parler sans que son cerveau n'ai eut le temps d'analyser ses dires... Mais il souriait, il semblerait qu'elle ne soit pas si bête qu'elle ne le pensait après tout.

Il rit de bon cœur. « Bon, eh bien, officier... C'est très gentil a vous. »

« Il n'y a pas de problème. »

« Alexis... Je peux t'envoyer aux toilettes accompagnée de Kate? »

Alexis les regardaient tour a tour puis hocha la tête. « Ok. »

Castle la posa au sol et Kate lui tendit la main afin que la petite la lui prenne. Était elle réellement en train de tenir cette petite main dans sa paume? C'était sans doute la chose la plus magnifique qu'il pouvait y avoir. « Je vous l'amènerais à la table lorsque nous aurons terminé? »

Il hocha la tête et leva une main vers son manager, qui était on ne peut plus impatient. « Merci beaucoup. »

Kate souriait, sentant la petite main d'Alexis dans la sienne. « Y'a pas de soucis, vraiment."

« Eh Bien,merci. » Il s'agenouilla pour faire face a Alexis. « Je serai juste à la table là, OK? »

« 'Kay » répondit-elle, balançant la main de Kate.

Il s'était levé et avait donné un sourire reconnaissant à Kate. « Bon, eh bien, à toute à l'heure. »

« A toute a l'heure. Allons y , Alexis... » elle souriait, se retournant pour regarder la petite fille. «J'y étais justement tout a l'heure. On y va?"

« Ouais » elle souriait vers elle. « A bientôt, papa. »

Ils se séparèrent et Kate amena Alexis vers les toilettes. La petite fille sautillait d'un pas léger et regardaient les rangées de livres qui arrivaient bien au dessus de la tête de Kate .

. « Regardes, il n'y a personne. C'est le bon moment » dit-elle lorsqu'elles furent rentrées dans la pièce.

« Surtout si il y avait eut Papa » dit Alexis tranquillement en lâchant la main de Kate et en rentrant dans l'un des compartiments.

Kate s'appuya contre le mur. «Ton pere est juste très occupés, Sweetie. Il fait son travail » Elle ne pouvait pas expliquer le besoin de réconforter cette petite fille, comme si c'était instinctif, et qu'elle avait besoin d'entendre et de parler à Alexis au sujet de sa mère, et de la femme qui apparemment, parlait souvent de sa mère.

Elle entendit Alexis répondre évasivement, puis s'occupa a ranger son livre. Une minute plus tard, Alexis réapparu et Kate la conduisit vers l'évier. « tu peux l'atteindre? »

Alexis rougit. « Papa me soulève souvent pour le faire. »

Kate sourit et se pencha, hissant la petite fille en équilibre sur sa jambe. « Tu vois? Ça ne me pose pas de problèmes. » Cela semblait si facile. Elle se demandait quand remontait la dernière fois qu'elle avait joué avec un enfant.

Alexis rigola et se lava les mains. « Moi aussi je veux être grande un jour. »

«Tu le seras. Je n'étais pas grande, à ton âge non plus, » lui dit Kate tout en posant la petite au sol.

«Mais maintenant tu es si grande! » Répondit Alexis, ses yeux grands comme des soucoupes.

Kate se mit a rire et a regarda le sol. « Je porte des talons, tu vois? » Elle souleva un pied pour qu'Alexis puisse voir ses quelques centimètres de talon. « Et je suis beaucoup plus vieille que toi. »

« Quel age a tu? » Demanda Alexis.

« Je viens juste d'avoir vingt-trois ans, » répondit Kate. « Et toi ? »

« Sept ans, » chuchota Alexis. « Je les ai eut il y a quatre jours. »

Kate sourit. « C'est pour ça que tu as été en Californie voir ta maman? » Devenait elle trop indiscrète?

Alexis hocha la tête. « Maman et papa m'ont emmené au zoo. »

« Ca devait etre amusant, » dit Kate en souriant. Puis, elle la prit par la main et la conduisit dans l'allée de livres pour enfants. « Tu t'es bien amusé la bas? » Elle tenta de passer a autre chose, elle voulait la voir sourire, voyant que le sujet de sa mère semblait la rendre triste.

Alexis hocha la tête et regarda ensuite Kate avec en fronçant ses petits sourcils. « Ils se sont beaucoup disputés. »

Kate lui serra la main. Apparemment, ce n'était pas une bonne question non plus. «Parfois, les parents le font », elle était surprise de sa propre réponse. Elle était honnête, mais se demandait ce qui la poussait a parler comme ça avec cette petite fille qu'elle connaissait à peine.

« Je sais » murmura Alexis. « Ils le font toujours. »

Kate regarda la fillette et son cœur serra. C'était sans doute la plus jolie petite fille qu'elle avait rencontré, et elle avait l'air si triste. Kate n'était pas habitués aux enfants, mais elle savait qu'aucun d'entre eux du haut de leurs jeunes age n'étaient aussi abattus.

« Je suis sûr que tout ira bien, Alexis, » lui dit Kate tandis qu'elles s'avançaient vers la table de Castle et de la longue file d'attente ou de nombreuses femmes étaient plus que bruyante et enthousiastes. Elles jetèrent a la grande brune de curieux regards en la voyant avec la fillette ce qui mettait Kate très mal à l'aise.

« C'est ce que papa me dit aussi, » lui dit Alexis en s'installant. « Je peux le faire toute seule. »

« Okay. » Kate haussa les épaules, laissant Alexis se diriger vers Castle. Il devait sans doute avoir parlé de sa fille aux femmes présente a ses cotés, puisque personne ne semblait trouver cela étrange que la fille de Richard Castle soit la. Kate, elle aurait certainement trouvé cela bizarre a leur place.

« Nous sommes revenues, papa! » Annonça Alexis tout en montant sur une chaise à ses côtés.

« Salut, chérie » lui dit il en se penchant pour qu'elle puisse embrasser sa joue, tandis qu'il signait un livre pour une brune plutôt impatiente, qui fixait à Alexis comme la peste. Quel était son problème à celle la? Alexis était adorable.

« Merci », murmura-t-il en donnant le livre a la jeune femme.

Kate regarda Castle jeter un regard vers la femme qui partait avant de passer à ... Oh, merde, la suivante était Madison.

« Kate? »

« Euh.. Hey, Maddy! » répondit Kate d'un ton passablement inquiet, alors qu'Alexis les regardait toutes deux.

« C'est ton amie?" demanda Alexis.

Kate hocha la tête. Elle n'avait pas plus explications a donner, et elle avait bien senti la façon dont Madison la regardait. Elle était choqué, ravie, et confuse à la fois.

«C'est ton amie? » Répéta Madison, les yeux écarquillés. Puis, se tournant vers Castle elle enchaina « Oh, euh... Bonjour, je m'appelle Madison".

« Vous êtes avec Kate » conclut il en riant. «Vous êtes la bienvenue."

« Euh... » Madison les regarda confuse. « En fait, Kate, j'ai besoin d'aller... Je dois... Aller au travail, mais, euh ... Profite de ta journée! Et appelle moi plus tard! »

Kate hocha la tête et vit Madison s'en aller vivement. Alexis leva les yeux vers elle. « Elle n'a pas eut son autographe... »

« Je ne pense pas que Madison était ici pour un autographe » dit Castle tout en signant le livre de la personne suivante. « Quel est votre nom? » demanda t il gentiment.

La femme le regarda prête a s'évanouir. Ça aurait pu etre Kate, si elle n'avait pas eut cette jolie petite fille qui se tenait a ses cotés...

« Je m'appelle Stacey. »

« Eh bien, Stacey, vous remercie d'être venue » dit-il, faisant un sourire digne d'une publicité de dentifrice, tout en plissant ses yeux bleus brillant. Et il savait très bien jouer de ses atouts.

« Je vous adore et j'ai lu absolument tous vos livres » dit-elle dit le souffle court. Cette femme était en pâmoison devant lui, et Kate n'aurait jamais pu etre comme ça. « Et vous savez, vous êtes encore plus beau en personne que vous ne l'êtes sur la couverture de votre livre. »

Kate sentit quelque chose qui tirait sur sa veste, elle baissa le regard et vit Alexis, qui lui fit mine de s'approcher. Ce qu'elle fit donc.

« Elles font beaucoup ça », murmurait-elle.

« Faire quoi? » demanda Kate.

« Dire que papa est beau. »

Kate rigola et s'agenouilla de sorte qu'elle soit accroupie derrière la table. De cette façon, la jeune femme ne pouvait pas les entendre médire sur elle. Mais elle était d'accord sur un point. « Eh bien, ton papa est beau » dit Kate honnêtement.

«Eh ben, euh... » Alexis a répondu. « Mais, pourquoi elle lui disent ça? Elles sont juste ici pour des autographes! »

Kate resta perplexe. Cette petite fille était évidemment assez perspicace pour comprendre que les livres de Castle et son père étaient deux entités distinctes. Elle devait sans doute être plus mûre que Kate lorsqu'elle avait son age, et elle avait toujours cru que les enfants n'étais pas très perspicace jusqu'il y a environ dix minutes. Mais que pouvait elle répondre a cela? « Parfois, les gens ne se rendent pas compte de ce qu'ils font » décida t elle de lui répondre, après une courte pause. Sa mère ... Sa mère lui avait toujours dit que la dire la vérité était la meilleure des choses.

« Ouais... » Alexis hocha la tête, faisant sortir Kate se sa rêverie. «Je n'aime pas ça. »

« Je sais, Alexis, c'est normal. »

« D'habitude je ne viens pas ici, » expliqua t elle en regardant son père, qui était studieusement appliqué à dédicacer les livres et à faire des grands sourires étincelant. «Mais Grand-mère était occupée."

« As tu d'autres choses à faire, quand tu viens? » demanda Kate en regardant autour d'elle. La plupart des gens semblaient inconscients du fait qu'Alexis était encore là. Ça devait sans doute etre ennuyant pour elle.

« Des livres de coloriage et des histoires », répondit la petite. « Mais Paula a laissé mon sac dans la voiture », poursuivit-elle en fronçant le nez.

« Eh bien, ce magasin est plein d'histoires », répondit Kate. Attendez! Était elle sérieusement en train d'abandonner son seul jour de congé pour lire un bouquin ou faire des dessins avec cette petite fille? Elle ne la connaissait même pas!

Les yeux d'Alexis s'illuminèrent. « Tu veux bien m'y emmener? »

Castle se tourna, il n'était pas tout a fait a l'écoute de ce qu'il se passait. « Alexis, qu'est ce qu'il y a? »

« Elle a dit qu'elle voulait bien m'amener pour regarder des livres! » répondit Alexis.

Kate ne le voulait pas vraiment, mais elle allait devoir le faire sans doute.

« Alexis, tu ne peut pas t'attendre à ce que Kate passe toute la journée avec toi », dit-il gentiment.

Le sourire d'Alexis diminua, mais elle acquiesça. « Je ne savais pas papa... Désolé. »

« Ne t'excuse pas, Chérie, tu ne pouvais pas savoir.» répondit-il, en passant une main dans ses cheveux et en la regardant tristement. Au bout de quelques secondes, une femme habillée en noir, les cheveux bien tirés lui tapa sur l'épaule.

« Aussi mignonne soit elle, Rick, » murmura t-elle, assez bas pour que la file d'attente ne l'entende pas, ce qui n'était pas le cas de Kate. « Ces gens ne sont pas ici pour vous voir jouer au papa. » Wow. C'était plutôt méchant.

« Paula... » répondit Castle calmement. « Vous avez programmé cette séance une heure après notre vol . Je n'aurais pas du venir avec elle, et si vous voulez parler de ma fille Paula, faites-le que lorsqu'elle ne vous entend pas. » siffla t il .

« Pourquoi ne pourrais je pas prendre Alexis le temps que vous finissiez vos dédicace. On regardera des livres, et vous viendrez nous trouver quand vous aurez fini? » Suggéra Kate, sans l'avoir réellement pensé. Elle n'avait pas envie de voir cette petite fille s'ennuyer a regarder son pere signer des autographes. C'était bizarre parce qu'elle n'avait jamais rencontré la fillette avant... Alors que la, elle était prete a s'occuper d'elle. Comment quelqu'un pouvait-il être aussi méchant vis a vis d'une si gentille et adorable petite fille?

Castle se tourna vers la jeune femme. « Kate, je n'ai même pas ... On viens de se rencontrer. Je ne vais pas vous demander ça. »

« Vous êtes une étrangère et vous voulez vous occuper d'Alexis? Je ne suis même pas autorisé à m'occuper d'elle alors que je la connais», ajouta la femme.

« Kate est un officier de police, » intervint Alexis.

Kate hocha la tête et ouvrit sa veste afin que la femme puisse voir son badge. »Aujourd'hui je suis en congé. » Elle n'aimait pas cette femme... C'était totalement irrationnelle, mais elle ne l'aimait pas et elle avait envie de faire plaisir à Alexis.

« Ce qui est probablement votre seul jour de congé. » ajouta le Castle. « Honnêtement, Kate, c'est très gentil de votre part, mais ..."

« Pas de mais », dit elle en l'arrêtant. « Nous serons dans la section enfants. Venez nous retrouver quand vous aurez fini. » Elle tendit la main à Alexis et la fillette la lui pris rapidement.

«Je peux, papa? »

Castle les regarda un instant et finalement acquiesça. « D'accord. Amusez-vous bien. Et venez me chercher si il y a un problème », ajouta t-il en regardant Kate.

« Il n'y aura pas de problème, M. Castle, » elle souriait. « Votre fille est adorable. Je suis sure qu'on va s'amuser » dit elle honnêtement.

« C'est Rick. Et je vous remercie beaucoup, Kate. Vraiment. »

Elle souriait. Rick... « Allons y, Alexis. Nous allons trouver quelque chose à lire. »

Elle guida la petite fille vers le rayon enfants, en souriant tout comme Alexis qui balançait leurs mains d'avant et en arrière. Il y avait quelque chose d'étrangement rassurant dans ce geste, et Kate sentit que l'anxiété du départ diminuait petit a petit.

« Merci. » dit la petite rousse alors qu'elles arrivèrent au rayon des enfants. La lumière accueillante les couleurs vives donnaient vraiment envie d'etre dans cet endroit. Kate avait toujours pensé que ce lieu donnait vraiment envie de lire des livres, surtout pour les enfants. Ça les incitaient a se sentir bien ici et a se poser tranquillement pour lire.

« Il n'y a pas de quoi Alexis. Comme je viens de le dire, je te trouve adorable » dit-elle dit en regardant la fillette avec un petit sourire.

Alexis lui sourit en retour. « Je suis sur que vous etes aussi gentille. »

Kate lui serra la main en guise de réponse. «Trouvons-nous un livre. »

Alexis l'attira dans la section des enfants, bavardant avec excitation, oubliant tout a fait son épuisement. Kate se sentait plus légère, plus jeune en sa compagnie. Cette rencontre était surréaliste, et la façon dont elle avait inter agit avec elle l'était encore plus. La petite fille parcourait les livres le long des étagères, et la façon dont elle inspectait chaque livres était tellement mignon et innocent que Kate ne pu s'empêcher de sourire. Elle avait passé ses dernières journées a pourchasser des voleurs et des criminels, et face a cette imagine si innocente, il y avait quelque chose de rassurant. Comme si cette simple petite fille pouvait la rassurer ou inversement.

Alexis pris un livre de « Shel Silverstein ». « On peut lire celui la? » demanda t elle.

« Bien sûr, où veux tu t'asseoir? »

« Sur les poufs, je les aimes bien » dit-elle timidement.

Kate sourit. « Moi aussi ».

Ensemble, elles s'installèrent dans un coin du rayon. Kate s'assit, et Alexis s'installa sur ses jambes, le dos appuyé contre son torse, totalement confiante vis a vis de Kate. Cette dernière ouvrit le livre, et Alexis demanda timidement « Tu peux me le lire? »

« Bien sûr. Ces livres sont fait pour être lus à haute voix. » dit elle pour la rassurer, Alexis se détendit.

Elles lurent ensuite histoire après histoire, Kate était enthousiaste et Alexis commentait beaucoup ce qu'elle voyait. Kate redécouvrait la vison enfantine, leur perception était si adorable tout était si rose. Elle redécouvrait des choses heureuses grâce a cette petite fille, et oubliait durant ce labs de temps le reste du monde.

Finalement, les commentaires d'Alexis se firent moins nombreux. Kate se rendit compte qu'elle dormait lorsqu'elle sentit sa tête se poser contre son torse. Kate soupira et, se se prélassa, laissant aller sa tête en arrière contre le pouf. Et dire qu'elle était assise chez « Barnes and Noble » avec la fille de Richard Castle endormie contre elle.

Elle passa distraitement une main dans les cheveux de la rouquine et regarda les rangées de livres qui les entouraient. Avait elle fait ça avec sa mère quand elle était petite? Elle se souvenait qu'enfant, ils allaient souvent a la bibliothèque... Mais elle s'était elle déja endormi dans un magasin? Elle ne l'avait probablement jamais fait, surtout avec quelqu'un qu'elle connaissait à peine. Mais heureusement pour elle, ses parents étaient un couple marié et n'étaient pas des auteurs célèbres.

Kate regarda Alexis. Elle était jeune, insouciante et innocente, tout ce que Kate n'était plus. Lorsqu'elle marchait dans la rue elle se sentait suivit, même apres 3 ans dans la police elle se sentait toujours menacée. Mais durant les 10 minutes passés en compagnie de cette petite fille, elle l'était déja moins. Son père avait vraiment trop confiance en elle, sans doute « grâce » a son badge de flic. Mais elle se devait de lui dire de ne pas avoir confiance en quelqu'un, même si ce dernier portait un badge de la police.

Alexis bougea et l'une de ses mains se posa sur le jeans de Kate ce qui la fit sourire. Elle s'était inquiéter du fait qu'elle ne puisse pas combler tout le temps qu'elles avaient avant la fin des dédicaces de Richard Castle. Pour le moment, elle avait pu profiter de ce court de temps ,trouvant une sorte de réconfort avec Alexis, un réconfort qu'elle avait perdu.

Son téléphone sonna et elle se dépêcha de le sortir hors de son sac. Elle regarda l'écran et a trouva un message de Madison.

Bon sang, qu'est-ce qu'elle voulait?

Note de l'auteur: Alexis avait cinq ans lorsque Johanna Beckett a été assassinée.


Dernière édition par Temperance Brennan le Jeu 5 Jan - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 799
Reputation : 315
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : Washington DC
Anthopologue

Qui est tu?
Relations: Kate, Richard, Angela, Camille, Jack, Seeley
Metier/Etudes: Anthropologue
Age du perso: 36 ans

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Jeu 5 Jan - 13:35

Disclamer : la série & les personnages ne m'appartiennent pas.

Résumé : Kate Beckett rencontre Richard Castle lors d'une séance de dédicaces. Elle se retrouve a faire du baby sitting avec la fille de son auteur préféré.

Note de l'auteur:Je me suis trompée sur l'age. Lorsque Kate fait sa formation, et son école de police, elle devait déjà avoir déjà rencontré Montgomery. Et quand j'ai commencé à regarder la série, je pensais que Kate avait plus de 30 ans, et non 30 pile. J'essaye de coller l'histoire le plus possible à la série, mais pour l'age c'est trop tard... Je laisse tel quel espérant que ça soit aussi réaliste que possible quand même

Chapitre 2

Kate soupira. Madison n'allait pas la lâcher avec ça.

« Je les ai rencontrés en sortant des toilettes. Longue histoire. Je t'appellerais. »

Elle tapa comme elle put son message, vu qu'elle ne voyait pas trop bien les touches puis elle cliqua sur envoyer. Elle s'installa ensuite confortablement, posant le livre d'Alexis sur l'étagère à ses cotés. Et enfin, elle rangea son téléphone dans son sac. Madison serait bien capable de lui répondre encore et encore, et Will ... Oh, mince, comment allait-elle lui expliquer tout ça? Il lui disait bien trop souvent qu'elle passait beaucoup de temps à lire des bouquins. Et il l'avait déjà pas mal taquiné ses derniers jours à propos de la dédicace... Et dire qu'il voulait l'accompagner!

Mais depuis un moment, il devenait plus distant. Kate faisait sa formation pour être détective et voyait bien qu'il commençait à fuir. Royce lui avait toujours dit qu'elle était la meilleure pour sentir ces choses la. Elle tritura ses mains puis secoua la tête. Royce... C'était aussi un sujet tabou qui devait être mis de coté, tout comme celui de sa mère.

Elle sentit une présence, et leva les yeux. Kate et Rick se sourirent. Il avait l'air fatigué mais très heureux face au tableau qu'il avait devant les yeux. D'ailleurs, Kate ressentait des petits picotements dans son estomac.

« Elle s'est enfin endormie? »

« Oui. Nous avons lu plus de la moitié de "Where the Sidewalk Ends" avant qu'elle ne s'endorme complètement. » Riait doucement Kate. Elle déplaça légèrement Alexis pour pouvoir discuter sans la déranger..

Il s'assit et s'appuya contre les rayons, passant une main dans ses cheveux. « Merci beaucoup pour tout ça ».

« Honnêtement, c'était sympa. Elle est très gentille, C... Rick? » Elle avait hésité sur le nom ce qui le fit sourire. Qu'attendait-elle réellement? C'était son auteur favori, mais il ne valait mieux pas qu'il le sache.

« Ce n'était pas l'après midi que vous attendiez n'est ce pas? » demanda t il.

Elle secoua la tête. « Pas vraiment. Non. Mais bon, c'était une bonne après midi quand même."

«Alors comme ça, vous êtes officier? »

« Je fais une formation pour devenir détective, en fait » répondit-elle avec fierté.

« C'est fou... Vous semblez si jeune... »

Elle rougit. Elle l'était, mais Roy Montgomery avait vu ses capacités et lui avait offert le poste la semaine dernière. Ca allait prendre au moins 2 ans avant qu'elle le soit officiellement. Mais tout le monde en parlait déjà. Elle devait faire ses preuves pour l'être totalement.

« Ouais, je sais... Mais mon boss pense que j'ai les capacités pour le faire » elle se sentait un peut embarrassée de lui dire tout ça, surtout qu'il la regardait presque avec curiosité.

« Je pense qu'il a raison », dit-il. « Vous serez sans doute très forte dans les interrogatoires. »

« Vous compter papoter encore longtemps avec moi? Ou peut être avez vous l'intention de nous prendre en photo? » Demanda Kate en souriant tout en lui désignant sa fille qu'elle avait toujours dans les bras.

Il rit. « Touché. En parlant de ma fille, pourriez-vous ... Mon dieu, je ne voudrais pas vous redemander de ... »

« Je peux rester ici encore quelque temps » le coupa t elle. Elle était totalement détendue, installée très confortablement dans le pouf. Sans doute encore plus tranquille que lorsqu'elle faisait des promenades ou des siestes pour essayer de se détendre. «J'étais en train de lire votre livre... Et de toute façon j'aurais pu faire la même chose chez moi. Juste... Que je n'aurais sans doute pas la couverture chauffante en prime."

Il lui fit un demi-sourire. « Je ne voudrais pas encore l'emmener... »

«On dirait que vous n'avez pas beaucoup le choix. Alexis a dit que sa grand-mère était occupée ? » Qui était elle pour lui poser des questions si personnelle? Avant, jamais elle ne se serait permise de parler autant. Surtout qu'elle n'était pas de nature bavarde, mais avec lui c'était différent. Elle se sentait à l'aise en sa présence sans comprendre véritablement pourquoi.

«Mère est actrice et elle est en représentation pour la journée."

"Martha Rodgers, c'est ça?"

Il la regarda dans les yeux. «Tout à fait».

« J'espère qu'elle va obtenir des bonnes critiques pour ce rôle. » Son père et elle avaient l'habitude d'aller souvent au théâtre ensemble, et ils avaient toujours admirés le travail de Martha Rodgers. Mais maintenant ... Non, aujourd'hui elle ne devait pas y penser.

Il souriait. « Ouais. Elle y travaille. »

« C'est bien alors... », dit-elle doucement.

« Ouais. » Ils se turent et il regarda sa montre et soupira. « Encore cinq minutes. »

« Vous avez l'air épuisé » Observa t-elle.

« Oh, merci », dit il en riant. « C'est bon à savoir que je l'air de rien aujourd'hui. »

Elle secoua la tête. «Non, je ne voulais pas dire ça comme ça, vous avez seulement l'air fatigué, c'est tout ... Sans votre magnifique sourire, vous ressemblez à un papa qui vient de traverser tout le pays avec sa fille, et qui a passé une bonne partie de son temps à travailler. »

« Vous n'êtes pas détective pour rien, hein? » Demanda il avec un petit sourire. « Oui, je suis exténué. Je veux juste rentrer à la maison, manger et rester dans mon lit pour toujours. »

« Vous en avez fait plus que d'habitude cette dernière semaine? »

« Quatre séances de décidasse juste cette semaine » il soupira. « Et tout ça dans les plus grands magasins de la ville. »

«Vous savez... Pourtant dans tout ce que j'ai lu sur vous, je vous pensais plus enthousiaste... Vous ne semblez pas si ravis que ça finalement. » Les soirées, le glamour... Richard Castle était considéré comme le célibataire à l'affût de nouvelles conquêtes. Mais apparemment, cet homme ne ressemblait en rien à ce playboy glamour qui aimait son travail. Il ressemblait juste à Rick, un mec simple avec une fille et beaucoup de choses à gérer.

Il regarda Alexis. « Nous avons eu un mois assez chargé cette année » dit-il calmement.

Kate hocha la tête avec compréhension. Mais cette fois, elle n'en dit pas plus. Même si elle se sentait très à l'aise avec lui en ce moment, elle n'avait pas à lui poser des questions indiscrètes sur son divorce ou son ancienne vie de couple. « Je pense que vous devriez y aller », dit-elle en regardant sa montre.

Il acquiesça. « Merci beaucoup, Vous m'êtes d'une grande aide. »

Kate souriait. « Pas de problème Revenez quand vous aurez terminé. »

« J'en aurais pour 45 minutes tout au plus, promis » dit-il tout en revêtant son masque d'homme joyeux.

« Je suis près. Allez... J'y vais. »

Il lui serra la cheville et sourit. Puis il se mit debout, défroissa sa veste et quitta le compartiment des enfants. Kate le regarda partir, ne sachant que penser. Cet homme était fait pour être un « playboy romancier mystérieux » (du moins c'était ce que la majorité du public pensait), mais au lieu de ça, il était juste un type normal avec une fille tentant de jouer son rôle de parent seul. Elle sentit comme une sorte de chaleur à l'endroit où il avait posé sa main. Elle fit un petit sourire. Il n'était pas playboy, ou du moins il n'était pas le type même imbu de lui même qu'elle pensait rencontrer, mais autre chose... Et elle avait du mal à mettre un mot dessus.

Kate haussa les épaules et sortie à nouveau son livre pour y lire son autographe.

« Pour Kate,

Votre sourire. Tout le monde devrait l'avoir vu. Et votre rire. Il est magnifique.

Rick. »

Elle sourit et se mordit la lèvre inférieur, ses joues s'enflammèrent légèrement. Eh bien, ce livre, elle le garderait pour toujours. Alexis se tourna légèrement sur ses genoux et soupira. Kate sourit et tourna la page, pour se perdre à nouveaux dans l'histoire. Lorsqu'elle s'était fait tirée dessus trois ans auparavant, tout avait été si sombre à cet instant, qu'elle ne pensait pas en sortir. Ces meurtres qu'écrivait Richard Castle lui avait permis d'espérer, et de croire qu'à la fin, comme dans les livres, on attrapait toujours les meurtriers.

Bientôt, elle serait sans doute en mesure d'aider les autres, de leur donner cet espoir qu'elle avait reçu grâce à lui. Et dire qu'elle avait sa fille endormie sur ses genoux. La vie était étrange... Elle secoua la tête et se perdit dans les dernières aventures de Derrick sans remarquer le temps qui passait, jusqu'à ce qu'une ombre lui cacha légèrement la lumière. Elle cligna des yeux et releva son regard vers Richard Castle.

« Hey » murmura t-elle , pliant le coin de sa page et s'empressa de fourrer son livre dans son sac.

« Hey » répondit-il en souriant. « Je peux la prendre, je crois. »

« Vous devriez sans doute l'emmener encore aux toilettes par précaution... » Suggéra Kate alors qu'il s'accroupissait. « Vous risquez sans doute de mettre du temps pour rentrer. »

Il hocha la tête. « Vous avez raison. Hey, Lex » dit-il doucement, en passant la main sur la joue de la jeune fille. « Alexis, honney il faut que tu te réveilles».

« Papa? »

« Hey la belle au bois dormant » il sourit tandis qu'elle se frottait les yeux.

« Kate et moi lisions une histoire», Lui dit elle de sa voix encore un peu endormie.

«J'ai vu ça. On va rentrer?"

« J'ai encore envie d'aller aux toilettes », murmurait-elle.

« Je vous l'avais bien dit » Sourit Kate.

Rick se mit à rire. «Oui, vous aviez raison. On y va Sweetie » Il se leva souleva sa fille pour libérer Kate, afin qu'elle se lève a son tour.

Kate ramassa son sac et les suivit. Ils se dirigèrent vers les toilettes et Rick tapota doucement les fesses de sa fille pour la faire avancer vers la porte.

« Je suis juste la. Si t'as besoin de quoi que se soit. »

« Oui papa, je sais... » Soupira Alexis.

Lorsqu'elle rentra dans les toilettes il se retourna vers Kate. « Elle n'aime pas non plus quand je l'accompagne dans celle des hommes.. »

« Ah, c'est beau l'âge de l'indépendance, hein? Comment elle va faire pour se laver les mains toute seule? » Kate tenta d'imaginer la scène. Comment faisait-il lorsqu'elle était petite?

Il haussa des épaules. « Elle doit sans doute sauter sur le comptoir. »

« Vous voulez que j'aille vérifier? » demanda t elle, parce que Kate se souvenait de ce passage a l'indépendance lorsqu'elle était petite, ce qui semblait ne pas plaire à Rick.

Il soupira. « Non, non. J'essaye de la faire voler de ses propres ailes... Il le faut non? »

« Oui, bien sur. »

Il hocha la tête. « Elle me pose rarement des problèmes. »

« Elle est charmante, Rick, » lui dit elle, en se balançant d'un pied sur l'autre alors qu'il lui souriait, mais d'un sourire différent cette fois... Au lieu du sourire illuminant qu'il donnait a ses fans, celui-ci semblait être rempli de reconnaissance, et elle ne savait pas quoi penser de tout ça, surtout qu'elle avait quelqu'un dans sa vie et elle n'avait surtout pas à ressentir ses papillons dans son estomac.

« Je vous remercie. Elle semble plus heureuse, enfin, je veux dire, nous n'avons pas vraiment... Vous le savez, mais... j'ai juste ... Cette semaine a été particulièrement difficile, et ça fait plaisir de la voir sourire. »

Kate tendit sa main et serra son bras. Que faisait-elle? « Ça va bien se passer. »

Il soupira et lui prit la main alors qu'elle s'apprêtait à la retirer. « Merci. »

Ils restèrent ainsi un long moment à se regarder dans les yeux. Kate n'aurait pas pu dire exactement ce qui se passait, mais il y avait quelque chose. Sa main était grande, chaleureuse, accueillante. Il la tenait de façon amicale, pas romantique. Ils étaient juste ... Amis? Ou plus encore? Comment pouvait-elle définir leur relation, peut être comme une sorte de baby-sitter étant donné qu'elle s'occupait de sa fille? Pendant qu'Alexis sortait des toilettes, elle continuait à se poser des questions.

"Terminé, papa » Gazouillait-elle.

"Super, Pumpkin», dit Rick en lâchant la main de Kate pour s'accroupir. « Montes sur mon dos, petit singe »

Alexis rigola et monta. Elle rit de nouveau lorsque Rick gémit. « Je ne suis pas si lourde, papa. »

« C'est toi qui le dit » Répondit-il en soufflant. « Prête à rentrer à la maison? »

« Est-ce que Kate va venir aussi? »

Kate vit les yeux de Rick s'agrandir de surprise, tout comme elle l'était elle même. «Je, euh, ne sais pas trop chérie. »

Elle avait des plans pour ce soir avec Will. « Je ne peux pas, Alexis. Mais merci d'y avoir pensé », sourit-elle. Était elle aussi déçue? Déçue de quoi? De ne pas rentrer avec cette adorable fillette et de continuer de parler avec son père?

« D'accord. Mais on se reverra? »

Kate regarda Alexis, qui semblait attendre une réponse positive. Rick, lui, paraissait perplexe. «Je ...»

« Attendez», il récupéra quelque chose dans sa poche et en sortit deux cartes et un stylo. « Écrivez votre numéro et je vous donnerais le mien »

En plus d'un autographe, elle récupérait carrément son fixe, cette journée avait dérapé de façon hallucinante, jamais elle n'aurait cru ça. elle prit le stylo et nota son numéro qu'elle lui donna en échange du siens. « Et voila. ». Oh mon dieu...

« Donc maintenant nous pouvons vous inviter à dîner? » Demanda joyeusement Alexis.

Elle avait le numéro personnel de Richard Castle, et sa fille venait, en plus, de lui demander de manger chez eux. Et... Elle voulait bien y aller! « Oui », acquiesça Kate, elle-même surprise de sa réponse. « On le fera un de ces jours, Alexis. » Et c'était vraiment ce qu'elle voulait. Suite à sa réponse, elle eut l'impression d'entendre le gloussement de midinette un peu comme ceux de Madison.

« Je suis sûre que ça se fera, et nous ferons tout pour. » Rick souriait. « Je suis ... euh » son sourire se dissipa quelque peu. « Je suis pris tous les soirs de cette semaine, à cause des séances de dédicaces et des galas de presse... »

« Ça veux dire que tu ne seras pas là pour me lire une histoire? » Demanda Alexis d'une petite voix.

« Oh, Pumpink... » Rick soupira. « Juste pour quelques nuits seulement. Mais la semaine prochaine, promis, je suis tout à toi. »

«D'accord. »

Kate leur fit un sourire et sursauta lorsque son portable sonna. «Désolé,» murmura t elle en fouillant dans son sac. « Allo? »

« Kate, chérie ! Où es-tu? »

Ok. Super. Will... Son petit ami. Elle devait rentrer chez elle. « Je suis toujours à la librairie. J'arrive dans pas longtemps, ok? »

Elle l'entendit soupirer au bout du fil. « D'accord. J'espère au moins que tu auras eu son autographe. »

«Oh, t'inquiète pas pour ça » dit elle en riant. «Je serai là bientôt. A toute a l'heure » Elle raccrocha, leva les yeux et les plongea dans ceux de Rick. « Désolé. »

« Y'a pas de problèmes » Rick sourit. «Donc, on peut se voir la semaine prochaine? Ça vous va? »

« C'est parfait. » répondit-elle alors qu'ils marchaient vers la sortie du magasin.

« Avez-vous une préférence pour la date? »

Kate haussa les épaules. « Appelez moi pour me dire quand vous êtes pris je vous dirais mes possibilités » Elle travaillait trop, tout le monde le lui disait.

« C'est dans longtempsla semaine prochaine.." Dit Alexis déçu, tandis qu'ils franchissaient l'entrée.

« Désolé, Lex » Répondit son père. « Mais tu verras, ce n'est pas si long. »

« Ça l'est toujours » soupira t elle. « Mais c'est promis, tu viens nous voir la semaine prochaine? »

Kate hocha la tête. Elle ne décevrait pas cette petite fille, elle ne pourrait jamais faire ça à un enfant de toute façon. Comment aurait elle pu, face à ce visage si mignon?« C'est promis, Alexis. »

« Ce fut un plaisir de vous rencontrer, Kate Beckett, » Fit Rick en lui tendant la main. Durant probablement de temps plus qu'il n'en fallait, ils se serrèrent la main tout en se regardant dans les yeux. « Je crois que notre voiture nous attend, Alexis."

« Bye Kate! » Dit la fillette en lui souriant. « Merci pour cette après midi. »

« Ravie d'avoir fait ta connaissance, Alexis, » Kate lui sourit en retour.

«De même, » Ajouta Rick.

«A bientôt », sourit-elle. Puis, ils s'engouffrèrent sous la pluie. Il pleuvait.

Elle les regardait rentrer dans la voiture, Alexis lui jeta un rapide coup d'œil par la fenêtre tandis que la voiture s'éloignait. Elle soupira. Son livre devenait vraiment lourd dans son sac, et elle sentit la carte de visite de Castle dans sa poche. Tout cela semblait si étrange... Venait-elle réellement de passer la journée avec Alexis Castle? Oui.

Elle quitta le magasin et attendit sous l'auvent. Elle appela un taxi, s'assit sur le siège arrière et donna son s'adresse. Pendant que le paysage défilait sous ses yeux, elle souriait, heureuse pour la première fois depuis longtemps. Habituellement, le remord semblait toujours vouloir la ronger. Lui interdisant ainsi d'être heureuse ou même de rire. Mais cette fois, elle se sentait bien, heureuse. Simplement heureuse. Et ça ne lui était pas arrivée depuis longtemps. C'était étrange, elle en avait perdu l'habitude.

Lorsqu'ils arrivèrent devant son immeuble, Kate paya le taxi et couru jusqu'à l'entrée. Elle salua le portier, et secoua la tête, elle était trempée et l'eau ruisselait sur ses épaules. Ses cheveux étaient trop longs, sans doute fallait il les couper?

Elle grimpa les escaliers, et souriait en sentant l'odeur des nouilles chinoises qui embaumait son appartement.

« Hey! » Appela t tout en raccrochant sa veste.

« Hey, t'es de retour. » dit Will en l'accueillant chaleureusement, une spatule à la main. «Je suis entrain de réchauffer des nouilles et de faire une sauce."

«Mmm», répondit-elle alors qu'il se penchait pour l'embrasser. « Ça sent très bon ! »

« C'est juste quelques petites choses, Rien de spécial » Dit il en haussant les épaules. Elle avait toujours aimé le fait, qu'il se sente si à l'aise cuisinant tranquillement chez elle.

«C'est ce que tu dis toujours», dit elle en le suivant dans le salon et en posant son livre de Storm. Elle caressa la couverture du doigt. Quelle journée!

"T'as eu ton autographe? » Demanda t il alors que Kate plaçait le livre correctement sur l'étagère.

«Ouais», répondit-elle, en caressant le dos de Will. Elle se l'était fait dédicacer et elle avait rencontré une petite fille adorable, de plus, il avait réussit à lui faire oublier son mal-être.

«Vous y êtes resté longtemps, il vous à kidnappés? Ne me dit pas que t'as attendu 4 heures dans la file d'attente? » La voix de Will la fit sortir de ses songes. Il arrivait à la calmer lui aussi, mais d'une autre manière. Il souriait de son air taquin, ce qui la fit secouer la tête. Lui arrivait à la calmer avec ses regards et surtout ses lèvres...

Kate leva les yeux au ciel en guise de réponse et alla vers le frigo épingler la carte de Rick « Je l'ai rencontré, en fait. »

« Tu veux parler de l'autographe c'est ça? » demanda Will en se retournant pour jeter un œil sur la carte qu'elle venait de coller au frigo.

«Non, je suis tombée sur lui et sa fille en sortant des toilettes. En fait, c'est plutôt elle qui est tombée sur moi», raconta Kate tout en sortant les assiettes et en déballant les plats à emporter.

« Sérieusement? »

« Sérieusement » Rit-elle en le voyant si étonné.

« Alors, t'as rencontré sa fille, et puis après, qu'est-ce qu'il s'est passé? T'as flâné dans les rayons?"

«Non, heu.. J'ai... Enfin, je me suis retrouvée à faire du baby sitting l'après-midi » Super, elle avait été trop maladroite et avait lancé le sujet sans réfléchir, elle avait oublié le fait que ça allait être plus compliqué que prévu à expliquer.

Will se tourna vers elle après avoir versé la sauce dans un bol et coupé le gaz. Il se dirigea ensuite vers la table pour la rejoindre. « T'as fait quoi? »

« Elle voulait aller aux toilettes, et lui devait continuer à signer ses autographes... Alors j'ai accompagné sa fille par simple politesse tu comprends? Et puis, eh bien, lui et ses ... Paula je crois? Je ne sais pas vraiment qui elle est en fait. Mais de toute façon, à ce que j'ai compris la petite ne semblait pas l'aimer. Et elle avait l'air si triste... Et comme j'avais du temps devant moi avec mon jour de repos... Pour la faire courte, elle s'est endormie sur moi après que je lui ai lu un livre et j'ai juste attendu que la séance d'autographe soit terminée pour la rendre à son père. »

Ouais, pas terrible comme explication... Mais elle n'avait pas mieux. Fallait il vraiment essayer de faire mieux? Cette situation était trop bizarre. Kate se servit de riz frit pendant que Will réfléchissait à tout ce qu'il venait d'entendre. Même elle en y repensant... Si elle avait été à sa place elle aurait eu du mal à comprendre.

«Laisse-moi juste faire un résumé » Dit Will en fixant sa bière. « T'as passé la journée avec une petite que t'as jamais rencontrée avant, et il se trouve que cette gamine est la fille de l'auteur que tu adore et dont je devrais être jaloux? »

« Will... », Ria Kate.

«Oh, allez! Tu dors beaucoup plus sur ses bouquins que tu ne me fais l'amour! »

« La, t'es injuste», dit elle en riant. « T'es rarement là, alors que j'ai toujours eu ces bouquins chez moi »

Il se mit à rire. «Mais sérieusement, Kate. T'as vraiment accroché sa carte sur le frigo?"

Elle hocha la tête, et répondit timidement. « Ils m'ont invité à dîner la semaine prochaine. »

Il la regarda, confus. « Quoi? »

« Quelle susceptibilité, Monsieur le FBI! » le taquina t elle.

« Tu vas vraiment là-bas pour dîner? »

"Oui, et ?" Demanda t elle la bouche pleine. « Alexis m'a invité. » Il n'y avait aucun malaise sur ce fait, et elle avait décidé d'y aller. C'était une invitation innocente qu'une enfant lui avait faite. Et bien que Rick, son père, était beau et avait une sorte de charme, elle avait Will et elle l'aimait. Et elle n'avait jamais trompé personne jusqu'à présent, et ne le ferait sans doute jamais.

«Alexis c'est sa fille? »

« Ouais. »

« Je ne suis pas ... J'essaye de comprendre comment t'as pu t'attacher si facilement à cette petite fille, que vous avez fait connaissance, et que tu vas aller dans la maison de ce gars pour diner. Et tout ça en moins d'un jour. »

Kate roula des yeux. « C'est pas un « gars », Will. C'est Richard Castle, et sa fille est tellement adorable. »

« Kate, tu sais que tu te voiles la face? »

Kate sentit ses poils s'hérisser. Il avait raison mais ... Devait-elle vraiment y penser maintenant? « Will... Ce n'est pas ce que tu crois... »

« J'ai bien compris. Je suis juste surpris c'est tout. »

« Will... » Elle soupira. Elle se sentait fatiguée et vidée, surtout lorsqu'il commençait à lui poser ce genre de questions. Il avait toujours essayé d'être direct au début, mais ensuite ils avaient tendance à tourner autour du pot sans vraiment dire quel était le problème, et ça finissait par l'épuiser.

«Vraiment, Kate. Tu sais quoi? » Il prit une gorgée de sa bière puis lui sourira. « Je pense que c'est une bonne chose. »

« Quoi? » Elle avait du mal à le comprendre.

«T'as l'air mieux, tu sais? »

«Will, arrêtes de souffler le chaud et le froid. C'est pas drôle."

Il rit et elle fronça les sourcils. « Non, je le pense vraiment... Tu semble être au meilleur de ta forme aujourd'hui, Kate. Peut-être que cette petite a un effet positif sur toi? »

Elle hocha la tête et continua de manger. Elle était trop déconcertée par cette journée et ne voulait pas se battre avec lui sur le sujet. De plus, il n'avait pas été là de toute la semaine. Elle n'avait pas envie de penser à ... « Hey, Will? »

« Ouais? »

« Pourquoi est ce qu'on mange là? »

« Hmm? »

« Pourquoi on mange là au lieu d'aller au resto? Je pensais que tu voulais sortir. » Elle leva les yeux pour plonger dans ceux de Will. Oh. Oh non. Elle savait ce que ce regard voulait dire. Et elle ne voulait pas voir ça dans ses yeux parce qu'elle savait de quoi il s'agissait.

«Kate, j'ai eu mon nouveau poste aujourd'hui."

« Ton nouveau poste » Murmura t-elle.

« Oui. Viens avec moi. Tu sais, tous les deux à Boston, ça serait bien! »

« Will... »

Il posa sa fourchette. « On sera très bien à Boston, Kate! Et peut être, qui sait, que tu pourras être détective là bas aussi? »

« Will ». Il savait. Il savait que s'il prenait ce poste elle ne le suivrait pas. Il savait que... C'était à ce moment là qu'ils finiraient par rompre. Et ça allait se passer maintenant, ce soir. Mais elle avait tant espéré, égoïstement même, qu'il ne partirait pas.

« S'il te plaît... Je sais ce que tu penses du sujet mais je croyais que tu pourrais avoir changé d'avis. Dis-moi que t'as changé d'avis » La supplia t il du regard.

Kate hocha la tête. Mais elle n'avait malheureusement pas changé de décision. « J'y ai pensé. »

« Et? »

Elle secoua la tête. «Non, Will. Je ne ... J'ai ma vie ici. Et je suis bien au 12ème. J'aime ça. J'aime Montgomery. Et je veux continuer ... Will, je ne peux pas. » Et sa mère? Et son père? Ce serait du gâchis. Elle ne pouvait pas tout plaquer et partir comme ça. C'était impossible.

« Kate » Implora t il se déplaçant pour se mettre à ses cotés. « S'il te plaît... Je ne ... Je dois le faire pour ma carrière. »

« Je pensais que tu aimais ton travail? » Murmura Kate. « Je pensais que tu aimais ton partenaire et ta vie à New York. Pourquoi tout changer? » Ce n'était que des raisons sans fondement, c'était égoïste, mais c'était tout ce qu'elle avait.

« C'est une chance incroyable, Kate. »

« Je sais » Soupira t elle.

« Et ce serait un tremplin pour ma carrière. »

« Je sais aussi », elle hocha la tête, et caressa doucement ses joues. « Je sais tout ça. »

« Je dois vraiment partir. Mais Katie... Tu pourrais venir avec moi. »

« Je ne peux pas. » Et elle su qu'elle leur avait brisé le cœur à tous deux, en le voyant ainsi. Mais il savait qu'elle n'avait jamais dit oui. Elle avait espéré que ça fasse moins mal, futilités. C'était loin d'être le cas. Elle sentait son cœur se fissurer et se casser en mille morceaux.

« S'il te plaît, Kate? » Demanda t il en murmurant.

Elle prit une profonde inspiration et le regarda dans les yeux. Ces yeux qui l'avaient protégé durant ces six mois. « Non »

Elle cessa de lui caresser les joues, Will se mit à baisser la tête et à s'appuyer contre sa cuisse.

« Donc, c'est comme ça que ça va se finir? »

« On peut toujours tenter une relation longue distance? » chuchota Kate.

« Et se détester encore plus à cause de ça? «

«T'as raison. » Elle le regarda. C'était l'homme qu'elle avait le plus aimé, et ils étaient si bien ensemble... Il était chaleureux et fort, savait quand il fallait la pousser et quand il fallait la laisser faire. Certes, ils n'étaient pas parfait, et ils ne passaient pas beaucoup de temps ensemble, mais il avait été là, et elle savait qu'il allait lui manquer, qu'elle aurait mal lorsqu'il partirait.

« Je ne veux pas que ça se termine, Kate. »

« Moi non plus», elle posa sa main sur son genou. « Moi non plus »

« Alors? »

« Je ne peux pas partir, Will. Et je ne peux pas te demander de rester pour moi. »

Ils s'étreignirent. «Je t'aime», lui dit-il.

« Je t'aime aussi » Marmonna t elle dans son épaule.

« Tu vas tellement me manquer. »

« Je sais ».

« Kate, je ... » il s'écarta légèrement. « Je ne veux pas ... Saches que je ne veux pas y aller, je ne veux pas te laisser. »

« Will » Lui sourit-elle en passant une main sur sa barbe naissante. «Tu veux ce poste plus que tout. Plus que moi. Et je le comprends. J'aurais préféré que tu me le demande vraiment avant, plutôt que de me dire que tu parts comme ça. Mais, c'est comme ça." Elle se mit sur la pointe des pieds afin de l'embrasser doucement sur les lèvres. Elle le comprenait, car elle aurait fait la même chose à sa place.

«Kate», Souffla t il. Il était facile de ressentir la douleur à travers sa voix...

«Quand est ce que tu parts? » Demanda t elle.

« Dans une semaine ».

Elle prit une profonde respiration et tenta de refouler ses larmes. Elle les sentait prête à ruisseler le long de ses joues tellement ses yeux la piquaient. « Alors, bon voyage... Tu m'écriras? » Demanda t elle, essayant de sourire pour ne pas rendre la chose plus douloureuse qu'elle ne l'était déjà.

« Alors, c'est tout? » Il la regarda vaincu.

« Will, je ... Je ne peux pas prendre de congés exprès. Je n'aime pas les adieux sans fin. Faisons le simplement, d'accord? » Murmura-elle.

Il hocha la tête et se pencha pour l'embrasser, il l'attira contre lui, l'enveloppant de ses bras. Kate ressentait toute la tristesse et le regret dans ce baiser. Elle laissa glisser ses mains dans le dos de Will. Lorsqu'ils rompirent le baiser, cherchant l'air qui leur manquait, il appuya son front au sien.

« Tu es incroyable, Katherine Beckett. »

« Je te retourne le compliment, Sorenson." Ils se sourirent tristement. Ils avaient été amis avant, ils étaient deux personnes qui comprenaient qu'il fallait savourer la vie dans chaque minute passée.

« On reste en contact? »

« Pour toi. Je serai toujours là », dit doucement Kate. Et oui, c'était vraiment la fin, il la quittait mais ce n'était pas comme si elle ne s'y était pas attendue. Et peut être que rester en contact ne ferait que raviver cette douleur mais il fallait tourner la page.

« Kate ».

« Non, Will. Je ne vais pas... J'irais bien. » Était-ce un mensonge?

« Promis? »

Non « Oui. »

Il prit une profonde inspiration. « Je devrais ... Je devrais y aller. Tu pourras m'envoyer mes affaires?"

«Ouais», elle hocha la tête tandis qu'il reculait et fouillait dans sa poche. Il sorti son porte-clés et ils regardèrent en silence Will retirer la clé. Elle lui tendit la main et il lui rendit. Elle avait l'impression d'avoir un énorme poids dans sa main. Bêtement, elle avait pensé, que peut-être il allait la garder pour toujours.

« On se voit d'ici là? »

«Je ne bouge pas de là » Murmura t-elle, sentant ses yeux la piquer de plus en plus.

Il a attrapa sa veste et se dirigea vers la porte. «Bye, Kate."

« Bye, Will. »

Il la quitta, fermant la porte. Elle la fixa durant quelques minutes, debout, seule dans sa cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 799
Reputation : 315
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : Washington DC
Anthopologue

Qui est tu?
Relations: Kate, Richard, Angela, Camille, Jack, Seeley
Metier/Etudes: Anthropologue
Age du perso: 36 ans

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Jeu 5 Jan - 13:36

Chapitre 4

La journée du lundi fut vraiment dingue. Double homicide avec deux suspects très coriace avait fait de cette journée d'enfer une importante quantité de paperasse. Kate regarda sa montre, la tête appuyée sur sa main gauche, le stylo qui lui donnait des crampes dans l'autre, elle soupira. Il était 05h10. Elle devait s'en aller. Elle jeta un œil sur les dossiers de son bureau et haussa les épaules. Tant pis, elle pourrait les finir mercredi, en plus ce n'était pas des dossiers départemental, juste personnels et de toute façon, il fallait vraiment qu'elle sorte.

Elle commença à ranger ses affaires et Esposito se pencha dans l'allée pour mieux la voir. « Que vois-je? Katherine Beckett part avant six heure? »

« Oh ça va, Esposito, » Elle grogna. « Certains ont des vies, hein. » Quel petit fouineur.

« Oh bien sur, je l'sais, » dit-il en la regardant, puis secoua la tête. « Je ne savais pas que t'en avait une aussi, faut croire que si. »

« Tu sais pas grand chose de moi, Esposito, » Répondit Kate, tout en enfilant sa veste. « On se voit mercredi. »

Il lui jeta un drôle de regard et hocha la tête. « A mercredi. »

Kate se dirigea vers les ascenseurs tout en passant devant de nombreux détectives qui se pressaient devant le tableau de l'enquête en court. Elle passa devant Egrin et ils échangèrent un regard amical. C'était un gars bien-elle avait pu le constater lors d'une nuit de garde. S'ils avaient de la chance ça serait une nuit plutôt calme, il pourrait peut être même l'aider en tapant ses dossiers en cours. Ils le faisaient souvent à l'occasion.

Elle récupéra l'adresse, rentra dans sa voiture et sortit du garage. La circulation était difficile et il lui fallut au moins vingt minutes pour arriver à SoHo, durant tout le chemin elle avait du mal à se contenir. Elle était excitée et nerveuse à la fois, et elle se sentait stupide et ridicule face à ces sentiments. Mais vu l'état de la circulation, elle se devait d'être vigilante et se félicita de se concentrer sur ça plutôt qu'autre chose.

Elle arriva enfin devant l'immeuble et trouva facilement une place pour se garer (l'un des avantages de conduire une voiture de police), elle enleva sa veste NYPD et enfila un manteau beige par dessus son tee-shirt gris. Ce n'était pas génial, mais c'était mieux que d'être avec son uniforme.

Elle sortit de la voiture et entra dans le bâtiment. Lorsqu'elle traversa le hall personne ne vint à sa rencontre. Peut être que le portier était laxiste sur les allées et venues... Oh, non, le portier savait très bien qui elle était, il lui souriait et la salua d'un signe de tête. Rick avait sans doute du le prévenir de sa venue. C'était étrange, on la connaissait alors qu'elle ne savait strictement pas qui il était. Elle monta dans l'ascenseur et secoua la tête en voyant l'intérieur. Il était extravagant, dorée et plein de miroirs. A vrai dire, tout l'immeuble reflétait la richesse et le raffinement.

Elle descendit au cinquième et regarda autour, elle repéra rapidement l'appartement 504 non loin d'elle. Elle s'y dirigea et prit une profonde inspiration. Était-elle vraiment sur le point de dîner avec Richard Castle et sa fille? Il y avait un boucan d'enfer à l'intérieur, on entendait les rires de la fillette. Souvent, sa mère lui avait dit que les enfants avaient une façon bien à eux d'égayer l'obscurité. Et, alors qu'elle restait face à la porte, elle se sentit sourire au son du rire d'Alexis, Kate commençait un peu à comprendre cela.

Elle frappa.

« Je vais ouvrir! »

Il y eut le bruit de dérapage, puis la porte s'ouvrit sur le visage rayonnant d'Alexis. « Salut Kate! »

« Salut, Alexis, » Kate souriait tandis qu'elle se laissait tirer dans l'appartement. « Comment vas-tu? »

« Ça va! » Déclara Alexis avec enthousiasme. « Nous préparons la pizza! » Elle sautillait joyeusement, tout en faisant frotter son jean autour de ses fines jambes. Kate était tellement distraite par la fillette qu'elle n'eut même pas le temps de regarder autour d'elle

« Ça sent bon. » lui dit Kate alors que Rick venait vers elle pour la saluer. « Bonsoir », dit-elle en levant les yeux vers lui.

« Bonsoir. Merci d'être venu », Ajouta t-il en souriant doucement. Il avait l'air détendu, vêtu d'un jean et d'une chemise bleu faisant ressortir ses yeux. C'était un Richard Castle au naturel.

« De rien, je suis ravie d'être ici. » Elle se dandinait d'un pied sur l'autre mal à l'aise se rendant compte qu'elle portait toujours son arme. « Euh ... »

« Alexis, chérie, peux-tu aller mettre la salade sur la table? » Suggéra Rick.

« Bien sûr, papa! » Elle dérapa au loin.

« Quoi de neuf? »

Kate lui adressa un sourire reconnaissant. « J'ai toujours mon arme, et je, euh ... où est ce que je peux la poser? Je ne voudrais pas la laisser dans la voiture. » Parmi toutes les choses stupides à faire, elle avait ramené son arme dans une maison où il y avait une enfant. Pourquoi n'y avait elle pas pensé ? Elle était officier de police. Elle était censée penser à la sécurité. Il aurait dû y penser aussi...

«C'est génial », il sourit.

« Pardon?" Qu'avait il dit?

« Je veux dire, euh ... Une petite fille, votre fille, mon pistolet, la sécurité... Euh... Je vous suis? » Elle riait malgré elle et le suivi à travers le vaste séjour. Un canapé en cuir noir énorme occupait le milieu de la salle, parsemée de divers oreillers de couleurs vives. Deux fauteuils face à face trônaient à chaque extrémité d'une table basse, et les murs autour de la salle étaient remplis de livres. Elle pensait que ses parents avaient lu beaucoup de livre. Elle s'était trompé, il y avait pire.

« On revient, pumpkin », dit Rick à Alexis tandis qu'il faisait signe à Kate de le suivre à travers une porte, sans doute son bureau.

« Ok! » Déclara Alexis simplement.

Il ferma la porte et la guida vers une énorme étagère, où il s'agenouilla et ouvrit un coffre-fort. « Vous avez mis le cran de sécurité dessus? »

« Toujours, quand je ne suis pas en service, » répondit-elle, en le sortant de l'étui. Puis, elle lui remit le tout avec son badge. « Merci beaucoup. Je n'y avais pas vraiment pensé. Habituellement j'oublie que je l'ai sur moi. »

« Pas de problèmes » dit-il tout en mettant l'arme et le badge à l'intérieur.

Le bureau était aussi surprenant que le salon. Il était jonché de couvertures de ses livres dédicacés. Il y en avait tout le long du bureau et ça couvrait la largeur du mur, sur lequel se trouvait une grande photo d'un escalier en colimaçon sans fin. La pièce était chic, avec des fauteuils du même noir que le salon et un bureau d'acajou énorme au milieu, ornée de toutes sortes de bibelots et de son ordinateur. Mon Dieu, elle se tenait la, debout, en plein milieu du bureau de Richard Castle, ici même où il écrivait ses livres.

« C'est cool. »

Elle le regarda d'un drôle d'air alors qu'il désignait le coffre fort, elle comprit son attitude et ne put s'empêcher de lui rétorquer avec un petit sourire. « Vous aimez vraiment le fait que je travail dans la police hein? »

« J'aime? Je viens de mettre un pistolet dans mon coffre-fort. C'est trop cool. »

« Vous avez quoi... 12 ans? » Riait elle, amusé.

« Des fois », il haussa les épaules. « Maintenant, retournons en cuisine, avant que le sel ne devienne mystérieusement le principale ingrédient de ce soir."

« Ça sent le vécu non?"

Il hocha la tête et ouvrit la porte, en faisant de grands gestes pour qu'elle lui passe devant. « Elle aime faire des choses dans la cuisine, mais elle manque d'une certaine finesse ..., dirons nous. »

« Allez! » Dit Alexis déjà assise à table. « J'ai faim! »

Rick lui fit signe de s'asseoir en face d'Alexis, puis il se retourna afin d'attraper la pizza dans le four. Elle s'assit et l'observa tandis qu'il ramenait le plateau en souriant.

« C'est une pizza fait maison? » Demanda Kate alors qu'il posa le plateau devant elles. Il pouvait faire de la pizza? Richard Castle faisait de la pizza fait maison qui sentait comme celle de l' « Authentic Nick »?

« Bien sûr, » répondit-il avec aisance. « Nous ne faisons que de la pizza maison pour le soir de la pizza. »

« Je la préfère, elle est meilleure », ajouta Alexis. « Le fromage est trop bon."

« Laissons Kate nous dire ce qu'elle en pense » Ria Rick pendant qu'il coupait la pizza en tranches, et en donnait à chacun.

Ils étaient assis, attendant patiemment que Kate en mange un morceau. «Vous allez me regarder manger? » Elle était sûre qu'elle adorerait, mais n'était-ce pas un peu bizarre, du moins, pour Rick?

« J'aimerais voir ta réaction, » Dit sérieusement Alexis.

« Pareil » Souriait Rick.

Kate le regarda en fronçant des sourcils, mais en mangea une petite bouchée quand même. C'était croustillant et gluant à la fois, la sauce avait été faite avec quelque chose de tellement bon qu'elle aurait été capable de gémir. Mon Dieu, c'était divin. « C'est délicieux », Annonça t elle en avalant sa bouchée. « Est ce que tu l'as l'aidé, Alexis? » Demanda t elle, essayant de ne pas rire en voyant l'attitude ravie de Rick.

« J'ai roulé la pâte et fait la sauce. »

« Nous avons même des tabliers et tout! », Expliqua Rick. « Et on a aussi de la salade et du pain à l'ail. »

« C'est trop, » Kate sourit. « Mais c'est super. Merci. »

« Tu as déjà eu des diner de famille, Kate? » Demanda Alexis.

Comment répondre à cette question? Le dernier dîner de famille, s'était terminé par un assassina et cela avait brisé son univers. Mais il ne valait mieux pas en parler ici. Kate prit une autre bouchée puis, respira un grand coup. « Plus vraiment », Dit-elle attentivement, espérant avoir une voix ferme et légère. « Mon père est très occupé. »

« et ta maman? »

Kate cligna des yeux et prit une grande respiration. Elle ne pensait pas qu'elle aurait à en parler ce soir. Mais les enfants avaient une tendance à poser beaucoup de questions, et Alexis ne pouvait pas savoir. « Euh ... ma mère, ma mère est décédée... »

« Oh, » Dit doucement la petite fille.

Un ange passa. Alexis avait l'air un peu confuse, mais ne fit aucun commentaire, Rick la regardait... il semblait la regarder tristement. « Désolé » murmura t-il.

Kate souleva une épaule. « Ca va. » Elle tenta de se reprendre; ce n'était pas le moment de sombrer. Elle était là pour se divertir et faire rire une petite fille, non? « Qu'as tu appris à l'école aujourd'hui, Alexis? »

Alexis semblait plus enjouée et Kate remarqua que Rick la regardait du coin de l'œil. « Nous avons parlé de l'océan », lui dit Alexis avec enthousiasme. « Et nous avons choisi chacun un animal pour un exposé. J'ai choisi les tortues de mer ».

«Alexis est une fan inconditionnelle des tortues de mer», Intervint Rick, il la regardait toujours du coin de l'œil, et souriait à sa fille.

« Papa dit que ce week end on ira les voir au zoo et qu'on prendra pleins photos."

« C'est une très bonne idée. Mais, dis-moi, pourquoi les tortues de mer? » Demanda Kate, en se forçant à prendre une autre bouchée de pizza et d'oublier le sujet de sa mère dans un coin de sa tête.

Alexis était bouche bée. « Pourquoi? Parce qu'elles sont géniales! »

Kate se mit à rire. « Je vois. Mais pourquoi sont-elles géniales? »

Kate remarqua qu'Alexis paraissait déconcertée pendant ce temps, Rick prenait une grande bouchée de pizza. Alexis en prit à son tour et la mâcha tout en réfléchissant puis ensuite répondit à Kate.

« Elles sont vraiment vieilles, elles vivent très longtemps. Et elles suivent, euh... les courants marins pour se déplacer et elles font de très grandes distances pour aller pondre des œufs. Et elles gardent leurs œufs jusqu'à leur éclosion, comme de vraies mamans Et,... euh, ce sont des reptiles, mais elles vivent dans l'océan et nagent très vite, alors qu'elles ne sont pas rapides sur terre. »

« Ces arguments la me conviennent » répondit Kate impressionnée. Elle aurait pu s'arrêter là « elles vivent très longtemps » mais elle avait laissé Alexis continuer.

« A moi aussi », ajouta Rick.

« Quel est votre animal de mer préféré, Kate? » Demanda Alexis. « Et pourquoi? »

Oh, c'était une enfant intelligente, et ça se voyait « Les Pingouins » répondit Kate avec facilité, surprise par sa propre réponse. Elle s'arrêta un instant cherchant quelques arguments, puis sourit. Elle aimait les pingouins étant enfant, et elle se souvenait pourquoi. « Ils sont très rapides dans l'eau, comme les tortues de mer, et ils font aussi de longues distances pour pondre leurs œufs. Ils sont intelligents et conserve la chaleur de leur cœur en hiver. Et, ce sont les papas qui prennent soin des œufs une fois que les mamans les pondent. Et surtout ils s'accouplent pour la vie » ajouta Kate.

« C'est l'accouplement pour la vie qui est la chose la plus importante pour que ce soit votre animal préféré? » demanda Rick.

Kate le regarda dans les yeux. Il y avait une lueur de quelque chose qu'elle ne pouvait pas vraiment cerner. « Je disais donc... »

« Hmm, » enchaina t il faisant mine de comprendre.

« Hmm? » imita t elle sans comprendre. Alexis rigola. « Qu'est ce qu'il y a de drôle? »

« Vous êtes bêtes » expliqua Alexis. « On chante pas à table."

« On n'a pas le droit de fredonner? » Demanda Rick avant qu'il ne commence à fredonner le générique Star Wars.

« Papa! Non pas ça! », S'écria Alexis, puis elle s'adressa à Kate en soupirant. « Il fait toujours ça."

« Heu... Fredonner l'air de Star Wars? » Elle ria légèrement en les regardant.

« Oui. Il l'adore. »

« Et pas toi? » Elle supposait que Richard Castle, qui était apparemment un bon cinéphile, aurait sans doute initié sa fille à tous les films de science-fiction possible et qu'elle les aurait aimés.

Alexis haussa les épaules. « Ils sont bien. »

«Vous les avez tous vus? » Oula, à quand datait la dernière fois qu'elle avait regardé ces films déjà?

« Star Wars... L'éducation commence tôt chez les Castle » intervint Rick en arrêtant son interprétation pour répondre et surtout prendre une autre part de pizza.

« Je vois », Kate hocha la tête. « Quel est ton film préféré, Alexis? »

« Y'en a plein, mais je préfère vraiment ceux d'Harry Potter, » répondit-elle. « Tu les as lus? Papa et moi on a fini le 4. »

« Je l'ai... » Souriait Kate. Elle ignorait les taquineries qu'elle aurait pu avoir en lisant ce genre de bouquins. Elle aimait les livres. « Je n'en peux plus d'attendre la sortie du 5. »

« Moi aussi! » C'était impressionnant pour un enfant de sept ans. Les livres étaient compliqués et long.

« Tu as lu Harry Potter? » demanda Rick, en la regardant avec intérêt.

Kate se tourna vers lui. « C'est ce que je viens de dire à votre fille. Vous n'écoutez pas? »

« Seulement quand je le juge nécessaire, » sourit-il. « Vous les aimez, hein? »

«J'en suis accro... Je les lis depuis qu'ils sont sortis » admit-elle. Elle ne pouvait pas se rappeler pourquoi elle avait acheté le premier, mais après... Elle devait avait voulu la suite de l'histoire du petit garçon à la cicatrice.

« J'aime Hermione », dit Alexis.

« Moi aussi », lui dit Kate. « Elle est très intelligente. » Elle s'identifiait un peu face à cette fille, et elle pensait qu'Alexis faisait sans doute de même.

« Elle est plus intelligent que les garçons »

« Je peux te dire un secret? » lui demanda Kate. La petite fille hocha la tête avec joie. « Les filles sont plus intelligentes que les garçons. C'est un fait. »

« Hey! » S'exclama Rick. « Ne lui dites pas ca. Ce n'est pas vrai, Alexis. »

« Donc les garçons sont toujours plus intelligents que les filles? » Demanda Alexis.

Haha! Essayez de vous sortir de là, Rick Castle. « Non, je dit juste que ... eh bien ... les filles ne sont pas toujours plus intelligentes que les garçons. Parfois, les garçons sont plus intelligents », mince, il avait réussi.

« Rarement, » marmonna Kate dans son verre.

« Vous ne m'aidez pas. »

« Je ne suis pas d'accord. J'essaie d'expliquer à votre fille les vraies leçons de la vie », lui assura t elle, en faisant un clin d'œil à Alexis qui semblait beaucoup s'amuser.

« Ouais, papa. Les vraies leçons de la vie » ajouta Alexis, en souriant.

Il jeta ses mains. « Voulez-vous un dessert? Parce que j'hésite à vous le donner maintenant. »

« Non, non, je veux mon dessert! » dit Alexis affolée. « Pardon, papa. »

« Moi je ne m'excuse pas, mais je serais ravi d'avoir un dessert, enfin si votre question s'adressait à tout le monde, » lui dit Kate. « Tout était parfait. » Elle se sentait bien, rassasié et satisfaite, ce qui était assez rare pour la majorité des repas qu'elle se faisait. Ce n'était pas qu'elle était mauvaise cuisinière, juste qu'elle n'en profitait pas.

Il lui sourit. « Ravis de l'entendre. Vous pouvez revenir ici quand vous le souhaitez. »

Elle souriait et le regardait tandis qu'il se dirigea vers le réfrigérateur, pour revenir avec un petit gâteau au fromage. Elle devrait sans doute travailler encore plus pour éliminer tout ce diner.

« Cheese-cake! » Alexis cria. « Mon préféré! »

« Je sais, » ria Rick, il coupa trois tranches et les mis sur des assiettes. « Vous aimez les Cheese-cakes, Kate? »

« Oui, le cheese-cake est aussi mon dessert préféré » dit elle en riant.

Alexis rayonnait tout comme Rick, alors qu'ils les servaient et retournait au réfrigérateur pour y mettre le reste du gâteau. Kate eut l'impression de se revoir lorsqu'elle vit Alexis plonger sa cuillère à l'intérieur et fermer les yeux pour mieux savourer. Elle aurait aimé savoir où il l'avait pris. Non, en fait, elle ne préférait pas. Si elle savait, elle prendrait beaucoup trop de poids... Il valait mieux qu'elle profite de cette unique part de gâteau.

« Alors, qu'est ce que vous faites pour Thanksgiving? » demanda Rick quelques minutes plus tard.

« Je travaille », répondit Kate simplement.

« Vous avez à travailler à Thanksgiving? » demanda Alexis avec surprise.

Kate les regardait, ils avaient l'air très étonnés. « Nous changeons souvent. J'ai Noël pour cette année, mais pas Thanksgiving. » Elle oubliait souvent qu'il n'était pas normal pour quiconque de rater des vacances pour aller courir après des tueurs et chercher des corps mutilés dans des endroits peu fréquentable.

« Oh, » dit Alexis en hochant la tête.

Rick fit une grimace. « Ça craint."

Kate haussa les épaules. « Ca arrive ». Elle préférait ça de toute façon. Le travail lui permettait d'échapper à la solitude des jours fériés, parce que sans sa mère et son père pour célébrer ces fêtes, puisqu'il n'était pas en état de le faire en ce moment. Elle préféra se jeter corps et âme dans le travail, c'était plus simple. Et puis, elle n'avait pas à y penser.

« Kate? » demanda Alexis quelques minutes plus tard.

« Oui? » sourit elle, tout en sortant de ses pensées.

« C'est quoi ton travail? »

Kate prit une gorgée d'eau. Comment pouvait-elle répondre à cette question? Elle regarda Rick cherchant un appui, mais il avait l'air aussi intrigué qu'Alexis. « Eh bien, j'aide les gens à attraper des criminels » dit-elle lentement.

« Mais comment? »

« Je trouve des preuves et vais sur les scènes de crime avant les détectives, pour les aider. »

« Comme un scout? »

« Oui, » Kate sourit. C'était un bon exemple « C'est tout à fait ça. Et parfois, je creuse pour trouver des choses. »

« Vous creusez? » demanda Rick

« Nous avons passé la plupart du mercredi dans une benne, en fait » répondit Kate tout en riant voyant leurs yeux s'écarquiller.

Alexis fronça le nez. « Ca a pas l'air très cool. »

« Ca ne l'est pas. Mais, le collier que j'ai trouvé à été important pour l'enquête » lui dit elle. Alexis secoua la tête et son visage semblait être dégoûté de ce qu'elle entendait. Elle comprenait en se souvenant des ces sac à ordures, Kate ne pu terminer sa dernière bouchée de gâteau.

« Comment ça? » demanda Rick.

Kate se tourna vers lui. « Pourquoi voulez-vous savoir? »

« Ca m'intéresse » répondit-il facilement. « Le crime me fascine. »

« Papa, s'est même attaché à une chaise avec du scotch», lui dit Alexis.

« Il a fait quoi? » lui demanda Kate, en se retournant vers Rick en haussant des sourcils. Il était rouge de honte. « Et pourquoi il a fait ça? » Oh, il se tortillait dans son siège, ça devait être croustillant.

« Il veut être sur que Derrick peut sortir d'un ... un problème ...? » lui dit Alexis, en regardant son père pour qu'il confirme.

« Oui. Un problème T'as bien retenu, pumpkins, » Rick lui souriait, évitant le regard de Kate. « Je tiens à faire mes recherches. »

« En vous attachant sur une chaise? » demanda t elle incrédule.

« Et dans un placard aussi » ajouta Alexis.

Kate le regarda puis regarda Alexis. « Et, quand ton papa est attaché, tu fais quoi? »

« Oh, on part faire des courses avec grand mère », sourit Alexis. « Et s'il n'a pas réussit à se détacher avant notre retour elle le détache... et le sermonne. »

« Oui, ce sont les journées sympathique », dit Rick en se hâtant, tout en se levant et prenant les plats. « Pourquoi n'iriez vous pas dans le salon pendant que je débarrasse."

« Est ce que Kate peut rester pour le film? » demanda Alexis avec enthousiasme.

« Je ne sais pas, ma chérie. Il faut demander à Kate. »

Alexis se tourna vers elle avec de grands yeux bleus. « Tu veux bien rester? »

« Bien sûr », sourit Kate. Elle était en train de s'amuser et n'était vraiment pas pressée du tout de rentrer chez elle où l'attendait la solitude et un appartement glacial. « Allons en choisir un pendant que ton père nettoie. »

« Ok ».

Elle laissa Alexis la guider vers la salle de séjour où une impressionnante collection de cassettes sur de nombreuses étagères attendait d'être visionnée. Alexis les désigna presque une par une, en donnant des commentaires sur les films et en demandant l'avis de Kate. Finalement, elles se sont décidées sur « Le Cygne et la princesse », un film que Kate n'avait pas vu depuis très longtemps. Alexis mit la cassette et entraina Kate sur le canapé, où elle s'affala et tapota la place à ses à côtés pour qu'elle vienne s'assoir.

Kate s'y assit, et Alexis se blotti immédiatement contre elle. Elle sursauta un peu mais se détendit ensuite, passant une main dans les cheveux de la fillette. Alexis la réchauffait et Kate se détendit de plus en plus. Son véritable jour de congé c'était demain, et contrairement à la plupart les lundi soir, elle n'était pas si détendue, mais la, elle était déjà complètement molle et tranquille.

« Dépêche-toi, papa! Je dois me coucher à 9 heures! » Rappela Alexis.

Kate entendit Rick rigoler tandis qu'il venait vers elles et s'installait aux côté de Kate, en se penchant pour regarder sa fille. «Tu n'oublis jamais l'heure du coucher, hein, chérie? »

« Non, parce que si je ne m'en souviens pas, tu vas oublier. »

Il gloussa et regarda Kate. « Ca ne vous ennui pas? » demanda t il en chuchotant, en désignant la position d'Alexis. Kate hocha la tête et Rick attrapa la télécommande, le film commença enfin.

« Le Cygne et la princesse? Encore une fois? » Geint il.

« Hey, j'aime bien ce film, » objecta Kate, le poussant avec son coude.

« Ouais! » intervint Alexis.

« Je ne gagnerais pas non plus cette fois ci », maugréait-il, en se levant pour aller pester dans son fauteuil. Elle ne pouvait pas s'empêcher de sourire en le voyant comme ça. Ils faisaient la paire tout les deux.

Kate le regarda du coin de l'œil pendant que le film commençait, et, s'il n'avait pas l'air de s'ennuyer tant que ça, elle le surprit même à chanter les chansons et faire des dialogues. Alexis fit de même durant un moment, jusqu'à ce que Kate senti un poids s'alourdissant à ses côtés.

« Je crois qu'il y a quelqu'un qui va aller se coucher, petite princesse », dit-elle doucement alors que le film n'en était qu'a plus de la moitié.

"Uh-huh, » marmonna Alexis.

« L'heure de se coucher », souriait Rick. « Heureusement que nous avons pris un bain juste après l'école, hein? » lui demanda t il, alors qu'il commençait à la porter.

« Ouais, » chuchota t elle d'un ton endormi.

Rick regarda Kate tandis qu'elle mettait le film en pause avec la télécommande. «Je ... euh ... »

« Kate? » demanda Alexis.

« Oui, chérie? »

« Tu veux bien venir aussi? «

Kate eut l'impression de se liquéfier, et elle échangea un regard surpris avec Rick . Il hocha la tête, comme pour dire: « Si ça ne vous gène pas. » La soirée avait été magnifique et il y avait eu ce sentiment bizarre de normalité qu'elle n'avait pas prévu, comme si elle les avait connus depuis toujours. Avait-elle le droit d'être si intrusive au point d'aller border sa fille? C'était tout aussi innocent qu'un dîner, non?

« Bien sûr » répondit Kate après un moment d'hésitation. Rick sourit et ensemble ils se dirigèrent jusqu'à l'escalier. Ils tournèrent au coin et Rick poussa une porte à moitié ouverte pour dévoiler une pièce lumineuse de couleur pourpre avec de nombreux jouets. Il y avait pas mal de livres sur l'étagère du coin mais bien moins que ses nombreux jouets d'enfant. Elle aurait sans doute aimé être ici si elle avait été enfant.

Rick plaça Alexis sur le lit, où il l'encercla avec des animaux en peluche et les oreillers. « C'est l'heure de te brosser les dents, pumpkin. »

Alexis hocha la tête et trottina vers la salle de bain. Puis, elle ferma la porte derrière elle. Rick se tourna vers Kate tandis que celle ci regardait autour d'elle.

«Merci, je ...»

« Y'a pas de problème » l'arrêta t elle en le regardant avec un sourire.

«Non, je veux dire, je sais que je viens ... je l'ai ... elle n'est habituellement pas si, euh, je veux dire facile , ne vous méprenez pas hein..?. Vous êtes cool Mais, euh ... »

Kate sourit en le voyant s'expliquer avec peine. « C'est bon. Je comprends. Et ça ne me dérange pas. J'ai passé un très bon moment ce soir. » C'était vrai, elle sentit comme un petit frisson dans le ventre, lorsqu'il la regarda avec cet air reconnaissant face à ses paroles.

« C'est vrai? »

« C'est vrai. »

Alexis sortit de la salle de bains dans une chemise de nuit bleue, essuyant sur sa manche sa bouche. « Prête », sourit-elle.

Rick la hissa sur le lit et la blotti sous une montagne de couvertures. Kate les regardait, fascinée et mélancolique à la fois. Son père l'avait fait lorsqu'elle était gamine. non ... pas ce soir. Elle ne devait pas y penser ce soir. 'Tu as assez chaud? » demanda Rick.

« Oui » rigola Alexis.

« Tu veux une histoire? »

Alexis acquiesça et fit signe à Kate de venir. Kate se dirigea lentement vers eux et se retrouva debout, à la tête du lit tandis que Rick était assis sur le bord près des hanches de sa fille.

« Merci d'être venu, Kate », dit Alexis, tandis que ses yeux se fermaient.

« Je suis contente d'être ici », lui dit Kate, tout en replaçant une mèche de cheveux qui glissait sur le front de la jeune fille.

« Tu reviendras la semaine prochaine? » murmura t elle doucement.

«Je ...» Elle regarda Rick, qui haussait les épaules.

« Vous êtes vraiment la bienvenue. »

Kate respira un grand coup. Le voulait-elle? Elle s'était vraiment bien amusée ce soir. Et ici, dans cette maison au moins, il n'y avait pas des meurtriers ou des méchants, juste des rires. « Bien sûr, Alexis. J'adorerais. »

« Super ».

Sa respiration se faisait plus posée et ils comprirent, qu'elle venait de s'endormir. Ils se tenaient la, debout durant quelques minutes, juste à regarder cette petite fille. Puis réalisant que l'heure tournait, Rick fit signe à Kate afin de quitter les lieux et de redescendre. Il alluma les petites lumières tout en éteignant la lampe principale, cela projetait de nombreuses lumières scintillantes autour d'eux, cette ambiance semblait chaleureuse et agréable, ensuite, ils se dirigèrent vers le salon.

« C'est vraiment joli,» murmura t-elle, lorsqu'il ferma la porte.

« Elle n'aime pas le noir, et... j'aime faire des choses spéciales », dit-il en haussant des épaules alors qu'ils étaient dans les escaliers.

Ils étaient la, dans le hall, et se regardaient. « Je me suis bien amusée », dit-elle enfin, après une minute de silence gênante, elle balançait ses mains histoire d'avoir bonne contenance.

« Moi aussi », dit il en hochant de la tête.

«C'est ...» commença t-elle, incapable de trouver un mot à lui dire.

« Est-ce bizarre? Ca ne me parait pas bizarre, en soi," dit-il.

« Non, c'est juste ... étrange? »

Il hocha la tête. « Va pour étrange. Voulez-vous vous asseoir? Ou préférez-vous rentrer chez vous maintenant? »

Kate secoua la tête. Elle n'avait pas envie de partir, et elle remarqua qu'elle ne voulait pas vraiment maintenant. « Je ne suis pas pressée. Nous pouvons nous asseoir. »

Elle le suivit dans le salon et s'assit sur le canapé, le laissant s'installer en premier. Ils étaient assis face à face, dans le canapé. Un ange passa. Après de longues minutes silencieuses, Rick lui tendit la main. « Salut, je suis Rick. »

Kate se mit à rire, mais lui prit tout de même la main, soulagée qu'il soit le premier à briser ce silence gênant. Elle n'avait pas envie qu'entre eux ça soit si tendus, qu'ils se sentent si mal a l'aise. « Kate ».

« Ravi de vous rencontrer pas à une séance de dédicace cette fois. »

« Ravie de vous rencontrer aussi», souriait-elle. « Votre fille est adorable. »

« Elle vous adore », dit il en riant. « Elle n'arrête pas de parler de vous, en fait. »

« Je l'adore aussi, si vous ne trouvez pas ça trop ... étrange. » Adorer n'était pas exactement le véritable mot qui conviendrait, elle était totalement gaga de cette petite fille. Qui ne le serait pas?

Il secoua la tête. « C'est difficile de s'en éloigner. Je pense que ... eh bien, c'est vraiment sympa, qu'elle soit...»

« Qu'elle soit...? » l'invita t elle à poursuivre.

Il soupira et se passa une main sur son visage. « Sa mère … -Arrêtez moi si je vous ennuis.- Mais, sa mère est moins présente, vous comprenez? »

Kate hocha la tête. « Je crois que j'ai saisit », dit-elle doucement, écoutant attentivement les aveux difficiles qui allaient suivre.

« Et, donc, nous revenons de ce voyage horrible, et elle vous rencontre, vous êtes cool, sympa et douce, vous lui avez lu un livre et vous l'avez laissée s'endormir contre vous, et elle est devenue complètement accro à vous. Et en plus vous êtes venu pour dîner, et vous êtes adorable, vous saisissez? »

Kate souriait doucement. Il était inquiet qu'elle délaisse son enfant comme un vulgaire mouchoir par la suite. « Elle est géniale, Rick."

« Je suis content que vous le pensiez, j'ai juste ... Je ne sais même pas comment vous dire ça. Je ne laisse normalement pas Alexis rencontrer les personnes que je fréquente. Mais, je ne vous fréquente pas. »

Kate se mit à rire nerveusement. « Non, en effet. ». Mais elle ne pouvait pas stopper la petite voix qui lui murmurait « pas encore ». Elle tenta d'oublier ce genre de pensée, espérant que ça ne se reproduise plus. Parce que ça le faisait toujours au final.

« Donc, je ne sais pas comment faire », lui dit il tranquillement, en la regardant. « Et, vous ne semblez pas être le genre de personne qui joue avec les sentiments des enfants."

« Absolument pas » répondit Kate.

« Ouais, je le ressens aussi, vous êtes quelqu'un de bien. »

« J'aimerais d'ailleurs qu'on parle de ça. » Être « quelqu'un de bien » n'était pas une raison suffisante pour la laisser seule avec sa fille.

« Vous êtes une criminelle ? » demanda t il les yeux rond.

« Non! Mais j'aimerais que l'on parle de cette raison » elle ria légèrement. « Je suis la dans le magasin... Alors ok, je vous ai montré mon badge, c'est vrai. Mais il y a beaucoup de gens qui peuvent en avoir des faux, vous savez? » Dit elle tranquillement, essayant de lui faire comprendre sans pour autant empiéter sur son statut de parent. Elle détestait qu'on lui donne des ordres surtout sur quelque chose qu'elle maitrisait, elle tentait alors de faire la même chose pour les autres.

Il souriait. « Je vous avais suivis. »

« Quoi? » Dit elle haletante.

« Il y a des caméras partout dans ce magasin. Je n'avais qu'a regarder ou était Alexis. »

Kate cligna des yeux. Eh bien ... c'était bien, mais un peu bizarre. « Oh ».

« Ne vous inquiétez pas. Je suis beau mais pas bête », il sourit.

« Et prétentieux » maugréât-elle.

« Parfois » dit il en riant. « Mais merci » dit-il sérieusement. « C'est vraiment gentil de vous être occupée d'elle comme ça. »

« Elle le mérite », lui dit-elle honnêtement. Cette petite fille avait beaucoup de valeur, et il ne lui avait pas fallu longtemps pour le comprendre.

« Ce qui nous ramène à ce que j'ai dit » soupira t-il. « Mais je suis vraiment ravis de vous connaître. Vous êtes intelligente, intéressante, et ma fille pense que vous êtes géniale. Et, vous êtes géniale avec ma fille! Toutes ces réponses aux questions qu'elle vous posait... C'est gentil d'y avoir répondu. »"

« Merci », rougit elle.

« Mais j'aimerais savoir ... »

« Vous pouvez demander, vous savez », dit-elle doucement.

« Est ce que vous resterez longtemps à ses cotés? Parce que, ne vous méprenez pas, mais je pense que si vous êtes aussi sympa qu'elle le dit, mais je ne peux pas ... Je ne veux pas la laisser s'accrocher à vous si par la suite vous ne pouviez plus être... à ses cotés. Enfin je veux dire... J'ai bien vu que c'était sérieux ce dîner, surtout qu'on vous connait depuis peu mais elle ... elle risque d'être collante, et je ne supporterais pas de la voir triste à nouveaux vous comprenez? » Dit il rapidement, presque honteusement, comme si c'était quelque chose qu'il ne fallait pas dire.

Kate ne savait pas trop quoi penser. Jusqu'ici, elle était venu à ce dîner avec un père et sa fille, et d'un coup elle se retrouvait presque à signer un pacte pour faire partie intégrante de la vie de la fille? Le voulait-elle? Était-elle prête à courir le risque, et à ne pas s'enfuir si jamais ça devenait trop? Est ce que ça serait trop? Combien de dîner passerait elle avec eux... Quelques fois par mois? Et peut-être irait-elle au Musée les week-ends aussi? Est ce que c'était mal d'avoir ce genre de petites choses dans sa vie, l'amour d'un enfant, l'amitié d'un homme bien? Parce que, c'était déjà sur qu'entre Rick le courant passait à merveille.

« Je veux dire, je ne dis pas non plus de signer pour qu'elle vous adopte comme nouvelle mère... », l'interrompit Rick en la faisant sortir de ses pensées.

« Je sais », souriait Kate. Elle respira un grand coup, tout en essayant d'y voir plus clair. C'était peut être une bonne chose pour elle finalement. « Vous savez quoi? Je suis d'accord »

« Vous êtes d'accord? »

« Pour dîner et passer quelque temps avec elle chaque semaine? Je peux le faire, Rick. J'aimerais vraiment le faire. »

« Elle a tendance à rendre les choses plus belle hein... », Il hocha la tête. « Donc, nous sommes d'accord? »

« Tout à fait. »

« Super. Bon. Hum, tu veux du vin ou quelque chose à boire? »

« Non ça ira merci » Kate lui souriait. Elle n'aimait pas boire pour ne plus penser aux choses. Elle aurait à travailler avec un mal de crane sur ses affaires le lendemain.

« Okay, » il haussa les épaules. Ils étaient assis la, en silence, durant quelques minute. « Euh ... vous savez, même pour un écrivain, je suis un peu mal à l'aise dans cette situation. »

« Comment ça? »

« Je ne suis pas très doué pour discuter avec quelqu'un »

Elle fronça des sourcils. « C'est une blague? Richard Castle, le roi des tabloïds, n'arrive pas à discuter tranquillement juste avec une personne? Allez! »

« Allez y moquez vous! Et creusez ma tombe pendant qu'on y est... Vous savez faire de la pub pour mes romans, j'excelle. Mais avoir une conversation banale sur les choses de la vie avec quelqu'un, pas tellement. »

Kate cligna des yeux. « Oh, eh bien, vous vous débrouillez plutôt bien. » Il faisait bien mieux qu'elle avant, en tout cas.

Il baissa la tête. « Désolé, d'être aussi mal à l'aise. »

Kate se mit à rire. « Ça va. Ça change. »

« ça change? »

«C'est mieux que leur tape amicale ou leurs plaisanteries toute la journée. » Comparé à la bande du 12e, la conversation peu maladroite de Rick était vraiment plus intéressante a vivre.

« La vie d'une jolie policière au sein de son équipe je suppose? »

Jolie, il pensait qu'elle était jolie? « Ouais. Être une femme n'est pas chose facile là-bas. Je veux dire, c'est pas mal, juste ... Que c'est un monde d'hommes, vous voyez? »

« Je suis sûr que vous arrivez très bien à faire votre place. »

« Merci. » Il n'y avait pas à rougir, et elle se sentait pas de papillons dans son ventre, et peut être qu'elle pourrait partir d'ici tranquillement. Sans se poser de questions.

« Alors, Katherine Beckett. Que faites-vous quand vous n'êtes pas au poste? »

Elle riait. Il était maladroit, mais réussissait pas mal à engager la conversation. « Pas grand chose. J'aime lire, être dehors. Je vais souvent au parc. Mais honnêtement je ne fais pas grand chose. »

« C'est suffisant pour se détendre », dit-il facilement, avant de s'appuyer à nouveau sur le canapé, la tête sur sa main.

« Ca l'est», elle hocha la tête. « Parfois, je vais aux dédicaces ».

Il sourit. «Ça devient intéressant. »

"Intéressant, c'est le moins qu'on puisse dire, » dit elle. «Que faites-vous quand vous n'êtes pas à des conférences de presse? »

Il haussa les épaules. « J'écris. Je m'occupe de ma fille. Je joue aux jeux vidéo. »

« Aux jeux vidéo? » Vraiment? Eh bien, peut-être que ce n'était pas si surprenant, compte tenu de l'aperçu qu'elle avait vu au diner.

« Hé, je suis jeune, je suis un mec. Je peux jouer à des jeux vidéo », protesta t il.

« Je ne juge pas,» ricanât-elle. Oh, ou alors juste un peu.

« Vous êtes en train de me juger. »

« Pas du tout. »

« C'est faux. »

« C'est ridicule » conclue t-elle pour terminer l'argumentation. « Alors les jeux vidéo, et l'écriture c'est tout? Pas de dîners hors du commun, pas de rendez vous galant? » Où diable était le playboy? Et s'il n'existait pas, comment pouvait-il y avoir autant de photos dans la presse concernant ce genre de choses. Bon, maintenant qu'elle était fixée sur le sujet, il ne semblait pas être sortir aussi souvent ces derniers temps.

Il secoua la tête. « Pas tellement, non. Je ne fais ça que pour la publicité et que quelques fois par an, et puis j'aime être tranquille à la maison. Alexis ... elle n'aime pas vraiment ce genre de choses. »

« Beaucoup de sorties, je suppose? » demanda Kate doucement.

« Ouais. Ça permettait de se faire bien voir par la presse lorsque sa mère et moi devions faire des apparitions, mais maintenant qu'on est que tous les deux elle est ... elle n'est pas si ravie que ça de sortir. »Son visage perdait cette espièglerie qu'il avait et Kate sentit ses doigts se crisper, comme si elle tentait de lui prendre la main mais qu'elle se le refuse. Quel était le véritable problème?'

Kate hocha la tête tristement. « C'est compréhensible."

« Ouais. »

«Vous avez l'air fatigué, » observa t-elle.

« Pourquoi êtes-vous la seule personne, en dehors de ma mère, à me dire ça? » lui demanda t il « Sérieusement. Tout le monde pense que je suis le lapin Energizer. »

« Probablement parce que vous avez ce sourire éclatant », répondit Kate en riant. « Mais vous avez l'air fatigué. Vous devriez aller dormir. »

« Essayer vous de fuir la conversation, Mlle Beckett? »

Kate roula des yeux. Pas du tout. « Non, j'essaye juste de vous permettre d'être à l'heure demain matin pour emmener votre fille à l'école. »

Il sourit. « Touché. Ok, ouais, je suis désolé », il bâilla. «Je suis vanné. »

« Moi aussi », admit-elle, la semaine avait été dur pour elle, il fallait qu'elle récupère un peu.

« Je vous redonne votre arme alors, Annie. »

« Je vois que vous avez de bonne références », riait elle tandis qu'elle le suivait dans le bureau.

« Ah, enfin une femme qui connait le théâtre », lui souriait il en lui donnant son arme et son badge, alors qu'elle enlevait le cran de sécurité. « C'est bon à savoir. »

« Vous êtes toujours aussi dérangé » dit-elle en le voyant fasciné lorsqu'elle rangea son pistolet dans son étui. S'il n'avait pas été un écrivain de thriller milliardaire, elle se serait posée de nombreuses questions. Mais étant donné qu'il l'était, elle s'amusait de tout ça.

«Eh! » dit il en haussant les épaules. «Alors, euh ... Vous êtes libre le lundi soir la semaine prochaine aussi?"

Kate hocha la tête. Essayant de garder la tête froide sur le fait que Richard Castle voulait qu'elle vienne dîner à nouveau et cela régulièrement. Les papillons dans son ventre, était déjà là. Elle lui sourit. « Je le suis ».

« Est ce que vous voulez venir dîner ? » demanda t il, en la regardant avec espoir.

Elle sourit. Elle adorerait. « Ce serait avec plaisir. »

Il lui fit son sourire rayonnant, puis, ensemble ils se dirigèrent jusqu'à la porte. « Eh bien, euh, c'était sympa. Merci d'être venue. »

« Je vous remercie. J'ai passé un très bon moment » lui dit elle, en mettant sa veste et en sortant ses cheveux du col. Elle l'aperçut l'observer avant qu'il ne cligna des yeux.

« Même heure la semaine prochaine? »

« OK. Ça me va. » Commencer une autre journée de congé comme celle-ci lui convenait parfaitement.

Il lui tendit la main qu'elle accepta. Ils se tenaient là, avec cette poignée de mains, sans pour autant se lâcher, se regardant fixement dans les yeux. Sa main était aussi chaleureuse et grande comme lorsqu'elle la lui avait serrée la semaine précédente, mais cette fois, Kate pouvait sentir quelque chose de différent, mais elle ne savait pas trop de quoi il s'agissait.

« Bonne nuit, Rick», dit Kate, enfin, réalisant qu'elle devait vraiment partir avant que cela ne devienne gênant.

« Bonne nuit Kate,» répondit-il, en laissant tomber sa main le long du corps pour aller ouvrir la porte. « Merci d'être venue. »

« De rien, j'étais ravie d'être la ».

Ils se sourirent et puis elle s'éclipsa dans l'ascenseur. Elle pressa le bouton rez de chaussée, et entendit les portes se fermer et la cage d'ascenseur se mit à descendre, l'éloignant petit à petit du grand appartement avec un homme adorable et une fille au cœur d'or. Elle soupira et ne put s'empêcher de laisser apparaître ce grand sourire sur son visage. Elle avait passé une merveilleuse soirée. Combien de temps avant la prochaine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 799
Reputation : 315
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : Washington DC
Anthopologue

Qui est tu?
Relations: Kate, Richard, Angela, Camille, Jack, Seeley
Metier/Etudes: Anthropologue
Age du perso: 36 ans

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Jeu 5 Jan - 13:37

Un jour avant les autre en avant premiere le chapitre 5 Smile

Chapitre 5

«Alors, les garçons m'ont dit que tu avais filé tôt lundi soir? »

Kate se tourna vers Lanie Parish, la nouvelle adjointe médicale, qui était appuyée contre son bureau. elles prenaient souvent un café ensemble depuis qu'elle avait débarqué. Kate la trouvait divertissante, même si elle était quand même un peu arrogante. C'était agréable d'avoir une autre fille dans l'équipe, une qui l'encourageait à être plus féminine. Karpowski et ses collègues ne la laissait pas de cotés, mais elle n'était pas très friande des discussions de mec.

« Et alors? » Répondit Kate de la même façon.

« Je suis juste curieuse de savoir pourquoi », dit Lanie en haussant les épaules, tout en ajustant son costume de docteur. « De tout ce que tu m'as dit, et tout ce qu'ils m'ont raconté, tu n'es jamais partie aussi tôt le soir. »

« Je ne suis pas réellement partie si tôt », répondit Kate. « Je suis rentrée chez moi à une heure raisonnable pour une fois. »

« C'est ce qu'on dit... » contra Lanie, elle s'installa dans la chaise vide qu'il y avait entre Kate et Esposito. « C'est calme aujourd'hui, pas de corps, j'ai tout mon temps. Alors, beau gosse? »

« Pourquoi faut il toujours qu'il y est obligatoirement un beau gosse dans l'histoire? » demanda Kate, en déposant quelques papiers sur le bord de son bureau. « J'aurais pu très bien passer ma journée à dormir. J'ai eu une semaine difficile. » Elle hésitait entre le fait de la taquiner sur le sujet ou garder cette partie de sa vie privée - surtout celle ci.

« Mais ce n'est pas le cas. T'as l'air trop détendue pour n'avoir rien fait, et dormi pendant une journée et demie."

Kate secoua la tête. « Tu te rends compte au moins que ça n'a pas de sens ce que tu dit, hein? »

Lanie rit . « Tais-toi. Alors, beau gosse ou pas? »

« Je suis allée diner chez un ami, » Kate haussa les épaules. Ce n'était pas tout à fait faux, ni tout a fait vrai. Il n'y avait pas besoin d'en pire plus...

« Quel ami?"

« Pourquoi tu veux savoir? »

« Pourquoi tu ne veux pas me le dire? »

Elles se lançaient des regards foudroyant. « Beckett, s'il te plait dis lui juste pourquoi tu es partie tôt hier pour que je puisse enfin travailler en paix, les discussions de nana me donne un mal de crâne », grommela Esposito.

« Ferme-la, Esposito, » répondirent Kate et Lanie en cœur.

« Susceptibles! », murmura-il.

« Bon alors, » souriait Lanie, en se retournant à Kate avec un clin d'œil. « Qui est ton nouvel ami? »

Kate soupira. Impossible de ne pas être tranquille, autant lui donner un indice. « Rick Castle, » dit-elle tranquillement.

« Quoi? »

« Rick Castle,» réitéra t-elle en jetant un regard vers Lanie. « Et ne fait pas toute une histoire de ce simple diner. » Pitié, pitié, qu'elle reste calme cool et ...

« Tu as eu un rencard avec Rick Castle? » S'écria Lanie.

Kate la foudroya du regard pendant que quelques uns tournaient la tête vers elles. . « Non, pas du tout», répondit-elle à haute voix, en regardant ceux qui la fixait à présent, qui s'esquivèrent de nouveau dans leur bureau. « Franchement, Lanie... »

« Désolé, » souriait-elle. « Mais, sérieusement? T'as dîné avec lui? Le grand romancier? »

« J'ai dîné avec lui et sa fille. Il était ... Enfin c'était juste un dîner. » Il avait été charmant au dîner ce qui lui valu un sourire radieux durant les jours qui suivirent. Mais ce n'était toujours qu'un simple dîner.

« Son enfant? Castle a une fille? »

« Ouais, » répondit Kate. « Elle est adorable. »

« Comment est-ce arrivé? »

« Oui, Beckett. S'il vous plaît, dite nous comment c'est arrivé. Nous sommes tous impatient de le savoir», rajouta Esposito, en se penchant vers elle.

« Tu voudras bien me faire une jolie coiffure pendant qu'elle nous raconte, ou dois-je juste te donner un bon coup de poing, Esposito? » rétorqua Lanie.

Il recula et Kate ricana lorsqu'il regarda Lanie avec une certaine appréhension. « Allons, Lanie. Voyons! Frapper les gens dans la salle de pause... Je ne pense pas que nous devons donner aux autres un tel exemple. ».

Elle le reconduisit hors de la salle de pause en le poussant, puis ferma la porte. « Première règle à connaître par cœur? Ne jamais ouvrir une porte avec eux. Ils vont tout faire pour la bloquer et revenir une fois que t'es partie, » dit-elle avec un petit soupir.

« Désolé », riait Lanie, tout en s'installant à nouveaux sur le canapé. « Mais, vraiment. Comment ça s'est passé? »

«Je les ai rencontré à une séance de dédicaces et j'ai passé quelques temps avec sa fille, et puis, ils m'ont invité à dîner. J'y suis allé... Il était gentil», dit Kate alors qu'elle se tenait maladroitement dans le centre de la pièce, son regard voletant de la table pour se poser sur la grande machine à café.

« Sympa? »

« Ouais. Après le dîner on a regardé un film. » Elle anticipait la conversation pour éviter un interrogatoire avec Lanie.

« Quel film? »

« Le cygne et la princesse», dit Kate, avec un fin sourire sur le visage.

« Vraiment? » demanda t elle en riant.

« Hey, la petite à sept ans, je te signale. »

Lanie était détendue sur le canapé. « La vache, ça fait vraiment longtemps la dernière fois que j'ai vu ce film ».

« Tout comme moi » Kate s'écroula à côté d'elle, se sentant un peu plus à l'aise maintenant. Elle devrait essayer de se sentir l'aise. Il était gentil, vraiment. « C'était amusant. »

« Vous allez vous revoir? »

Kate hocha la tête, jouant avec ses doigts, tandis qu'elle regardait par la fenêtre. « Lundi prochain, pour un nouveaux dîner. »

« Tu veux dire, vous allez diner ensemble chaque semaine? »

Kate rencontra son regard. « Je ne sais pas. Peut-être? » Elle espérait que ça serait le cas, et durant tout le mardi, elle avait compris qu'elle aussi avait le droit d'avoir des soirées amusantes avec des rires. Et c'était bon pour elle.

« Tu es si souriante! » lui dit Lanie. « Comment vas ton mec, Will? Comment il prend tout ça? »

«Il déménage à Boston, » dit-elle tranquillement, en faisant disparaître son sourire. En fait, il venait de démanger pour Boston hier, elle venait d'y penser, comme si elle avait fait semblant de n'avoir jamais compter les jours.

« Oh ».

« Eh bien, tu sais, on n’avait pas vraiment le choix. » Kate eut un petit rire triste.

« J’avais pourtant l'impression que vous vous aimiez vraiment. »

Kate hocha la tête. « C’est vrai. » Elle ne devait pas y penser, ça lui serrait le cœur.

« Désolé. » dit Lanie en posant une main sur sa jambe.

Kate lui donna un faible sourire. « C'est pas grave. Ça arrive. » Les gens partent. C'est ce que la vie lui avait appris, et aucune pensée positive ne semblait changer ça.

« Ca craint. »

« Oui. C'est sur. Mais, » ses yeux croisèrent ceux de Lanie. En parler ne ferait pas avancer plus les choses. Elle changea de conversation. « Et toi? »

Lanie rayonnait. « J'ai rencontré un mec sympa. »

« Vraiment? »

« Anthony-pompier. »

« Ooh, ceux des calendriers? » Demanda t elle, en haussant les sourcils avec un sourire.

« L'année dernière, mois de mai. »

« Sympa », Kate l'enviait. Lanie était sympa, amusante. « Raconte ». Leurs deux bipeurs sonnèrent au même moment. « Je pense qu'on se fera une autre pause café un autre moment dans la semaine ok? »

Lanie hocha la tête. « Demain? Comme une sorte de faux Thanksgiving? »

Kate sourit. Ce serait sympa. Même si, sans mentir : les sandwichs à la dinde de la cantine étaient vraiment bon. Elle n'avait pas l'esprit des vacances, et ça ne lui manquait pas tant que ça. Ce n'était pas comme si elle aurait pu rentrer chez elle avec quelqu'un, surtout avec Will qui n'était plus la à présent. Mais ce n'était pas le moment de s'attarder sur tout ça. « Ça me va, Lanie. On dit sept heure demain? »

« Parfait. C'est agaçant quand les macchabées sont prioritaires sur le reste, hein? »

« Ce serait trop facile sinon, » Kate haussa les épaules avec un petit rire. C'était leur vie, et elle savait que Lanie ne l'échangerait pour rien au monde.

« Oui, quoi que t'en dises! » rit Lanie alors qu'elles quittaient la salle de pause et se séparaient.

Peut-être que Kate pourrait faire quelque chose seule. Elle n'avait plus Will, mais elle avait Lanie, et le lundi elle aurait Rick et Alexis, et Madison n'était pas loin ... Elle pourrait le faire.

(...)

« Je vais ouvrir. Je vais ouvrir! Non, Papa! Laisse-moi le faire! »

La porte s'ouvrit sur le visage grimaçant de Richard Castle. Il avait l'air aussi beau que sur les couvertures de ses livres, vêtu d'une chemise à rayures et d'un jean. Il faisait viril, il aurait pu faire partit d'une couverture d'un magasine même la fillette qu'il tenait à l'envers sous son bras. « Salut, Kate. »

« Salut » elle riait en voyant Alexis s'agiter puis se tortiller, faisant virevolter ses nattes tressées.

«Papa! Lâche-moi! »

« De quoi, qu'est ce que c'était? » demanda t il en s'effaçant pour laisser rentrer Kate et fermer la porte derrière elle. «Je n'entends rien. »

« Poses moi par terre! » Répéta Alexis en gloussant.

« Oh, c'est ça que tu disais. Désolé. » Il la retourna et la posa au sol. « C'est mieux la? »

Alexis souffla et croisa les bras, le regardant. « Je voulais juste ouvrir la porte. Tu n'avais pas à me capturer. »

Il rit. « Mes excuses, petite Princesse ».

« Merci. » Elle se tourna vers Kate, qui les regardait, souriant et se mordant la lèvre. Ils formaient un si beau tableau. « Comment vas-tu, Kate? »

« Je vais bien, Alexis », dit Kate, toujours un peu choqué par l'ensemble des échanges. « Et comment vas-tu, maintenant que tu es sur tes pieds? »

«Je vais bien! » elle rayonnait. « Papa est venu me chercher et avec Paige on est allés dans le parc après l'école. »

« C'est une amie Paige? »

« C'est ma meilleure amie, » Alexis souriait. Kate regarda Rick qui articulait sans bruit "inséparables". « On passe tout notre temps ensemble. »

« C'est ce qui s'appelle une véritable meilleure amie alors », répondit Kate. Maddy et elle avait été comme ça durant leur enfance. « Que faisiez-vous dans le parc? »

« On a chassé les pigeons. »

« Vraiment? » Ne l'avait-elle jamais fait? Elle ne pouvait pas se rappeler. Sans doute. C'est ce que la plupart des enfants faisait.

« C'est papa qui en a chassé le plus. »

Oh vraiment? Kate regarda Rick, qui était maintenant appliqué à remuer quelque chose dans un pot. « Il le fait toujours? »

« Umh-umh. Il fait des bruits étranges et tout le monde regarde bizarrement. C'est embarrassant », lui dit Alexis.

« J'imagine... » dit Kate en riant. Cette image était inestimable. « Vous aimez vous donner en spectacle, n'est ce pas? »

Il se tourna vers elle l'air impassible. « Est ce que vous avez besoin de faire un tour par mon bureau? »

Kate sourit, il changeait de sujet pour éviter de répondre. « Oui. »

« Alexis, mets le couvert s'il te plaît… On revient. »

Alexis s'activa joyeusement tandis que Rick conduisait Kate au bureau.

« C'est gentil de vous en souvenir », dit Kate, alors qu'il ouvrait le coffre et qu'elle ôtait son arme et son insigne. La pièce était en bazar aujourd'hui, avec tout plein de pages sur le grand bureau et il y avait même quelques ficelles d'où des pages pendaient tenues par des pinces à linge. Elle supposait que Rick était du genre à tout accrocher sur un tableau en liège, ce qui n'était pas loin de la vérité. Mais ça faisait bizarre de voir ça en vrai.

Il prit l'arme et le badge et renferma le coffre derrière eux. « Pas de problème. J'aime bien faire ça. » Il s'était levé et la conduisait vers la porte sans qu'elle ait le temps de lui poser d'autres questions sur les pages qui étaient accrochés.

Kate secoua la tête. « Autant que la chasse aux pigeons? » demanda t elle alors qu'ils étaient dans la cuisine. Elle s'était décidée à se concentrer sur une tache bien précise : taquiner le grand méchant Richard Castle, l'extraordinaire chasseur de pigeons.

Rick haussa les épaules et fit le tour pour éteindre les brûleurs. « Le dîner est servi ! Et je ne regrette rien; Vous n'arrêtiez pas de rire sans vous arrêter, je ne sais pas pourquoi tu étais gênée. »

« Parce que c'était idiot, papa », expliqua Alexis, en prenant place à leur siège habituels. Puis, Rick commença à servir des spaghettis.

« J'espère que cela vous va », dit-il en donnant une généreuse part à Kate. « Nous avons seulement un certain nombre de plats », il regarda Alexis.

Kate sourit. « La cuisine faite maison est la meilleure. Ça a l'air délicieux. C'est quel genre de sauce que vous avez mis? » Ca sentait vraiment bon, et d'ailleurs le dîner la semaine dernière aurait pu lui donner des pistes sur sa façon de cuisiner, elle aimerait probablement tous ses plats.

« C'est une vrai sauce », répondit Alexis. « Papa ne fait pas de la sauce en conserve ».

« Êtes-vous un bon cuisinier, M. Castle? » demanda Kate, tandis qu'elle se levait pour prendre une cuillère de sauce alors qu'il remettait sur le poêle. « Dis-moi depuis quand, Alexis ? »

« Depuis quand! »

Kate arrêta de verser de la sauce, et mélangea ses spaghettis. Une sauce maison, c'était une surprise. Elle supposait qu'il n'en avait mis que sur la pizza mais la aussi, seulement c'était différent. Elle avait toujours trouvé que faire une sauce était une chose des plus difficile à réaliser, car on pouvait facilement gâcher un plat, et elle le faisait habituellement.

« Je débute » répondit Rick alors qu'il revenait à la table. « Oh, merci. Ça ira, » dit-il, lorsqu'elle lui rajouta une louche de sauce dans son assiette.

Elle s'assit et ensemble ils commencèrent à manger. La sauce était incroyable. Il n'avait pas la saveur métallique des boites, celles qu'elle utilisait elle. Et il y avait de vrais morceaux de tomate. À quand remontait la dernière fois qu'elle avait mangé un morceau de tomate? « Rick, c'est fantastique. »

« Vraiment? »

« Oui, » dit-elle, heureuse de prendre une autre bouchée.

« Papa fait que le meilleur. Pas comme grand mère » ajouta Alexis.

« Oui, grand-mère a tendance à être trop… Dirons-nous, créative dans la cuisine », sourit Rick.

« Ça avait un goût de pieds, papa. C'est pas créatif, c'est mauvais. »

Rick se mit à rire. « Elle a raison. »

« Je ne sais pas faire la sauce », dit Kate. « Donc je vous prends aux mots. Mais la, c'est vraiment délicieux. »

Rick l'observait attentivement alors qu'elle essuyait un peu de tomate sur sa joue. « Est ce que vous cuisinez beaucoup? »

Elle haussa les épaules. « Ça dépend de ce que vous entendez par beaucoup... » Si par «beaucoup» il entendait «presque jamais» alors, oui, elle cuisinait.

Il souri. « Fan de plats à emporter, c'est ça? »

« J'aime les plats à emporter, » intervint Alexis. « J'aime les crêpes du restaurant chinois ».

« Crêpes chinoises? » demanda Kate, lui jeta un regard à propos de ses habitudes alimentaires. Au moins, elle était sortie et était allée acheter de la vraie nourriture la semaine dernière.

« Crêpes Scallion », expliqua Rick. « Elle les adore. »

« Ça et les nouilles, » Alexis hocha la tête. « On en fait chaque semaine. »

« J'aime beaucoup les nouilles aussi », lui dit Kate. « Mais j'aime aussi le porc shu mu. » Les longues nuits au poste lui avait permis de les découvrir, c'était même son plat favori, même si elle se sentait un peut trop ballonnée le lendemain.

« Eurk » grimaça Alexis.

Rick rit pendant que Kate souriait à son honnêteté. « Ce n'est pas gentil, Lexi. Kate peut ne pas aimer tous ce que tu aime, et je suis sur qu'elle ne le dirait pas si elle le trouvait dégoutant. »

« Désolé, Kate », dit Alexis rapidement.

« C'est pas grave, Alexis. Quels sont vos plats favoris, Rick? » demanda t elle en se tournant vers lui pour le regarder alors qu'il aspirait une nouille.

« Je suis un grand fan de la mu shu aussi, et travers de porc », dit-il, en mettant une main devant sa bouche. Elle se demandait si ses manières à table étaient un exemple pour sa fille à ses cotés.

«Vous vous entendriez bien avec Esposito, » Kate sourit. «Il les adore. »

« Qui est Esposito? » demanda Alexis.

« C'est mon coéquipier ...? Nous travaillons ensemble pour la plupart des enquêtes au poste ». Leur véritable lien n'était pas vraiment descriptible. Autant ils agissaient l'un envers l'autre avec amabilité, autant ils s'engueulaient..

« Votre coéquipier, pas partenaire? » demanda Rick.

Kate fronça le nez. « Je pense que je me tuerais si Esposito devenait mon partenaire. Il a besoin d'un ami, et pas d'une maman. »

« Est ce qu'il a ton âge, Kate? » demanda Alexis.

« Il a un an de moins que moi », répondit Kate. « Mais on dirait souvent qu'il en a cinq » ajouta t-elle avec un soupir, parce que c'était en partie vrai.

« Je sais ce que ça fait, » la fille hocha la tête.

« Vraiment? »

« C'est comme ça que papa est souvent. »

Rick toussa, en s'étouffant avec sa boisson et Kate se mit à rire. « Oh, Rick, vous n'avez aucune chance avec elle, hein? » Alexis était définitivement la maitresse de ces lieu, non pas que Rick semblait s'en soucier.

« Non, » Alexis souriait. « Grand mère dit que je l'ai eu ... euh, je le mène par le bout du nez depuis le premier jour. »

Kate lui sourit. « Je vois ça. J'étais pareil avec mon père. » Il suffisait d'un sourire et son père était près à faire n'importe quoi pour elle. Elle avait rarement utilisé ce pouvoir qu'elle avait sur lui, et puis quand elle avait grandi et qu'elle était devenue adolescente, ces sourires faciles étaient devenus plus compliqué pour obtenir quelque chose.

« Je l'aurais parié » murmura Rick.

« Tais-toi, l'homme pigeon, » réprimanda Kate avec un large sourire.

« Oh, non. Pas ça. Tout sauf ça », gémit-il avec exubérance.

« Mais je pense qu'elle a une telle aura qui vous charme, n'est ce pas Alexis? » dit-elle, en faisant un clin d'oeil à la petite fille.

Alexis rigolait. « Ouais, l'homme pigeons! »

« Vous ne pouvez pas vous liguez contre moi. C'est complètement injuste! »

« Pourquoi? » demanda Alexis gentiment.

Rick regarda entre eux. « Parce que ... Parce que ... Tu te ligues déjà contre moi avec ta grand mère. Tu ne peux pas avoir Kate! J'ai besoin de quelqu'un de mon côté. »

« Pourquoi voudriez-vous que je sois à vos côtes? » demanda Kate alors qu'elle attrapait le dernier morceau de pain à l'ail pour l'offrir à Alexis, qui hocha la tête. « Solidarité féminine, Rick, » expliqua t-elle, divisant le pain en deux et posant l'autre moitié sur la table.

« Je voulais aussi du pain. » gémit-il.

Alexis souriait. « Solidarité féminine, papa. »

« Et vous êtes un vrai gamin » ajouta Kate en riant, tout en prenant un morceau de pain dans sa bouche. Le taquiner était trop amusant parfois.

Rick la fixa. « Je vous invite chez moi. Je vous donne à manger, quelque chose que j'ai préparé de surcroît. Et voilà comment vous me remerciez? Vous voler le dernier bout de pain et vous liguez ma fille contre moi? »

Kate répondit avec dédain. « Ouais, c'est un bon résumé. »

Il plissa les yeux. « Je vais me venger. »

« Essayez, pour voir » répondit Kate en riant alors qu'Alexis tentait de les imiter en foudroyant son père du regard.

« Je dois ranger », annonça t il en riant de l'attitude de sa fille. « Vous deux, vous allez surement trouver encore quelque chose à faire jusqu'au dessert. Bien que, encore une fois, je n'ai pas l'impression que je devrais récompenser ce genre de comportement. »

« C'était l'idée de Kate », dit Alexis rapidement.

« Vous voyez comment c'est facile de la retourner contre vous? » demanda Rick en soulevant un sourcil.

« Seulement parce que vous la menacer de ne pas lui donner de dessert, c'est pas fair play,» riposta t-elle.

Il cligna des yeux. « J'ai beaucoup de réponses à ça, mais aucune d'entre elles ne sont appropriées en ce moment. »

Kate se mit à rire. Elle n'avait pas voulu lui laisser cette opportunité. Là encore, il semblait qu'elle était gagnante ce soir, et elle allait certainement profiter de ça. Et puis, les regards qu'il lui lançait n’étaient pas mal non plus. « Allons, Alexis. Laissons ton père ranger. »

Alexis hocha la tête et sorti de table pendant que Kate empilait les assiettes et les apporta sur le comptoir. Elle regardait Alexis courir et étreindre, par derrière, Rick en se cognant la tête dans le bas de son dos.

« Je t'aime, papa. Même si Kate dit que c'est la solidarité féminine », murmura t elle-aussi discrètement qu'une enfant de sept ans pouvait le faire.

Rick a souri et leva les yeux vers Kate. Elle se sentit sourire alors que Rick s'était retourné et soulevait Alexis pour lui faire un bisou baveux. Ca lui manquait, son père lui manquait. C'était merveilleux de voir Rick et Alexis ensemble, mais ça lui brisait le cœur.

« Je t'aime aussi, pumpkin, » dit-il calmement.

Alexis rigolait alors qu'il la posait au sol. Elle courut vers Kate et lui prit la main. « Est ce que tu veux voir le système solaire qu'on a fabriqué avec papa? »

« Vous en êtes au système solaire? » demanda Kate, surprise.

Alexis hocha la tête et commença à la conduire vers les escaliers, sa petite main chaude dans celle de Kate. « On revient, papa. »

« Prenez votre temps », leur dit il.

Kate laissa Alexis la guider au deuxième étage et dans une pièce qui semblait être un autre bureau. Elle avait un peu de mal avec ce grand loft la dernière fois qu'elle était venue ici. Il était énorme. Le deuxième étage devait comporter au moins cinq chambres. Son appartement n'avait qu'une seule chambre, et même s’il était considéré comme grand. Et c'était la première chose immobilière qu'elle possédait, et elle était chanceuse de l'avoir.

Alexis l'amena dans le bureau et Kate sourit face à la pagaille devant elle. Il y avait des sphères de papier mâché éparpillées dans toute la pièce. Les journaux recouvraient le sol et il y avait les boîtes non ouvertes de peinture le long du mur du fond, qui attendaient contre un bureau en acajou. Des postes de planètes recouvraient les étagères pleines de livres qui bordaient les murs et Kate aperçut un ensemble d'instructions sur le bureau tout à fait propre.

« Alors, où allez-vous mettre ce système solaire? Les planètes sont grandes, » remarquait-elle, en regardant les différentes planètes, certaines étaient peintes et d'autres étaient juste recouvertes de papier mâché, et séchaient patiemment avant la dernière touche artistique des deux Caslte. Elle avait déjà construit quelques diaporamas impressionnants étant gosse, mais rien d'aussi complexe que ce qu'elle voyait la.

« Ce sont des modèles réduits », lui dit Alexis. « Ça c'est la Terre », dit-elle, en montrant la troisième planète sur la droite. « Enfin, ça sera la Terre, quand nous la peindrons. »

« Quand allez-vous peindre le reste? » demanda Kate.

« Quand nous aurons du temps », elle haussa les épaules. « C'est juste pour le plaisir. »

« Vous faites ces maquettes sur le système solaire complet juste pour le plaisir? » Richard Castle était un extraordinaire chasseur de pigeons et super papa dont il fallait qu'elle cesse d'être surprise - mais elle ne pouvait pas, elle n'arrivait pas à s'en empêcher. Combien de facettes avait cet 'homme?

Alexis lui sourit. « On va les accrocher dans ma chambre, papa à dit que nous ferons la Voie Lactée dans le fond avec des étoiles qui brillent. »

Kate était un peu décontenancée. Évidemment, Rick était un bon père. Alexis en était une preuve vivante. Et les lumières spéciales dans sa chambre, les nombreux films qu'il possédait et qu'il avait vu un million de fois étaient déjà de bons indicateurs. Mais ils faisaient un système solaire. C'était ... c'était très ... d'enfer, Kate n'était pas trop vieille pour dire qu'elle trouvait ça cool.

« C'est très cool, Alexis. Combien de temps avez-vous travaillé dessus? »

« Quelques semaines » répondit-elle, lâchant la main de Kate pour s'avancer vers les boules de journaux. Elle prit l'une des balles et la fit rouler doucement. « Nous les peindrons sans doute dans un jour ou deux. Les dernières étaient en train de sécher. »

« Ça a l'air très amusant » dit Kate tranquillement. Ça devait l'être sans doute, elle aurait aimé faire ce genre de projets étant enfant, et ça aurait été génial.

« Ça l'est » lui dit Alexis. « Papa a toujours les meilleurs idées. »

« Comme quoi? » demanda Kate alors qu'Alexis passait devant elle et sortait de la salle. Kate éteignit les lumières et la suivit le long du couloir blanc, bordées de jaquettes d'affiches encadrées et dédicacées, pour descendre ensuite les escaliers.

« Nous avons fait le mois dernier, des ailes de fée et papa a trouvé une recette pour des gâteaux de fée pour Paige et moi après on est allée au parc et on les a laissés pour les fées », raconta Alexis joyeusement.

Elle alla dans sa chambre et Kate la suivi, en essayant d'imaginer le grand, viril Rick Castle coiffé d'une couronne et des ailes de fée. C'était une image qui était plus qu'amusante. Elle entra dans la chambre et regarda Alexis fouiller dans son placard, en tirant un ensemble très bien fait, d'ailes de fée maisons. Elles étaient violettes et le tissu devait probablement être de la crinoline, les ailes miroitaient dans la lumière et faisaient des petites étincelles sur le tapis mauve.

« Nous avons ajouté de la poudre magique et tout » expliqua t-elle, en lui apportant une couronne. «Papa les a fait, mais c'est moi qui ai fait la couronne. »

Kate prit les ailes et fit courir ses doigts après qu'Alexis les lui aient tendu pour lui montrer la couronne. « C'est magnifique, Alexis. Tu as vu des fées dans le parc alors? »

Alexis plissa les yeux. « Les fées ne sont pas réels, Kate. »

« Mais tu as dit que vous leur avez apporté des gâteaux, » dit-elle innocemment.

« Oui mais c'était pour faire semblant, tu sais? » Elle poussa un soupir. « Papa essaie toujours de me faire croire à tout. Mais il y a des choses qui n'existe pas, » dit-elle avec patience. « Est-ce-que tu es comme papa? »

« Comme ton père, comment ça? » Elle se demandait ou Alexis voulait en venir.

Alexis plaça les ailes sur son bureau. « Crois-tu aux jeux d'enfant?"

« Comme quoi? » les jeux d'enfant était assez vaste.

« Comme les fées, la magie et qu'ils vivent heureux à tout jamais? »

Kate observa la petite fille en face d'elle. Elle avait ses mains sur ses hanches, ses nattes tressées tombaient sur sa poitrine et elle la regardait attendant une réponse franche. C'était une petite fille dont les parents étaient divorcés, c'était tout récent, et dont sa mère, au dire de tous, n'était pas franchement parfaite.

Croyait-elle en la magie? Non Croyait-elle que tout finirait bien pour toujours? Non, pas vraiment. Croyait-elle trouver un autre chemin loin de celui de la tragédie qu'elle avait eut et qu'elle apprendrait à être heureuse ensuite? Oui.

« Je pense que tu créés ta propre fin heureuse. », répondit Kate lentement. « Je pense que tu fais ta propre magie, et je pense que tout ce que tu crois est très réel, même si on te dit le contraire ou pas. »

Alexis la regarda fixement pendant un moment avant de lui sourire et de l'enlacer avec ses petits bras dans une étreinte qui surprit Kate. « Merci. »

« Pourquoi? » demanda Kate, surprise, touchée et confuse par tout cela.

« Pour dire la vérité. Parfois papa ne veut même pas le faire. »

Kate regarda la petite fille et lui sourit. « Je te dirais toujours la vérité, du moins j'essaierais. » Elle lui fit cette promesse sans hésitation. C'était ce que sa mère lui avait toujours dit. Elle ne savait pas si Johanna avait jamais rompu cette promesse pour la protéger, mais elle lui avait permis de se sentir en sécurité tout au long de son enfance, parce que la vérité ne pouvait pas vraiment faire mal, il ne pouvait qu'aider.

Alexis la serra un peu plus, Kate se sentait à la fois accablée et réconfortée par la confiance de la fillette qu'elle lui accordait si facilement. C'était terrifiant et merveilleux à la fois, n'était-ce pas ce que sa mère lui avait dit à propos des enfants?

La voix de Rick la fit sortir de ses songes, lorsqu'il cria par la cage d'escalier. « J'ai faim! »

Kate se mit à rire et Alexis sorti de sa chambre et tendit sa main vers celle de Kate. « Allons y sinon papa va manger le dessert, ou il ne survivra jamais. »

« Papa est tellement dramatique », rigola Alexis alors qu'elles se dirigeaient jusqu'à la cuisine. « Il est toujours bruyant et dit toujours qu'il est prêt à mourir. »

« Pas toujours », contra Rick, lorsqu'il les retrouva enfin à table, les trois bols face à eux avec de grands verres de lait. « Parfois, je suis blessé. »

« Ou enfermé dans un placard », ajouta Kate.

« Ou ça aussi en effet, » il riait d'auto-dérision. «Mais, cela dit. J'espère que vous aimez les biscuits? »

Kate regarda le biscuit devant elle et cligna des yeux. Il ressemblait à un cookie aux pépites de chocolat géantes, mais il était évidemment un peu différent et il y avait de la crème fouettée un peu partout autour. « Je, euh, n'ai jamais eu ce genre de biscuit avant. »

« Tu n'en a jamais eu?  » dit Alexis le souffle coupé. « Vraiment? »

« Je ne devrais pas manger autant ce genre de dessert » répondit Kate. « Mais il a l'air très bon ... sous son manteau de crème fouettée. » Elle allait devoir vraiment travailler encore plus si elle commençait à manger ce genre de choses à tous les dîners avec les Castle.

« Mais ma crème fouettée c'est la meilleure! » protesta Rick. « Vous ne pouvez jamais avoir trop de crème fouettée."

Kate le regarda et leurs yeux se rencontrèrent. Elle se sentit rougir et les yeux de Rick s'élargirent lorsqu'il comprit le double sens de sa phrase, laissant Alexis et son esprit d'enfant ne pas en deviner plus.

« Euh, sans doute. Quoi que vous dites, Rick », dit Kate, après un moment. Elle se retourna vers son bol et trempa un morceau sur sa fourchette afin d'y goûter. « Oh, wow. C'est génial! » dit-elle en avalant sa bouchée. Ça avait le vraiment un très bon goût. Ca penchait entre le sucré écœurant et le goût délicieusement décadent. Et c'était délicieux.

« Vous aimez? »

« Aimer n'est pas un mot assez fort. J'adore ça, » dit-elle joyeusement. « C'est incroyable. »

« C'est la recette de papa. »

« Seriez-vous prêt à me donner votre recette? » demanda Kate en le regardant. Il avait déjà mangé la moitié de son morceau.

« Eh bien, je pourrais peut être. Mais ça coûtera quelque chose. »

« Quelle genre de chose? » demanda t elle, en rétrécissant ses yeux.

« Alexis, tu as des suggestions? » demanda Rick pendant que Kate fronça les sourcils.

Alexis réfléchit un moment, et prit une grosse bouchée de son gâteau. « Elle doit venir patiner avec nous la semaine prochaine. »

Rick sourit et se tourna vers Kate. « Voila. »

« Quand la semaine prochaine? Tu n'as pas d'école, Alexis? » demanda Kate. Elle n'était pas totalement contre l'idée, juste ... et bien, ses patins sont ... c'était embarrassant- tout comme la chasse aux pigeons. Et ils n'avaient eu que deux dîners ensemble.

« La semaine prochaine, c'est les vacances de Noël, Kate » dit Alexis lentement, comme si Kate étaient assez bête pour ne pas le savoir.

« Déjà? » Kate demanda t elle en se tournant vers Rick. « Si tôt? » Elle était en vacances si tôt? Elle n'avait jamais eu ça, elle avait été à l'école publique jusqu'au lycée, et les vacances n'avait jamais durée aussi longtemps. (il faut croire que ce n'est pas la même chose en france Wink )

« École privée », répondit-il. « Plus vous payez, moins vous avez de cours. C'est bizarre. Mais cela veux dire aussi que je la vois beaucoup plus longtemps, donc je ne m'en plaint pas », il souriait, tendant la main pour qu'Alexis la lui frappe dans une poignée de main bizarre.

« Donc, on va patiner la semaine prochaine », déclara Alexis une fois qu'ils avaient fini leur poignée de main. « Et si tu veux la recette, faudra que tu viennes. »

La petite se glissa entre eux. Kate regardait père et fille et n'était pas sûre d'elle. Elle aimait le patinage. Elle n'était pas trop nul à ça. Mais ça faisait longtemps. Alexis et Rick la regardait comme s’ils voulaient vraiment la faire venir, l'étincelle dans les yeux de Rick et son sourire triomphant étaient une indication. Qui avait-il de mal? Le patinage semblait être un truc sympa. Et elle était sûre qu'elle prendrait plaisir à regarder Richard Castle tomber sur les fesses, ça en valait la peine.

« je serais heureuse de venir patiner avec vous, Alexis. Quoique, si vous y allez ... Je veux dire, j'ai du travail la semaine», dit-elle doucement.

« Votre journée de congé c'est bien le mardi, non? » demanda Rick.

« C'est ça ».

« Alors, si au lieu de la semaine prochaine nous allons patiner au lieu de dîner? »

L'invitation au diner de lundi prochain était déjà prévue sans son accord. Le fallait-il vraiment dans le fond? Elle avait accepté de faire partie de la vie d'Alexis, et aussi étrange que cela puisse paraitre elle s'en rappelait souvent. Ainsi, elle supposait que c'était normal qu'elle passe le jour de la semaine prochaine avec eux. Était-elle vraiment d'accord?

« On peut aller à Mars2112? » demanda Alexis. « C'est tellement cool, Kate. C'est un grand vaisseau spatial avec des aliens qui nous servent à manger ! »

Kate clignait des yeux. « Euh, si tu veux? C'est où? » Elle avait répondu avant même de réfléchir.

« Vous n'avez jamais été à Mars2112? » demanda Rick atterrés, son sourire s'élargissait de plus en plus. Oh, venait elle d'accepter d'y aller?

« Je n'ai pas vraiment eu le temps de faire le tour de tous les restaurants de l'espace de notre ville, en réalité» répondit-elle. Apparemment, ils allaient déjeuner et puis aller patiner. Huh.

« Eh bien, alors nous vous y emmènerons. C'est génial. »

Kate le regarda avec suspicion. « Pourquoi ai-je le sentiment que vous préférez l'endroit encore plus que votre fille? »

Il se contenta d’un sourire. « Retrouvez nous ici à midi et nous vous en dirons plus? »

Ce n'était plus vraiment une option à ce stade, et ils la regardaient tous les deux pour voir si elle était aussi excitée mais elle n'en avait pas vraiment eu le cœur de toute façon. Elle avait encore le matin pour dormir, et le soir pour se détendre, elle ne perdrait pas toute la journée. Et elle aurait aussi lundi soir. Les garçons du poste n'auront pas à lui sauter dessus en lui demandant pourquoi elle partait si tôt. Elle pourrait se détendre dans son bain le soir.

Mardi, apparemment, allait être la journée Castle. « Ça me va. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 799
Reputation : 315
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : Washington DC
Anthopologue

Qui est tu?
Relations: Kate, Richard, Angela, Camille, Jack, Seeley
Metier/Etudes: Anthropologue
Age du perso: 36 ans

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Dim 15 Jan - 17:30

Chapitre 6

« Beckett » dit Kate en décrochant son téléphone tandis qu'elle a fermait la porte de son appartement.

« Salut, Katie » lui répondit calmement son interlocuteur.

« Oh, salut, papa » répondit Kate en arrêtant ses mouvements. Elle n'avait pas entendu parler de lui depuis un mois au moins. Lorsqu'elle lui avait téléphoné a Thanksgiving il n'avait pas répondu. Elle avait fini par laisser tomber et était passé a autre chose. Il ne rappelait pas toujours par la suite, qu'il la rappelle quelques semaines plus tard était tout à fait normal. « Comment vas-tu? »

« Je vais bien, Katie. Et toi ? »

Kate soupira mentalement tout en se battant avec sa veste pour l'enlever. « Je vais bien, papa. Je viens juste de rentrer du travail. »

« Tu as ta journée de congé demain, non? Ça va être reposant » commenta t-il, alors qu'elle dégainait son arme et la rangeait, tout en se tournant et observant son appartement.

Le lieu était en complet désordre. Elle n'avait pas arrêté d'aller et venir toute la semaine, aménageant son temps pour voir Madison et Lanie sans vraiment prendre le temps de s'occuper de chez elle. Il y avait de la nourriture à emporter à la poubelle et ça sentait les plats thaïs pourris. Super. La table était jonchée de courrier et divers documents qu'elle avait récupéré de son boulot, tentant ainsi d'élucider l'assassinat de ses propres moyens et de reconstituer toutes les pièces du puzzle. Elle y était presque.

« Mon ... Oui, j'ai ma journée de congé demain » répondit Kate. Elle se dirigea vers la cuisine et rembourra le sac plastique tout en pressant son téléphone contre son oreille pour qu'elle puisse fermer le sac poubelle. Puis elle récupéra le spray et pulvérisa l'air afin de masquer la puanteur. Elle préféra attendre que son père engage la conversation. Elle n'allait pas la lancer cette fois-ci.

« Tu vas faire quelque chose de sympa ? » demanda t il. C'est tout ce à quoi ils étaient réduits ? Parler des banalités sur son jour de congé? Magnifique. Tout simplement génial.

« Je suis ... » Heu. Devait-elle lui dire qu'elle irait patiner? Voulait-elle le laisser entrer dans sa vie comme ça? Il savait qu'elle avait des amis. Il avait su qu'elle sortait avec Will. Mais, avec la boisson, et les rencontres manquées des Alcooliques Anonymes, elle n'avait pas vraiment envie de s'ouvrir à nouveau à lui. Elle ne pouvait pas le garder. Elle avait besoin de se sentir encore enfant.

« Je vais patiner avec des amis » lui dit elle. C'était assez vague.

« Will y va avec toi? »

Kate s'assit à sa table et regarda la chaise vide de Will. Elle n'arrivait pas à penser que c'était juste une chaise encore. Elle commençait déjà dormir au milieu du lit, donc c'était une bonne chose de faite.

« Euh, non, il ne sera pas la » dit Kate tranquillement.

« Tout va bien, Katie? » Il semblait préoccupé.

« Je ... » Mais c'était son père, non? C'était son père et elle pouvait lui dire qu'elle avait rompu avec son petit ami. Elle pouvait le faire. Ca ne l'impliquait pas trop de s'ouvrir à lui. « Will et moi avons rompu, papa."

« Oh, Katie. Je suis tellement désolé ma chérie. »

Tout comme elle. « Merci, papa. »

« Es tu ... Veux tu que je vienne? Es ce que ça va ? »

Kate se senti sourire, faiblement. Oui, c'était encore son papa. Sous l'alcool et la dépression peut être, mais il était là quelque part. « Non, Papa, ça ira. Merci, quand même. »

« Bon, eh bien, tu me le faire savoir au cas ou tu changes d'avis? »

Kate balançait sa tête et jouait avec le bord d'une facture sur la table. « Je le ferais, papa. »

« Je dois y aller. Je voulais vérifier si tout allait bien, je... Je veux que tu sois fière de moi, Katie. Je vais à une réunion des Alcooliques Anonymes. »

« C'est très bien, papa » répondit-elle avec enthousiasme, alors qu'intérieurement, elle roulait des yeux. Il faisait ça à chaque fois – dire qu'il voulait qu'elle soit fière de lui pour suivre le mouvement, pour mieux retomber à nouveau une semaine plus tard. « Je suis contente pour toi. »

« J'ai un parrain et tout. Je n'ai pas manqué une réunion de la semaine. »

« Je suis fier de toi » lui dit elle. C'était ce qu'il avait besoin d'entendre. Et si elle était ou pas n'est pas vraiment important, non? C'est ce que le thérapeute avait dit. Elle n'avait pas besoin de faire grand chose, juste ... juste de le soutenir moralement.

« Donc, j'ai besoin d'y aller. Mais, tu es sûr que tu vas bien, Katie? »

« Je vais bien, papa. Va a ta réunion. Et passe un bon moment la bas. »

« D'accord. Bonne nuit, Katie."

« Bonne nuit, papa. »

Elle coupa son téléphone et regarda autour d'elle tout en poussant un soupir, chassant les problèmes de son père de son esprit. Elle avait besoin de se concentrer sur quelque chose. La cuisine sentait toujours, le spray n'était pas très efficace. Elle soupira et fit craquer son dos fatigué et tira sur son gilet. Elle marcha vers la poubelle, la souleva à la hâte et se dirigea vers la porte. Elle récupéra ses clefs ferma la porte et descendit d'un pas rapide vers le local à poubelle, elle jeta le sac avec un sourire. Enfin, elle pouvait prendre soin d'elle.

Elle revint à son appartement, ignorant la musique de l'appartement voisin. Elle s'en fichait un peu, mais si elle restait dans le couloir trop longtemps, Gary, son voisin de palier, serait capable de sortir et se lancer dans une longue conversation sur la façon irrespectueuse de Jon à jouer de la musique aussi fort. Et ces longues conversations lui donnait toujours mal a la tête. Alors elle ouvrit la porte de son appartement et s'y engouffra.

Elle se tenait dans son hall d'entrée. La semaine avait été mouvementée. Les vacances arrivaient, et comme chaque année, des criminels et des assassins sortaient de nulle part pour donner au NYPD ses cadeaux réguliers de Noël. Kate récupérait péniblement dans la neige fondue et le verglas, les preuves et les témoignages qu'il lui fallait pour son enquête, la menant ainsi à bien. Ils avaient clos deux cas, ce qui était plus que bien. Montgomery l'avait personnellement remerciée pour avoir repérer les fibres des vêtements sur le haut de la clôture dans la ruelle vendredi. Ça les avait aidés à trouver l'identité du type selon les habits du tueur, et de là, ils avaient trouvé des captures d'images de trafic qui leur ont donné un visage partiel.

Alors Kate considérait que c'était une bonne semaine. Même Jacobs, le plus dur de la bande - qui n'était pas si heureux de l'avoir dans son groupe parce qu'elle réussissait toujours à trouver les choses avant lui - avait réussi à la faire sourire. Peut-être qu'avant cette nouvelle année, il avait décidé d'être moins agaçant sur certains points. Kate renifla et retourna vers la cuisine, ouvrit le réfrigérateur pour sortir les pâtes qu'elle avait faite plus tôt dans la semaine… Le jour où Jacobs lui dirait «bonjour» alors là, l'argent tomberait sans doute du ciel. Quel misogyne !

Elle jeta le récipient dans le four micro-ondes et récupéra un verre pour le remplir de jus. Ce n'était pas super, et ce n'était pas la sauce tomate maison qu'elle avait mangé quelques jours plus tot, mais il y avait de la nourriture, et elle avait besoin de manger quelque chose.

Elle versa les pâtes dans un bol lorsque ce fut cuit et prit son repas sur le divan, s'installant face à la télévision. Elle mangeait, regardait quelque chose de stupide et de pas très intéressant, puis irait prendre un bain. Lanie aurait sans doute envie d'aller en ville, mais Kate voulait juste une soirée tranquille. Demain allait être une journée riche en émotion

Elle regarda un vieil épisode de Friends sans vraiment le regarder. Perdue dans ses réflexions sur son père. Il ne voulait pas rester fixé sur ses problèmes passé, sa mère,Will... Dans quelques semaines, peut-être qu'il le ferait, cette fois. Peut-être qu'il allait devenir clean et qu'elle retrouverait enfin son père. Elle soupira et récupéra son bol vide sur la table basse, puis elle alla se blottir sous sa couverture. C'était une grande fille. Elle prenait bien soin d'elle-même depuis quelques années déjà. Elle n'avait pas besoin de son père.

Mais oh, comme il lui manquait. Ça lui manquait ces bavardages avec lui après le brunch du dimanche, en attendant sa mère pour leur dîner préféré. Ça lui manquait la façon dont ses yeux se plissaient lorsqu'il souriait. Il souriait rarement en plus. Et lorsqu'il le faisait, c'était à la manière d'un ivrogne, qui souriait d'un air vaincu. Elle suivait un traitement, prenait soin d'elle-même, avait même obtenu un emploi et s'était même mise en couple. Pourquoi ne pouvait-il pas avancer lui aussi?

Elle était là pour une bonne heure, elle laissa le son de la télévision en fond, boudant. Elle ne voulait pas vraiment l'admettre. Elle boudait. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il l'appelle après l'Action de grâces, et boire un verre avec Lanie avait été sympa quand même. Mais, eh bien, c'était son père. Les vacances ne semblent plus tout à fait les même maintenant, sans ses deux parents.

Elle comprenait. Vraiment. Elle avait perdu sa mère. Mais il avait perdu sa femme, l'amour de sa vie, son tout. Et il ... il n'était pas aussi fort qu'elle l'était. Et peut-être que c'était la partie la plus difficile pour lui à avaler. Elle ne s'attendait pas à gérer son père à vingt ans. La vie n'était pas censée fonctionner de cette façon.

Mais, là encore, une mère n'était pas censée être assassinée, et les gens mondains n'étaient pas censés devenir de simples flics.

Kate secoua la tête et se leva. C'était l'heure du bain. Elle avait besoin de se détendre et sortir de ses pensées négatives, ou elle n'aurait jamais l'énergie de patiner en compagnie de Rick et d'Alexis demain. Elle sourit à la pensée puis fronça les sourcils. Comment se pouvait-il que la simple pensée de cette petite fille la fasse sourire? Friends c'était drôle, mais ça ne la faisait pas sourire comme ça.

Mais c'est pourquoi elle avait accepté, d'être amie avec eux. Ils la faisaient sourire. Rick était hystérique et amusant et ... eh bien, le fait qu'il soit beau était un avantage aussi. Kate haussa les épaules. Ce n'était pas ce qu'elle recherchait de Rick, non?

Elle rapporta ses plats dans la cuisine et ses yeux retombèrent sur la chaise de Will. Non, elle n'était pas à la recherche d'un copain en ce moment. Et peu importe combien il était beau, charmant et adorable... Rick Castle l'était c'était un fait, mais elle n'était pas prête à plonger dans une autre relation, juste pour au final, avoir son cœur déchiré. Ils seraient amis. Elle n'avait pas d'ami de sexe opposé depuis des années, et celui-ci était venu bien équipé, accompagnée d'un charmant petit être collé à ses basques, qui était même presque tout aussi drôle et sympa que l'homme lui-même.

De plus, ils pouvaient flirter ouvertement. Kate versa la vaisselle dans l'évier, puis se dirigea vers la salle de bain. Le bain l'aiderait à se détendre, et puis peut-être qu'elle passerait une bonne nuit ensuite. Si elle pouvait se vider l'esprit suffisamment assez longtemps pour s'endormir, et elle le devrait. Parce qu'elle en avait besoin.

(…)

Le lendemain matin, Kate se trouvait en soutien-gorge avec un jean dans ses mains. Sa chambre était un océan de cols roulés et de chandails à manches longues. Ça convenait, vu que c'était l'hiver, même si elle allait devoir faire quelques achats quand viendrait le printemps. Le problème maintenant, c'est qu'elle avait beaucoup trop de choix. Y aller avec un pull en V et un foulard? Ou un col roulé et un gilet? Quel était le plus approprié? Ce n'était pas un rendez vous, mais elle voulait être jolie. Maddy lui avait dit qu'elle était vraiment belle en bleu.

Kate atteignit un col roulé en cobalt dans le fond de son armoire et le tira pour le faire sortir. Elle l'enfila puis s'assit face à son armoire pour se maquiller. Rien de trop lourd toujours puisque ce n'était pas un rendez-vous, mais au moins quelques petites touches et de l'anti cernes, pour masquer le noir sous ses yeux. Elle n'avait pas réellement réussi à dormir beaucoup et à rattraper son sommeil. Ça lui allait. Elle n'avait pas besoin de plus. Mais Rick et Alexis n'avait pas besoin de le savoir.

Elle avait terminé, attachant ses cheveux en queue de cheval, un luxe qu'elle ne se donnait pas souvent. Il était dangereux de laisser ses cheveux attachés, quelqu'un pouvait vous attraper très facilement, simplement en tirant sur votre queue de cheval. Mais, avec le patinage, avoir les cheveux partout sur le visage était tout aussi dangereux, de sorte qu'elle préférait se les attacher en arrière. Elle se regarda et fut surprise de se voir jeune et presque insouciante avec ce regard. Avec ce maquillage léger et une queue de cheval ainsi qu'un petit sourire, elle semblait avoir vingt ans une nouvelle fois.

Elle se leva, s'éloigna du miroir et de son placard, tout en réfléchissant. Eh bien, elle avait déjà la plupart des choses - au moins les patins flashis qu'elle tira du fond de son armoire à chaussures ils brilleraient certainement à la lumière. Kate les observa et se mordit la lèvre. Ces patins avaient été fantastiques. Et ils l'étaient toujours. Ils n'étaient pas si embarrassant que, ou si vert vif, ou ... Allait-elle vraiment y aller avec Rick et Alexis avec ça?

Elle regarda les patins sous toutes les coutures. Ils avaient bien servi, mais ils pouvaient servirent encore. Ils étaient flashis, oui, mais ils étaient plutôt cool. Alexis les aimeraient probablement, et Rick ... eh bien, il pourrait simplement lui dire comment faire pour nourrir les fées et chasser les pigeons. Elle reviendrait certainement dessus. Bien que, le fait qu'Alexis soit sa fille lui fasse gagner des points d'avance.

Kate regarda l'heure et réalisa qu'elle était en retard. Elle mit les patins dans un sac à dos, avec un foulard, et une paire de gants. Puis elle récupéra ses clés et son téléphone, elle enfila un épais manteau noir à pois. Elle ferma la porte et appela l'ascenseur, attendant dans le hall, sautillant sans se soucier du reste. Ça allait être amusant. Ils allaient bien s'amuser.

Il y avait du vent lorsqu'elle sortit de l'immeuble et Kate sourit en voyant le ciel. New York, était magnifique en hiver, surtout quand elle n'était pas en train de marcher dans les ruelles ou d'escalader dans la neige glacée. La ville étincelait. On n'avait pas l'impression d'être en hiver tout le monde semblait joyeux ou étaient trop occupé pour se soucier d'être agressif. Ou, peut-être que c'était juste parce que c'était sur son jour de congé. Les criminels étaient certainement assez agressifs durant le reste de la semaine.

Kate appela un taxi et réussit à en avoir un, elle n'aurait comme ça pas besoin de se soucier du trafic de midi. Elle donna l'adresse de Rick au chauffeur de taxi, puis s'assit en arrière tout en regardant passer ce paysage de luxe qu'elle ne voyait pas souvent. Elle était heureuse de ne pas avoir à réfléchir, simplement de regarder par la fenêtre jusqu'à ce qu'ils arrivent. Elle paya et sortit du taxi pour se diriger vers le bâtiment luttant contre le vent. C'était beau, neigeux et magnifique, mais le vent était rude.

C'était toujours trop, Kate admira les environs alors qu'elle marchait pour se diriger vers l'ascenseur. C'était tout à fait normal, pour les Castle, et il était difficile pour elle de se rappeler parfois leur situation, quand Alexis lui parlait de ses projets spéciaux et Rick qui était complètement excitée en racontant une victoire de jeu vidéo. Mais elle était-elle vraiment sur le point de passer la journée avec Richard Castle, romancier à succès, ainsi que sa fille ? Sa vie était dingue.

Kate atteignît leur étage et se dirigea vers la porte. Elle sonna et ajusta le sac sur son épaule, en écoutant les bruits de l'autre côté.

« Viens, papa. Dépêches-toi! » Appela Alexis.

Kate secoua la tête et retint un sourire, des gros bruits de pas exagérés se dirigeaient vers la porte. Ils étaient ridicules.

« Eh bien bonjour, Miss Kate. Comment allez-vous aujourd'hui? » demanda Rick, alors qu'il ouvrit la porte. Il portait un chandail rouge foncé, un jean et lui donnait un sourire étincelant, il jeta alors un regard vers Alexis accroché à sa hanche.

« Je vais bien, et vous deux? » demanda-t-elle, en regardant Alexis.

« Nous allons bien! Mais papa a pris beaucoup de temps pour se préparer! »

Kate gloussa et rencontra le regard de Rick. « Ce n'est pas vrai. Elle exagère. »

« J'ai des doutes » répondit Kate, elle rentra à l'intérieur lorsqu'il s'effaça pour la laisser passer.

Alexis était adorable. Elle portait une veste pourpre, un jeans très joli avec des fleurs brodées et un petit bonnet bleu. Elle était l'image des enfants en hiver.

« J'aime beaucoup ta veste, Alexis » lui dit Kate tandis que Rick mettait son caban et attrapait un chapeau et des mitaines.

« Merci » sourit Alexis, sautillant d'excitation. « J'aime le tien aussi! »

Kate lui souriait. « C'est juste un manteau à pois noir. »

« C'est très ravissant votre manteau à pois noir » intervint Rick en ramassant son sac. « Maintenant, on y va? Nous devrions nous dépêcher pour ne pas qu'il n'y ait trop de file d'attente. »

« Une file d'attente? » Leur demanda Kate, tandis qu'ils quittaient l'appartement. Ils avaient l'air de se dépêcher vraiment.

« Il y a toujours la queue à Mars2112 », lui dit Rick alors qu'il attrapait la main d'Alexis.

« Nous voulons aller sur le manège, papa pas vrai? »

« Exact » il hocha la tête, en appuyant sur le bouton de l'ascenseur.

« Papa, ca veut dire quoi ravissant? »

Kate sourit et regarda Rick, qui serrait la main d'Alexis. « Oui, Rick. Expliquez-nous ça. »

Il la foudroya du regard. « C'était un compliment. ravissant veut dire jolie, Alexis. »

« Oh » elle balançait sa tête. « Est ce que tu penses que Kate est jolie? »

Kate écarquilla les yeux et son sourire se fana quelque peu pendant ce temps, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, et ils entrèrent. C'était mignon, mais, oh, Alexis, ce n'était pas le moment de dire ça.

« Bien sûr » dit facilement Rick. « Kate est très jolie. »

« Je le pense aussi » Alexis avec un sourire rayonnant.

« Euh, merci » balbutia Kate. Ils se dépêchaient vraiment, ils allaient aussi vite que l'éclair ces Castle. « Attendez » son cerveau analysa ce qu'il venait de se dire. « Un manège? »

« Oui » dit Rick avec enthousiasme. « Il y a une navette spatiale dans le restaurant. C'est génial. Vous allez adorer. »

Les portes s'ouvrirent et Alexis la tira pour suivre Rick jusqu'à l'entrée de l'immeuble. Tout le monde les regardait marcher, en leur souriant. Le portier souriait de plus belle tandis que Rick regardait autour d'eux. Kate essayait de comprendre en quoi un trajet de navette spatiale, sur terre, dans un restaurant, consistait, et pourquoi ils devaient y aller dans une navette.

Elle fut alors entraînée dans une voiture. Ils allaient partir pour la journée dans la voiture de Richard Castle. Elle regarda Alexis rentrer en première.

« Après vous » dit Rick gentiment, faisant des gestes pour qu'elle passe devant lui.

« Je ... »

« C'est pas un problème » répondit-il en riant. « Nous attirerons moins l'attention comme ça. »

Elle réalisa en clignant des yeux qu'il portait des lunettes de soleil et un chapeau. Était-il pourchassé par la presse? Elle n'y avait même pas pensé.

« Oh, je vois » balbutia-t-elle, en lui donnant un petit sourire et rentrant dans la voiture après Alexis.

« J'aime la voiture de ville » lui dit Alexis alors que Kate s'installait à côté d'elle. « C'est plus agréable que les taxis. »

« Je ne suis jamais montée dans ce genre de voiture » admit Kate. « Vous le faites souvent? »

Alexis hocha la tête. « Papa n'aime pas beaucoup prendre des taxis. Ils s'arrêtent trop souvent, et parfois les gens prennent des photos, ou... » elle se pencha vers Kate qui fit de même, « … Parfois, les femmes prennent d'assaut la voiture. »

« Vraiment? » demanda Kate alors que Rick rentrait enfin dans la voiture

« Uh-huh. C'est idiot » lui dit Alexis.

« Qu'est-ce qui est idiot? » demanda Rick alors qu'il s'engageait sur la voie l'esprit de Kate chancela. Rick Castle était célèbre-vraiment célèbre.

« Lorsque les femmes étranges sont... Sont autour du taxi » répondit Alexis.

Kate senti Rick se raidir un peu à côté d'elle. Ils étaient assis si près que leurs épaules se touchaient, mais pas trop près de sorte qu'ils n'étaient pas écrasés dans cette spacieuse voiture de ville mais pourtant si discrète.

« Oh, oui, chérie, c'est idiot. »

« C'est pour ça que j'aime les voitures de ville, parce qu'elles ne nous reconnaissent pas dans la voiture, hein? »

« C'est vrai, Pumpkin."

Kate se tourna vers Rick et le vit avec les sourcils légèrement froncés.

« C'est une très belle voiture » dit-elle.

Il croisa son regard. « Oui. C'est ... C'est grâce à mon travail, vous savez? »

« C'est ce que j'ai cru comprendre. Je suppose que nous n'aurons pas à nous soucier des foules de fans à Mars 2012? »

Il souriait et croisa son regard à nouveau, se cognant mutuellement les épaules. « Vous avez raison, détective Beckett. »

Elle secoua la tête. « Je ne suis pas encore détective. »

« Mais tu vas le devenir » dit Alexis avec confiance.

Kate la regarda. « Merci pour ta confiance, gamine. »

Alexis haussa les épaules. « Ce n'est pas une surprise. Tu fais beaucoup de choses. »

Kate hocha simplement la tête et regarda la ville passer sous ses yeux alors qu'Alexis et Rick plaisantaient sur les différents types d'étrangers qui vivaient sur Mars. Rick votait pour les bleus alors qu'Alexis affirmait que, bien sûr, ils devaient être verts. Tous les Martiens étaient verts, comme Marvin. Kate... Pendant ce temps, Kate souriait tout le long, parce que, que pouvait-elle faire d'autre ? Ils l'avaient prise et, en quelque sorte, elle faisait partie de leur petit monde très étrange. Son équilibre était en déséquilibre et elle fut un peu étonnée de voir qu'ils étaient déjà à Times Square quand la voiture s'arrêta. Rick sauta hors de celle ci, tendant une main vers elle.

« Laissez vos affaires. Vous n'aurez pas besoin de votre sac là-bas » lui dit-il. Kate hocha la tête et laissa tomber son sac, ravie de savoir que son portefeuille était dans sa veste.

Elle prit sa main et sorti, retournant la faveur à Alexis, qui, lui attrapa la main heureuse. Elle la traîna sur les marches d'un grand bâtiment carré. Il y avait une autre série d'escaliers qui menaient dans une cour que Kate n'avait jamais vue auparavant. Et là, elle aperçut l'entrée lumineuse de Mars2112, ornée d' Aliens et les vaisseaux spatiaux et des feux clignotants.

« Bienvenue à l'expérience la plus bizarre de déjeuner que vous n'avez jamais connu » lui dit Rick. Elle tourna la tête et le trouva debout tout près alors qu'ils s'arrêtèrent devant le restaurant. »Ne vous inquiétez pas. Vous allez vous amuser. »

« J'en suis sûr » répondit-elle.

« Eh bien, allons-y! » s'écria Alexis, brisant ce moment. Avaient-ils eu un moment spécial? Kate ne pouvait pas vraiment le dire.

Rick, fidèle à lui-même, ne faisait aucuns commentaires sur leur rapprochement, et resta avec elles alors qu'ils rejoignaient la file d'attente pour le « Manège Spaceship ». Il y avait pas mal de familles devant eux, on entendait des hurlements des enfants qui étaient en train de franchir des obstacles et faisaient des combats. Deux garçons allaient pratiquement en venir aux mains et leurs parents les ignoraient calmement.

Kate regardait autour d'elle et sourit à Alexis. Cette dernière attendait patiemment, l'air ravie et dansait tranquillement sur place.

« Tu as très envie d'y aller? » demanda Kate.

« Ouais » répondit Alexis, se tournant pour la regarder. « C'est ta première fois. »

«Ça l'est » Kate répondit. « Devrais-je avoir peur? »

« C'est difficile la première fois, hein papa? »

Rick hocha la tête. « Mais ne t'inquiètes pas. J'ai l'impression que Kate a déjà fait des choses plus difficiles avant. »

Kate laissa échapper un grognement. « Vraiment? Des choses difficiles? »

« Oh allez! Vous regardez des cadavres toute la journée. Vous êtes endurcie. »

« Je ne suis pas endurcie! » Protesta t elle alors qu'ils se trouvaient au début de la file d'attente, tout en regardant une bande de jeunes franchir les portes des grandes baies vitrées de la navette spatiale. Il ressemblait vraiment à un vrai vaisseau spatial, et Kate pu apercevoir rapidement l'ensemble des places à l'intérieur avant que les portes ne se ferment en expulsant un nuage de «fumée».

« Okay, peut-être qu'endurcie n'est pas le bon terme. ... Vous êtes stoïque. »

« Richard Castle ... »

« Chut! » dirent les deux Castle en chœur.

Kate cligna des yeux. « Oh, je ... Désolé? »

Rick gloussa et plaça une main sur le bas de son dos alors qu'ils s'avancèrent de nouveau. « Pas de soucis. C'est juste que ... Eh bien, ne le refaites pas si vous ne voulez pas vous voir en page Six du journal de demain comme étant nouvelle maman d'Alexis Castle. »

Alexis rigola alors que Kate se raidissait. « Elle n'est pas assez vielle pour être ma maman! »

« Est ce que tu es en train de dire que je suis vieux? » Demanda Rick en feintant l'horreur.

Kate s'arrêta de respirer. C'était juste un dicton. Ça ne voulait rien dire. Et elle ne finirait pas en page six, non?

« Oui, papa » répondit Alexis.

« Avez-vous entendu ça? Ma propre fille dit que je suis vieux ! » dit Rick en faisant la moue.

Bien, Rick et Alexis étaient toujours là. Elle venait juste d'avoir une légère crise de panique, et elle il fallait qu'elle se reprenne sans avoir a se soucier de la presse. « Eh bien... » Kate fit une pause pendant quelques secondes. « Vous êtes plus âgé que moi. »

« On a quoi, six ans d'écart? » Demanda Rick avec indignation.

« Je ne sais pas. Quel âge avez-vous? » Répondit Kate innocemment.

Il plissa les yeux. « Vous le savez déjà, n'est-ce pas? »

Elle ne lisait pas sa biographie à chaque fois qu'elle a achetait un livre. C'était absurde. Elle ne le faisait pas. Bon, okay, elle le faisait toujours mais il n'avait pas besoin de le savoir. « Je ne sais pas pourquoi vous pensez ça ? »

Il la considéra un instant et ouvrit la bouche pour répondre, mais un alien venait de leur ouvrir les portes vitrées faisant sortir de la fumée à nouveau, et leur fit signe de rentrer.

« Viens Kate! Nous allons nous asseoir devant » dit Alexis avec hâte en la tirant vers l'avant de la petite salle. Elle s'assit et Kate s'asseyait à ses côtés sur une chaise de théâtre de couleur rouge.

Ainsi installée, elle réalisa qu'elle allait devoir s'attacher « Pourquoi doit-on s'attacher? » demanda t elle, alors qu'elle se penchait pour aider Alexis à serrer la ceinture. « Dans quel genre de manège on est? »

« Si on vous dit tout on gâcherait la surprise » dit à sa gauche Rick en souriant. « Vous verrez. »

« Alexis? » Demanda Kate.

« Non-non. Je fais comme papa, je ne dirais rien. Tu n'auras qu'à attendre. »

Kate soupira et regarda face à elle, la scène était constitué d'un écran géant. C'était un mélange entre une pièce de projection privée et une véritable vitre d'un véritable vaisseau spatiale. C'était argenté et les murs semblaient être en étain avec de faux boulons, les sièges, quant à eux, étaient sur une sorte de plate-forme. Ils allaient bouger et être secouer, c'est ça?

« Citoyens de la Terre! » retentit une voix dans un haut-parleur alors que les portes se refermaient. « Nous vous accueillons sur votre vol de navette spatiale pour aller sur Mars. Nous vous suggérons de bien vous accrocher, parfois l'atterrissage peut être un peu ... Chaotique ... Chaotique ... » la voix se coupa.

« C'est parti ! » chuchota Rick tandis que le sol commençait à trembler.

Les lumières s'éteignirent et l'écran en face d'eux s'illumina, dévoilant ainsi une image de la planète Mars qui se rapprochait seconde par seconde. Le plancher commençait à bouger plus violemment, et la chaise de Kate elle-même commença à se secouer d'un côté puis de l'autre pendant que l'image s'éclaircissait jusqu'à ce qu'on aperçoive qu'ils étaient une sorte de boule de feu se dirigeant à grande vitesse vers le sol.

« S'il vous plaît restez calme. Nous allons nous écraser! Accrochez-vous à vos amis et attention aux nombreuses créatures! »

Kate se mit à rire et cria en même temps qu'Alexis et Rick tandis qu'ils se faisaient bousculés et qu'ils heurtèrent des choses. Une lumières brilla et la fumée s'échappa des conduits dans les coins du plafond. Après une minute de secousses violentes, la navette se calma et de douces lumières apparurent.

Kate regarda Alexis qui ricanait puis Rick, dont elle fut surprise de voir qu'elle lui tenait la main. Oh, l'avait-elle prise sans le savoir ? Sa main était grande sous les siennes et il semblait la protéger.

« Vous aimez? »

« C'était formidable » Kate se mit à rire. Tout son malaise et ses inquiétudes avaient été secoués très loin. Qui savait que cet endroit existait? Et quel drôle de façon d'entrer dans un restaurant !

Alexis se détacha en tendant sa main, pendant que Kate tentait d'ignorer le choc, puis elle la tira avec elle tout comme Rick vers les portes vitrées ouvertes du côté opposé de la petit salle. Elle suivit Alexis et sortit pour se trouver face à une grande salle.

Ça ressemblait à Mars. Ça y ressemblait sincèrement. Kate en eut le souffle coupé quand elle regarda autour d'elle, en voyant les immenses murs en pierre et les éclairages bizarres oscillant entre le violet et le vert qui faisaient briller le « vaisseau spatial ». Des lampes pendaient à des intervalles irréguliers sur le sol autour de tables en forme de roche. Fidèles à leur histoire, des étrangers marchaient entre les tables portant des plateaux spéciaux de l'Espace, remplis de nourritures spéciales et des enfants qui couraient avec des poupées extraterrestres et des casques de l'Espace vissés sur leur têtes..

« Qu'est-ce que vous en pensez? » demanda Rick, son souffle chaud contre son oreille alors qu'il s'appuyait contre elle, poussés par les enfants criards qui s'étaient trouvé en face d'eux dans la file.

« Ces garçons ne sont pas très polis » dit Alexis tranquillement pendant qu'ils attendaient une hôtesse.

« Ils vont le payer cher. Ces étrangers mangent les enfants comme eux » lui dit Rick.

Alexis rigola et Kate se mit à rire à son tour. « C'est tellement surréaliste. »

« C'est vrai n'est-ce pas? A leur âges on ne faisait pas ce genre de chose » il lui sourit.

« Vous voulez dire à l'âge de pierre? » plaisanta-t-elle.

Il la fixa. « Encore une blague vieille comme le monde. Je retiens... Faites attention quand vous patinerez tout à l'heure »

« Pourquoi? Vous allez me faire tomber ? »

« Oui » dit-il facilement. « Mais je veux d'abord manger. Réserves une table, Sweetie. »

Alexis regarda l'hôtesse avec de grands yeux et un charmant petit sourire. « Est-ce qu'on peut, s'il vous plaît, avoir une table pour trois? »

La vieille femme la regarda, visiblement étonnée par son calme et sa demande polie. « Bien sûr ! » sourit-elle. « Emily, pouvez-vous placer cette petite famille à la table du fond? Et assurez-vous qu'Andrew soit leur serveur. »

Rick rit alors que la jeune hôtesse blonde prenait trois menus et les conduisait vers le fond du restaurant, bavardant avec Alexis sur son « voyage » à destination de Mars, tandis que Rick et Kate traînaient derrière elles.

« Vous pensiez que j'utiliserais mon nom, mais non; tout ce que ma fille a à faire c'est de dire « s'il vous plaît » et nous obtenons tout ce que nous voulons c'est étonnant. »

« Eh bien, elle est adorable. Et les gens doivent vraiment s'éloigner de New York pour voir quelqu'un de souriant » dit Kate convaincue. Elle était adorable - tellement adorable qu'elle n'avait pas réalisé le commentaire de la femme sur la « petite famille ».

« Installez-vous ici » leur dit Emily en indiquant une grande table ronde. « Andrew va arriver dans une minute, et voici vos menus. » Elle remit à chacun d'eux un grand menu très coloré tandis que Kate s'installait après Alexis, Rick fermant la marche. « Profitez de votre séjour. »

« Merci, Emily! » Répondit Alexis.

La serveuse sourit et partit, elle chuchota ensuite à un collègue non loin d'eux. Tous les deux regardèrent en direction de leur table et Kate ne put s'empêcher de sourire en ouvrant son menu. Tout était sur le thème de Mars – c'en était limite effrayant.

Elle gloussa en voyant les diverses description des « hamburger de Mars » et des « frites martiennes, avec des salades vertes de l'Espace et du « sang de voyageur » pour le ketchup. En fait ça sonnait assez bien.

« Les hamburgers sont tous bon? »

Rick la regarda dans les yeux. « Certains sont meilleurs. »

« J'ai terminé » dit Kate en souriant tout en fermant sa carte de menus. « Que vas-tu prendre Alexis ? »

« L'offre martienne » répondit-elle. « Ce sont des formes d'Aliens avec du sang et des tripes de voyageurs étrangers. »

« Sauce moutarde » l'informa Rick.

« Et tu ne penses pas que c'est dégoûtant? » demanda Kate à Alexis.

« Dégoûtant ? » dit-elle avec des gros yeux. « C'est génial! »

Kate se mit à rire. Intrépide et cool, telle était Alexis. Elle était géniale. « Tope-là » dit Kate, une main tendue.

Alexis lui tapa la main avec enthousiasme et souriait de plus belle. « Donc tu aimes? »

« C'est génial » répondit-elle honnêtement. « C'est amusant et étrange... Tout est très ... Mars. »

« Alexis a été totalement effrayée la première fois que nous sommes venus » lui dit Rick.

« Papa! »

« Tu l'étais! Elle se cachait contre mon épaule. »

« J'avais trois ans, papa » Alexis soupira. « Et c'était bruyant. »

Rick se mit à rire. « Je ne moque pas, Pumpkin. »

« Si. »

« Non. »

« Si! » Dit-elle en le foudroyant du regard.

« Okay, stop ! » les fit taire Kate, ils agissaient comme de véritable gamins.

« Bienvenue à Mars2112 » dit jovialement le serveur. Il était vêtu d'un uniforme de capitaine et leur fit un grand sourire. « Je suis le colonel Andrew Carter, et je suis ici pour prendre vos commandes en cette belle journée martienne. Que puis-je vous donner comme rafraîchissement? »

Rick et Kate regardèrent Alexis sourire timidement au grand garçon à l'air gauche. « Puis-je avoir un Shake Vaisseau, s'il vous plaît? »

« Mais certainement, petite humaine! » répondit-il. « Et pour vous deux? »

« J'aimerais un coca light, s'il vous plaît » répondit Kate.

« Et j'aimerais un coca flottant, s'il vous plaît » lui a dit Rick. « Joli uniforme. »

«Merci», le jeune homme sourit. « Je viens d'être promu. » Il se retourna pour regarder Alexis. « Je peux commander le navire maintenant. »

Alexis rigola puis Andrew sortit un pad pour noter leurs commandes. « Êtes-vous prêt à me donner vos commandes pour assurer votre subsistance? »

« Est ce que je peux avoir l'offre martienne, s'il vous plaît? » Demanda Alexis.

« Bien sûr! »

« J'aimerais un hamburger saignant avec des frites de Mars, s'il vous plaît » dit Kate lorsqu'il se tourna vers elle.

« Puis je avoir la même chose mais cuit à point? » ajouta Rick.

« Je vais vous avoir ça à la vitesse de la lumière » leur dit Andrew. « Enfin, presque aussi vite en fait. La vitesse de la lumière est vraiment trop rapide. »

« C'est parfait dans ce cas » répondit Rick.

« Je vais en cuisine! » puis le jeune homme s'en alla, un bras tendu devant lui, un peu comme Superman.

« Il est drôle » dit Alexis une fois qu'il avait disparu. « Et idiot. Il ne peut pas réellement conduire un vaisseau spatial. »

« Toi et ta réalité » soupira Rick. « Elle ne se laisse jamais prendre au jeux! » dit-il à Kate avec un gémissement.

« Eh bien, c'est parce que c'est la seule raisonnable. Ce n'est pas vrai Alexis? »

« Ouais! »

« Je n'aime pas quand vous vous liguez contre moi les filles, vous ne semblez pas vous en lasser » répondit Rick. « Alors je vous défie au dessin. »

« Un défi de dessin ? » demanda Kate, alors qu'elle prit seulement conscience que leur nappe était faite de papier, et qu'il y avait un panier de crayons de couleur au le milieu de la table. Alexis essayait de prendre le pot vers elle, et Kate le tira vers elles afin qu'elle puisse l'attraper.

« Le premier qui dessine la plus impressionnante des navettes spatiale, a le droit de choisir un dessert pour tout le monde. »

« Prêt? » Répondit Alexis. « Tu joues Kate? »

Kate les regardait un a un, les deux paires d'yeux bleus la fixant pour la défier. «Bien sûr ! »

Chacun prit un crayon, poussa sa carte des menus à l'autre bout de la table – heureusement le serveur les avait oubliés – ils étaient assis, prêt à dessiner.

« À vos marques... Prêts... Dessinez jusqu'à ce que le serveur arrive! » Annonça Rick.

Puis ce fut une frénésie de gribouillis. Kate ne se rappelait plus la dernière fois qu'elle avait fait des dessins aux crayons de couleurs dans un restaurant. Mon dieu, elle ne pouvait même pas se rappeler la dernière fois qu'elle avait fait quelque chose dans le genre, seulement les gribouillages sur le tableau de preuves, mais ça ne comptait pas. Apres quelque minutes, elle trouvait que son dessin était une conception originale de vaisseau cependant, quand elle regarda à sa gauche elle constata que Rick avait déjà fini son vaisseau spatial, et travaillait à présent sur un port d'embarcation. Alexis, à sa droite, n'avait pas encore fini, mais son vaisseau comportait environ huit ailes et des écoutilles très bien dessinées avec des leviers. Kate et son vaisseau triangulaires à deux ailes semblait un peu triste en comparaison.

« Ne t'arrêtes pas, Kate » lui dit Alexis. « Nous avons encore au moins cinq minutes. Peut-être que tu peux dessiner un quai de débarquement. »

Kate lui souriait et retourna à son dessin. Elle ne gagnerait probablement pas, mais c'était une expérience vraiment divertissante. Ils griffonnèrent et soupirèrent dessinant avec toujours plus d'assiduité jusqu'à l'apparition d'Andrew.

« Vous faites un concours de dessin? » demanda-t-il, en arrivant avec leur plateau tenant en équilibre, accompagné d'un alien qui tenait un panier de vaisseau spatial en gressins.

« Oui » répondit Rick en levant les yeux vers lui. « Vous voulez bien juger? Vous serez impartial »

Andrew haussa des épaules et plaça tous les plateaux à l'autre bout de la table ronde puis se pencha vers les dessins. « Le rouge. Assurément, le Rouge. »

« Ha! » S'écria Alexis, en jetant son poing en l'air.

« Eh bien, je dois dire, que le vôtre est assez complexe » reconnu Andrew, en regardant la forêt de navires de Rick et les voitures qui planaient autour. « Le vôtre pourrait être le plus réaliste, cependant » continua Andrew, puis, en regardant à Kate il ajouta. « En tout cas le vôtre est définitivement le plus aérodynamique. »

Alors celui de Kate avait l'air d'être plus fonctionnel qu'elle ne croyait. « Mais Alexis gagne toujours. »

« Oh, oui. Toujours. Prêt à servir, Victor? » demanda-t-il .

Alexis hocha la tête, souriante, et rigola lorsqu'Andrew fit des bruits d'atterrissage de vaisseau en lui passant son assiette. Rick et Kate n'eurent pas le même traitement, et Kate fut amusée de constater que Rick était un peu déçu. Andrew s'en alla et Kate se tourna vers son assiette, stupéfaite par la taille qu'elle avait.

« Une personne normalement constituée ne peut pas manger tout ça » dit-elle. Alexis et Rick se tournèrent vers elle, incrédules, puis elle mangea quelque morceau de son plat. « Ok, j'ai rien dit » reconnu-t-elle en riant. Rick acquiesça et Alexis marmonna un « Ouais » tout en mangeant un poulet d'alien.

À la fin, il y en avait presque trop, mais elle ne pouvait pas le gâcher. Kate mangea tout le hamburger (qui, malgré son nom de Mars, était remarquablement normal et tout à fait délicieux) ainsi que les frites, et elle avait même assez de place pour les glaces qu'Alexis avait demandées en dessert, en récompense du concours de dessins.

Elle mangea le tout avec brio. Le fait qu'ils allaient patiner et qu'elle pourrait brûler toutes ces calories, convenait parfaitement. Et pas qu'un peu. A la fin du repas, Rick ne lui laissa pas payer sa part, ni même la moitié, il ne voulait pas qu'elle paye quoi que ce soit. Elle argumenta, elle l'exigea même, mais il nia et paya l'addition.

« Je payerais pour la séance de patinage alors » lui dit-elle alors qu'ils sortaient du restaurant. Il plaça une main sur le creux de son dos tandis qu'ils saluaient Andrew, Alexis sautillant devant eux.

« Kate, nous vous avons traîné», murmura-t-il alors qu'Alexis regardait autour d'eux pendant qu' ils marchaient jusqu'à la baie de chargement qui les conduirent à la sortie du restaurant. "Vous ne devriez pas avoir à payer."

« Je veux juste un partage équitable. Vous avez payé le déjeuner. Je payerais pour la patinoire, fin de la discussion. »

Ils se foudroyèrent du regard jusqu'à ce qu'il hocha la tête en signe de défaite. «Je vous dois la prochaine, alors » grommela-t-il alors qu'Alexis leur faisait signe de se dépêcher.

Kate haussa les épaules et ils se dirigèrent ensemble jusqu'à l'escalier pour enfin se retrouver dans la voiture. La prochaine fois – il y aurait une prochaine fois apparemment. Elle se glissa aux côtés d'Alexis, suivi de Rick.

« J'ai l'impression que ça fait vraiment longtemps qu'on n'a pas patiné » dit Alexis alors qu'ils sortaient de leur place de parking pour prendre la route.

« Ça fait juste deux semaines, kiddo » Rick riait alors qu'il fouillait dans son sac. « Aha! »

Il sortit une deuxième paire de lunettes de soleil et les donna à Kate. « Euh, merci? » répondit-elle, en les tournants dans ses mains. Elles étaient belles, grande et élégante et ça allait sans doute cacher une bonne partie de son visage. « Pourquoi? »

Rick plaça son chapeau en arrière et mis ses lunettes sur son visage. « L'anonymat. Alexis n'en a pas besoin, car elle est habituée, mais vous pourriez en avoir besoin au cas où quelqu'un nous remarque. »

« Oh. »

« Essaye-les, Kate! » rigola Alexis.

Kate mit alors les lunettes sur son nez et se tourna vers Alexis. « Est-ce que ça me va bien ? »

« Ça te vas vraiment bien » dit Alexis en souriant. « Tu ressembles à une star de cinéma! »

« Vraiment? » Kate se mit à rire. Elle se tourna ensuite vers Rick. « Vous en pensez quoi? »

« Je suis d'accord avec elle. Vous ressemblez à Audrey Hepburn »

Kate rougit. « Merci. » Elle regarda son reflet dans les verres de Rick et dû admettre qu'elle n'avait pas l'air mal du tout. Et, si ça lui évitait d'avoir son visage en page six, elle les garderait.

La voiture s'arrêta et Rick se pencha saisissant leurs sacs.

« Je n'avais pas réalisé ... » dit Kate.

« Suivez la demoiselle en pourpre et laissez-moi être galant » répondit-il.

« Je ne sais pas si je trouve votre attitude charmante ou agaçante » lui dit-elle alors qu'elle sortait après Alexis et lui prenait la main.

« Trouvez-la charmante, ça vous évitera d'avoir des problèmes » Il sourit. « Maintenant, on y va. On a une autre file d'attente à faire. »

Ils paradèrent jusqu'au Madison Square Garden et se trouvèrent rapidement dans la file d'attente. Kate regarda autour d'elle et vit l'immense arbre et les lumières qui scintillaient et ressenti un pincement au cœur. Elle était venue ici avec sa mère, quelques années auparavant ... Ils avaient patiné et elle était tombée sur ses fesses si fort qu'elle avait dû s'asseoir sur un coussin pendant une semaine entière. Elle entendait encore sa mère rire en essayant de l'aider à boiter jusqu'au taxi qu'ils avaient dû reprendre, au lieu de marcher.

« Tout va bien? » demanda doucement Rick. Alexis était trop occupée à regarder un couple sur la glace qui faisait des tours, pour constater l'attitude de Kate.

« Oh, oui » répondit Kate en secouant la tête légèrement. « Juste ... Des souvenirs. »

« Bon ? Mauvais? » Demanda-t-il doucement, glissant sa main dans la sienne.

C'était comme si un tel geste était normal et elle lui serra la main en remerciement. « Les deux » murmura-t-elle.

« Je suis désolé. »

Leurs yeux se rencontrèrent, enfin… des lunettes de soleil rencontrèrent d'autres lunettes de soleil. « Ça va. Je suis déjà revenue avant ça. Ce n'est pas ... ce n'est pas grave. »

« Nous pourrions aller faire autre chose » suggéra-il.

Alexis tira sur son manteau. « Avez-vous vu ça? » demanda-t-elle craintive. Kate jeta un regard sur la glace et regarda l'homme qui levait sa partenaire au-dessus de sa tête et la faisait pivoter.

« Et rater ça ? » dit-elle à Rick, elle hocha la tête en voyant Alexis rebondir à côté d'eux. « Hors de question !».

Il souriait. « Alors, allons-y » Ils s'avancèrent pendant que la file se déplaçait et ils entrèrent dans la salle d'attente. « Allons, Alexis, trouvons nous un banc pour aller ensuite chercher tes patins. »

Kate les suivit et s'assit à côté d'Alexis tandis que Rick s'agenouillait et sortait les patins. Alexis enleva ses bottes et colla un de ses pieds devant Rick, remuant ses orteils près de son visage.

« Je ne veux pas sentir tes pieds, Lexis, » il riait alors qu'il attrapait son pied. « Ils sont dégoûtants. »

« Ce n'est pas vrai! » Répondit Alexis. « C'est les tiens qui le sont. »

Kate se mit à rire et enleva ses bottes mais hésita un instant. Était-elle vraiment sur le point de sortir ses patins flashis ici, en public, ou pas? Mais à ce moment-là, Rick fit un bruit de rennes et Alexis rigola. Soudain, ça ne semblait plus vraiment avoir d'importance. Elle les lassa puis se tourna vers eux, elle trouva Rick en train de regarder ses pieds, s'arrêtant dans son geste pour lasser ses propres patins alors qu'Alexis balançait les sien dans le vide.

« Y'a un problème? » demanda Kate l'air de rien, tandis qu'elle rangeait ses bottes dans son sac.

« Non ... Aucun problème » répondit-il en rencontrant son regard. « Votre patins sont très flashis. »

« Et? »

« Et rien » il haussa les épaules.

« Allons-y, Alexis » dit Kate, debout et en étendant la main vers la jeune fille. « Mettons nos affaires dans un casier et allons payer pendant que ton père qui est trop lent termine de se préparer. »

« J'ai presque fini! » Protesta-t-il pendant qu'Alexis se levait pour prendre la main de Kate.

« Vous êtes trop lent, Rick » répondit Kate. « Ton papa est ridicule. »

« Je sais », acquiesça Alexis.

Kate se mit à rire et lança quelques pièces dans un casier, enleva la clé et bourra leurs sacs à l'intérieur, puis glissa la clé dans son jean. Elles se dirigèrent vers la billetterie et Kate acheta trois billets. Elle pouvait payer, ce n'était pas véritablement cher.

La cloche sonna et le dernier groupe commença à se diriger sur la glace. Kate ne pouvait pas voir si Rick s'approchait à cause de la foule.

« Pourriez-vous s'il vous plaît garder cela pour le grand gars avec un bonnet blanc de grosses lunettes de soleil et avec un manteau à pois noir? » demanda-t-elle au caissier avec un sourire.

Le jeune homme hocha la tête avec impatience. « Bien sûr. »

« Merci beaucoup. » Sans doute avait-elle embellit la journée du jeune homme. Peut-être que la politesse n'était pas seulement quelque chose qu'Alexis était la seule à maîtriser, après tout.

Lorsque la cloche retentit, elle se laissa alors glisser sur la glace. Elles avaient toutes les deux un peu de mal à se lancer au départ, mais bientôt, Alexis finit par tirer Kate.

« Tu es vraiment douée pour ça, Alexis » remarqua Kate en la voyant patiner à ses côtés avec aisance. « C'est très bien pour quelqu'un de ton âge. »

« J'ai toujours fait du patinage » sourit Alexis. « J'adore ça. Pas toi? »

Kate hocha la tête. « Moi aussi. J'avais l'habitude de ... nous avions l'habitude de venir ici chaque dimanche quand j'étais petite. »

« Vraiment? »

« Hum-hum ». Kate repéra Rick tentant d'avancer péniblement vers elles. « Et mon père avait l'habitude de patiner comme le tiens » elle riait pendant qu'il les rejoignit, soufflant, ses joues rosies par le froid.

« Vous auriez pu m'attendre » leur dit-il en prenant la main d'Alexis. « J'étais juste derrière vous à sept personnes environs. Merci d'avoir fait appel à ce charmant caissier. »

« C'est quand vous voulez », dit Kate en riant.

« Vous allez garder le contact avec lui? » demanda-t-il, en le désignant du menton. Kate hocha la tête et ensemble ils levèrent Alexis à l'aide de leur bras, la faisant crier de joie.

« Eh bien, garder contact n'est pas le terme approprié » répondit Kate, elle sourit à Alexis puis s'adressa a Rick. « Elle me tire, vraiment. »

« Et je ne vais même pas vite! » Déclara Alexis avec enthousiasme. « Tu veux voir comment je vais vite ? »

« D'accord » dit Kate.

« Ok. Je reviens ! » S'écria-t-elle. Puis elle lâcha leurs mains et fonça à travers la foule avec une précision qui était à la fois impressionnante et horrifiante.

« Effrayant, non? » demanda Rick, alors qu'ils patinaient côte à côte.

« Oui » Kate hocha la tête. « Vous lui avez enseignez ça ? »

Il hocha la tête. « Ma mère ne sait absolument pas patiner, et sa mère ... eh bien, disons simplement que j'ai droit à du chantage si j'ai besoin d'elle. »

Kate se mit à rire. « Vous semblez assez bien réussir, pour quelqu'un qui tient à peine en équilibre. »

« Je vous retourne le compliment, Green Lantern. »

« Vraiment? » Demanda-t-elle, alors qu'elle repérait Alexis qui s'approchait d'eux par derrière. « De tous les super-héros qui existe, vous me sortez celui-là ? »

« Vos patins sont vert fluo, Kate » il lui sourit, tendant une main en arrière pour rattraper Alexis. Il saisit rapidement la main de Kate pendant que l'élan d'Alexis les traînait vers l'avant, tirant Kate avec eux. « Préférez-vous que je vous appelle la méchante sorcière? »

« Je préférerais que vous ne vous moquiez pas de mes patins super cool » renifla-t-elle.

« Je pense qu'ils sont géniaux » lui a dit Alexis.

« Et je pense que tu es très rapide » répondit Kate.

« J'aime aller vite » elle rayonnait. « Je peux continuer, papa? »

« Bien sûr, pumpkin » dit-il « Il suffit de bien être parallèle, OK? »

« OK » puis elle repartit.

« Parfois, elle patine avec moi, mais surtout, elle aime voler » dit-il dit alors qu'ils faisaient un autre tour autour de la patinoire, la main dans la main.

« Elle est adorable » répondit Kate en regardant le petite fillette qui traversait la foule a toute allure.

« Oui » sourit-il. Puis il trébucha à cause de la horde d'enfant qui leur passait autour. Kate s'accrocha à son bras et ils vacillèrent un instant jusqu'à ce qu'ils retrouvent un nouvel équilibre.

Rick s'accrocha encore plus à son bras. « Bon on ne doit pas se séparer » dit-il.

« Comme vous voulez » répondit Kate. Il semblait fort et chaleureux à ses côtés, et c'était ... c'était beau.

« Alors, vous êtes venu ici étant enfant? » demanda-il.

« Chaque dimanche » lui dit-elle.

« Ça devait être amusant. »

Elle hocha la tête et s'accrocha à lui alors qu'un couple les dépassait. « Mes parents adoraient ça. E... J''ai été un peu comme Alexis. »

« Et vous zigzaguiez autour de la foule un peu comme elle »

Kate se mit à rire. « J'ai donné à mes parents quelques frayeurs. »

« Accidents et coups hein ? »

« Oh oui » dit-elle en riant. Elle n'avait pas besoin de lui dire qu'elle avait 19ans la dernière fois qu'elle avait fait une chute monumentale. « Mais ils pensaient que c'était mignon. »

« Pensez-vous ... » Il s'interrompit.

« Quoi? » demanda-t-elle.

« Vous voyez encore votre père ? » demanda-t-il en jetant un regard vers elle.

Kate respira un grand coup. « Oh »

« Vous n'avez pas à répondre, » dit-il précipitamment. « Juste ... oubliez que j'ai dit ça. Désolé. »

« Non, non, » Ça pouvait être bénéfique pour elle de le partager avec quelqu'un d'extérieur, surtout compte tenu de la conversation qu'ils avaient eu la dernière fois. Et Rick ... il y avait juste quelque chose en lui qui était agréable, d'une certaine manière ...même Will n'était pas comme ça. Et ce n'était pas quelque chose de romantique. Il était juste ... quelle était la chose qui lui donnait envie de partager tout ça?

« Il est ... la mort de ma mère lui a fait un gros coup. Et nous avons ... il n'est plus tout à fait le même depuis. »

« Je suis désolé. »

Elle hocha la tête. « Moi aussi. Mais, vous savez, les gens passent a autre chose non? Il va s'en sortir un jour. »

« J'en suis sûr » lui dit Rick. « S'il est aussi fort que vous semblez l'être, je suis sûr qu'il s'en sortira. »

Elle le regarda. « Vous voulez me séduire hein? »

Il a souri. « Et ça marche ? »

« Oh, attendez juste que je vous attrape, Richard Castle, » dit-elle tranquillement. Puis elle repéra Alexis s'avancer vers eux. « Mais d'abord, vous devez essayer de me rattraper, mon vieux! » Elle se libéra de son emprise et accéléra. Elle entendit Alexis rire derrière elle.

Étapes par étapes. Ils avançaient à petits pas. Et, lorsqu'il l'attrapa par la taille, qu'ils dégringolèrent n'importe comment sur le sol glacé, Alexis riant comme une folle devant eux, Kate trouvait que peut-être - juste peut-être - elle pourrait avancer petit à petit dans ces étapes.

Note de l'auteur II: Donc, Mars2112 est un vrai restaurant à New York City, près de Times Square. Je n'y ai pas été depuis l'âgés d'Alexis environs. D'après mes dernières recherches, il s'avère que la navette n'est plus vraiment la même. Ce chapitre est basé sur mes souvenirs d'enfance, donc, ne le prenez pas pour véridique ou tout a fait réel. Je l'aimais bien, et je pense que Rick Castle et sa fille seraient du genre a y être allés.

(je reviens sur le fo d'ici quelque minutes ^^, le chapitre se charge sur fanfiction. net donc c'est légèrement en avance que je le publie : MERCI KATIE D AMOUR ET VIV MA PATATE ADOREE pour les corrections Smile )




 I love you Family I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Ven 20 Jan - 22:25

Chapitre 7 - "Joyeux Noel"


« Ok, ré explique moi ça. Comment, exactement, en es tu venue à faire du shopping avec moi?" » Demanda Madison alors qu'elles tournaient au coin de la 5ème avenue, en passant devant un groupe de chanteurs.

Kate esquiva un vieux monsieur avec une épaisse veste rouge, elle resserra ensuite son écharpe autour de son cou. Le vent soufflait fort, il fit s'envoler les pages des chanteurs et apportait avec elles l'odeur des châtaignes grillée d'un vendeur de rue.

« Egrin avait besoin hier soir, durant ma soirée de congé, d'aller au dîner de gala de sa femme, alors je l'ai accompagné » expliqua t-elle en plissant le nez. Elle détestait les châtaignes.

« T'as dormi au moins? C'est le mec de l'équipe de nuit, non?" »

Kate hocha la tête. Elle avait dormi environ sept heures. Lorsqu'elle était rentrée chez elle à six heures du matin, elle s'était effondrée avec lassitude sur son lit avec son uniforme. Puis elle s'était levée pour son rendez vous avec Maddy à 14:30, comme prévu. « J'ai dormi. Plus que d'habitude, en fait » ajouta t-elle, en essayant d'avoir l'air bien et épanouie ce qui n'était pas vraiment le cas. Personne n'avait jamais semblé approuver son temps de travail. Bizarrement.

« Ouais, rester debout toute la nuit à tendance à rendre fou » rit Madison en attrapant son bras, l'emmenant vers un magasin pour enfant où Kate n'était jamais entrée auparavant. « Viens, j'ai besoin de prendre quelque chose pour ma nièce, surtout depuis que Brad a insisté sur le fait qu'il voulait que toute la famille se rencontre. »

Kate haussa un sourcil. « Je pensais que tu aimais ta nièce ».

Madison se tourna vers elle l'air coupable, tandis qu'elle traîna Kate par le bras vers une étagère remplie de poupées, la guidant ainsi dans un monde de rose et de violet. S'en était presque trop lumineux, trop fillette. Même enfant, Kate n'avait jamais vraiment aimé les poupées.

« J'adore ma nièce. C'est ma belle sœur que je ne supporte pas. Tu le sais en plus. »

« Oui. » Elle avait entendu parler de Kayla, bien trop souvent, et de façon toujours négatives qu'il en était difficile de l'oublier. « Je sais. »

« J'aurais aimé qu'elle … Ne pouvait elle pas rendre visite à sa famille? »

« Je pensais qu'elle l'avait fait l'an dernier » remarqua Kate alors qu’elle regardait une Barbie au milieu de l'étagère. Cette dernière pouvait donner naissance. Littéralement, on pourrait ouvrir son ventre et enlever le minuscule bébé de son ventre puis fermer le rabat, laissant Barbie avec une silhouette parfaite et son minuscule bébé en plastique un peu effrayant. « Ce ... Ce truc est un peu terrifiant. »

Madison jeta un coup d’œil et renifla. « Oh, je vais le prendre. »

« Madison! C'est horrible! Tu vas lui faire peur. »

« Brad a dit qu'elle était dans sa période naissance et bébés » dit Madison en haussant les épaules, et atteignant la boîte.

Kate récupéra le jouet et lui mit hors de portée. « Je ne peux pas te permettre d'acheter ça. Les amies ne laissent pas d'autres amis acheter agressivement ces sortes de jouets de Noël. »

Madison plissa les yeux, mais laissa retomber sa main. Kate lui fit un signe de tête et mit l’étrange barbie sur l'étagère, en l’installant dans sa boîte. C'était tout simplement impossible d'acheter ce genre de chose. « Allez, on va prendre une ballerine. Tu ne m'avais pas dit que Shelby aimait danser? »

« Comment tu te souviens de ce détail? » demanda Madison, alors qu'elle aperçut les nombreuses boîtes avec des gros titres colorés représentant des barbies danseuses. « Je me souviens même plus de ce que je t'ai dit à propos de Michael il y a à peine une heure. »

« Je me souviens des détails » dit Kate en haussant les épaules, désignant ensuite une étagère cinq rayons plus loin. « Tiens voilà ta ballerine. »

Madison attrapa la poupée et se tourna vers Kate. « Que ferais-je sans toi, Becks? »

Kate souriait simplement. « T'affamerais et tu traumatiserais tes proches. »

Madison lui donna un coup d'épaule et ensuite elles se dirigèrent vers la sortie là où se trouvait les caisses du magasin. Kate regarda autour d'elle, elle voyait les parents affolés traverser les allées du magasin, certains enfants traînaient derrière eux, ou couraient. Le magasin était bruyant, agressait les yeux avec toutes ces sortes de couleurs, ses sons, ses lumières et ses bibelots. Kate était plutôt soulagée de n'avoir pas d'enfants à elle, elle n'avait pas besoin grâce à ça de traverser des milliers de magasins comme celui ci afin de trouver le cadeau parfait.

Elles se frayèrent un chemin de l'autre côté de la boutique, rejoignant la foule. Kate regarda vers le comptoir et ses yeux furent tout de suite attirés par un écran lumineux d'animaux marins. Le comptoir en était rempli, et Kate chercha des yeux quelque chose de précis, à son extrémité. Sous un trop grand tas de peluches elle aperçut, accroché sur un cintre, une tortue de mer.

« Mads, je dois prendre quelque chose. Tu me gardes la place? » demanda Kate alors que la discussion d'Alexis lui revenait en mémoire.

« Becks? »

Mais Kate était déjà partie vers le comptoir de peluches et essayait d'atteindre la tortue. Elle était belle, verte et bleu avec une coquille couleur d'eau. Elle était douce, incroyablement douce et Kate se rappela d'un vieux toutou en peluche qu'elle avait eu étant enfant qui avait été fabriqué sans doute dans ce même tissu doux. Elle souleva l'étiquette et regarda le prix. 20 dollars, elle pouvait se le permettre. C'était raisonnable, non? Elle regarda la peluche sous toutes les coutures et sourit. C'était tout à fait raisonnable. Cette chose était adorable. Peut-être qu'elle aurait un enfant et qu'elle irait dans ces magasins, finalement.

Elle mit la tortue sous son bras et retourna vers la caisse où elle avait laissé son amie, s'installant derrière elle. Elle ignora les reproches des clients suivants. Elle était là avant eux.

« Qu'est ce que t'as pris? » demanda Madison alors que la file s'avançait. « Et pourquoi tu as acheté quelque chose? » Kate ouvrit la bouche pour répondre, mais Maddy la devança. « Attends, est ce que c'est pour la fille de Castle? »

« Elle s'appelle Alexis » répondit Kate. « Et oui, c’est pour elle. »

« Qu'est-ce que c'est? » Kate tendit le jouet à Maddy. « C'est ça ton cadeau? Une tortue de mer en peluche? »

« Hé » protesta Kate, luttant contre un sourire. « Les tortues de mer sont impressionnantes. »

Madison haussa les épaules. « C'est mignon. »

« C'est parfait » répondit Kate. « J'ai déjà essayé de trouver quelque chose à lui offrir, mais je crois que ça c'est bien. »

« Pourquoi tu lui offres quelque chose de toute façon? » demanda Madison alors qu'elles avancèrent à nouveau. « Ça ne fait que quatre semaines que tu les connais. »

« Et alors? » demanda Kate. Alexis était une enfant. Qui avait des cadeaux d'enfants.

« Alors, pourquoi as tu besoin de lui offrir quelque chose? »

« Parce que c'est Noël » répondit Kate. « T'inquiètes je vais aussi te faire un cadeau. »

« Tu me connais depuis toujours » contra Madison. « Y'a intérêt que tu me fasses un cadeau. »

« Merci, Maddy. J'adore ta vision de l’amitié » Kate roula des yeux. Ce n'était pas si difficile. Elle voulait offrir un cadeau de Noël à Alexis parce qu'elle le voulait ... Que voulait-elle? Voulait-elle la voir sourire ? Voulait-elle lui faire plaisir? Avait-elle envie d'entendre son petit rire et de recevoir un gros câlin? Était ce vraiment important? Alexis était une fillette, et une amie. On devait offrir des cadeaux à ses amis.

« Tu sais ce que je veux dire », lui expliqua Madison. « Nous sommes amies. »

« Alexis est mon amie. »

« Alexis a sept ans. »

« Et tu en es a la moitié des cinquante» répondit Kate. Cela devrait la faire taire.

« Tu vas payer cher pour ça, Beckett. »

Kate se mit à rire. « Allez. T'es la prochaine » dit-elle, en poussant Maddy vers la caisse alors que la personne avant elle s'éloignait. Elle n'était pas ridicule. Et ce n'est que vingt dollars. Qu'est-ce que c'était?

Son côté réaliste lui expliqua que vingt dollars étaient trois repas. L'autre coté s'était contenté de sourire tout au long du mercredi, car elle s'était tellement amusée à patiner le mardi avec les Castle qu'elle se dit que ces vingt dollars rendraient Alexis heureuse. Et depuis qu'elle avait passé la nuit dernière à garder deux junkies et un Père Noël qui pensait qu'il pouvait voler, elle pensa alors qu'elle pouvait écouter pour une fois son côté optimiste.

« Est ce que tu vas avoir un vrai rendez vous avec ce mec? » demanda Maddy alors qu'elles quittaient le magasin quelques minutes plus tard avec leurs sacs verts fluo.

« Qui? » demanda Kate, en tendant le cou pour s'assurer qu'un conducteur de taxi n'allait pas les emboutir alors qu'elles traversaient la rue en courant.

« Rick Castle. »

« Non, Maddy » répondit Kate rapidement.

« Parce que tu aurais pu me mentir » poursuivit Madison. « Tu achètes un jouet pour sa fille. Et tu passes tout un mardi après midi à faire du patin à glace avec eux. »

« Ils sont amusants » répondit Kate en poussant un soupir.

« Amusant, ou amusant? » dit Madison.

« Juste amusant, Mads. Je ne suis pas à la recherche d'une relation amoureuse en ce moment. » Rick Castle et son magnifique sourire maladroit. Il était amusant, drôle et léger. Mais cela ne voulait pas dire qu'elle voulait coucher avec lui.

« Parce que tu sais, tu es toute souriante en pensant à lui la maintenant » observa Madison.

« Tais-toi, Maddy » grogna Kate. « Je souris pareil quand je pense à toi » ajouta t-elle.

« Mon Dieu, j'espère pas » riait Madison.

Kate fronça les sourcils et accéléra le pas en direction du café le plus proche, laissant derrière elle Madison glousser.


(...)


« Mec, sérieusement? » Kate jeta un regard sur Esposito, qui parlait avec animation au téléphone, son visage affichait un large sourire alors qu'il martelait son poing sur son bureau. « T'as deux exemplaires ?!... Non mec, je les prends!!... Quand?... Vraiment?... Je te revaudrais ça, mec... Ouais... On s'revoit bientôt. J'te remercie beaucoup, Dan. »

Il coupa le téléphone et se tourna vers elle en souriant. « Quoi de neuf? » demanda Kate en souriant à son tour avec exubérance.

« C'était mon ami Dan. Il s'agit d'un gros bonnet des jeux vidéo, et il m'a trouvé deux exemplaires de Halo. Ils ont été vendus partout. »

Kate secoua la tête en se moquant même si elle ne comprenait pas. « Et c'est génial? »

« Génial? » lui dit il avec un regard incrédule. « Beckett, c'est le jeu du moment. Et on ne peut plus l'avoir! Et maintenant j'en ai deux! »

« Et t'as besoin des deux ? » demanda t elle.

Il haussa les épaules. « Pourquoi pas? Il a dit qu'il m’en donnerait deux. Je ne vais pas laisser passer ça. »

Kate hocha la tête et retourna à ses papiers. Ce fut une journée lente jusqu'ici, et elle espérait finir rapidement sa paperasse afin de rentrer chez elle, qu'elle puisse avoir une bonne nuit de repos en ce samedi. Karpowski tapait son stylo contre la table de son bureau, et Kate grimaça, et tenta de se concentrer sur ce qu'elle avait à faire. Elle détestait quand Karpowski faisait ça. Ce bruit la rendait folle.

Donc, quand Esposito se leva et quitta la pièce puis revint vingt minutes plus tard, Kate ne le remarqua presque pas. Elle se coupait du monde extérieur et avançait dans son travail, elle réussissait à échapper aux bruits, aux gloussements qui se passaient autour d'elle. Elle trouva ensuite le jeu vidéo placé sur le dessus de sa pile de papiers.

« Tiens » dit-elle, en lui rendant le jeu.

« Prends-le » dit-il fermement.

« Pardon ? » dit-elle incrédule, en se retournant vers lui. « Tu es ... Esposito, pourquoi est ce que tu me le donne ? Je n'ai même pas de lecteur pour les jeux vidéo. »

Il leva un sourcil. « Essayes le d'abord, et ensuite on en reparlera » répondit-il.

Kate le regarda fixement. « Quoi? »

Il soupira. « Bon sang, j'essaye de t'offrir un cadeau et c'est comme ça que tu me remercies? » Il se retourna vers son bureau et prit un document et le feuilleta avec humeur.

Kate tourna le jeu dans ses mains. Il semblait étrange et violent et elle n'était pas vraiment fan des jeux vidéo. Mais ... Attendez, Rick ne jouait il pas aux jeux vidéo ? « Merci, Esposito » dit-elle tranquillement.

Il la regarda et lui donna un petit sourire. « J'aimerais que tu me re fasse les cookies que tu nous avais fait en Septembre. »

Elle acquiesça et mit le jeu dans son sac avant de se replonger sur ses papiers. Elle se sentit sourire et jeta un regard vers Esposito. C'était un emmerdeur parfois, mais c'était un bon gars. Et elle allait lui faire deux fournées de gâteaux, juste pour ça.

(...)

« Beckett » répondit-elle, alors qu'elle attrapait son téléphone sur la table du salon en ce dimanche soir.

« Salut, Kate » dit la voix joyeuse de Rick qui flottait dans le haut-parleur.

« Hey, Rick » répondit Kate s'affalant de nouveau dans le canapé. Elle saisit la télécommande et mit la télé en sourdine, laissant geindre Kramer sans voix sur l'écran. « Quoi de neuf? »

« Eh bien, premièrement, comment vas-tu? »

« Je vais bien » dit-elle lentement. « Euh, comment vas-tu? »

« Je vais bien aussi » répondit-il rapidement.

Elle pencha la tête. Il semblait ailleurs, non pas qu'elle sente vraiment le teint de sa voix anxieuse par téléphone, mais il avait l'air ... tendu. « Quoi de neuf? » demanda t elle à nouveau.

« Eh bien, je me demandais si tu avais regardé le journal aujourd'hui? »

Kate cligna des yeux. Quoi? « Euh, non, je ne l'ai pas encore fait. Je viens de le recevoir il y a à peine une heure. Pourquoi? »

Il positionna le combiné sur son autre oreille. « As-tu le Ledger? »

« Oui » répondit-elle douteuse, elle se leva et marcha vers sa table où elle avait jeté le journal du matin. « Pourquoi est ce que j'ai un mauvais pressentiment ? »

« Eh bien, ce n'est pas si terrible » dit-il précipitamment. « Honnêtement. Mais je pensais que c'était mieux si je te le disais non ? »

« Me dire quoi, exactement? » demanda t elle en regardant le journal. Tout semblait normal. Le gros titre parlait de la sécurité qui s'était accrue à l'aéroport durant les vacances elle regarda en dessous la date, lui rappelant qu'il n'y avait seulement plus qu'une semaine avant Noël.

« Va en page Six » répondit-il.

Kate fronça les sourcils. Elle se rappela de ce qu'avait dit Rick Castle au sujet de la page Six ça ne semblait pas une bonne nouvelle. Elle feuilletât le journal et arriva sur la page des potins. Une photo en noir et blanc lui faisait face. Elle la fixa. C'était une image d'elle et Rick étendu sur la glace, Alexis rigolait au-dessus d'eux.

« Ça date de même pas une semaine » fut la première chose qu'elle pensa. Qu'est-ce que c'était que ce bordel? Pourquoi était-ce là? Ses yeux se figèrent sur le titre et elle laissa échapper un gémissement. « Richard Castle a t il trouvé sa nouvelle muse? »

« Je suis vraiment désolé » dit-il calmement.

« Je ... » Elle balbutia. « Je n'ai même pas ... Franchement, pourquoi est-ce qu'il le mette la? Ça ne date pas d'hier. »

« Même si les potins se calment durant les fêtes » répondit-il. «Ils aiment tout ce qui se rapporte à la famille et bien, ma fille est adorable sur cette photo. »

Kate regardait l'image, faisant face à elle-même. On ne pouvait vraiment pas dire que c'était elle. Le corps massif de Rick la cachait pas mal, et le fait qu'il n'y ait pas de couleur jouait en sa faveur, on ne pouvait pas voir que ses patins étaient verts. Les lunettes de soleil qu'elle portait, cachaient une grande partie de son visage, et son cache oreille recouvrait sa tête. Elle n'était pas vraiment reconnaissable après tout, ça pourrait être n'importe quelle femme.

« Je suis vraiment désolé » ajouta t-il. « Je te jure que je regardais, mais je n'ai vu aucun paparazzi et je ..."

« Ça va » répond Kate. Ça allait non? Elle ne pouvait le nier et franchement, qui, à la 12e se donnerait la peine de lire les potins sur Richard Castle, a part elle? Madison c'était une autre histoire, et Lanie ... Oh, mon Dieu, Lanie...

« Vraiment? » sa voix se brisa, dire qu'elle avait vraiment paniquée à un moment.

« On ne peut pas vraiment dire que c'est moi » elle haussa les épaules. Les pires choses étaient passées. « Je suis surprise qu'ils n'aient pas d'autre choses à imprimer. »

Il rit. « Moi aussi. A chaque fois. »

Elle sentit le stress retomber, lâchant le journal, elle laissa échapper un petit rire qui la surprit. Le titre était ridicule, maintenant qu'elle le relisait. « Nouvelle muse? Est-ce ce que c'est comme ça qu'ils appellent toutes tes femmes? »

« C'est nouveau, en fait » répondit-il. « Mais j'aime bien. Veux-tu être ma muse, Kate? »

« Non merci » renifla t-elle. « Je voudrais juste être sans nom et sans visage juste celui de Kate Beckett, ça suffira. »

« Oh, allez! » Il geint. « Ça serait génial. Je pourrais vous suivre partout, prendre des notes. »

« Dans vos rêves, Mister Pigeon. »

Il gémit et Kate se mit à rire alors qu'elle s'asseyait à sa table en poussant sur le côté les piles de factures et des dossiers qu'elle avait faits mercredi. « Arrêtes de m'appeler comme ça. »

« C'est ça ou « mon vieux Rick ». C'est comme tu veux. » Sourit-elle. Elle n'était pas dingue. Elle ne l'était vraiment pas. Quel était ce sujet?

« J'ai presque trente ans, Katherine, et pas soixante ans. »

« Est-ce que tu m'as vraiment appelé Katherine? » demanda t elle les yeux écarquillés. Personne ne l’appelait Katherine. Will avait essayé une fois, elle lui avait plié son bras dans le dos qu'il l'avait supplié d’arrêter.

« Si tu acceptes » répondit Rick.

« Ne m’appelles pas Katherine » dit-elle fermement.

« Ne m’appelles pas Mister Pigeon". »

« Très bien. »

« Bon. »

Durant une minute personne ne parla et Kate tenta de démêler ses pensées elle était curieusement calme. Elle n'avait pas été bouleversée par l'article. Une infime partie d'elle était excitée de ce qu'il se passait, mais elle en fit abstraction. Richard Castle était juste un gars avec une mignonne petite fille, c'était tout. Ce n'était pas son auteur préféré, et il n'y avait rien d'exaltant d'être dans le journal, et de se faire appeler sa muse. C'était même insultant en fait, être comparé à une sorte d'objet d'affection ou de créativité. Et c'était une intrusion dans son intimité.

« Les lunettes de soleil te vont bien » dit-il.

Kate secoua la tête surprise par le compliment soudain. « Merci? »

« Il suffit de regarder l'image. Elles vont parfaitement avec ton visage. »

« Je suis ravie qu'elles couvrent une grande partie de mon visage » répondit-elle en pliant le journal et le jetant sur le côté. Elle ne l'encadrerait pas. Elle pourrait le couper ou l'insérer dans un livre qu'il avait signé. Mais il n'avait pas besoin de savoir ça.

« Eh bien, elles seront à toi chaque fois que tu viendras avec nous » lui dit il. « Ce qui, je l'espère ... Et c'est pour ça que j'ai appelé. »

« Ah? »

« Je voulais juste m'assurer que nous étions toujours d'accord pour le brunch de mardi. Je sais que nous n'allons pas sortir pour manger, mais je voulais te parler de tout ça avant que tu ne le découvre ... mais tu ne semble pas vraiment bouleversée. »

« Personne ne saura que c'est moi » répondit-elle. « Et je serais heureuse de venir. »

« Super » elle pouvait l'entendre sourire. Sourire qui se répercuta sur son visage, ce qui était un peu embarrassant. « Merci de le prendre bien. »

« Si elle m'avait appelé sa nouvelle maman qu'elle parlerait de mon passé, ça serait différent. »

« Oui. »

Kate se mordit la lèvre et se demandait si elle voulait vraiment poser cette question. Elle le devait. Ce n'était pas très sympa pour eux si elle ne le faisait pas et qu'elle paniquerait plus tard. « Euh, est ce qu'il y a une probabilité pour qu'elle le fasse? » demanda t elle en respirant plus rapidement.

Il ne dit rien pendant un instant. « C'est ... ça peut arriver »

« Ok » répondit-elle en acquiesçant. Elle y avait pensé aussi.

« Je vais dire à Paula de faire ce qu'elle peut pour que tu ne sois pas impliquée dans tout ça. Elle l'a déjà fait, en fait » dit il. « Elle m'a dit qu'elle travaillait dessus. »

« Paula fait quoi, exactement? » demanda Kate curieuse.

« C'est mon agent et c'est elle qui s'occupe de la presse. »

« Et de tes séances de dédicaces, c'est ça ? »

« Exact » dit il en riant. « Bonne mémoire. Mais, vraiment, nous ferons ce que nous pourrons pour que tu ne sois pas sur les prochains journaux. »

«Merci», répondit-elle. Ce n'était pas une énorme promesse. Mais il avait au moins des professionnels qui s'en occupaient. « Finalement tu n'es pas vraiment célèbre » dit t-elle.

« Pardon? » demanda t il offensé.

« Je veux dire, comme être sans cesse traqué. Ils ont juste pris une simple photo et l'ont mis dans un coin de page people. »

« Une simple photo? Un coin de page? Je suis célèbre ! » Protesta t-il.

« Tu ne peux pas être célèbre » railla elle avec amusement. « Ils ont récupéré une vieille image d'il y a cinq jours. » Blaguer sur le sujet était la meilleure façon qu'elle avait d’oublier cette photo, surtout qu'elle en faisait un peu partie étant donné qu'elle était dans le journal. Elle pouvait s'en inquiéter quand le temps viendrait. Le déni semblait être un bon remède.

« Ils attendaient le moment opportun » répondit-il. « Je peux faire les gros-titres. »

« Ouais, non, je ne pense pas » dit elle en ricanant, alors qu'elle se leva de sa chaise et se dirigeait vers le canapé. « On en aurait entendu parler si c'était le cas, et les gros titres diraient qui je suis. »

« On peut changer tout ça mardi prochain » rétorqua t-il. « Je pourrais t’attraper, me jeter sur toi, et tu apparaîtrais dans tous les tabloïds. »

Kate ouvrit la bouche plusieurs fois pour lui répondre, en essayant de trouver ses mots. Avait-il réellement insinué que ... « Je veillerai à ce qu'Alexis soit une enfant unique » réussit elle a répondre une bonne trentaine de secondes plus tard.

Il se mit a rire. « Bon, alors, dans l’intérêt de ma famille, je m'abstiendrai de t'embrasser intensément dans Times Square, cette semaine. »

« Merci. »

« Aucun problème ». Elle entendit Alexis l'appeler dans le fond pendant qu'ils s'étaient tus, ne réalisant pas vraiment la conversation qu'ils venaient d'avoir. « Je dois y aller » lui dit il. « Quelqu'un à dépassé son heure de coucher. On se voit mardi. »

« A mardi. »

Kate raccrocha le téléphone et resta assise là quelques minutes, abasourdie. Avait-il réellement ... et elle ... et puis ... Elle secoua la tête et monta le son de la télévision. Oublier était la meilleure chose à faire.

(...)


Kate se tenait devant l'appartement 504 en ce mardi, s'appuyant sur un pied étant donné qu'elle avait les bras chargés de son sac et de cadeaux. Elle libéra une de ses mains et frappa à la porte, écoutant ce qu'il se passait de l'autre coté. Elle ne pouvait pas les entendre bavarder de l'autre côté de la porte comme elle le faisait habituellement. Elle était arrivée quelques minutes en avance, le trafic étant plus fluide.

Elle avait eu une journée infernale lundi et elle était heureuse de passer son jour de congé autour de la petite fille innocence de Castle. Poussés par la rage, Des lutins fou du Père Noël avaient tués trois co-worker, elle avait aussi eu a faire a une audience avec plus de quarante enfants, et lorsque vous êtes le premier sur scène, vous êtes toujours plus que ravie de fuir cette bande de cinglés dès que vous pouvez. Oui, le lundi avait été une journée d'enfer. Rick aurait probablement trouvé ça fascinant. Elle avait juste trouvé ça horrible.

Kate sortit de ses pensées en entendant le claquement des talons sur le sol qui se dirigeaient vers la porte. Elle s’ouvrit et Kate se retrouva face à face avec nul autre que l'actrice de Broadway Martha Rodgers.

Elles se regardèrent quelques instants. « Bonjour » dit Kate. « Je suis ici pour le brunch? »Ça avait l'air d’être une question plus qu'une affirmation, et elle se demandait comment elle arrivait a rester aussi calme en compagnie de Rick, mais qu'elle ne menait pas large face à la mère de ce dernier.

« Vous devez être Kate » dit la femme rayonnante. « Bien sûr, rentrez » Elle invita Kate à l'intérieur et ferma la porte. « Ils sont dans le bureau ils ne vont pas tarder » lui dit-elle. « Puis-je vous offrir un verre? »

« Oh, non merci ça ira » répondit Kate alors qu'elle accrochait son manteau et qu'elle mettait son sac sur la table à côte du hall d'entrée. « Je suis Kate Beckett » ajouta t-elle, alors qu'elle la suivit dans la cuisine.

Martha Rodgers hocha la tête. « Je m'en suis douté. » Elle tendit une main pour la saluer. « Martha Rodgers, mais vous pouvez m'appeler Martha. »

Elles se serrèrent la main et Kate lui sourit la poignée de main de Martha était ferme et ressemblait beaucoup à celle de Rick. Elle aurait sans doute le temps de lui en parler plus tard.

« Ma petite-fille m'a beaucoup parlé de vous » poursuivi Martha. « Vous êtes officier? »

« C'est ça » répondit Kate. « Au 12e discrict quartier des homicides »

« Ah, et c'est pour ça que vous vous entendez si bien avec mon fils » dit elle en riant. « Alexis a omis ce détail. »

« Je ne lui ai pas expliqué les détails de mon métier » sourit Kate. « J'ai expliqué que ça ressemblait un peu a celui de Rick. »

Martha la considérait. « Je n'ai pas beaucoup entendu mon fils parler de vous. »

Kate haussa légèrement les épaules. Que pouvait elle répondre à cela ? Elle n'avait aucune idée de quoi faire ou de quoi dire à Martha en vérité. Elle semblait joyeuse et accueillante, mais aussi elle semblait l'analyser d'une façon qui la mettait un peu mal à l'aise.

« Racontez moi ce que vous faites d'autre. Il est vrai que nous n'avons pas parlé ces dernières semaines, étant donné que j'étais beaucoup occupée. Je ne suis, en fait, même pas censé être ici aujourd'hui, mais ma matinée a été annulée pour un événement de charité. »

« J'ai entendu dire que le spectacle se passait bien » intervint Kate. Peut-être qu'elles pourraient éviter de parler de Rick. Elle préférait ne pas être le centre de l'attention aujourd'hui.

Martha lui fit un grand sourire. « C'est vrai! C'est gentil merci. Voyez-vous beaucoup de théâtre? »

« J'aimerais en voir plus » répondit Kate honnêtement. « Mais j'aime y aller quand j'ai du temps et de l'argent. »

« Eh bien, chaque fois que vous voulez des billets, n'hésitez pas à me demander » lui dit Martha. « Dites le à Rick, et il m'en parlera. »

« Merci » dit Kate très étonnée par son offre généreuse. « C'est très gentil de votre part, vraiment. »

Martha brandi d'un air dédaigneux son rouge-à-levre. « Ce n'est rien, mon petit. C'est agréable de voir ma petite-fille souriante. »

C'était une déclaration chargée de sous entendus. Kate cligna des yeux et essaya de penser à une réponse correcte, mais il y eut un « bang », et la porte du bureau s'ouvrit. Alexis se rua vers elles.

« Grand mère ! » criait-elle. Martha se retourna mais déjà l'attention d'Alexis avait changée. « Kate! » s'écriait-elle en dérapant pour ensuite l'envelopper et mettre ses bras autour de la taille de Kate. « Papa me tenait en otage! Tu dois l'arrêter. »

Kate regarda la fille autour de sa taille et rit. « Et pourquoi es ce qu'il te tenait en otage? »

« Parce que j'ai pris le dernier biscuit » lui dit-elle. « Mais ensuite il m'a ligoté dans son fauteuil et m'a fait tourner, même si je lui disais d'arrêter! »

Rick sorti du bureau, l'air tout à fait calme et tranquille. Il sourit en voyant Kate. « Salut, Kate. »

« Salut » répondit-elle. « Est ce que tu as capturé ta fille dans ton bureau pour la faire tourner sur elle même dans ta chaise ? »

Il haussa les épaules. « Quel est le problème? Je plaide le cinquième**… » répondit-il, en marchant pour aller embrasser sa mère sur la joue. « Je ne savais pas que vous viendriez mère »

« Événement de charité » répondit Martha.

« Tu ne vas pas à l'arrêter? » demanda Alexis, en tirant sur le chandail de Kate en reculant.

Kate la regarda avec désolement et leva les mains. « Je n'ai pas apporté mes menottes aujourd'hui. Je suis désolé. »

Alexis soupira puis se retourna pour regarder son père. « Chanceux. »

Il rit et se dirigea vers eux, sa main tendue. « Allez, on fait une trêve? Tu pourras avoir le plus gros morceau de tarte pour le dessert ce soir. »

Alexis plissa les yeux, mais lui tendit la main, et ils se les serrèrent. Puis il se pencha et l'attrapa pour la jeter par dessus son épaule. « Comment vas-tu Kate? » lui demanda t il en ignorant les cris et les rires d'Alexis.

Kate le regarda fixement. « Je vais bien. Heureuse d'être mardi. Et toi? »

« Je n'ai pas a me plaindre » il lui sourit. « Donc tu as rencontré ma mère? »

« Quelqu'un devait bien me laisser rentrer dans l'appartement » répondit Kate. « Apparemment, tu étais trop occupé à torturer ta fille. »

« Il continu! » Intervint Alexis.

« Richard, vraiment » déclara Martha de la cuisine. « Pose la et va ouvrir la porte. » On frappe. « Le livreur est la. »

Kate regarda Martha ainsi que Rick, il soupira et posa Alexis. « J'ai appelé le livreur et régler la minuterie » Martha riait. « Mais, je ne peux pas tout faire et etre clairvoyant à la fois. Peux-tu mettre la table, Alexis? »

Alexis hocha la tête et Kate la regardait disposer les assiettes qui était déjà posées sur la table. Rick ouvrit la porte et récupéra les quatre sacs de nourriture, tandis que Martha sortit les verres, laissant Kate debout maladroite au milieu de la salle à manger, à les regarder faire.

« Viens t'asseoir » lui fit signe Rick.

Kate pris sa place habituelle en face d'Alexis et de Martha qui s'assit à la droite de sa petite fille. Il y avait énormément de nourriture, avec trop de gaufres trop de pommes de terre rissolées trop de sandwichs.

« C'est trop » dit-elle.

« Habituellement, on exagère pour les brunchs » répondit Rick avec un haussement d'épaules. « Tu pourras en prendre un peu pour chez toi, ou pour ton travail. »

Kate le regarda, alors qu'elle attrapa un muffin. « Je le ferais, merci. Ça fera un bon repas pour tous. »

« Est-ce que tu as eu beaucoup de travail? » demanda t il.

Elle ne pouvait pas lui parler du traumatisme de Tolkien, comme les garçons la surnommaient habituellement, chose qu'elle n'aimait pas. Leur penchant pour les surnoms ne datait pas d'hier. Au lieu de ça, elle hocha la tête. « C'est les vacances. »

« Qu'est-ce que ça veut dire? » Renchérit Alexis.

Kate se tourna vers elle tandis que Rick et Martha prenaient de grandes bouchées afin de cacher leurs sourires. « Ça veut dire que nous sommes plus occupés que d'habitude. »

« Y a t-il plus de méchants à Noël? »

Kate se sentit prise au piège, elle regarda Rick, mais il était juste la, à l'observer et, évidemment, attendre sa réponse. Martha avait l'air presque fasciné par ce qu'il se passait. Ils ne l'aidaient pas beaucoup.

Elle se tu n'osant dire que plus de personnes étaient tuées pendant les vacances, car c'était un peut déprimant, même pour l'enfant d'un écrivain de polar. Mais elle devait dire quelque chose. « Il y a plus de crime à des vacances. Mais je ne sais pas qu'il ya plus de méchants, juste ... les méchants sont plus occupés. »

Alexis acquiesça d'un air contemplatif. « Est-ce parce que le Père Noël les regarde et qu'ils pensent qu'ils ont déjà été assez méchants ? Comme quand papa prend trois biscuits, au lieu de deux, parce qu'il en a déjà mangé plein ? »

Kate la regarda fixement. C'était une théorie remarquablement convaincante pour une enfant de sept ans et elle se retrouva prise au dépourvu.

Rick se mit à rire. « Oui, Alexis. C'est exactement ça » il sourit. « Mais je te remercie de ne pas me comparer à des criminels. »

Elle se tourna vers lui et le regarde avec un sourire très doux « Si c'est ce que tu veux, papa. »

Martha se mit à rire et tapota sur la tête d'Alexis. « Tu es trop intelligente pour lui, mon petit. » Alexis sourit et attrapa une autre tranche de lard. « Alors vous travaillez au quartier des homicides, Kate? » demanda Martha en se tournant pour la regarder.

« Oui » répond Kate. Apparemment aujourd'hui c'était la journée question sur Kate.

« Le travail est difficile? » continua Martha.

« Parfois » dit Kate en hochant la tête.

« Kate va dans les bennes à poubelles » ajouta Alexis.

Martha haussa un sourcil. « Vraiment? »

« Parfois » répéta Kate. « Ça dépend. Nous creusons plutôt dans la neige ou la glace ce moment, malheureusement. »

« Ça a l'air rude » commenta Rick.

« Ça l'est. C'est beaucoup moins amusant que de faire des bonhommes de neige. » leur dit elle. « Mais ça fait partie du travail, donc ce n'est pas si mal au final. »

« Nous avons fait des bonhommes de neige, hier » intervint Alexis.

« Vraiment? Où ça? » dit Kate ravie d'orienter la conversation sur un autre sujet.

Martha continuait de la regarder comme si elle l'évaluait et Rick avait cette lueur dans les yeux lorsqu'elle expliquait pendant vingt minutes la procédure de prise d'empreintes digitales qu'elle avait faite la semaine dernière. Kate n'était pas tout à fait à l'aise de parler de son travail, et surtout pas en face d'Alexis. Alors elle posa à Alexis toutes sortes de questions au sujet de sa journée, la fillette et Rick étaient il allés au parc, où ils avaient construit leurs bonhommes de neige, et elle lui demanda ce qu'ils avaient fait d'autre, elle n'était pas véritablement intéressée, mais grâce a la fillette son récit lui permit durant quelques temps de ne pas parler de son travail.

Elle réussit à détourner l'attention en posant des questions au sujet de la pièce que Martha faisait à Broadway, et les dernières aventures de Rick, mais tout le monde semblait plus intéressé par Alexis. Cela convint très bien à Kate. Martha cependant semblait plus intéressée par la manière dont Kate posait ses questions et les réponses qu'elle donnait. Chaque fois qu'Alexis expliquait quelque chose, Martha souriait. Chaque fois qu'Alexis se mettait à rire, Martha le faisait aussi. Elle la laissa perplexes, et d'ici la fin du repas, elle ne savait pas trop ce qui allait être vérifié pour qu'elle puisse être dans la vie de Rick, ou d'Alexis.

Quand ils eurent fini de manger, Alexis insista pour que Kate vienne dans le salon pour regarder l'arbre de Noel tandis que Rick nettoyait la table. Martha les suivit, en regardant comment Kate amena Alexis dans le hall pour ramasser son sac et ses cadeaux.

« Viens Kate! Je veux que tu le vois! Il est vraiment grand cette année » lui dit Alexis alors qu'ils entraient dans la pièce.

L'arbre était effectivement énorme et la salle de séjour sentait le pin. Facilement deux metres de hauteur et aussi réel que pourrait être un arbre de Noël. Il se tenait dans un coin de la pièce contre le mur d'étagères. Il était enveloppé d'argent et de paillettes rouges, avec des lumières multicolores qui scintillaient et brillaient dans tous les coins et recoins entre les aiguilles. Les décors étaient un mélange de maisons coûteuses et de babioles bon marché et magnifiques. Kate repéra quelques boules qui devaient être en véritable cristal, et quelques-unes étaient faites sur des cure-pipes avec de la colle et recouvertes de paillettes.

« Nous l'avons choisi et traîné sur tout le chemin du retour! » s'exclama Alexis.

« C'est magnifique, Alexis » murmura Kate. Elle n'avait pas vu un arbre de Noël depuis des années, trois ans, pour être exact. Et son père ... Il y avait plus beaucoup de joie de Noël dans la maison de Beckett.

« Richard aime aller les chercher dehors » commenta Martha derrière elles.

Kate se tourna pour la regarder et remarqua ensuite le reste de la pièce. Elle aussi était decorée et ornée de houx ainsi que d'autres guirlandes lumineuses. Suspendu à la cheminée, ainsi que sur les murs il y avait des affiches de Noël et des tentures qu'elle n'avait pas vues la dernière fois qu'elle était venue ici.

« C'est beau, » admis Kate.

« Vous en avez décoré un? » demanda Martha.

Kate secoua la tête. « Je vis seule et mon père n'est pas très ... euh, il ne s'intéresse pas trop aux festivités » répondit-elle soigneusement. Elle ne voulait pas qu'Alexis pose plus de questions, et n'était pas particulièrement a l'aise face à Martha en lui donnant des réponses énigmatiques.

« Eh bien, vous êtes les bienvenus à venir partager notre joie quand vous voulez » lui dit Rick, alors qu'il entrait dans la salle, portant son sac de cadeaux. « On s'assoit ? »

Kate se laissa tirer par Alexis sur le canapé et elle s'assit à côté de la jeune fille enthousiaste, qui regardait le sac de Rick avec un peu d'appréhension. Celui de Kate fit du bruit lorsqu'elle le plaça à ses pieds, et elle réalisa après quelques secondes qu'elle n'avait rien pour Martha. Mais elle n'eut pas le temps d'y penser plus longtemps, Alexis sautillait sur place, en prenant un cadeau soigneusement emballé de la main tendue de Rick, pour le donner ensuite à Kate.

« Joyeux Noël, Kate » dit timidement Alexis. Elle remonta sur le canapé et regarda les mains de Kate ouvrir l'emballage.

« Alexis, tu n'avais pas à faire ça » lui dit Kate.

« Mais je voulais le faire » répondit elle heureuse.

« Eh bien, merci » dit Kate.

« Ne me remercies pas avant de l'avoir ouvert ! »

Kate fit un petit rire et regarda le cadeau. Il était petit et enveloppés dans du papier avec des dessins de houx qui semblait être griffonné par les petites mains. Kate déballa le présent avec précaution incertaine de ce qu'il se passait. Alexis n'avait pas à lui faire un cadeau, elle n'avait besoin de rien.

Les emballages furent défaits et à l’intérieur il y avait un bracelet composé de perles faites maison. Kate le prit et le regarda. La chaîne était élastique et les perles elles-mêmes étaient faites d'argile, alternant avec des perles en plastique de couleur argent qui brillaient à la lumière.

« C'est très beau Alexis » dit-elle doucement. Il était évident que la jeune fille l'avait fait elle-même et Kate constata qu'elle semblait retenir anormalement son souffle. Cette petite fille lui avait fait un cadeau?

« Les perles ont des lettres aussi » lui dit Alexis.

Kate regardait à chaque perle et puis, après quelques secondes, réalisa qu'elles étaient orthographiées à son nom. « As tu ... As tu fait toi-même les perles, Alexis? »

« Uh-huh! Papa et moi les avons faites cuire dans le four. »

Kate regarda la petite fille et glissa le bracelet sur son poignet. « Je l'adore. Merci, ma chérie. »

Alexis sourit et puis, elles s’embrassèrent. « Je suis contente que tu aimes. »

« Je l'adore. Personne ne m'avait jamais fait de bracelet avant », lui dit Kate. Elle ne savait pas quoi penser et ni vraiment quoi dire, elle prit dans son propre sac et donna à Alexis le cadeau qu'elle avait enveloppé ce matin. « J'ai pris quelque chose pour toi aussi. »

Alexis prit le paquet avec de grands yeux, puis regarda son père quelques une seconde. « Kate m'a fait un cadeau! »

« Je vois, pumpkins » répondit Rick en souriant. Il regarda Kate et elle fut surprise de voir de la gratitude dans ses yeux bleus. Elle avait juste fait un simple cadeau à Alexis. Ça ne semblait pas être quelque chose de véritablement important. Et ce n'était certainement pas aussi spécial que le fait qu'Alexis lui offre un bracelet.

Elle se retourna vers Alexis et constata qu'elle avait presque fini de déballer son cadeau. Elle déchira les derniers papiers violets et couina, en prenant la tortue contre elle.

« Je l'adore !! » proclamait-elle. « Merci! Merci! » Et puis elle serrait à nouveau Kate dans ses bras, la tortue resta coincée entre elles deux.

Kate se mit à rire face à son comportement extravagant et sourit lorsqu'elles se regardèrent dans les yeux. « De rien. Joyeux Noël. »

Alexis sourit et sauta hors du canapé pour courir autour de la table à café et se diriger vers Martha. « Regardes! Kate m'a offert une tortue de mer! »

« J'ai vu » dit Martha souriante, en prenant le jouet que lui montrait Alexis. « C'est magnifique. »

« Son nom est Hamilton » lui dit Alexis.

« Est-ce que c'est écrit sur l'étiquette? » demanda Rick.

« Non » répondit Alexis avec indignation. « C'est juste son nom. »

Hamilton la tortue de mer. Alexis était vraiment un phénomène. Kate sourit en voyant Alexis courir autour de la salle avec le jouet, sans se rendre compte du fait qu'ils étaient tous présents. Puis elle sortit de sa rêverie lorsque Rick se leva et lui tendit un paquet.

« Rick, tu n'as pas besoin de ... » dit-elle alors qu'elle récupérait le paquet. Il haussa les épaules et elle le regarda quelques secondes avant de prendre a son tour le cadeau dans son sac. « J'ai quelque chose pour toi aussi. »

« Tu n'avais pas à faire ça » dit-il rapidement, tandis qu'il prit le paquet qu'elle lui tendait.

« Vous êtes tous les deux ridicules » observa Martha alors qu'ils s’asseyaient, chacun regardant le cadeau qu'ils ne s'attendaient pas à recevoir.

Kate regarda Martha. « Pardon? »

« Rien » dit Martha en souriant, puis elle prit une gorgée de sa boisson. « Rien du tout. Ouvrez les »

Kate et Rick se regardèrent, puis hochèrent la tête, en ouvrant leurs cadeaux en même temps. Kate déchira le papier rouge et aperçut un livre relié en tissus. Elle le tourna et sourit. « The Thin Man » était l'un de ses livres préférés. Rick était toujours en train de déchirer son papier avec une lenteur remarquable, alors qu'elle ouvrait la première page elle en eut le souffle coupé. Il était dédicacé! Il lui avait donné une copie de son livre préféré, dédicacé. Comment avait-il su?

« Comment tu as su ? » demandait elle au moment exact où il lui retournait la question.

Ils se regardèrent dans les yeux, tenant leur cadeau avec les mêmes expressions d'émerveillement sur les visages. « Je ... »

« C'est incroyable! » s'écrit Rick. « Comment as tu eu une copie de Halo? Je n'ai même pas pu en avoir un. »

« Je ... » Kate secoua la tête. Il s'était procuré, pour elle, une copie d'un livre dédicacé ... « Je connais un gars qui connaît un gars » répondit-elle.

Il sourit. « C'est génial! Merci beaucoup! »

« Merci » répondit-elle, serrant le livre contre sa poitrine. « Je ne peux même pas imaginer ... comment as-tu su? »

« Tu as dit que tu aimais le mystère quand nous sommes allés patiner, et quand tu es venue a ma dédicace ... j'ai pensé qu'il était une valeurs sûr » répondit-il facilement. « Tu aimes ? »

« J'adore » lui dit elle, consciente qu'elle devait sourire comme une folle. « C'est un de mes livres préférés. »

Il sourit. « J'en suis heureux. »

Martha fredonna et Kate jeta un regard vers elle tandis que Rick plissa les yeux. « Un commentaire, maman? »

Martha secoua la tête alors qu'Alexis rigolait dans le fond, jouant avec sa tortue. « Rien. Je suis contente que vous soyez là, Kate. »

Kate battit des paupières et passa ses doigts sur la première de couverture du livre, le bracelet d'Alexis glissant sur son poignet. « Je vous remercie. Je suis contente d’être là également » répondit-elle honnêtement.

Martha se contenta de sourire.




**Je plaide le cinquième = 5 eme amendement qui donne le droit de refuser de répondre a une question.


[Temp' étant déconnectée et avec son accord je publie la traduction de la fanfic ici en avant première ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Mar 13 Mar - 17:52

ça faisait un moment que nous n'avions pas posté la fanfiction ici, espérant vous mettre les chapitres en avant première. Ce chapitre là arrive donc ici avec pas mal de retard par rapport au site fanfiction.net.
Spoiler:
 

Chapitre 8

Le Noël de Kate fut réellement calme. La ville était entièrement recouverte d'une nouvelle couche de neige et qui couvrait un peu ses bottes alors qu'elle marchait, son bonnet vert préféré, vissé sur sa tête, sa tresse dans les cheveux et les mains dans ses poches. Elle frissonna lorsqu'un camion passa devant elle faisant virevolter l'air froid. Elle mordit sa lèvre inférieure attendant patiemment que le feu soit rouge pour avancer.

Elle aurait presque préféré travailler. Ça aurait été plus simple. Noël n'était pas quelque chose qu'elle aimait vraiment. C'était un jour férié pour être en famille, manger et s'amuser, et aujourd'hui, Kate n'avait pas envie de manger, elle ne voulait pas se forcer a être joyeuse, et la seule famille qu'elle avait ... eh bien, elle n'avait que ça.

Elle traversa la rue et se précipita dans le petit café, elle balaya la neige de ses épaules. Elle déroula son foulard et regarda autour d'elle les nombreuses tables vides. Il y avait a peu près trois autres personnes sur les banquettes blottis contre la fenêtre, chacun aussi désespéré qu'elle. Mais lorsqu'elle aperçue les épaules voûtées de l'homme dans le coin, elle su qui c'était.

Kate hocha la tête à la vieille femme derrière le bar et lui donna un demi-sourire. Son père et elle étaient des habitués de ce café à Noël, depuis trois ans maintenant, et, même si elle ne venait jamais les autres jours, ils la connaissaient ici. Kate fit lentement son chemin vers le comptoir et s'assit sur un tabouret fissuré, près du bar rouge.

« Hé, papa » dit-elle tranquillement.

Il se retourna et rencontra ses yeux. « Joyeux Noël, Katie. »

Lui et Kate se sourirent et ils se donnèrent une accolade rapide. Ce n'était pas gênant, mais ce n'était pas réconfortant non plus, comme s'ils essayaient tous les deux d'en faire trop, même si vu de l’extérieur on avait l'impression qu'ils ne faisaient aucun effort. Mais c’était faux. Ça lui faisait mal de le voir comme ça, et elle imaginait qu'il était aussi mal qu'elle, aussi.

« Joyeux Noël, papa » répondit-elle alors que la barmaid, Irène, mettait une tasse de café devant elle. « Et Joyeux Noël à vous aussi, Irène. »

Elle donna à Kate un sourire chaleureux. « Merci, Katie. Avez-vous passé de bonnes vacances? »

Kate haussa les épaules. « Aussi bonne qu'attraper des tueurs peut l'être. »

« C'est vrai » dit Irène en riant. « Vous faites des choses dangereuse. » Jim se tortillait mal à l'aise à côté d'elle et Kate regarda Irène se mordre la lèvre. « Je vous mets comme d'habitude? »

Jim et Kate hochèrent la tête et Irène se déplaça pour parler au chef par la fenêtre de la cuisine. Ils avaient toujours eu le petit déjeuner spécial : le complet avec des œufs, pommes de terre rissolées, bacon et de l'avoine. Il n'y avait rien de « Noël » dans ce repas. Le café n'avait pas des décorations spéciales autres que des sourires, ils ne parleraient pas des vacances. Ils voulaient juste savoir comment ça allait.

« Comment ça va Katie? » demanda son père alors que Kate enlevait son manteau et le posait sur le tabouret à côté d'elle.

« Ça va bien, papa. Et toi? »

« Ça va très bien » dit-il en rencontrant ses yeux. « Ça fait deux mois, maintenant » poursuivit-il tranquillement.

Kate sourit. C'était la première fois qu'il allait aussi loin. Elle n'était pas ... Elle n'était pas complètement optimiste pour penser que c’était en bonne voie, qu'il allait être sobre pour toujours maintenant. Mais, c'était un bon début, et il avait l'air d'aller mieux physiquement. Ses joues étaient moins blafardes et ses yeux avaient une petite étincelle qu'ils avaient eus avant. Et il semblait presque normal. Ils étaient loin d'être heureux tous les deux. Kate réussissait mieux à le cacher. Mais aucun d'eux n’était heureux. Pour le moment son père ressemblait presque de nouveaux à son papa.

« Je suis fier de toi, papa » lui dit Kate.

Il lui prit la main. « Merci, Katie. » Kate lui sourit et ils restèrent assis en silence pendant quelques minutes, chacun en sirotant un café ou jouant avec le bord du sous verre. « Alors, qu'est ce que tu as fait? »

« J'ai travaillé » Kate se mit à rire. « Et j'ai vu Maddy dernièrement. »

« Comment va Madison? » demanda Jim en souriant. « Est ce que vous vous amusez encore comme des larrons en foire? »

« Nous nous voyons quand nous le pouvons » répondit Kate. Elles étaient encore proches, mais Kate était constamment occupé et Madison sortait, elles faisaient du mieux qu'elles pouvaient. « Elle sort avec un mec sympa. »

Jim hocha la tête. « Et toi? »

Kate plissa les yeux. « Je t'en ai déjà parlé il y a un mois, que j'avais rompu avec Will, papa. »

« Eh bien, tu pourrais avoir retrouvé quelqu'un très vite » dit il en haussant les épaules.

« Papa! » s'écria Kate en riant. Mon Dieu, il n'avait pas changé. Elle voulait lui dire d'arrêter, d'arrêter d'avoir l'air heureux. Parce qu'il allait sans doute replonger. Mais c'était son papa et il riait et plaisantait avec elle. « C'est horrible ».

« Oh, allez, Katie. Tu es une magnifique jeune femme qui réussit. Qui ravirait n'importe qui. »

« Il n'a pas tord je pense pareil » rajouta Irene qui arrivait avec leurs repas et les posait face à eux. « Une nuit dans un bar et je parie que vous récoltez trente numéros facilement » dit-elle avec un sourire.

« Ok, pour votre information, je n'ai pas le temps d'aller dans les bars, et je ne récolterais pas trente numéros. »

« Ou une vingtaine, c'est plausible, mais je pencherais pour plus » intervint Jim.

« Je mange. Laisse-moi tranquille » grommela Kate, en coupant un morceau d'œuf pour le mettre dans sa bouche tandis que les deux autres se mirent à rire. Kate fronça les sourcils, mais renonça à se battre et se mit a rire aussi. « Je suis contente d'être célibataire » dit-elle lorsqu'ils se calmèrent.

« Pas pour longtemps, j'espère » déclara Jim alors qu’Irène s'éloignait pour aller a la rencontre d'une autre personne qui venait d’entrer pour prendre quelque chose de chaud.

« Papa, j'ai rompu avec Will. »

« Donc tu n'as personne en vue? »

Kate secoua la tête. Elle n'en avait pas. Elle n'avait pas la moindre envie de chercher l'amour d'ailleurs. Avoir été délaissée pour Boston l'avait en quelque sorte refroidie et elle avait cessé de se battre Et puis, elle était assez occupée, par l'amitié d'une petite fille, d'un écrivain et sa mère.

« Qu'est ce que tu ne me dit pas, Katie chérie? » demanda Jim quelques minutes plus tard. C'est seulement a ce moment la que Kate réalisa qu'elle était plongée dans ses pensées.

« Rien » répondit-elle rapidement.

« Parce que, tu sais, j'ai vu cette photo dans le journal la semaine dernière » dit Jim en haussant les épaules. « C'est l'auteur que tu aimes, Rick Castle c'est ça? »

Kate s'étouffa avec son café qu'elle était en train de boire. « Pardon ? »

« Rick Castle il écrit ces livres que tu aimes. »

« Je crois » dit Kate méfiante. Où voulait-il en venir?

« Donc, comme je disais... J'ai vu une photo de lui à la patinoire avec une petite fille adorable et cette femme, et tu sais, Katie elle avait ton sourire. »

Kate cligna des yeux. « Et tu penses que c'était moi? »

« Tu ne m’avais pas dit que tu allais patiner ? »

« Je ne ... » elle balbutiait. « Mais je ... »

« Pourquoi ne m'as tu pas dit que tu allais patiner avec Richard Castle? »

Kate ne savais pas quoi dire. De quelle façon ?...? Pourquoi...? Comment avait il...? « Comment sais tu que c'était moi? » s'écria-elle.

Jim sourit. « Je ne savais pas. Mais maintenant je le sais. »

Kate voulait crier, ou frapper quelque chose, ou trouver un trou de souris pour s'y cacher et rougir comme bon lui semblait. Il avait juste fait le truc que font tous les pères. Elle avait honnêtement pensé qu'elle était assez âgée pour éviter de tomber dans le panneau. « Je ... »

« C'est bien. Tu as ta vie » poursuivit-il. « J'ai juste pensé que tu aurais pu me le dire, étant donné que tu aimes tellement ses livres. »

« Papa » protesta Kate, elle avait l'impression de rougir fortement.

« Mais vraiment, Katie. Est-ce vraiment le genre de gars que tu veux? Il semble très populaire. »

« Nous ne sommes pas en couple, papa! » Coupa finalement Kate, tentant d'avoir l'air le plus adulte possible, ce qu'elle pensait être en cet instant. « Nous sommes juste amis. Je suis allé patiner avec lui et sa fille. »

« Elle est mignonne cette petite. »

Kate hocha la tête. Alexis était un sujet plus sûr. « Elle est adorable. Elle est vraiment intelligente, drôle, et elle arrive carrément à le remettre en place. »

« Un peu comme toi » dit Jim.

Kate sourit. « Elle l'est, je pense. »

Ils étaient assis en silence pendant un long moment à manger tranquillement. Peut-être qu'elle dirait tout à son père avant de se retrouver à nouveau dans le journal, ça lui évitera ce genre de conversation. Ou elle pourrait le faire par téléphone. Le sourire qu'il arborait ne lui plaisait pas et Kate n'était pas très à l'aise avec le fait qu'il ait le dessus, il semblait l'avoir. En même temps, cependant, c'était agréable de partager un repas de Noël qui n'était pas maussade et ou ils avaient rit, même si c'était à ses dépens.

Kate regarda par la fenêtre les cuisiniers préparer les plats et elle se sentit curieusement en paix. Peut-être que son père resterait sobre cette fois. Et peut-être que très bientôt, ils pourraient avoir un vrai dîner ensemble, pas seulement pour les vacances. Ça serait sympa. Ça serait formidable de revoir son papa. Il était amusant, et elle lui manquait ...

« Alors, vous vous êtes rencontrés grâce a sa fille? »

Puis de nouveau, elle pensa que l'avoir par téléphone était sans doute mieux.

(... )

La nouvelle année passa avec de nombreux homicides, Janvier apportait encore plus de meurtriers de psychopathes et de fous. Kate s’était retrouvée constamment occupée, mais plutôt heureuse comme ça. Elle avait du trouver de plus en plus de preuves pour tous les cas, c'était leur travail. Elle avait même réussi à dormir et à garder son appartement propre. Elle était sortie avec Lanie et Madison et trouvait encore du temps pour lire un ou deux soirs par semaine. Et puis, bien sûr, il y avait les dîners hebdomadaires, les brunchs ou les sorties avec les Castle.

Ils avaient été au Musée, ils étaient allés dîner dans un superbe petit village, ils avaient vu Harry Potter au cinéma et avaient dîné deux fois au loft. A chaque fois, Kate se sentait un peu plus à l'aise, un peu plus confiante, un peu plus ancrée dans leur famille. Alexis était charmante et lui rappelait que même après la pire journée avec les pires types imaginables qu'elle ait vus, il y avait des enfants qui croyaient encore à Noël et voulait entendre ces histoires de millions de fois.

Rick... Rick avait quelque chose de fort. Il était gai et enjoué, mais aussi sérieux, Kate n'était pas vraiment très habituée. Les gars du commissariat étaient forts, oui, et on pouvait toujours compter sur eux pour avoir de l'aide, mais Rick était vrai. Il y avait plus que son charme enfantin et ses mots. Il était fragile et fort à la fois, et Kate ne pouvait pas vraiment expliquer comment il pouvait être les deux à la fois, mais c'était agréable.

Elle n'avait jamais eu l'habitude de rire ou de se divertir avec eux autour. Juste l'autre jour où il lui avait envoyé une photo d'Alexis déguisée en Batman au milieu de la foule, sautillant avec derrière un décor sur le mur. Le doigt ganté de noir dans le coin de la photo suggérait que Rick était costumé aussi. Elle riait tellement fort à cette idée qu'Esposito avait quitté la pièce pour aller se faire du café, effrayé par son attitude. Il était méfiant envers elle depuis.

Alors quand elle frappa à la porte du loft une froide nuit de lundi en Février, elle s'attendait à entendre rire de l'autre côté, et Alexis qui s’élançant pour venir lui ouvrir, mais elle n'entendit que le bruits de pas lourds et la porte s'ouvrit sur le visage hagard de Rick Castle.

« Kate » dit-il.

« Salut? » répondit-elle alors qu'il ouvrait la porte pour la laisser rentrer, ses yeux bleus regardèrent vaguement le sol et ses cheveux avaient certains piques comme s'il n'avait pas pris la peine de les brosser. Il la regardait hagard. « Tu vas bien? »

Il cligna des yeux une seconde avant de hocher la tête. « Est ce que t'as déjà eu la varicelle? »

« Ouais » dit Kate en riant. « Quand j'avais cinq ans. Pourquoi? »

Il soupira et regarda derrière lui en direction du salon. « Alexis l'a. »

« Oh. Pauvre petite. Est-ce qu'elle va bien? » demanda t elle. Son aspect physique avait pris tout son sens à présent.

« Ouais, elle est vaillante » lui sourit-il. « Mais, euh, mon Dieu, j'aurais du t'appeler. »

« Hé » dit-elle en tendant la main pour la poser sur son épaule. « C'est pas grave. Tu as dû être très occupé, à veiller sur elle. »

« Mon échéance se termine, et je devais écrire aujourd'hui, mais Alexis est malade, et je ne veux pas juste ... tu sais, la laisser seule sur le canapé toute la journée ... j'ai donc écrit à ses cotés et... elle est très malade et j'ai ... »

Kate pressa son épaule et fit un pas vers lui. Par réflexe il se recula et la laissa rentrer, elle sourit et ferma la porte derrière eux, elle enleva ensuite sa veste et ses chaussures. Elle pourrait l'aider à résoudre ce problème. Elle était forte pour arranger les choses.

« D'accord. Voila ce qu'on va faire » dit-elle en posant son sac sur la table de chevet et accrochait son manteau avant de se tourner vers lui. « Tu va mettre mon arme dans le coffre, et je vais commander le dîner. Et ensuite, je vais m'occuper d'Alexis et tu écriras le temps qu'il te faut, ok? »

« Kate, je ne peux pas te demander de ... »

Elle leva sa main pour l’arrêter. Il avait besoin d'écrire, manger et se détendre, et elle était heureuse de s'occuper d'Alexis. Elle avait eu une longue journée et une soirée films était très plaisante. « Tu ne me demandes rien... C'est moi qui te propose. Je serais ici avec vous deux pas loin. Et comme ça, je pourrais me détendre avec elle, ce que tu sais, est tout ce que je souhaite de toute façon. »

Elle sourit alors qu'il la fixait, puis il se mit à bâiller. « D'accord. C'est moyen, mais merci » dit-il.

Kate secoua la tête et sortit son revolver, après avoir vérifié le cran de sûreté avant de lui remettre. « Penses-tu pouvoir faire cette mission, de traverser la pièce pour aller le mettre dans ton bureau, en secret ? »

Il sourit. « Certainement ». Il le prit et ensuite désigna la cuisine avec son autre main. « C'est le second tiroir de la gauche pour les menus à emporter. »

« Oh, je connais un bon endroit » dit Kate en lui faisant signe de partir. « Vas mettre ça dans le coffre et commence à écrire. Je viendrai te chercher quand le dîner sera prêt. »

« Kate, je ne peux pas ... comment puis-je ... »

« Tais-toi, Castle » dit elle en riant. « Je suis ravie d'être la. »

Il sourit et s'inclina avant de se tourner et de se diriger vers son bureau. Il s'arrêta à mi-chemin et se tourna vers elle. « Castle? »

« C'est l'habitude » elle haussa les épaules. « Tu ne réprimande pas quelqu'un au poste avec son prénom. »

« Ça a un certain charme » lui sourit il.

« De quoi papa? » demanda Alexis depuis le canapé.

« Mon nom de famille »répondit-il.

« C'est ton nom » répéta t-elle. « Il n'est pas charmant ».

« T'es malade, tu ne peux pas comprendre » dit il en riant.

« Ça veux rien dire ! » répliqua Alexis, qui ne manquait pas de son tact habituel.

« Eh bien, ça veut toujours rien dire si je t'ai amené quelqu'un pour te voir? » demanda Rick, en gardant l'arme de Kate bien derrière son dos.

« Y'a quelqu'un qui vient me voir? »

Kate décida qu'il était temps d'arrêter de les regarder simplement interagir et elle sortit de son mutisme. « Salut, Alexis » la salua t-elle.

les yeux de la jeune fille s’éclairèrent et elle sourit sous la couverture qui était tiré jusqu'à son menton. « Kate! »

« J'ai entendu dire que tu avais la varicelle » lui dit Kate en venant s’asseoir au chevet de la jeune fille.

« Oui » Alexis hocha la tête. « Et ça gratte. »

« Je m'en souviens » lui dit Kate avec un sourire triste. « Mais tu ne doit pas te gratter, hein? »

« Je sais » dit Alexis hochant la tête une nouvelle fois. Elle leva les mains et Kate ne pu s’empêcher d'étouffer un rire, ils étaient recouverts par des gants spéciaux pour le four. « Papa me les a mis pour que je ne marque pas ma jolie peau il m'a dit. Mais ça me démange tout le temps. «

Le visage de la pauvre fillette était couvert de petites taches roses, et Kate pouvait voir que ses épaules étaient toutes aussi recouvertes, elle jeta un coup d'œil sous la couverture verte. Ses cheveux tressés l'étaient probablement pour ne pas qu'elle les ait en pleine figure, et Alexis semblait toute triste, souriante, mais triste.

« As-tu la lotion à la calamine? » demanda Kate. Elle se souvenait d'avoir été presque complètement rose lorsqu'elle avait eu la varicelle étant enfant. Ou, du moins elle se souvenait que quelques cousins avaient pris cette couleur une ou deux fois.

« Le truc rose? »

« C'est le seul. »

« Papa m'en a mis un peu dans la nuit dernière, mais c'est parti avec le bain au bicarbonate. »

« Veux-tu que je t'en mette un peu après le dîner? » Alexis hocha vigoureusement la tête. « D'accord. Je vais commander quelque chose à manger et après on ira mettre le produit. »

« D'accord. Qu'est-ce qu'on mange? » Elle semblait si faible et si triste.

« Je pensais chinois? »

« D'accord » répondit Alexis sans enthousiasme.

Kate lui demanda. « Que préfères-tu plutôt? »

Alexis haussa les épaules. « J'ai pas vraiment faim. »

« Pas terrible d’être malade, hein? » demanda Kate. Alexis hocha la tête. Qu'est ce qu'elle avait toujours aimé manger quand elle était malade petite? Elle ne s'en souvenait pas vraiment, mais elle avait toujours aimé les macaronis aux fromages jusqu’à aujourd’hui, elle en mangeait quand elle était triste et ça l'aidait. « Veux-tu manger des macaronis aux fromages, si j'en fait? » Alexis se mordit la lèvre ses yeux étincelaient. « Tu as l'air d'aimer ça. »

La petite fille se mit à rire. « Ouais. »

« D'accord. Laisse-moi préparer tout ça, et quand j'aurais fini, je vais te barbouiller de ce truc rose. »

« J'aime le mot barbouiller » rigola Alexis. « C'est drôle. »

Kate se mit à rire. « T'es bien la fille de ton père. »

« Il n'a pas arrêté de dire fascinant de toute la semaine » chuchota Alexis. « C'était agaçant. »

« Je lui donnerai un nouveau mot pendant le dîner » lui dit Kate. « Tu vas rester ici pendant que je cuisine ok? »

Alexis hocha la tête. « Y'a Mathilda a la télé. »

Kate sourit et se leva. Elle se pencha pour l'embrasser sur le front par réflexe et ensuite se dirigea vers la cuisine. Elle prit une casserole et chercha dans les armoires pour trouver les macaronis. Elle remplit la casserole et fouilla dans le réfrigérateur tout en écoutant ‘Mathilda’, qui avait appris à faire léviter les choses. Elle riait en écoutant tout en coupant le fromage et le beurre qu'elle avait trouvé.

Alexis avait l'air tristounette, mais en assez bonne santé, en dehors des taches roses. Et son front n'était pas trop chaud, Kate avait pu le vérifier grâce à ce petit baiser maternelle qui lui avait permis de savoir sa température. Mais ce n'était pas quelque chose sur lequel il fallait s'attarder.

Encore moins sur le fait qu'elle était en train de faire à manger dans la cuisine de Rick. Elle savait où étaient les choses parce qu'elle avait l’œil, non pas parce qu'elle avait passé beaucoup de temps ici. Elle savait qu'Alexis préférait mettre de la mozzarella avant le cheddar parce qu'elle le lui avait dit. Ce n’était pas parce qu'elle l'avait vu faire tant de fois. Et elle savait que le vin qu'elle prévoyait de donner à Rick l'aiderait à se détendre, parce qu'il avait vraiment l'air épuisé, et qu'il était dans le bureau pas dans la cave, Et ce n'était pas non plus parce qu'elle avait vu Rick le sortir. Pas parce qu’ils avaient passés une nuit ensemble dans le bureau à jouer au Monopoly jusqu'à trois heures du matin parce que Rick avait eut le syndrome de la page blanche.

Elle rajouta les pâtes à l'eau bouillante, distraite, réfléchissant à combien de temps elle avait passé dans ce loft. Ils dînaient le lundi soir, et parfois (toutes les semaines récemment) elle trouvait quelque chose pour les rejoindre le mardi. Rick et elle restaient parfois jusqu'à tard le lundi soir, bavarder et rire tout en racontant des histoires de leur jeunesse, ou de leurs journées. Il lui racontait le monde de l'édition comme un croisement entre le quelque chose de bien et strict, avec des gens presque aussi fou que ceux qu'elle avait déjà vu à l'œuvre.

Elle attrapa une grande cuillère et son collier sortit hors du col en V de son chandail. Il tapa le côté de la casserole avec un bruit mat. Kate récupéra la cuillère et se redressa, récupérant de l'autre main la bague de sa mère et la glissa à nouveau dans son pull. Elle remua les pâtes pendant un moment, puis se tourna et s'appuya contre le comptoir, regardant fixement le salon, où quelques semaines plus tôt, ils étaient tous les deux assis, la nuit était tombée et il faisait déjà tard, mais ils continuaient de bavarder tranquillement accompagnée d'une bouteille de vin.

Kate se renversa dans son fauteuil, riant alors que Rick gesticulait.

« Je suis sérieux! » dit il en riant. « Elle a littéralement attrapé ma cravate et me plaquait contre une étagère. Patterson est tombé sur sa tête et elle a trébuché, me permettant ainsi de m'échapper. Mais c'était ... Je suis encore traumatisée. »

Kate plissa les yeux en le regardant. « Traumatisé? On pourrait penser que t'apprécierais le fait d'être jeté contre une étagère et même que t'en serais ravi. » Elle pouvait même s'imaginer le voir en profiter. Et ce n'était pas elle qui le bousculerait comme ça. Non ce n'était pas elle dans son scénario. Vraiment. Ce n'était pas elle.

« Si cette femme avait été quelqu'un que je connaissais, peut-être, ouais ... Si ça avait été la bonne. Mais une étrangère? Elle était effrayante, Kate! » poursuivit-il. Il prit une gorgée de son vin et poussa légèrement le pied de Kate sur le barreau inférieur de son tabouret. « Tu devrais venir à la suivante. Montrer ton badge pour me protéger. »

Elle grogna. « Dans tes rêves. »

« Tous les soir » lui sourit-il.

« Tais-toi » Kate se mit à rire.

Il était tard, mais elle ne voulait pas rentrer à la maison. Ils avaient passé la nuit faisant un grand fort avec Alexis, transformant le salon en une série complexe de tunnels et de passages secret avec presque toutes les couvertures de la maison. Les constructions de la véranda avaient été démolies mais, cela avait permis d'y installer Alexis qui y dormait paisiblement, mais tout le reste tenait encore. Elle n'avait pas honte d'admettre qu'ils avaient même rampé dans les tunnels une fois qu'Alexis dormait et regardé Star Wars à la télé, elle se moquait de ce qu'en penserait les autre et du qu'en dira t on.

Finalement, ils étaient sortis du terrain de jeux et avaient ouvert une bouteille de vin tandis que Rick lui parlait de ses déboires lors de sa dernière séance de dédicaces. Ils étaient sur le bar de la cuisine, se cognant les genoux sous le comptoir et bavardant tranquillement alors que l'horloge indiquait presque une heure. Mais elle n'était pas fatiguée, lui non plus. Son appartement était froid et vide, et il avait l'air un peu triste.

« Alors, comment c'était ta semaine? » demanda t il.

Kate haussa les épaules. « C'était bien. Trois homicides en tout. »

« Très occupé en somme. »

Kate hocha la tête. Elle avait à peine dormi jusqu'à ce que le troisième cas la dérange le samedi. Son jour de congé n'avait jamais été aussi attendu, et la soirée sympa avec les Castle était une bonne chose pour traîner dans son lit demain matin. « C'était mouvementé. »

« T'as pas dormit du tout? T'as l'air épuisé. »

« Eh bien merci, Rick » dit Kate en riant. « Tu sais trouver les mots pour parler aux filles. »

Il poussa sa cheville avec ses pieds. « Tu sais ce que je veux dire. Tu es toujours magnifique, mais la tu as l'air vraiment fatigué. »

C'était adorable de le sentir compatir Rick Castle la comprenait. « Ouais » admit-elle. Le mois de Janvier était long, la faisant toujours sentir seule et lui laissait un goût amer. Mais au moins cette fois-ci, son père semblait aller mieux, il n'avait pas manqué une réunion depuis Noël. Il devenait ce qu'il avait été. Mais les souvenirs étaient parfois plus forts que la réalité, et Kate avaient constaté que le peu de sommeil qu'elle avait eu lui avait permis de ne pas avoir de cauchemars de bouteilles cassées ou des bains de sang et des coups de couteau dans les ruelles.

« Tu vas bien? » demanda Rick la faisant sortir de ses pensées.

« Oh, oui... » Répondit-elle, en secouant légèrement la tête pour effacer ses pensée alors qu'elle posait ses coudes sur le comptoir et posa sa tête sur ses mains.

Son collier glissa de sous son chemisier et dans le silence calme du loft on entendit un petit "ping" lorsque sa bague frappa le bord de son verre de vin. Rien ne lui avait jamais semblé si solennel en cet instant.

Elle respira un grand coup et récupéra la bague pour la glisser dans sa chemise, mais la main de Rick l'arrêta dans son geste, et vint se poser sur son coude. « Kate », lui dit-il, sa voix la fit lever les yeux vers lui. « Qu'est ce qui ne va pas ? »

« Pourquoi supposes-tu qu'il y a quelque chose qui ne va pas ? » demanda t elle en rentrant de nouveau la bague dans sa chemise et se redressa. Elle ne devait pas rester aussi longtemps. Il fallait qu'elle s'en aille.

« Tu est toute pâle » répondit-il tranquillement. « Et tu as du mal à respirer. »

Oh, elle respirait par à-coup, c'était ça? Tout lui revenait en mémoire, les souvenirs, la tristesse, ce sentiment écrasant. Et elle n'avait pas vraiment envie d’être prise de panique, ici, la maintenant. Elle commença à se lever, mais la main de Rick se posa sur son genou et de son autre main, il lui prit la sienne.

« Kate, dis moi. Quel est le problème? »

« Y'a rien qui cloche » nia t elle. « Je vais bien. Il est tard. Je vais te laisser ... »

« Hey » dit il en resserrant son emprise sur son genou, elle avait du mal à trouver une bonne raison de fuir. « Laisse-moi t'aider. Tu vois ... Kate, parles moi. »

Elle serra les poings luttant pour ne pas flancher. Pourquoi ici? Pourquoi maintenant? Elle n'aurait pas pu le faire lorsqu'elle était seule chez elle la où personne, du moins Rick et son adorable fille, ne pouvait la voir? Que penserait-il d'elle? Voudrait-il encore d'elle près de sa fille si il la voyait comme ça ?

« C'est bon, tu sais », lui dit il. Etait-il en train de parler? Elle devrait probablement essayer de l'écouter plutôt que d'écouter son cœur. « Chacun a ses crises d'angoisses. »

« Je ne suis ... pourquoi veux tu... est ce que ... » elle ne pouvait pas répondre a ça. Mais elle pouvait sentir sa main sur son genou et ses doigts enroulés autour des siens sur la table

« J'en ai, parfois. Je connais les signes. »

Elle osa lever les yeux vers lui et sentit sa poitrine se desserrer un peu. Il avait l'air tout a fait sérieux et ... Quel était ce sentiment? De la compréhension? Mais c'était ridicule. Rick Castle ne pouvait pas comprendre. Il n'était pas dérangé. Il ne s'effondrait pas sous la douche régulièrement, en ayant le sentiment que le monde touchait à sa fin, alors que sa poitrine était sur le point d'exploser et qu'elle respirait rapidement pour se contenir.

« Hé, regarde-moi, ok? Tu t'en sortiras tôt ou tard. »

« Je vais bien » réussit elle à articuler.

Il grogna. « Oh, non. »

Et maintenant doutait il de sa parole? « Vraiment. Je vais ... »

« Tu ne partiras pas » dit-il fermement.

«Je ...» essayait-elle de nouveau. Mais la bague cognait contre sa poitrine, elle ne voulait plus vraiment le voir. Le visage de Rick se mélangeait avec les photos de sa mère, sanglante et gisante contre une poubelle dans une ruelle, et son père ivre dans la salle de bain de leur maison, titubant vers elle alors qu'elle tentait de le faire sortir.

« Kate » Elle cligna des yeux. « Kate, hey. » Sa voix était douce et elle remarqua qu'il était debout. Pourquoi l'était-il? Puis les bras de Rick s'enroulèrent autour d'elle et ses mains lui caressaient le dos de haut en bas. « C'est bon. Concentre-toi sur moi. Je suis la. Tu es la. On a construit un fort avec Alexis et regardé Star Wars assis par terre comme des enfants. On a mangé chinois et t'as essayé de me faire manger du poulpe. »

Il continuait de parler tout en faisant courir ses doigts dans ses cheveux, alors qu'il la serrait tout contre lui, appuyant son visage sur lui. Ses mains remontèrent le long de sa chemise, sans qu'elle ne réagisse, et de son coté elle respirait a plein poumon l'odeur de son eau de Cologne. Il était fort et elle pouvait sentir chaque souffle qu'il prenait en respirant contre sa joue tout en déferlant de douces paroles.

Elle se forçait à oublier les photos qui lui revenait en mémoire, se battant pour qu'elles cessent d'apparaître jusqu'à ce qu'elle n'ait plus a se concentrer sur rien, Rick racontait tout ce qu'ils avaient fait ensemble les dernières semaines. Kate écoutait attentivement et se concentra sur sa respiration, essayant de prendre de grandes respirations pour avoir un souffle plus régulier. Au lieu de cela, à son plus grand malheur, elle sentit les larmes lui piquer aux coins des yeux et elle renifla.

« Hey » il interrompit son histoire et il s'éloigna d'elle quelque peu, ses mains se posèrent sur ses épaules. Elle trouva alors ce qui lui manquait, la chaleur de son corps contre le sien, et elle ajouta même que ces ridicules sentiments qui affluaient en elle lui manquaient aussi. « Kate, tu veux en parler? »

Elle leva les yeux vers lui et leur regard s'accrochèrent, elle avait l'impression que la détermination qu'elle avait pu récupérer commençait à s'effriter. Comme si ça ne suffisait pas déjà qu'il l'ai vu en pleine crise de panique. Mais il l'avait soutenue pendant qu'elle paniquait. Maintenant voulait il entendre parler de ses crises? Pourquoi? Pourquoi voulait-il savoir?

« Pourquoi? » pensait elle intérieurement, alors que ces mots traversaient ses lèvres sans qu'elle ne l'ait voulu. Kate se gifla mentalement.

« Pourquoi? » il la regarda perplexe. « Parce que tu es mon amie et que tu essaie de ne pas pleurer » dit-il. « Voila pourquoi ».

« Mais je ... »

« Allez » il la prit par la main et la tira pour qu'elle se lève. « Allons dans mon bureau. »

Kate rigolait et se sentit défaillir un peu plus, alors que les larmes devenaient plus insistantes. « Très bien, Dr Castle »

Il lui sourit tandis qu'ils se dirigeaient vers le bureau, il ouvrait la marche puis ferma la porte derrière eux. Il alluma la lumière puis lui désigna le canapé, la tirant vers lui, afin qu'ils se retrouvent assis face à face.

« S'il vous plaît » dit-il avec un faux accent allemand. « Dites-moi quel est votre problème. »

Kate roula les yeux et prit ses genoux contre sa poitrine, les entourant de ses bras. La bague s’enfonça contre sa poitrine et une larme glissa sur sa joue. Il semblait que la puissante Kate Beckett n'existait plus. Elle se sentait stupide et impuissante pour avoir laisser tout ça se produire.

Mais lorsqu'elle regarda Rick qui semblait juste bienveillant a son égard, un petit sourire sur son visage. Ses yeux bleus étaient calmes et concernés et il était simplement là, attendant d'écouter son histoire. Il n'avait pas l'air inquiet ou effrayé de ce qui allait se passer, il n'avait pas pitié comme les autres. Il ne la regardait pas comme Will, qui la regardait toujours avec inquiétude et quelque fois de la peur quand ça arrivait. Il avait l'air d’être juste ... il ressemblait simplement à Rick.

« Je ... » commençait elle, en prenant une profonde respiration. « Je t'ai dit que ma mère avait disparu. » Elle le regarda et il hocha la tête. « Elle ... Il y a trois ans, elle a été poignardée dans une ruelle. »

« Oh, Kate » murmura t-il. Elle le regarda hésiter une seconde avant de poser sa main sur son pied, elle était chaleureuse et puissante.

« Mon père ne l'a pas très bien pris. » Elle se mit à rire légèrement se moquant de ses propres mots. « Non c'est faux. Il l'a vraiment mal pris. Il est devenu alcoolique depuis, et je ... » Elle prit de nouveau une grande respiration, estimant le reste qu'il lui fallait raconter avant de craquer, il pressa doucement son pied avec sa main. « J'ai rejoint l'académie, j'ai eu ce poste, celui que je m'étais fixé et j'ai fait une thérapie. »

« Et tu te débrouilles étonnamment bien, je dirais » ajouta t-il.

Kate secoua la tête. « Ouais, jusqu'à ce que je flippe dans ta cuisine. »

« Chacun a ses moments de coup dur. Est-ce que ça t'arrive souvent? »

Demandait il cela car il craignait que ca puisse se passer avec Alexis? Elle plongea ses yeux dans les siens. Oh, non, il demandait juste afin de comprendre à quel point c'était dur et si ça l'était encore pour elle. « Non » murmura t-elle. « Plus rarement, maintenant. Ça me prend par surprise, la plupart du temps » ajouta t-elle, ses doigts tirant une nouvelle fois sur la bague sous son pull, l'amenant à jouer avec contre son genou. « Et ce juste ... Nous avons passés une super soirée ... et je ne pensais pas ... Je suis vraiment désolé. »

Elle leva les yeux et trouva son regard. « Tu n'as pas ... ne t'excuses pas, Kate, » répondit-il. Il semblait un peu horrifié. Bon. Il devait être inquiet. « Tu n'as pas à t'excuser d'avoir perdu ta mère. »

Oh. « Je ... ok? »

Il gloussa. «Wow. Personne ne s'est jamais assis a tes cotés quand ça se passait?"

« Ça arrivait parfois » elle haussa les épaules. Maddy l'avait fait à quelques reprises au début, et Will avait essayé de son mieux ... D’ aider quand elle en avait besoin. Mais la plupart du temps elle le faisait seul. « Mais, tu sais, c'est ... c'est une chose plutôt personnelle. »

« Pourquoi? C'est tellement plus facile de s'en sortir quand il y a quelqu'un avec toi. »

Elle cligna des yeux. « Euh ... je suppose? »

« Pour moi, ça l'est en tout cas » il haussa les épaules, serrant son pied à nouveau.

« Je ne savais ... pas » termina t elle maladroitement. Elle ne savait pas quoi dire.

Il se mit à rire. « Eh bien, ce n'est pas parce que je n'étais pas en Page Six dans les gros titres : Richard Castle fait une dépression nerveuse après son divorce... T'imagine les émeutes? »

Kate rit faiblement. « Ouais, il ne vaut mieux pas, je crois. »

Il hocha la tête et sourit. « Je me souviens de cette... Eh bien, non, » il fronça les sourcils. « Je ne me souviens pas, parce que, mon Dieu, Kate ... Je n'arrive pas à imaginer ... »

« tu n'as pas a faire ça », intervint elle.

« C'est vrai », il lui donna un sourire triste. « Mais je me souviens de ces moments de panique. De me retrouver ici, avec cette petite fille et ce job sachant ma femme qui m'avait quitté pour coucher avec Dieu sait qui ... Je peux admettre que j'ai eu mal."

« Rick ... »

« Non » il secoua la tête. « Je vais bien, maintenant. Mais je me souviens de ces nuits comme celle-ci, quand ça te frappe au moment ou tu t'y attends pas, hein? » Elle hocha la tête. « Et les nuits quand ma mère était là, ou même Paula, c'était plus facile. » Elle posa sa main sur celle qui couvrait son pied. Il lui sourit et ils lassèrent leurs doigts ensemble. « Alors, tu sais, quand ça t’arrive, appelles-moi, ou vient comme tu veux. »

« Rick, je ne peux pas ... » commença t elle, en voulant le remercier, mais désireuse de lui dire qu'elle ne voulait pas ...

« Kate », il lui serra la main et couvrit la seconde qui était encore en train de jouer avec la bague. « Je veux t'aider. »

« Je vais bien, » répondit-elle faiblement.

« Oui, tu vas bien. Mais je veux que tu sois bien et heureuse, aussi. » Il semblait sincère tellement sincère qu'il aurait pu faire n'importe quoi pour elle.

« Je ... »

« Dis au moins que t'y penseras. »

Kate hocha la tête. « D'accord. Je vais ... je vais essayer de t'appeler la prochaine fois que ça arrive. »

Il pencha la tête sur le côté. « C'est une vrai bataille sans fin avec toi hein? »

Elle se mit à rire. « Sois heureux que je n'ai pas fuit de chez toi quand ça a commencé. »

Il hocha la tête. « Je suis ravi que tu ne l'ais pas fait. Maintenant, » il regardait autour d'eux. « Que dirais-tu si on prenait les oreillers de ma chambre et qu'on regardait un autre film dans le fort. Pas de vin, on parle jusqu'à ce que nous nous endormions? T'as une journée de congé demain. »

Kate avait commencé à protester, mais elle ne pu aller plus loin. Les larmes qui avaient coulés lorsqu'elle lui avait parlé de sa mère avaient séchés sur ses joues, ses mains étaient chaudes sur les sienne. Son appartement lui était froid et vide. Le fort qu’ils avaient construit serait au chaud et il serait près d'elle, et peut être qu'elle dormirait sans cauchemars cette fois.

« D'accord » répondit-elle après une courte pause.

Il s’était levé et l'avait aidée à monter sur le divan. Ils se regardèrent un long moment, puis il l'amena vers lui l'enveloppant de ses bras. Elle appuya son front contre son cou et respira enfin une bonne fois pour toute se libérant du poids qui la pesait.

« Merci » murmurait-elle.

« Pour toi, toujours, » répondit-il dans ses cheveux.

La minuterie se mit à clignoter, les pâtes étaient prêtes, ce qui fit sortir Kate de ses souvenirs. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas aussi bien dormi que cette nuit-là. Et depuis, elle avait constaté que ses attaques de panique avaient disparu. Elle sourit tout en ajoutant du fromage et du beurre dans la casserole, remuant jusqu'à ce qu'a ce que ça soit gluant et chaud. C'était à son tour de réconforter les Castle.

Elle mit trois grandes cuillères de macaronis dans les grands bols en céramique, rajouta une fourchette, puis versa un verre de jus pour Alexis. Elle apporta le tout dans le salon pour les mettre sur la table basse.

« Comment ça va? » demanda elle.

Alexis lui sourit. « Bien. Mathilda est vraiment courageuse. »

« Elle l'est » en convainc Kate. « Je reviens dans pas longtemps. Je vais apporter le dîner à ton papa et trouver le truc rose que je puisse te barbouiller. »

Alexis rigola et hocha la tête avant de prendre son bol et de se tourner vers le film. Kate la regarda un moment, puis retourna à la cuisine pour prendre les bols restant. Avec l'habileté d'une femme qui avait était serveuse dans le passé, Kate récupéra les deux bols et deux verres d'eau pour les amener au bureau de Rick. Elle frappa avec son pied et attendit jusqu'à ce qu'elle entende un sourd « Ouais? » de l'autre côté avant de pousser la porte pour l'ouvrir et rentrer.

Rick était installé derrière son bureau, penché sur son clavier. Ses cheveux était plus échevelés que tout a l'heure et il balayait rapidement l’écran des yeux. Il releva la tête lorsqu'elle franchit le seuil, l'observant de ses yeux bleus creux et fatigués alors qu'elle marchait vers lui.

« J'ai fait le dîner. »

« Tu n'aurais pas du » protesta t il, alors qu'elle mit les verres et poussa un bol vers lui.

« C'est des macaronis, pas un bœuf bourguignon » ria t elle, s'asseyant sur le bord de son grand bureau. « Et c'est bon. Alexis ne semblait pas très ravie de prendre a emporter, et j'ai pensé que nous devrions manger quelque chose qu'elle aimerait. »

Il lui donna un sourire fatigué. « Tu es géniale, tu sais ça? »

« C'est ce que je dit » elle sourit. « T'es inspiré? »

« Plutot. J'ai fait deux chapitres à partir de mes idées. Il faut apaiser la bête... », il soupira. « C'est vraiment bon, au fait » ajouta t-il en mettant une autre bouchée dans sa bouche.

« Merci. La bête? Est-ce que c'est ... Gina? » demanda t elle, en essayant de se rappeler qui il surnommait ainsi.

« C'est ça » dit il en riant. « Elle n'est pas horrible, mais elle est ... Si elle n'est pas contente, personne ne l'est. »

« Je connais quelques personnes comme ça » dit Kate en hochant la tête. « Mais tu penses que tu as tout ce qu'il te faut? »

« Jusqu’à demain, au moins » répondit-il. « Je vais en avoir besoin de cinq de plus d'ici la fin de la semaine, mais j'ai assez de temps pour ça. Comment va Alexis? »

Kate sourit. Il était tellement plus préoccupé par sa fille que par sa carrière. « Elle est plongée dans Mathilda » lui dit Kate. « Et une fois qu'elle aura fini de manger, je vais lui mettre de la calamine. »

« Ce truc put » gémit Rick. « Mais c'est bon pour elle. Mais... » il prit une gorgée d'eau. « Tu n'a pas à le faire. Tu n'es pas venu plus prendre soin d'un enfant malade, et ... De moi ... » ajouta t-il, en regardant son bol.

« Hey » dit-elle poussant son genou avec son pied. « Cela fait parti du deal. Tu me donne un équilibre mental, en contrepartie je fais tout ça, et tout le monde y gagne. »

Il se mit à rire mais lui jeta un regard étonnamment sérieux. « Ce n'est pas un deal, Kate. Je n'attends rien en retour parce que je t'ai aidé, ou que je t'ai écouté ou autre chose. Tu es mon amie. Tu le sais, non? »

Elle se sentit sourire. Il était ridicule parfois. Elle fixa son bol et se leva pour qu'elle puisse ainsi le tourner et se mettre entre ses jambes, tout en le regardant.

« J'en suis consciente, Rick » lui dit elle, tendant la main pour lisser certains de ses cheveux indisciplinés. « Mais, tout comme tu t'es assis avec moi et m'a laissée pleurer, je suis ici pour t'aider à m'occuper de ta fille pour te permettre un peu de travailler. »

« Ce n'est pas ... »

« C'est exactement la même chose » le coupa t elle. « Et tu sais qu'Alexis ira bien » ajouta t-elle. Si elle arrivait à lire correctement en lui, elle savait qu'une partie de lui s’inquiétait encore pour sa fille. Il leva les yeux vers elle. Oh, sans doute plus de la moitié en fait. « C'est la varicelle. Elle ira très bien après », lui assura Kate. Il avait l'air un peu perdu.

« Je sais » marmonna t-il. « J'ai juste ... Elle n'a pas été vraiment malade depuis ... » Il soupira et Kate attendit, sachant ce qui allait venir. « Depuis que Meredith a déménagé. Même quand nous étions divorcés, elle apparaissait toujours avec un jouet ou quelque chose quand Alexis était malade, si elle était pas loin. Et ça a toujours rendu Alexis plus heureuse. »

Kate sourit et cardait à nouveau ses cheveux avec sa main. « Elle a l'air bien, Rick. »

« Tu n'étais pas là hier soir » dit-il calmement. « Elle n'arrêtait pas de demander quand sa maman allait venir, et je ... je ... Kate », il leva les yeux vers elle et les murs qu'il avait érigés tombèrent. « Je ne pouvais pas lui dire que sa maman était venue et qu'elle m'avait poignardé dans le dos. »

« Oh, Rick » elle soupira, tendant sa main pour l'enlacer dans une étreinte. Il enroula ses bras autour d'elle et enfouit son visage dans son ventre. Ses yeux dévièrent vers la porte et vers la cuisine, ou ils s'étaient tenus sur les tabourets quelques semaines plus tôt. Ça aurait pu être drôle, si ça n'avait pas été horrible ou tragique.

« Ça ira bien » murmurait-elle. « Ça ira mieux. » Le soupir, qu'il donna brisa presque son cœur et elle resserra sa prise un peu plus longtemps.

Il hocha la tête et s'éloigna d'elle quelques minutes plus tard, pour trouver son regard. « Je sais. »

« Vraiment? »

Il sourit. « Vraiment. » Ils ne dirent rien pendant une minute. « Merci. »

« Pour toi, toujours » sourit-elle.

« Kate! » appela Alexis.

Ils se mirent à rire et Rick la lâcha permettant à Kate de s'éloigner. « J'arrive, Lex » répondit elle. « Où est la calamine? »

« Dans l'armoire à pharmacie de sa salle de bains » répondit-il. « Elle va probablement être complètement épuisée d'ici peu. »

« Je vais l'emmener alors. Dois-je t'appeler quand elle est prête à se coucher? » demanda t elle, alors qu'elle prenait une bouchée de ses macaronis.

Il lui fit un sourire reconnaissant. « Ça ne te dérange pas? »

« Pas du tout » répondit-elle. Elle n'avait pas à l’être. Malade comme il l'était, c'était réconfortant d'être capable de faire ça pour lui, à être en mesure d'aider quelqu'un d'autre à faire face aux problèmes. « Je viendrai te chercher. Écris ! »

« Oui Madame » il la salua alors qu'elle prenait son bol et sortait du bureau.

Elle posa son bol sur le comptoir et se dirigea ensuite vers le salon. « Prête à être badigeonnée, Little Miss? Tu as vu Mathilda jusqu'au bout? »

Alexis hocha la tête. « Et vécurent heureux pour toujours. »

Kate sourit, tira la couverture et lui tendit la main. « On va monter pour aller se coucher, d'accord? »

« Il est trop tôt » protesta Alexis, même si elle se levait et qu'elle prenait la main de Kate. « Mais je suis un peu fatiguée. »

« Ça arrive quand tu es malade, j'en ai bien peur » répondit Kate alors qu'elle la guidait hors de la salle de séjour et qu'elles montèrent les escaliers. « Ton père viendra te border quand tu seras prête. »

« D'accord » dit Alexis avec facilité pendant qu'elles se dirigeaient vers sa chambre. « Tu peux aller plus vite? Ca me gratte! »

Kate se mit à rire et alluma les lumières avant de porter Alexis dans sa salle de bains. « Okay, Munchkin*. Comment veux tu qu'on fasse? Veux tu que je fasse ton dos et je te laisse faire le reste? »

Alexis secoua la tête. « Peux tu le faire? Ça me fait mal. »

Kate acquiesça. Elle n'était pas très a l'aise pour barbouiller Alexis de la bouillie rose, si Alexis n'était pas à l'aise avec qu'elle le fasse. Mais, lorsque la fillette se débarrassa de ses sous-vêtements et qu'elle tendit les bras comme Jack sur le Titanic, Kate réalisa qu'elle n'avait pas besoin de s'inquiéter. Elle se mit à rire et attrapa la bouteille, versant quelques gouttes sur du coton.

« C'est un peu comme relier les points » dit Alexis alors que Kate essayait de trouver chaque endroit pour le recouvrir de pommade rose. « Papa l'a fait la nuit dernière. »

« Ton papa a fait quoi? » demanda Kate.

« Papa reliait mes taches. »

Kate se mit à rire. « Vraiment? »

« Uh-huh. Il a trouvé l'un des mascaras de Grand mère et a fait des formes différentes de partout! »

Kate sourit à cette pensée et puis émit un petit rire lorsqu'elle repéra une petite étoile qui n'était pas partie malgré le bain. « J’en vois une ici », lui dit-elle, chatouillant la hanche d'Alexis où l'étoile était.

Alexis rigola. « Ne me chatouille pas, je suis malade! »

« Toutes mes excuses » Kate sourit. Elle la regarda. « Ok, je vais faire la partie gauche du visage » dit-elle. « Fermes tes yeux et prends une profonde respiration et bloque ton souffle, d'accord? »

Alexis hocha la tête et fit ce que lui dit Kate, en prenant une drôle et grande respiration tout en gonflant ses joues. Kate se dépêcha de couvrir chaque bouton, avant que la fillette manque de souffle, elle avait recouvert les dix-sept boutons.

« Tout est fini » proclama t-elle.

« Merci, Kate » sourit Alexis.

« Pour toi quand tu veux, fillette. Maintenant, pourquoi n'irais tu pas mettre ce grand tee-shirt qui est sur la poignée de la salle de bain et ensuite on y va? »

Alexis hocha la tête, Kate se leva, quitta la salle de bains fermant bien la porte derrière elle. Elle se dirigea ensuite vers le lit et repoussa les couvertures, lissa celle du matelas et gonfla les oreillers comme elle le faisait habituellement. Il y avait déjà un verre d'eau sur la table de chevet et Kate remarqua qu'Hamilton la tortue n'était pas loin de l'oreiller, à côté d'une vielle chaussette de singe.

Elle sourit à cette pensée, que son cadeau de Noël avait une place sur le lit d'Alexis. Puis la porte s'ouvrit, et Alexis en sortie toute couverte de rose, elle nageait dedans et Kate réalisa que c'était un tee shirt de Richard Castle. Il avait des tee-shirts? Quel homme !

« Tu veux bien me lire une histoire? » demanda Alexis, alors qu'elle grimpait dans son lit, récupérant instinctivement les animaux en peluche sous les oreillers. Elle les porta à sa poitrine et Kate s'assura que le produit ne déteindrait pas sur eux. Mais Alexis était prudente et les gardait bien contre le tee shirt.

« Bien sûr, Lex » répondit Kate. « Quelle histoire? »

« Peut-on lire Where the Sidewalk Ends* encore une fois? » demanda t elle de sa petite voix.

Kate sourit. « Bien sûr. » Elle trouva le livre au milieu de l'étagère d'Alexis puis revint vers le lit et se mit a genoux par terre, mais Alexis secoua la tête.

« Sur le lit avec moi » dit-elle, a gauche d'elle sous entendu.

Kate rit de ses singeries et s'assit à côté d'Alexis. Elle sentait la tête de la fillette contre son bras et elle enroula son bras autour de la petite fille lui permettant de s'installer au niveau de la tête de lit. « Okay, petite princesse. Quelle histoire je lis en premier? »




* Les Munchkins sont une race fictive de petits humanoïdes dans Le magicien d'oz. Le munchkin est aussi une race de chat.
* « Where the Sidewalk Ends » : "là où les trottoirs s'arrêtent"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Mar 13 Mar - 17:57

Spoiler:
 


Chapter 9:


« Tu es ridicule. »

« Non c'est pas vrai. »

« Si tu l'es » répondit Lanie récupérant un livre au hasard sur l'étagère du magasin et le retourna pour lire a la va vite le synopsis. « Ce n'est pas le véritable problème. »

« Si, ça l'est » insista Kate, inspectant ses doigts, après avoir cherché infructueusement sur une autre étagère. C'était désespéré. « Je ne vais jamais le trouver. »

« Pourquoi ça doit être forcément ce livre? Prends-lui quelque chose d'autre. Je suis sûr qu'il va l'aimer. Merde, je suis sûr qu'il aime tout ce que tu lui donnes ! »

Elle semblait exaspérée et Kate s’était finalement tournée pour la regarder. « Pourquoi dis-tu ça? » demanda t elle à son amie. Lanie reposa le livre sur l'étagère et donna à Kate un regard éloquent.

« Cet homme t'appelle pratiquement tous les jours ! »

« Et alors? » Kate haussa les épaules. C'est vrai, Rick et elle s'appelaient l'un et l'autre tout le temps ce n'était pas très important. Ça ne l'était pas vraiment. La plupart du temps elle parlait à Alexis pendant un moment puis, Rick et elle parlaient un peu, et puis ils raccrochaient. Et il l'avait seulement appelée une fois au travail, peut-être deux.

« Il t'as appelé au poste au moins quatre fois cette semaine. »

Kate plissa les yeux. « Trois, n'exagère pas. Et le dernier appel c'était parce qu'il ne trouvait pas la plaque à biscuits et qu'Alexis avait une vente de gâteau à faire le lendemain à l'école. »

« Et c'est pour cela que tu me traînes ici à dix heures du matin pendant ta journée de congé? Tu veux faire ça maintenant comme ça tu pourras faire cuire tous les biscuits avec ton homme et sa fille cet après-midi? » Elle la regarda avec beaucoup trop arrogance au goût de Kate.

« C'est pour la charité, pour Pâques » se défendit elle alors que Lanie se dirigeait vers une autre allée. Ça devait être quelque part par là. C'était le plus grand « Barnes and Noble » de la ville. Ils devaient sûrement l'avoir.

« Avec l'école? N'est-ce pas illégal ou quelque chose du genre? »

« C'est une école privée » répondit Kate. « Es-tu sûre de ne pas l'avoir vu dans les classiques? »

« Kate, elle n'était pas dans les classiques, et il n'était pas non plus dans les collections. Et pourquoi tu saurais où se trouve la plaque à biscuits de Richard Castle hum? »

Kate cligna des yeux et détourna la tête, pour ne pas que Lanie voit ses joues s'empourprer. « J'ai été la dernière à m'en servir. Et ce n'est pas mon homme », ajouta t-elle après coup.

« Oh, pitié. Ce mec n'a pas autant fait la rubrique des potins depuis des mois. Et la première fois qu'il l'a fait, c'était avec toi. »

« Lanie... » protesta Kate, en saisissant son coude pour l'amener vers le rayon théâtre.

« Pas de Lanie avec moi. Vous êtes allé voir The Producers ensemble il y a trois semaines. »

« Voir une comédie musicale ensemble est un crime? » Répondit Kate avec facilité. Elle n'allait pas laisser gagner Lanie.

« Non, bien sûr que non », sourit Lanie. « Ce qui est criminel c'était combien tu as adoré le show, qu'il t'a emmenée danser après, mais que vous ne vous êtes toujours pas embrassé! »

« Alexis était fatiguée en plus et j'ai échangé mon planning avec Egrin, donc j'avais une journée de congé le lendemain. C'était juste une simple danse, Lanie, » répondit-elle, alors qu'elle s'accroupissait pour voir les livres de théâtre sur l'étagère du bas.

Elle avait passé une soirée merveilleuse. Il l'avait emmenée voir le spectacle parce qu'elle avait reconnue aimer les films de Mel Brooks, et qu'il était un grand fan. Ils s'étaient assis au centre de l'orchestre et avaient beaucoup ri durant toute la pièce. Elle ne se souvenait pas avoir eu autant de plaisir a regarder un spectacle. Les commentaires qu'il faisait chuchotant pendant les scènes et son pied qui se heurtait contre le sien à chaque fois qu’ils avaient reconnu une référence à quelque chose... Nul autre n'avait réussi à faire perdurer son sourire aussi longtemps.

Après ça, ils s'étaient retrouvés dans la rue, tous les deux très éveillés et bien habillés puis il avait tourné la tête vers elle avec un sourire.

« Donc, Kate, est ce que ça vous intéresserait de poursuivre cette soirée? » demanda t il.

Kate l'observa, vêtu de son costume et de sa cravate, ses yeux pétillants. « Qu'avez vous à l'esprit, M. Castle? » Elle ne voulait pas non plus terminer cette soirée ainsi.

« Eh bien, je connais un club très sympa ou il y a une super bande qui joue tous les mercredis. Prête pour danser? »

Elle le regarda dans les yeux et sourit, prenant le bras qu'il lui tendait. « J'adorerais. »

Il sourit et l'emmena dans la rue, appela un taxi et la laissa rentrer. « Je ne me suis jamais autant amusé à un spectacle depuis des années » lui dit il, son corps chaud près du sien.

« Moi non plus » admit-elle. Ça avait été une agréable soirée. « J'ai perdu l'habitude d'aller voir un spectacle. »

« Eh bien, chaque fois que tu voulais voir un spectacle, dite-le moi. Je serais ravi de te y accompagner. »

Il avait l'air vraiment sincère et elle se mit à sourire, posant une main sur son genou et le pressa doucement. « Ta mère m’a déjà fait la même offre. »

Il haletait. « Battu à plate coutures par ma propre mère. Comment vais-je survivre? »

« Avec mélodrame, j'en suis sûr » grogna t-elle, en se tournant pour regarder les lumières de la ville passer par la fenêtre. Il posa sa main sur la sienne et ils passèrent le reste du trajet dans un silence chaleureux. Elle était bien, heureuse et insouciante en cette nuit, et c'était plutôt agréable.

Quand le taxi s'arrêta, Rick paya le chauffeur de taxi (chose dont Kate avait renoncé à se battre depuis longtemps) et il sorti tendant une main pour aider Kate a descendre sur le trottoir. Il l’entoura de son bras et la guida dans un bâtiment de verre ou l'on voyait des danseurs et pleins de couleurs. Les silhouettes des danseurs étaient visibles à travers les grandes fenêtres vitrées et Kate regarda autour d'elle curieuse, tandis qu'ils entraient dans le club. La musique semblait être du rap, avec les lumières colorées et de grandes fenêtres ouvertes, mais lorsqu'ils rentrèrent, elle fut accueillie par les sons apaisants du Jazz. Elle sourit.

« Tu aimes? » demanda t il.

« C'est génial » répondit-elle, regardant autour de la large piste de danse les petites tables en bois le long des murs blancs, et du bar dans le coin au fond. Le groupe était sur une scène contre le mur gauche de la salle, les musiciens étaient vêtus de veste et de jeans. Les danseurs étaient un mélange de genre, et tout le monde avait l'air à l'aise, se balançant sur la musique douce.

Rick remit leur veste au vestiaire et ensuite conduisit Kate sur la piste, sa main dans la sienne. Il l'attira dans ses bras et elle sourit tout en enveloppant un bras autour de son cou alors qu'ils commençaient à se balancer. La musique était douce mais rythmée, et ils bougeaient bien ensemble. Les hésitations et maladresses que Will et elles avaient ressenti lorsqu'ils avaient danser ensemble, ne se ressentait pas là. La, ils dansaient vraiment ensemble. Il ne menait pas vraiment, mais il était sûr de lui, et elle se sentait confiante dans ses mouvements.

« Comment connais-tu cet endroit? » demanda t elle pendant que le groupe entamait une autre chanson, celle-ci était plus lente et plus fluide. Il n'y avait aucune voix, mais le saxophoniste jouait une mélodie envoûtante. « Il ne ressemble pas à un club de jazz. »

« Mon ami André en est le propriétaire, » répondit Rick, son souffle chaud contre sa joue. « C'est normalement un club de hip-hop, comme tu peux le voir avec ces lumières, mais il aime plus le jazz, donc il en fait tous les mercredis. »

Elle sourit puis se mit à rire, lorsqu'il la fit tournoyer sur elle même, tout à fait dans les temps, mais hors de propos avec la musique. « Tu es un bon danseur. »

« Tu es une bonne partenaire » répondit-il.

« Merci ça me touche vraiment. » dit Kate sentant que sa main faisait de petits cercles contre le tissu de sa longue robe noire.

« Je n'énonce que les faits. Le niveau de charme vis a vis des faits n'est égal qu'au niveau de la grâce du sujet, » murmurait-il.

« Vraiment? » dit elle en riant. « Êtes-vous en train d'essayer de me séduire, M. Castle? » Cette pensée lui échappa spontanément et elle se mordit la lèvre quand il se mit à rire contre son oreille.

« Oh, Miss Beckett, si je cherchais à vous séduire, vous sauriez, » murmura t-il. « Pour l'instant, je suis tout simplement en train de profiter d'une danse avec une partenaire de qualité. Faites le-moi savoir si vous voulez être séduite. »

Elle lui fit une petite pichenette sur son oreille et il se mit à rire. Il était charmant; elle ne pouvait pas le nier. Mais elle n’était pas là pour charmer ce soir. Du moins, c'est ce qu'elle se disait.

« Je ne comprends pas pourquoi vous n’êtes pas ensemble. Il est sexy, Kate. Et il pense la même chose pour toi. »

« Ce n'est pas vrai », répondit Kate, accroupie et cherchant le livre sur l'étagère des pièces de théâtre. Lanie avait parlé tout ce temps? Elle ne pouvait pas penser qu'elle avait perdu le fil de la conversation en repensant à Rick Castle, alors elle se concentra encore plus pour trouver la pièce jusqu'à ce qu'elle trouve le titre. « Ahah! »

« Tu l'as enfin trouvé? » demanda Lanie avec enthousiasme.

Kate hocha la tête et récupéra le livre ‘Cymbeline’ sur l'étagère. Elle se leva et empoigna la pièce. « Je l'ai. »

« Peux-tu me rappeler pourquoi c'est l’œuvre la plus obscur de Shakespeare? Tu n'aurais pas pu juste lui prendre un bel exemplaire de Storm ou quelque chose d'autre? »

Kate secoua la tête en sourirant. « Imogen, le personnage principal féminin, est le seul personnage d’une mécanique non-féministe que Shakespeare ait jamais écrit », expliqua t-elle.

« Et alors? »

« Alors » poursuivit Kate: « Rick m'a dit que ce genre de personnage n’existait pas. Je suis sur le point de lui prouver le contraire » elle sourit. Il serait furieux. Ça allait être parfait.

« Pour son anniversaire? Tu vas lui prouver qu'il a tord pour son 30ème anniversaire? » Lanie la regarda avec indignation et croisa les bras sur sa poitrine.

« Quoi? » demanda Kate. C'était le cadeau idéal. Il serait sans doute hystérique, surtout si elle surlignait tous les dialogues d'Imogen.

« Ma fille, c'est la façon d'émasculer un homme, pas de le rendre joyeux. »

Kate roula des yeux. « Non, Lanie. C'est la façon de gagner une argumentation. Et il va trouver ça génial. Il a déjà pleins de cadeaux de ses fanes tous les mois et il m'a dit dimanche soir qu'il aimerait avoir quelque chose d'autre qu'un truc recouvert de rouge à lèvres ou des poèmes d'amour. »

« Donc tu lui prends un cadeau pour lui dire « Je-t'avais-dit-que-j'avais-raison ? »Kate, franchement... Offres-lui une cravate ou quelque chose du genre » insista Lanie alors qu'elle suivait Kate vers la caisse.

« Je ne vais pas lui offrir une cravate, Lanie. C'est mon ami, pas ma poupée Ken, » répondit-elle. Vraiment, Lanie était ridicule. Il allait l'adorer.

« C'est ton mec. C'est toi qui est censé l'habiller. »

« Ce n'est pas mon mec » répéta Kate. « C'est mon ami. Et je sais ce qu'il faut lui offrir pour son anniversaire » continua t elle alors qu'elles marchaient à travers une allée de cartes pailletées et colorées. Elle les regarda et sourit lorsqu'elle en repéra une qui disait, « Joyeux anniversaire, grand-papa! » « Parfait », dit-elle, en la récupérant.

« Kate, vraiment. Arrête! » protesta Lanie, récupérant la carte. « Je ne peux pas te laisser faire ça. »

« Lanie, il va trouver ça vraiment drôle. C'est le cadeau parfait. Ne t’inquiète pas. Maintenant, va chercher nos café, je t'y retrouve une fois que j'ai payé » lui dit-elle.

Lanie fronça les sourcils. « Ne viens pas pleurer après quand ça aura mal tourné. Tu devrais le regarder sous un autre angle. »(tu devrais faire volte-face pour garder cet homme)

Kate la poussa, puis se mit a la caisse attendant derrière la file. Tiraillant sa lèvre inférieure elle se mit à réfléchir. Elle n'avait pas besoin de voir ça sous un autre angle. Avec Rick ça ne mènerait nul part. Son amitié ne menait nulle part. Ils se voyaient tout le temps. Elle irait faire des gâteaux avec eux. Ils ne pouvaient pas être ensemble. Ils étaient amis, et Lanie était folle.

« Mademoiselle? » le caissier la fit sortir de ses songes et elle posa son cadeau pour Rick sur le tapis. Il allait l'adorer. C'était certain.

(...)

« Je suis sur le chemin, Alexis » dit Kate, alors qu'elle sortait de sa voiture, en prenant le cadeau sur le siège du passager. « Oui. J'arrive. »

« Viens! » gémit elle de sa petite voix dans le combiné. « Je veux donner à papa son cadeau et j'ai déjà attendu toute la journée! »

Kate se mit à rire et salua le portier alors qu'elle s'avançait vers l’ascenseur. « Je rentre dans l'ascenseur la. J'arrive dans une minute. »

« D'accord. Vite! » dit elle avant de raccrocher.

Kate secoua la tête et monta dans l'ascenseur, appuyant sur le bouton du cinquième étage. Elle avait du rentrer chez elle après son travail afin qu'elle puisse se changer et récupérer le cadeau de Rick, elle n'avait tout simplement pas envie de fêter son anniversaire habillée de crasse par les bennes a ordures de la rue qui contenaient certaines substances auxquelles elle ne préférait pas penser.
Alexis n'aimait pas attendre, elle avait réussit a ne pas donner à Rick son cadeau tout de suite, et qu'elle était impatiente, comme les enfants de sept ans le sont généralement.

Kate sourit lorsqu'elle sortit de l'ascenseur et se dirigea vers la porte de l'appartement. Elle avait hâte de voir ce que Rick pensait de son cadeau. Elle ne s'était pas réjouie (n’était pas impatiente) de la fête où il l'avait conviée le jeudi. Mais elle n'eut pas eu le temps d'y penser que la porte s'ouvrit déjà sur Alexis qui lui saisissait sa main, pour l'emmener a l’intérieur.

« Enfin! » s'écriait-elle d'une façon trop dramatique.

« Je n'ai qu'une demi-heure de retard ! » dit Kate en riant. « Un peu de patience, munchkin. »

Alexis la fixa. « Je ne suis pas patiente. Papa a pu le constater. »

« Qu'est-ce que ton père a pu faire pour tuer toute ta patience? » demanda Kate lorsqu'elle enlevait sa veste.

« Il n'a pas arrêté de demander ce que je lui avais pris pendant une demi-heure » soupira Alexis. « Je l'ai laissé à Gram. »

Kate luttait pour ne pas rire. Cela expliquait l'attitude d'Alexis face à son retard. Elle laissait la fillette se diriger vers le salon et sourit en voyant Martha s'avachir sur le canapé, Rick était assis à côté d'elle enthousiaste, il observait tout tel un gamin à Noël.

« Ne me dis pas que tu as torturé aussi ta mère ? » dit Kate en guise de salutation.

Rick la regarda et lui sourit. « T'es la ! »

« Je suis désolée que ça ait eu pris si longtemps. Mais j'ai cru comprendre que tu as pu garder tout le monde très occupé durant tout ce temps grâce a ta personnalité (?? je trouve pas le mot ou comment formuler la phrase mieux*** reste dans la traduction déjà , grâce à ton naturel ennuyeux pour ton propre anniversaire.***) si adulte? » Répondit-elle.

Il se leva et se dirigea vers Kate tandis qu'Alexis sautait sur le divan et consola sa grand-mère en lui caressant la jambe.

« C'est mon anniversaire, ne soit pas désagréable avec moi » dit-il en arrivant vers elle.

« Joyeux anniversaire » répondit-elle, en lui tendant son cadeau.

Il le prit et il palpa l’emballage entre ses mains « Est-ce que c'est un chien? »

« Oui » répondit-elle. « C'est un chiot. Je l'ai découpé et je l'ai fourré dans une boîte en forme de livre. »

« Kate! » s'écria Alexis.

« Je plaisante, Alexis » dit-elle, se penchant sur Rick pour le regarder. « Ne t’inquiètes pas. Je ne ferais jamais une telle chose. »

« Je trouve ça drôle » dit Martha alors qu'Alexis la foudroya du regard. « Plutôt drôlement macabre en fait. »

« Merci, Martha. Maintenant je sais d'où Ricky tient ça. » Elle se tourna vers Rick et s’aperçut qu'il avait déjà défait le papier cadeaux et était en train d'examiner le livre. « Tu sais, habituellement on doit attendre pour ouvrir les cadeaux pour que tout le monde puisse voir. »

« Tu m'as offert une pièce de Shakespeare » répondit-il, rencontrant son regard. « Une pièce vraiment noir de Shakespeare. »

« Tu trouveras Imogen, la seule innocente et sans idéo-féministe des personnages féminins. »

Elle remarqua qu'Alexis sautillait et trottinait hors du salon tandis que Rick restait bouche bée. « Tu me prouves que j'ai tords? » demanda t il avec étonnement. « Et c'est mon cadeau? »

Elle hocha la tête et se sentit douter. Peut-être que Lanie avait eu raison la semaine dernière. Peut-être que ce n'était pas une bonne idée. Mais lorsque son visage se fendit en un énorme sourire et qu'il l'étreignit, son grand corps l'enveloppant tandis qu'il riait dans son oreille.

« C'est Super. Merci. »

Elle se mit à sourire et le serra dans ses bras. « De rien. Joyeux anniversaire. Il y a une carte aussi. »

Il s'éloigna d'elle avec enthousiasme et tira la carte, puis fronça des sourcils en voyant le dessus.

« Que dit-elle, Darling? » demanda Martha depuis le canapé.

« C'est écrit : « Joyeux anniversaire, grand-père », devant » lui dit il, en regardant Kate avec un froncement de sourcils, avant d'ouvrir la carte. Martha se mit à rire à gorge déployée. « Et c'est écrit: « Pour Rick, joyeux anniversaire Tu n'es pas encore un grand-père mais tu es à mi chemin. Bises. Kate. PS : Tu a l'air sacrément en forme pour quelqu'un pas loin de la soixantaine. »à l'intérieur. »

Il leva les yeux vers elle. « Merci de dire que j'ai vraiment l'air en forme. »

Elle sourit. Elle savait qu'il aimerait le cadeau. « Pas de quoi. »

« À mon tour! » annonça Alexis alors qu'elle bondissait dans la pièce. Elle marchait vers eux et remit à Rick une forme bizarre empaquetée, qui ressemblait à peu près à ce qu'il venait de faire de son papier cadeau quelques minutes plus tard.

Alexis tira Kate vers le canapé à côté de Martha et grimpa ensuite sur ses genoux. Kate sursauta mais enroula par la suite ses bras autour de la petite fille, ignorant le regard ravie que Martha lui lançait. Elle avait toujours l'impression que Martha l'épiait, analysant chacun de ses mouvements pour les approuver. Ce n'était pas gênant en soi, mais elle avait l'impression qu'elle le faisait toujours lorsqu'elle se rapprochait physiquement d'eux, Alexis, Rick et elle échangeaient bien plus que des contacts physiques.

Rick s'assit sur la table basse et déballa délicatement le cadeau d'Alexis. L'emballage jaune enlevé, il fixa le cadre fabriqué à partir de bâtons de crème glacée et de colle. Chaque face du cadre représentait des photos différentes d'Alexis ou d'Alexis et Rick ou, sur un côté, d'Alexis, Rick et Kate. Le cadre avait différentes perles et paillettes collées à l'extérieur, et il semblait beaucoup plus décoré que lorsque qu'Alexis et Kate l'avait fait la semaine dernière.

Kate regardait comment Rick tournait le cadre, les yeux étrangement brillants. Il sourit à Alexis. « C'est incroyable, Pumkin. Merci », dit-il, d'une voix un peu rauque.

« De rien, papa. Joyeux anniversaire. »

« Le meilleur anniversaire que j'ai jamais eu » sourit-il.

« Kate m'a aidée à le faire » ajouta Alexis.

Rick regarda Kate. « Vraiment? »

« Uh-huh! Quand tu es allé à ta réunion la semaine dernière, et que Kate et moi avions fait des cookies, en fait on t’a préparé ça. » expliqua Alexis.

Elles avaient passé un après-midi amusant, assises sur le sol de la chambre d'Alexis, collant des bâtons de glaces ensemble pour faire un cadre, puis triant les piles de photos à mettre lorsque ce fut enfin fini. Elles avaient passé trois heures à le faire, elles avaient ri et gloussé tout le long de la journée. Alexis était amusante brillante, et ça avait été un véritable après-midi de détente pour Kate. De plus, certaines des photos que Martha leur avait données étaient celles d'un Rick Castle beaucoup plus jeune, dont l'une était une photo de bébé. Les fesses nues de Rick Castle où il faisait le poirier sur un divan était une image qu'elle ne serait pas prête d'oublier.

« Eh bien, merci à vous deux » dit Rick tranquillement, les yeux toujours fixé sur Kate.

« C'était un plaisir » Kate répondit avec un sourire. Il avait l'air si heureux, et ça lui nouait l'estomac. En fait, elle n'était pas vraiment sûre.

« Pouvons-nous manger? » demanda Martha, brisant leur connexion visuelle.

« Qu'est ce que nous avons? » demanda Kate alors qu'Alexis courait et sautillait vers la salle à manger, Martha sur ses talons.

« Aucune idée » répondit Rick, lui offrant sa main pour l'aider à se lever du divan.

Elle la prit et elle se leva, mais elle trébucha et fini par se cogner contre lui, ils se trouvaient poitrine contre torse. Elle croisa son regard et le trouva rempli d'émotion.

« Merci pour elle de l'avoir aidée pour mon cadeau. »

« C'était amusant » répondit-elle. « Elle est grande, et elle voulait te faire quelque chose de vraiment spécial. »

« J'adore ce genre de cadeau venant d'elle » lui dit il.

« Papa! » appela Alexis.

« L'heure du dîner... », dit-il calmement. Ils se regardèrent fixement durant quelques secondes avant qu'il ne se détourne, la guidant vers la salle à manger, sa main dans son dos. Elle ne pouvait pas tout expliquer face a ce qu'ils venaient de partager, mais ça avait été intense. Ses yeux étaient d'un bleu puissant.

« Qu'est-ce que c'est? » demanda t il alors qu'ils marchaient le long du mur pour se retrouver face à face avec un récipient énorme. Des ailes de poulet chaudes des frites et des tacos recouvraient la table.

« C'est ton dîner d'anniversaire » expliqua Alexis. « Tout ce qu'un homme doit avoir » poursuivit-elle à voix basse.

Rick et Kate se mirent à rire et il la poussa doucement avec sa hanche. « As-tu fait ça aussi? »

« C'était l'idée de Martha » répondit Kate, souriant au patriarche. C'était fantastique, et elle n'allait pas mentir, ça avait l'air délicieux.

« Eh bien, j'ai été aidée » insista Martha.

« C'est le meilleur anniversaire de ma vie! » dit Rick avec enthousiasme lorsqu'ils s'assirent. « Avec mes trois femmes préférées. Impossible de faire mieux que ça » il rayonnait, attrapant une aile de poulet.

Kate, Martha et Alexis sourirent lorsque Rick gémissait et haletait a chaque nouvel aliment qu'il trouvait sur la table. Ses trois femmes préférées. Depuis quand faisait elle partie de ce groupe? Et depuis quand avait-elle autorisé à son estomac de faire de tel soubresaut suite a cette phrase?

Ils n'étaient pas en couple. Kate était sûre de n’être pas prête à commencer une nouvelle histoire encore. Même si ça faisait presque cinq mois qu'elle avait rompu avec Will, elle trouvait encore la perspective d'une rencontre inintéressante. Même si, pour être honnête, elle n'aurait pas pu connaître Rick ... mais ce n'était pas une relation. Il était encore mal à cause du divorce et de sa séparation et elle, elle était juste mal. Ce n'était pas le moment. Et il n'avait pas manifesté le moindre intérêt pour ça, alors elle était contente. Elle pouvait rester ici, dans ce cocon joyeux d'amitié pour longtemps. C'était tout ce qu'elle voulait, non?

« Pour les trois femmes les plus incroyables » dit Rick, levant son verre, « Merci de m'avoir donné le meilleur anniversaire. »

(...)

Kate sortit de l'ascenseur et lissa sa robe. Elle était nerveuse et ses talons claquaient bruyamment sur le sol alors qu'elle marchait vers l'appartement 504, où elle pouvait entendre les bruits de la musique et des éclats de voix. Elle voulait vraiment aller à la fête d'anniversaire de Richard Castle pour ses 30 ans.

Elle prit une profonde respiration, sentant les papillons virevolter dans son ventre alors qu'elle se tenait là, devant la porte. Ce n'était pas un véritable problème. C'était juste une fête - une fête pleine de gens célèbres, riches et des gens importants. Et elle, qui était-elle?

Avant qu'elle ne puisse décider ou pas que c'était une bonne idée, et si oui ou non elle devait vraiment y aller, la porte s'ouvrit sur Matha.

« Kate! » elle rayonnait. « Oh il sera tellement content de vous voir. »

« Salut, Martha » Kate sourit, se sentant un peu plus à l'aise. Au moins, le maire ne lui avait pas ouvert la porte. Avec Martha, elle pouvait mieux faire face.

« Comment allez-vous, ma chère? Vous êtes magnifique. »

Kate rougit. « Vous aussi » répondit-elle, voyant la longue robe verte à manches longues que Martha portait, ses cheveux tombaient en une cascade de boucles. « J'adore votre robe. »

Martha se moqua légèrement et lui sourit tandis qu'elle l’entraîna dans la pièce. « Vous me flattez, Kate. Mais, c'est vous que nous attendions. Cette robe est à mourir » ajouta t-elle alors qu'elles rentraient.

Les yeux de Kate s'agrandirent. Le loft était bondé. Tous les meubles dans le salon avaient été poussés sur le côté pour faire une piste de danse, où une dizaine de couples se balançaient au rythme de la musique, la sono de Rick était impressionnante. Les serveurs zigzaguaient dans de la cohue, portant des plateaux de luxueux tapas et des verres de martini. Partout où elle regardait, elle voyait des membres de la haute de la ville, certains assis sur le canapé, d'autres accoudés au bar, les autres debout dans des groupes un peu serrés, c'était une marée de personne les plus fines de New York.

« Maintenant, où est mon fils? » murmura Martha, scannant la foule. « Ah, il est dans son bureau. Allez lui dire bonjour, ma chère » dit-elle, en poussant légèrement Kate.

Kate se tourna pour lui dire quelque chose, mais Martha était déjà partie, retournant dans la foule vers un vieux monsieur distingué qui semblait la chercher, ses chaussures vertes disparaissant dans une mer de talons et de chaussures de ville. Kate soupira et regarda autour d'elle. Elle ne savait pas qui était ici, et elle ne se sentait vraiment pas à sa place. La robe rouge qu'elle avait mise semblait trop vivante, trop différente. Tout le monde avait l'air distingué, ou à l'aise, ou ... quelque chose qu'elle n'était sûrement pas.

Mais lorsqu'elle trouva Rick dans la foule et attira son attention. Son visage se fendit en un large sourire et elle regarda comment il donna, a la hâte, une excuse au couple sympathique auquel il était en train de parler, il se dirigea vers elle en pressant le pas. Il portait un veston noir et pantalon, ses yeux étincelaient faisant ressortir sa chemise bleue, sans cravate. Il avait l'air magnifique et elle était tout à fait consciente de la façon dont elle le regardait tout comme lui était en train de le faire.

Il l'atteignit en quelques pas et ils se retrouvaient là, face à face à se regarder durant quelques minutes avant qu'elle ne puisse lui répondre. « Encore joyeux anniversaire » dit-elle.

Il rayonnait. « Je te remercie. » Il prit sa main et elle se laissa faire. Puis il la fit tourner, la robe se mit à onduler. « Tu es ravissante » murmurait-il.

Elle se tourna vers lui à nouveau et tenta d'arrêter de faire rougir ses joues. Franchement, quel âge avait-elle? « Merci » répondit-elle.

La robe ne semblait plus être si déplacée maintenant, pas avec ses yeux et ce sourire qu'il faisait. Son corset se colla à son torse et puis à sa taille, sa robe tombant légèrement sur ses genoux dans un bruissement doux. Ses talons haut rouge lui permettait d’être a la hauteur de Rick de sorte qu'ils étaient presque les yeux dans les yeux.

« Vraiment, Kate. Tu es magnifique » poursuivit-il, la main toujours dans la sienne.

Les papillons dans son ventre étaient revenus pour se venger et Kate se battit pour s'empêcher de sourire comme une écolière face à ses mots. « Encore une fois, merci. Mais, c'est ta fête », lui dit elle. « Et je crois que c'est un succès. »

Il hocha la tête et ils se mirent à regarder l'ensemble la pièce. « Paula s'est surpassé. Elle ne m'a pas laissée aider » lui dit il alors qu'il laissait retomber sa main et s'approcher plus prés de sorte qu'ils ne pouvaient plus trop entendre les bruits des autres et la musique, sa main retomba le long de son corps, chaude et lourde. « Je suis content que tu ais pu venir. »

« Moi aussi » répondit-elle, se tournant pour le regarder. « Tu n'as pas l'air mal même » ajouta t-elle, levant la main pour réajuster son costume. « Très bienveillant. »

« J'essaie » il sourit. Puis quelque chose attira son attention derrière son épaule. « Oh, je dois te présenter certaines personnes. Tu viens avec moi? »

Ce n'était pas vraiment une question plus une déclaration, puisqu'il lui prit la main et qu'il l’attira vers un groupe d'hommes qui se tenaient debout à coté de sa bibliothèque. Les hommes se retournèrent lorsque Kate et Rick s'approchèrent et elle réalisa, que c'étaient des écrivains. Patterson, Connelly, et Cannell accueillirent Rick avec des tapes amicales sur le dos et quelques commentaires sarcastiques sur son âge.

« Le bébé a enfin grandi » rit Stephen Cannell. « Qu'est ce que ça fait? »

« Ça va très bien, pour l'instant » répondit Rick. « Messieurs, je voudrais vous présenter Kate Beckett » dit-il, en se déplaçant légèrement afin qu'ils puissent la voir.

« Bonjour » réussit à dire Kate, essayant désespérément de paraître calme et normale. C'était des auteurs de renoms les plus célèbres du polar. Elle aurait préféré parler à Rick avant d'être mise sur le fait accomplit. Elle se sentait idiote et ils avaient tous l'air très intéressé. Que pouvait-elle avoir à leur dire?

« Donc, vous êtes la Kate » déclara Connelly, lui tendant sa main. « Ravie de vous rencontrer Je suis Michael. »

« Stephen » ajouta Cannell, en lui prenant la main.

« James » Patterson emboîta le pas. « Je dois dire, qu'elle est tout ce que tu as dit qu'elle est, Castle. »

Rick sourit et remit sa main à sa place dans le dos de Kate. « N'est-elle pas géniale? »

Kate le regarda, incertaine de savoir s'il fallait être flatté par le fait qu'il parlait d'elle à ses copains de poker, ou gênée par cette attention. Elle lui fit un sourire puis se tourna vers les trois hommes, dont elle fut surprise de les trouver la regardant avec attention et ravissement.

« Rick nous dit que vous travaillez dans les homicides » déclara Patterson. « N'en avez-vous pas marre de lui et de ses idées folles, puisque vous le faite dans la vraie vie ? »

Kate ouvrit la bouche pour parler mais Rick la coupa. « En vérité? Oh, ses meurtres sont plus réalistes que les miens. »

« Hé, champion, n'essayes pas de jouer dans la cours des grands » se mit à rire Connelly. « Tu es encore en retard de deux livres cette année. »

Rick fronça les sourcils et Patterson se tourna vers Kate. « Alors? »

Elle rit face au ridicule de la situation. Richard Castle se faisait chambrer par les « grands garçons? » Ça n'avait pas de prix. « Pas encore, mais vous pouvez être sûr que je vous le ferais savoir quand ça arrivera » répondit-elle.

Ils se mirent à rire et Rick la poussa avec sa hanche. « Merci » maugréait-il.

« Je vous aime bien Kate » lui dit Cannell. « J’espère que vous continuerez à le garder à sa place. »

« Il vous dit ça? » demanda t elle avec un sourire.

« Oh, non, c'est Martha » Connelly riait. « Rick ne pourrait jamais admettre une telle chose. »

« Parce qu'en fait c'est Alexis qui a le plus d'emprise » ajouta Kate après coup. « Elle a complètement le pouvoir dans cette maison. »

« Okay, okay, » Rick leva une main. « Je l'emmène plus loin. Je n'aime pas ça. C'est mon anniversaire. »

« Ravie de vous avoir rencontré » dit elle aux hommes pendant que Rick commençait à l'attirer vers le milieu de la pièce.

« De même » dirent-ils en chœur.

Elle se mit à rire tandis que Rick faisait un effort surhumain pour la traîner vers la cuisine. Elle le regarda dans les yeux lorsqu'il se retourna vers elle et elle dû étouffer un rire vu la manière dont il avait l'air indigné. C'était mignon. Elle se donna mentalement une gifle. Elle devait arrêter de laisser cette petite voix sortir de sa tête.

« C'était cruel » annonça t-il.

« Oh, allez ! C'était drôle » répondit-elle. « Et puis qu'étais-je censé faire? Tu dis des choses à tes copains sur moi, et tu me présentes à eux sans me prévenir? Allons, tu t'en sors toujours dans ce genre de choses. »

« Je serais heureux de sortir au moins vainqueur dans une situation qui t'impliques » dit-il. « En fait, vainqueur ou non, ce n'est pas très important. » Elle le regarda fixement. « Oh, hum, est ce que c'est vraiment sortit de ma bouche, la? » demanda t il, ouvrant de larges yeux. « Désolé. » Puis il lui prit la main et commença à la conduire vers la piste de danse ou se trouvait un autre groupe de personnes. « De toute façon, tu n'as plus personnes d'autre à rencontrer. »

« Rick ... » balbutia t elle. Mais elle fut coupée par Paula qui le cherchait.

« Ah Rick ! Bien, enfin je t'ai trouvé. J'ai besoin que tu viennes avec moi. Les journalistes sont ici. »

« Oh » Rick regarda Kate. « Je ... Ça ne peut pas attendre? »

Paula lui lança un regard exaspéré. « Non, maintenant, allez. Je te laisses revenir à ... elle » elle regarda Kate, « Dans quelques minutes. Viens. »

Rick la regarda avec désolément. « Je reviens » murmura-t-il puis Paula l'agrippa et ils partirent.

Kate cligna des yeux et les regarda s'en aller. Elle ne réalisa pas tout à fait ce qu'il venait de se passer et ce dernier commentaire qu'il avait dit, elle se tenait là, maladroite regardant autour d'elle cherchant un visage familier. Il était encore tôt, peut-être près de 22 heures, et la salle était pleine de monde. Elle fut bousculé par un homme qui passait devant elle et en fut bouche bée.

« Capitaine Montgomery? »

L'homme se retourna et sourit. « Agent de Beckett, quelle surprise ! » dit-il, en faisant un pas vers elle pendant qu'un autre serveur passait. « Je ne savais pas que vous connaissiez Castle. »

« Oh, je ... ouais » dit elle maladroitement. Super. « Je, euh, ne savais pas que vous connaissiez Castle non plus. »

« Nous commençons juste à jouer ensemble au poker » répondit Montgomery : « Avec Castle, le juge Markaway et Bob, le maire. »

Kate pencha la tête sur le côté. « Vous jouez au poker avec Bob, le maire? »

« Castle connaît beaucoup de monde. » Montgomery se mit à rire. « Je ne savais pas que vous étiez la Kate. »

« La Kate » elle irait demander à Rick pourquoi tout le monde semblait faire référence à elle de cette façon. « Je pense que c'est bien moi. » elle haussa les épaules. « C'est une belle fête. »

« Très animée » dit Montgomery en hochant la tête. « Je suis désolé d'y aller, mais je dois retrouver ma femme » il désigna les deux martinis qu'il avait. « Rendez vous galant, vous voyez? »

Elle se mit à rire. Son capitaine était à un « rendez vous » à la fête de Rick. Le monde n'avait jamais été si petit. Puis un mouvement vers le haut de l'escalier attira son attention, un éclair de cheveux roux jaillit du haut de l'escalier. « Passez une bonne soirée, capitaine » dit-elle en souriant.

Il hocha la tête et s'éloigna tandis que Kate se dirigeait vers l'escalier. Elle regarda autour d'elle pour que personne ne prête attention à ce qu'elle faisait, puis monta l'escalier. Elle sortit sa tête de derrière le mur et sourit. Alexis et une autre petite fille - Paige, sans doute - étaient assises sur le plancher, en chuchotant.

« Je vois que quelqu'un est sorti du lit » dit Kate pour annoncer sa présence. Elle se souvenait les soirées ou elle espionnait durant les fêtes de ses parents au même âge.

« Kate! » Alexis s'écria, se tournant vers elle pou la regarder mi excité mi coupable.

Kate s'assit sur la plus haute marche et mis une jambe sous elle, de sorte qu'elle pouvait être a leur hauteur. « Je parie qu'il y a trop de bruit pour dormir, hein? Et toi, tu es Paige? » demanda t elle, en regardant la fille aux cheveux noir dans sa chemise de nuit en flanelle. La petite hocha la tête timidement.

« C'est Kate » chuchota Alexis. « C'est vraiment très bruyant » dit-elle en se tournant vers Kate et se mordant la lèvre. « Et nous voulions juste regarder un peu. Tu ne le diras pas à Paula? »

Pourquoi toutes les mauvaises choses semblait venir de Paula? Kate sourit à Alexis. « Je ne dirais rien. Pourquoi devrais-je le dire? »

« Elle nous a dit de rester dans ma chambre et ne pas sortir, que les gentilles filles devrait dormir toute la nuit et pas se balader dans la maison » lui dit Alexis. « Et après elle à claquer la porte. »

Kate fronça les sourcils. « Est ce que ton père est venue te border? »

« Oui », elle hocha la tête. « Mais Paula est venue là après parce que nous faisions trop de bruits. »

« On ne faisait que jouer » ajouta Paige d'une petite voix.

« Je suis sûr que vous ne faisiez rien de mal » leur dit Kate. Il y avait probablement soixante dix personnes en bas, et Paula s’inquiétait du bruit que ces deux petites filles faisaient? Quelle sorcière ! Elle regarda les filles puis baissa les yeux vers la fête. Elle ne pouvait pas voir Rick, et ne lui manquerait probablement pas si elle s'absentait pendant une minute ou deux.

« Alors, dites-moi, qu'avez-vous vu? Quelque chose de bien? » demanda t elle aux filles.

Leurs visages s'éclairèrent et Alexis face a Kate et Paige juste derrière son amie. « Tu es la plus jolie » dit-elle.

Kate rougit. « Merci, fillette ».

« C'est vrai » ajouta Paige, hochant la tête, sa tresse rebondit avec ce mouvement. « Et avant la grand mère d'Alexis. »

« Martha est magnifique » en convainc Kate. « Vous avez vu d'autre choses? »

« Paula a failli tomber sur l'un des serveurs » dit Alexis. « C'était drôle, mais elle lui a crié dessus. Elle n'est pas très gentille. »

Kate passa la main dans le dos d'Alexis. Kate le croyait aussi, mais ne voulait pas dire ça à Alexis, cette femme faisait partie de la vie de la fillette, qu'ils le veuillent ou non. « Elle veut juste que la fete soit parfaite pour ton papa. »

« Mais papa s'en fiche » protesta Alexis. « Il aime quand les choses tombent. Il pense que c'est drôle. »

Kate renifla. « J'en suis sûre. C'est ce qui fait de lui ton père. »

« Il n'arrêtait pas de te chercher » poursuivit Alexis. « Il regardait la porte chaque fois qu'elle s’ouvrait. »

Kate regarda les filles. Ce n'était pas pour elles quelque chose d'important, et ça ne voulait certainement rien dire pour Alexis que son père était impatient de voir arriver Kate. « Il aurait pu attendre n'importe qui » répondit Kate.

« Mais il t'attentait » insista Alexis. « Et il a vraiment fait un grand sourire quand il t'a vu. »

« Depuis combien de temps êtes-vous ici les filles? » demanda Kate, évitant ainsi d'avoir ce genre de discussion.

Paige rougit furieusement. « Longtemps. »

Kate lui souriait. « Vous êtes fatiguées? »

Elles secouèrent leurs têtes. « Et on s'ennuie dans ma chambre » chuchota Alexis.

Kate hocha la tête et essaya de trouver une solution. La chambre d'amis avait une télévision, et qui aurait-il de mal si les filles dormaient là-bas au lieu de la chambre d'Alexis? Comme ça, elles pourraient faire quelque chose, et peut-être que la télévision pourrait recouvrir les bruits de la fête.

« Voilà ce que nous allons faire » dit-elle en se tournant vers elles. « Pourquoi n'iriez vous pas prendre vos affaires et les mettre dans la chambre d'amis, et vous pourrez regarder la TV ou un film? »

« Vraiment? » demanda Alexis.

« Oui, vraiment » rit Kate. « Vous êtes déjà levée, non? Alors pourquoi ne pas faire quelque chose de plus amusant que de regarder des adultes ennuyeux? » Les filles sourirent. « Allez chercher vos affaires pour vous installer. »

Elles pouffèrent et se mirent a courir dans le couloir. Kate les suivit jusque dans la chambre d'Alexis et les aida à mettre leurs oreillers dans la chambre d'amis. Elle y était déjà allée une fois, après une soirée film plutôt longue. Rick avait insisté, et comme elle s'endormait pratiquement sur son épaule, elle n'avait pas argumenté. Il l'avait guidé à l'étage dans cette pièce, où elle s'était effondrée sans ménagement sur le grand lit, il avait des draps de satin et les oreillers semblaient venir du ciel.

Il avait rit et l'avait bordée, l'embrassant sur son front et promettant de bonnes crêpes pour demain matin. Elle avait eu l'une des meilleures nuit de sa vie dans ce lit, et maintenant, en regardant Alexis et Paige grimper dessus elle en était un peu jalouse. Se blottir avec elles semblait beaucoup plus amusant et beaucoup moins stressant que d'être en bas à la fête. Mais elle ne pouvait pas. C'était une adulte. Et peut-être que si elle revenait en bas, Rick en aurait fini avec ses photos.

Kate les enroula sous la couette verte et alluma la télé, lançant la télécommande à Alexis. « Vous êtes sûr que ça ira ici? » demanda t elle alors qu'elle lissait les couvertures et qu'elle donnait à chacune un baiser sur le front. Quand elle avait commencé à le faire? Ça semblait si naturel maintenant.

Les filles hochèrent la tête et s'installèrent, puis Elle se tourna pour partir, mais Alexis lui prit la main. « Tu promets que Paula ne sera pas fâchée ? » murmurait-elle. Kate aurait frappé cette femme pour faire douter autant Alexis.

« Promis. Je ferais face à Paula. Et tu sais que ton père serait d'accord » dit-elle à la fillette, s'agenouillant, de sorte qu'elle pouvait parler a sa hauteur. « Et je t'ai donné le feu vert, alors c'est bon. »

« Merci, Kate » dit Alexis, avec un sourire chaleureux. « Tu es la meilleure. »

« Je pense que tu es géniale aussi, kiddo » lui dit-elle, replaçant une mèche de cheveux qui tombait sur son visage. « Amusez vous bien. »

« Toi aussi » dirent-elles en chœur.

« Bonne nuit, les filles. »

« Bonne nuit. »

Elle ferma la porte doucement derrière elle, puis s'appuya contre le mur pendant quelques secondes. Paula Haas avait des explications à donner, ou du moins Rick le ferait. Pourquoi avait-il laissé cette femme monter les voir? Alexis n'avait pas besoin d’être supervisée comme ça. Elle était bien plus responsable que Rick la plupart du temps.

Elle entendit les filles rire et chuchoter à travers la porte et sourit, s'écartant du mur. Elle se redressa tirant sur son haut et lissant d'une main ses cheveux avant de parcourir le couloir, éteignant la lampe de la table de nuit de la chambre d'Alexis. Elle commença à descendre, mais Paula se tenait debout en bas de l'escalier, et Kate n'avait aucun moyen de l'éviter. Elle prit une profonde respiration et colla un sourire sur son visage tandis qu'elle descendait.

« Kate Beckett, je présume » déclara Paula en la regardant dans les yeux. Elle ne lui tendit même pas la main.

« Paula » Kate hocha la tête. « Nous nous sommes déjà rencontrée. »

« Exact. Lors des dédicaces ... En Novembre, c'est ça? » demanda elle, une main sur sa hanche, sa robe noire scintillante dans la lumière. « Un certains temps déjà. »

« Le temps passent vite » fit remarquer Kate. Elle se fichait pas mal de savoir qu'elle était sèche Elle n'était pas ravie d’être avec Paula en ce moment. Personne ne devait se soucier d'Alexis comme ça.

« Je vois que vous êtes toujours là » remarqua l'autre femme. « Voulez-vous boire un verre? »

Kate hésita une seconde. Est ce que Paula lui offrait vraiment un verre ou elle voulait la tester? « Non, merci » répondit Kate. Elle n'avait aucun envie d'être légèrement ivre durant cette confrontation.

« Oh, eh bien, venez au bar avec moi pendant que j'en commande un. » répondit-elle, en prenant le coude de Kate et la guida vers le comptoir de la cuisine où les restaurateurs avaient mis en place un bar. « Vodka tonic » dit-elle au jeune homme derrière le comptoir.

Il hocha la tête et commença à mélanger la boisson tandis que Paula, regardait la salle. « Vous avez passé beaucoup de temps avec Rick ces derniers mois » dit-elle, comme si elle parlait de la météo.

« Nous sommes amis » dit Kate avec prudence. Elle n'arrivait pas à comprendre cette femme. Faisait-elle une enquête? Était-elle en train de la juger? Était-elle juste une salope? C'était pas très clair.

« Plus que des amis, si on en croit les apparences » continua Paula, en prenant la boisson que le jeune homme lui offrait, sans même le remercier. « Il parle de vous sans cesse. »

« Nous sommes amis » répéta Kate. Elle se déplaça avec inquiétude et joua avec ses doigts. C'était envahissant et désagréable, mais elle n'avait aucun moyen de s'en échapper sans faire empirer les choses.

Un autre couple s'approcha du bar et Paula s'éloigna du comptoir, pour venir se tenir au bord de la piste de danse, forçant Kate à la suivre.

« C'est intelligent, d’utiliser la gamine » dit elle après une minute de silence.

« Excusez-moi? » bafouilla Kate.

« Je vous ai vu parler à Alexis. C'est futé, vraiment » poursuivit-elle, en regardant par-dessus son épaule. « Avoir la fille dans la poche, pour ensuite l'avoir par le trognon je vous félicite. Vous êtes très dévoué, je n'avais jamais vu quelqu'un travailler aussi dur pour l'avoir depuis un bon moment. » Elle leva son verre comme si elle lui donnait un toast.

Kate n'en revenait pas. Elle était livide. Comment cette femme osait elle suggérer qu'elle utilisait Alexis dans un stratagème calculé pour coucher ensuite avec Rick Castle!

« Mais, vraiment, cocotte, il est complètement épris. Laissez tomber et couchez avec lui. » déclara Paula avec facilité.

« Je vous demande pardon? » Kate avait retrouvé sa voix et les mots fusaient. « Je n’utilise pas Alexis pour avoir Rick, pas du tout. Je n'essaie pas de coucher avec Rick. C'est mon ami, et je n'aime pas ce que vous insinuez. »

« Oh s'il vous plaît » se moqua Paula en se tournant pour la regarder. « Vous pouvez passer à l'acte, Kate. »

Kate plissa les yeux et tenta de résister à l'envie de la gifler. « Je ne suis pas ici pour mettre dans mon lit Rick Castle, Paula. Et si jamais j'entends dire que vous avez dit de telles choses à Alexis, je peux personnellement vous assurer que votre travail sera le dernier de vos soucis. » Elle n'avait pu contenir son venin plus longtemps, mais Kate s'empêcha d'en dire plus. Elle n'avait pas besoin de lui donner plus de munitions.

« Vous êtes très forte » répondit Paula, complètement imperturbable. « Mais vraiment. Laissez tomber. Juste sortez de son monde et tout ira bien ok? »

« Sortir de son monde? » lâcha Kate. « C'est intéressant. »

« Non, ce qui est intéressant, c'est que vous lui mettez la corde au cou » craqua Paula. « Savez-vous les dommages que vous avez fait à son image? Le travail qu'il m'a fallut faire pour ne pas que vous deux soyez dans le journal? C'est Richard Castle. Il doit être en page six, pas se cacher chez lui pour jouer. »

« Écoutez... » Commença Kate, mais Paula leva une main.

« Vous avez fait un excellent travail. Il ronge son frein, j'en suis sûr. Il suffit donc de conclure l'affaire, cocotte, et après laissez-le dans son monde afin qu'il puisse avancer avec sa carrière, d'accord? »

Kate allait répondre, ou peut-être la giflée pour que l'expression de Paula se change, mais une main se cala contre le creux de son dos et elle se tourna en sursautant. Rick Castle était livide, le visage remplit de colère contenue, son regard envers Paula brillait, Kate se recula légèrement. Il regarda Paula, enragé.

Mais lorsqu'il parla, il était sous contrôlé, tout a fait calme. « Paula ». La femme en question avait l'air stoïque, mais Kate pouvait voir la panique dans ses yeux. « Tu n'as plus à parler à Kate. Tu n'as plus à parler à ma fille sauf si je t'en donne l'autorisation. Tu n'as plus à me téléphoner, ni même m'envoyer d email. Tu n'as pas à venir à dix mètres de cette maison tant que je ne te l'ai pas autorisé. » La main dans son dos était tendue, ses doigts s'enfonçait dans le tissu de sa robe. « Et enfin, tu n'as plus jamais à faire d'insinuations, de quelque manière que ce soit, envers Katherine Beckett pour ce qui est de « sortir » de mon monde. Pourrais-je avoir cette danse? »

Kate cligna des yeux et se retourna pour le regarder, réalisant qu'il était maintenant en train de la fixer avec ses yeux bleu foncé et une émotion contenue. « Oui » répondit-elle en tremblant.

Puis il la tira loin de Paula, qui semblait avoir été comme frappée, puis il la conduisit sur la piste de danse. Il prit sa main dans la sienne et enveloppa l'autre autour de sa taille, l’attirant contre lui, de sorte que leurs mains liées reposaient sur sa poitrine. Elle enroula son bras libre autour de son cou et ils se balancèrent sur le slow qui sortait des haut-parleurs, son corps puissant contre le sien.

Ils se turent pendant de longues minutes, se déplaçant ensemble. Kate pensa que c'était un trop plein d'émotions, passant de la rage à la stupéfaction, la colère, à la confusion en même temps. Elle était furieuse et se sentait insultée et blessé par les accusations de Paula. Mais elle était tout aussi impressionnée, flattée et réconfortée par la défense que Rick avait eu envers elle. Puis elle était confuse par cette défense et sa signification, qu'est ce que ça voulait dire, et qu'est ce qu'ils étaient. Elle en avait mal à la tête, et la sensation du corps de Rik qui la serrait contre lui, sa main chaude autour de la sienne, son bras autour de son corps, son eau de Cologne, son odeur et sa chaleur rayonnante envers elle - c'était vraiment trop.

« Je suis désolé,» murmurait-il quelques minutes plus tard.

Elle soupira et joua doucement avec ses doigts derrière son cou. « Ne le sois pas. Ce n'était pas toi » répondit-elle. Elle ne voulait pas qu'il soit désolé. Il n'avait rien fait.

« Elle n'avait pas le droit de dire toutes ces choses sur toi » poursuivit-il.

Elle s'éloigna pour répondre en le regardant dans les yeux. « Dis-moi qu'est ce que tu as entendu? »

« Assez pour pouvoir la virer » répondit-il, en rencontrant son regard. « J'ai tenté d'essayer de vous interrompre mais vous deux ... Les combat de chat à coté ce n'est rien, mais, mon Dieu, Kate, je suis tellement désolé. »

Elle rit et lui serra la main. « Vraiment. Ne le soit pas. »

Il hocha la tête après quelques minutes et ils se mirent à se balancer de nouveaux ensemble, les yeux dans les yeux. Cette façon qu'ils avaient parfois - ces moments où le monde n'existait plus et ou elle se perdait dans ses yeux, c'était très sentimental.

Mais une voix persistait dans sa tête et elle devenait de plus en plus forte, elle constata qu'elle ne pouvait pas vraiment arrêter sa bouche de dire ce qu'elle pensait. « Tu sais que je ne suis pas la à cause de ce qu'elle a dit, hein? »

Il cligna des yeux. « Quoi? »

Ils riaient nerveusement tous les deux, mal a l'aise face a cette conversation inconfortable. « Je ne suis pas ... Mon Dieu... Je n'utilise pas Alexis pour coucher avec toi » marmonna t-elle.

Il rit, bruyamment, et ce son atténua le nœud qu'elle avait dans sa poitrine depuis le discours de Paula. « Je sais » lui dit il en souriant.

« Bien, » répondit-elle.

« Et » il avait l'air d'appréhender sa réponse pendant quelques seconde, avant qu'elle ne le regarde envoyant tout ses doutes en l'air. « Tu sais que tu n'es pas quelqu'un qui peux sortir de mon monde. »

« Je sais » murmura t-elle. Mais, là encore, qu'était-elle exactement?

« Tu ne dois pas sortir de mon monde » poursuivi t-il. « Une fois que tu y es dans ce monde, je ne t'en laisserais pas partir."

Ils avaient cessé de bouger. Ils étaient là, debout. Son souffle se bloqua dans sa gorge et elle ne savait pas quoi faire. Avait il simplement ... et ... mais ... Tant de choses tourbillonnaient dans sa tête, mais le regard qu'il lui donnait - l'intense, ce regard brûlant, qui scellait cette promesse – l’empêchait de donner un sens à ce qu'elle pensait.

« Je ne parle pas de maintenant » murmurait-il. « Je ne parle pas de demain. »

« Mais tu en parles » murmura t-elle, retrouvant sa voix. Il parlait d'un jour. Y aurait-il un jour?

« J'en parle » répondit-il, en regardant aussi étonnée qu'elle par l'aveu qu'il venait de faire. Puis il commença à danser à nouveau, attirant son dos contre sa poitrine pour qu'ils soient joue contre joue, les yeux de Kate parcoururent la pièce sans rien voir. « Je dis qu'un jour, quand je serais moins blessé ... »

« Et moi moins cassée » murmura t-elle, comprenant maintenant ce qu'il voulait dire. Quand ils seraient tous deux guéris et qu’ils oublieraient leur chagrin, quand ils n'auront pas besoin de l'aide des autres pour se relever, peut-être qu'ils pourraient être ensemble.

« Nous pourrions faire du chemin ensemble » termina t il, son souffle chaud contre son oreille. Son cœur battait dans sa gorge, elle pouvait sentir son battement contre la main qu'il tenait sur sa poitrine. « Mais en ce moment ... »

« En ce moment, tu es mon meilleur ami, et nous sommes juste en train de danser à ta fête d'anniversaire » répondit-elle. Aujourd'hui, ils étaient tout comme ils avaient toujours été - dysfonctionnels, et complètement attirés l'un envers l'autre.

« Et quelle fête ! » lui dit il, en la pressant contre lui. « Tu as souligné l'ensemble des lignes d'Imogen dans la pièce. »

Elle sourit et prit une inspiration profonde, se remplissant de son odeur et de la sécurité qu'il lui apportait. Leur moment était passé, et toutes les déclarations qu'ils s'étaient dite était mise de côté. Ils pourraient en reparler quand ils seraient prêts. Maintenant, c'était le moment de faire la fete.

« Je devais te le prouver. » répondit-elle. « Comme ça, tu ne pourras pas le nier. J'ai raison. Je suis la plus intelligente de nous deux. »

Il la lâcha et la fit tourner dans un mouvement rapide qui la fit rire alors qu'il l'a ramenait a lui « Ah, mais je suis le meilleur danseur. »

« T'aimerais bien ! » dit elle en riant, alors qu'il faisait volte-face, se déplaçant plus vite que la musique qu'ils avaient ignorée quelques minutes plus tôt.

« Je vais juste te le prouver, sauf si tu es une poule mouillée » contesta t il, son regard lourd de sens et un soupçon de quelque chose plus profond - quelque chose qui devait être traité dans longtemps.

Mais ils avaient le temps. Ils avaient beaucoup de temps. Elle sourit et lui rendit son regard. « Vas y, Vieillard. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Mar 13 Mar - 18:05

Voilà, à la date d'aujourd'hui , Nous sommes en même temps que le site fanfiction.net, vous aurez peut être le prochain chapitre ici en avant première. (j'ai juste pas pris le temps de remettre les véritables italiques là où il y en avait, ... et sur le site fanfiction, il y en a plus que de raison.)
En espérant que ça vous conviennes, bonne lecture !

Spoiler:
 

Chapitre 10:

« Je ne suis pas un fan de paperasserie » annonça Esposito en cette fin d'après-midi de ce début du mois de mai.

« Personne n'est fan de paperasserie » répondit Kate en passant une main dans ses cheveux, frustrée en voyant le paquet de sept pages sur son bureau. « En fait, si tu l'étais, je crois que tu ne serais pas humain. »

« Pourquoi doit il y avoir autant de suspects, cette fois? » gémit-il, parcourant l'énorme liste sur son ordinateur et tambourinant de ses doigts sur son bureau.

Karpowski fit éclater une bulle de chewing-gum de son bureau et Kate eut envie de hurler. Elle se mordit les lèvres et tenta d'oublier tout ce qui l'entourait cherchant une description la plus exacte de la ruelle où ils avaient passée la plus grande partie de l'après-midi. Il y avait eu une tonne d'éléments de preuve à recueillir; les démembrements signifiaient généralement des objets manquants et des vêtements à récupérer. Et c’était par mauvaise fortune bon cœur qu'ils étaient allés récupérer la chemise, le pantalon, la montre et les entrailles dans la benne.

« Je sens toujours l'odeur que dégageait ce truc » murmura Esposito. « Comme si tous les déodorant du monde ne pouvait pas l'enlever. »

Kate hocha la tête et avala sa salive, son estomac se nouait à ce souvenir. Ils avaient été appelés sur un corps démembré qui se trouvait dans une poubelle depuis quelques jours. Elle avait réussi à garder les images de ces parties de corps mutilés dans un coin de son esprit, mais Esposito avait raison, l'odeur était toujours là. Comment quelqu'un pouvait découper un corps, avec un simple couteau à steak ? Ça la révoltait. La bile lui montait dans la gorge rien qu'en y pensant. Elle prit une profonde respiration puis se pencha en arrière, regardant fixement le plafond. Si elle se concentrait, elle pourrait oublier ces images là. Elle pouvait renfermer ces questions dans une partie de sa tête.

Son téléphone sonna et Kate soupira, inquiète qu'il y ait encore un nouvel appel : ils n'avaient pas arrêté de courir toute la semaine. Esposito la regardait avec méfiance, lorsqu'elle récupéra le téléphone et qu'elle le tint à l'oreille. Elle n'avait pas envie d'attendre pour rentrer chez elle et prendre un bon bain chaud. Espérons que c'était juste Madison, ou Lanie, ou Rick, qui appelait pour quelque chose de pas très important.

« Beckett » répondit-elle.

« Oh, Kate, Dieu merci » répondit Rick. Elle pouvait entendre les voitures autour de lui, il semblait à bout de souffle. « Je suis vraiment désolé de te téléphoner. »

« Quoi de neuf? » demanda t elle, confuse et préoccupée. Il avait l'air pressé. D'habitude, il semblait plus joyeux.

« Je vais être sur les plateaux de Letterman ce soir » répondit-il a travers un bruyant coups de klaxon.

Kate sourit; maintenant, elle avait quelque chose à regarder ce soir. Les démembrements ne prêtaient pas à d'agréables rêves le soir. « C'est super » lui dit-elle.

« Oui, merci » répondit-il. Il se tut un instant et elle l'entendit respirer dans le téléphone.

« Est ce que t'es en train de courir? » demanda t elle jetant un coup d’œil à Esposito. Il la regardait fixement sans complexe. Elle lui jeta un regard noir et il s'arrêta de la regarder, se tournant pour faire studieusement sa paperasse. Mais il écoutait toujours. Le fouineur.

« Je suis ... Oui. » répondit-il.
« Rick? Qu'est ce qu'il y a? » répéta t elle. Il était distrait, les hurlement en arrière-plan en était une preuve.

« D'accord. J'ai une faveur à te demander » commença t il d'une voix timide.

« Accouche » répondit-elle instantanément. Peut-être qu'elle ne prendrait pas de bain finalement. Mais, là encore, ça n'avait pas beaucoup d'importance, n'est ce pas? Elle voulait qu'il arrête de tourner autour du pot, c'était agaçant.

« Peux-tu ... Je te jure que j'ai appelé tout le monde d'abord, mais je ... merde! » il jura. « Mon Dieu, les gens ne savent plus comment marcher? Pachydermes » murmura t-il.

Kate se mordit la lèvres pour ne pas rire. « Rick, quelle faveur? »

« Alexis», répondit-il avant d’émettre un grognement. « Mon Dieu, les gens sont lents. »

« Quel est le problème avec Alexis ? »

« Peux-tu ... Je suis désolé de te prévenir si tard. Mais pourrais-tu la garder ce soir? » il avait l'air timide et coupable.

« Bien sûr ! » répondit elle facilement. Elle était ravie de passer la soirée avec sa petite chouchoute de sept ans. Alexis au moins ne sentait pas comme les cadavres pourris, ou ne parlait pas des parties du corps manquantes d'un règlement de compte malheureux. Et une fois qu'elle serait endormie, Kate pourrait encore prendre son bain, et regarder Rick sur Letterman. C'était Gagnant-gagnant.

« Vraiment? » demanda il. « Enfin! C'est pas vrai, ces gens ! »

« Vraiment » répondit-elle. « Pourquoi tu croyais que je dirais non? »

« Tu étais très occupée » répondit-il instantanément. « Je t'ai à peine parlé de toute la semaine, depuis le dernier dîner. »

Elle baissa la tête et répondit dans un souffle. « Désolé de pas avoir été là. »

« Non, non » elle pouvait presque voir son agitation. « Je comprends tout à fait. Tu as un vrai travail, ce qui n'est pas mon cas. C'est normal que tu sois occupée. »

« On dirait que ton travail est bien réel en ce moment » répondit-elle. « Où es-tu? »

« Je suis sur le chemin d'une conférence de presse que Paula a mise en place à la dernière minute, puis un dîner avec mon éditeur, puis le show, et les gens ne se bougent pas!"

« Mais tu vas vraiment le faire? »

« Ouais » soupira t-il. « Mais Alexis se réjouissait de faire cette soirée pizza, et ma mère a une répétition, la baby-sitter est malade, et Paige a la grippe ... C'est comme si tout le monde avait décidé que ce soir était une soirée de congé. »

« Eh bien, je suis libre » elle haussa les épaules. Esposito la regarda. « A quelle heure Martha viendra la déposer? »

« Quelle heure est-il ? » demanda Rick.

Kate regarda sa montre. Il était presque six heure; ils avaient été pris par la paperasse, mais elle avait été lente à la faire. Et à l'unanimité, ils avaient décidé d'essayer de se bouger. « Il est presque six heures. »

« Mère doit être à sa répétition à sept heures » répondit-il. « Est-ce que ça ira? »

« Je peux partir à 6h30 » elle se mit à sourire. Esposito resta bouche bée. « Espo me doit des heures pour être partir plus tôt la semaine dernière de toute façon. » Il plissa ses yeux vers elle. « Et je suis ravie de faire ça pour Alexis » dit-elle. La mâchoire d'Esposito se serra, mais lorsqu'il jeta un regard sur la photo d'Alexis sur le bureau de Kate et lui fit un signe de tête.

Kate soupira et enfouit sa tête dans ses mains, en respirant profondément. Ils venaient juste de revenir d'une scène de crime, et c'était tout ce qu'elle pouvait faire pour rester impassible. Un enfant avait été retrouvé dans une ruelle suspendu à une sortie de secours, étranglé et pendu par le cou. Esposito et elle avaient été les premiers arrivés.

Elle le voyait encore là se balançant doucement d'avant en arrière, les yeux éteints les fixant, son corps petit et fragile. Ils avaient fait leur travail, téléphoné et récupéré tout ce qu'ils pouvaient sur place. Pendant tout ce temps, Esposito était calme et stoïque, tandis que Kate avait du mal a traverser cette épreuve. Les enfants étaient les pires victimes. C'était vraiment le pire.

Elle leva les yeux vers Espo lorsqu'il vient s'asseoir, son visage fermé et ses yeux à demi-clos. Il s'agissait d'un cas simple, le père, un criminel reconnu coupable, venait de sortir de prison depuis a peine cinq mois, il avait laissé ses empreintes digitales sur son fils. Ils étaient tous les deux secoués et Kate ne se souvenait pas avoir vu Esposito aussi blanc, comme s'il pouvait tout simplement ne plus avoir d'émotions, et qu'elles ne reviendraient jamais.

Son téléphone sonna et elle vit ses mains se crisper sur son bureau. Aucun d'eux ne pourrait prendre d'autre scène aujourd'hui, mais tel était leur boulot, et elle n'avait pas d'autre choix que de répondre.

« Beckett » dit-elle de façon neutre, alors que ses mains tremblaient.

« Salut, Kate! » gazouilla Alexis de l'autre coté de la ligne.

« Oh, Lexi. Salut » murmura-t-Kate, sentant l'air revenir dans ses poumons. Alexis allait bien. Elle n'avait pas réalisée qu'elle était inquiète jusqu'à ce que son cœur se mette à se calmer, bercé par la voix de la petite fille à l'autre bout du téléphone. Alexis allait bien.

« Papa veut savoir ce que tu veux pour le dîner » dit-elle, d'une voix joyeuse. « Je lui ai dit que nous pouvions faire des tacos, mais il n'en veut pas. Ensuite, j'ai dit des spaghettis, mais il n'en veut pas non plus. Il est trop difficile! »

Kate se mit à rire. Esposito la regarda confus. Elle le comprit à son regard, comment pouvait-elle être entrain de rire? Mais Alexis... Alexis était contagieuse, délicieuse, vraie et en bonne santé. Et surtout. Elle allait bien.

« Je sais que ton père est difficile » répondit-elle, entendant le changement dans sa voix. « Et je compatis. »

« Merci »soupira Alexis de façon théâtrale. « Mais il est pressé de faire quelque chose. Que veux-tu pour le dîner? »

Elle ne pensait pas qu'elle serait capable de manger quelque chose. Mais son estomac se mit à grogner légèrement. Peut-être quand elle irait chez eux elle irait mieux. Peut-être que, juste le fait de voir Alexis pourrait effacer de sa mémoire les photos de ce pauvre petit garçon. « Que dirais-tu d'un poulet frit? » suggéra t elle. Ça n'avait pas de sauce. Ça ne lui rappellerait pas le sang, ou les meurtres, ou les petits garçons assassinés...

« Papa dit qu'il est d'accord » lui dit Alexis. « Pourquoi ça marche avec toi? Qu'est-ce qui te rends si spéciale? »

Kate laissa échapper un rire surpris et entendit Rick hurler dans le fond. « Je ne sais pas, Lex. Demande à ton père » dit-elle en riant. Esposito la regardait maintenant avec stupéfaction, ses lèvres se retroussèrent. Elle le regarda avec de gros yeux, en lui disant un : « Quoi? » silencieux et attendit qu'Alexis finisse de discuter à voix basse avec Rick.

« Il dit que tu as des suggestions magiques » répondit Alexis avec humeur. « Et que quand je grandirai, je deviendrai une femme forte et intelligente, je vais aussi en avoir. »

Kate se sentait sourire en entendant ces mots, même si c'était dit sur le ton de la jalousie. « Dis à ton père qu'il a gagné gratuitement une question pour ça, et que j'arrive bientôt, chérie. »

« Papa sourit, Kate. Je ne comprends pas ! » gémit-elle.

« Tu comprendra un jour, Alexis » Kate souriait. « Maintenant, je dois y aller, mais je vais venir bientôt, d'accord? »

« D'accord » soupirait-elle. « Papa dit qu'il va le faire très bien, et que ça sera très bon, » ajouta t-elle.

« Je suis impatiente d'y être. A plus tard, Munchkin. »

« 'Kay. Bye, Kate. »

Elles raccrochèrent et Kate se mit a sourire. Rick n'avait pas arrêté de la harceler de question sur la police, son travail, ses intérêts, et diverses autres questions envahissante depuis sa fête d'anniversaire. Pour répondre, elle avait institué un système de récompense. Il obtenait des questions pour les jeux de mots particulièrement habiles, des gestes prévenants, et rien d'autre que ce qu’ elle jugeait valable. Et maintenant, c'était devenu un jeu, il essayait constamment de marquer des points. Elle trouvait que ce n'était pas dérangeant, parce qu'ils plaisantaient et qu'il riaient de plus en plus a chaque fois qu'ils avançaient dans ce jeu.

Elle regarda Esposito et le trouva en train de la regarder fixement,la bouche grande ouverte.

« Quoi ? » demanda t elle, prenant tout à coup conscience de ce qu'elle faisait. Elle ne parlait pas habituellement à Alexis lorsqu'elle était au travail, et elle avait peur d'avoir fait quelque chose de mal, ou de révélateur.

« Tu souris » répondit-il, avec une voix étrange.

« Et alors? »

« Tu avais l'air complètement à coté de la plaque quand nous sommes rentrés. »

« Et alors? » répéta t elle, elle ne comprenait pas très bien.

« Comment diable fais-tu pour être si détendue maintenant? »

Oh. Oh. Elle l'était vraiment? « Alexis » dit elle en haussant des épaules. Lorsqu'elle rentrerait, elle donnerait à cette fillette un gros câlin. Parce qu'Esposito avait raison; l'orage était passé. Elle se sentait à nouveau bien. Les images étaient toujours présentes, mais maintenant elle pouvait placer ça dans un coin de son esprit – elle pouvait se prémunir contre cette tragédie.

« Qui est Alexis? » lui demanda t il. « Et pourquoi je n'ai pas pu lui parler? »

« Pardon? » bafouilla Kate.

« Qui est-ce? Je veux son remède magique aussi! T'as l'air bien, Beckett. »

« Bon... Tu veux quoi ? » répondit-elle, en rétrécissant ses yeux.

Il soupira et lui donna un coup d'oeil par dessus son épaule. « Sortir du désespoir comme tu l'as fait. C'est bon pour toi, tu sais? Donc, je voudrais savoir qui est Alexis? »

« C'est ...» hésita t-elle quelques secondes. Mais Esposito la regardait avec intérêt. Et il lui souriait, comme si son humeur aussi allait mieux. « C'est la fille d'un ami. Elle est super, elle illumine vraiment ta vie quand tu la vois, Tu comprends?"

« Ouais » il lui fit un petit sourire. « Il semblerait que ça fonctionne. Merci de me l'avoir dit. ». Puis, il se tourna vers son bureau et commença à trier ses fichiers. Kate le regardait et se sentit sourire à nouveau.

Le lendemain elle avait apporté une photo d'Alexis dans le parc, celle où elle tournait sur elle même, son visage rayonnant avait été capturé et restait figé dans l'image. Elle accordait à Esposito le droit de la regarder de temps en temps, quand les choses allaient mal.

« Super. Merci beaucoup, Kate » murmura Rick, en la faisant sortir de ses pensées.

« Il n'y a pas de problème. Est ce que je dois l’accompagner à l'école demain? » demanda-t-elle en commençant à ranger les papiers qui traînaient sur son bureau, organisant les fichiers, Esposito lui tendit la main à contrecœur. Elle avait vraiment de la chance qu'il ait eu ces billets pour le match de la semaine dernière, puisqu’il lui devait un service.

« Demain c'est samedi » dit il en riant. « Mais, pas de soucis. Je viendrai ce soir la chercher. »

« Quoi ? »

« Je vais rentrer aux alentours de minuit. Je peux la chercher et la ramener à la maison. »

Kate cligna des yeux et secoua la tête. « Rick, c'est ridicule. Il suffit de venir dans la matinée. Ou, mieux encore, je te la dépose demain matin. »

« Merde, je dois y aller. C'est parfait alors. Je vais te voir demain donc? Je te remercie beaucoup » il se précipita.

« Pas de problème. Fais bien ton beau gosse » dit elle en riant.

« C'est une conférence de presse. Je vais parler de trucs ennuyants... » il grogna lorsqu'il coupa la conversation.

Kate jeta son téléphone dans son sac, essayant de ne pas sourire comme une ado, qu'elle était. Elle avait vraiment besoin de gérer ses expressions faciales qu'elle faisait lorsque Rick appelait. C'était trop embarrassant.

« Tu m’abandonnes pour aller garder des enfants? » gémit Esposito.

« Non, je te laisse pour aller passer la nuit avec Alexis. Je termine mon baby-sitting... Eh bien... Maintenant. » répondit-elle, en lui tendant le dossier qu'elle avait trié. « Merci. »

« Cher payé. Ne pense pas que tu puisses me faire ça encore une fois. » grogna t-il alors qu'elle ramassait son sac et ses clés et qu'elle réajustait sa chemise froissée.

« Compris. A demain » lui dit-elle en lui faisant un clin d'œil.

« Ouais, ouais » répondit-il. Elle le surprit en train de prendre la photo d'Alexis alors qu'elle s'éloignait. C'était comme une sorte de « doudou », quand ça allait mal. Puis elle lui tourna le dos. Esposito n'était pas un mauvais gars.

Elle conduisit jusqu'à chez elle dans un trafic encombré, maudissant sa droiture. C'était tentant de jeter son chewing-gum, mais elle ne pouvait pas faire ça. Ça ne serait pas correct. Mais ses doigts la démangeaient. Elle voulait juste se laver de cette journée, elle savait qu'elle aurait cette petite boule d'énergie qui courra partout dans son appartement. Elle se demandait seulement maintenant comment Rick connaissait son adresse. Depuis le temps qu'ils se connaissaient, ils n'étaient jamais allé chez elle. Ils sortaient, ou ils mangeaient au loft, ils regardaient des films au loft, ils sortaient dans des endroits que Rick connaissait, ils étaient toujours dans son « espace ».

Eh bien, c'était Richard Castle. Et tout ce qu'elle savait, c'était qu'il avait fait des recherches sur elle. Elle secoua la tête tout en s’arrêtant au stop, face à son bâtiment, il est probable qu'il avait fait une vérification de tout. C'était quelque chose qu'il était capable de faire.

Elle sortit de sa voiture et traversa la rue, en marchant vers le portier jusqu'à ce qu'une voix l'arrête.

« Kate! » appela Alexis .

Kate se retourna et regarda Alexis courir vers elle, un sac à dos sur le dos et un énorme sourire sur son visage. Tel un boulet de canon, elle fonça sur Kate et enroula ses bras autour de sa taille.

« Hey, Lex » Kate se mit à rire, affermissant ses bras autour d'elle et passant la main sur la tête de la jeune fille. « Où est ta grand mère? »

« Elle m'a dit de prendre la voiture » déclara Alexis, en inclinant la tête en arrière pour la regarder. « Mais papa a dit qu'il était d'accord, je crois. »

« Uh-huh » répondit Kate. Il lui faudrait qu'elle en parle a Rick pour s'assurer qu'il était vraiment d'accord qu'Alexis prenne la voiture en ville, seule.

« Ernie m'a fait rire pendant le trajet » continua t elle alors que Kate lui prenait la main pour qu'elles commencent à rentrer à l'intérieur avec la fillette.

« Qui est Ernie? »

« C'est le chauffeur » expliqua Alexis. « Je peux appuyer sur le bouton? » demanda-t-elle alors qu'elles rentraient dans l'ascenseur. Kate hocha la tête tout en évitant soigneusement de voir le regard intéressé de ses voisins. Ils voulaient toujours s'arrêter pour lui parler, comme si ces personnes âgées pouvaient comprendre les problèmes auquel elle avait dû faire face en restant assise là. Et avoir un enfant avec soi était un moyen sûr pour qu'ils se posent beaucoup de questions. Elle ne pouvait pas imposer ça à Alexis.

« Tu peux. C'est au quatrième » lui dit Kate.

Alexis lui sourit et appuya sur le bouton avec un sourire, regardant comment il s'allumait et que les portes se fermaient. « Merci de me garder chez toi » dit-elle, tournant la tête pour regarder Kate.

« C'est quand tu veux » lui sourit Kate. « Tu es toujours la bienvenue dans mon appartement. »

« Je suis contente que papa ne me fasse pas voler cette fois. Il me porte toujours, et je déteste ça. »

Kate hocha la tête alors que l'ascenseur s'ouvrait. « Moi aussi. »

« Vraiment? » demanda la jeune fille pendant que Kate la conduisait dans l'étroit couloir qui menait à sa porte, cherchant ses clefs dans sa poche avec sa main libre. « Papa aime voler. »

« J'ai cru comprendre » dit Kate en se mettant à rire alors qu'elle ouvrait la porte et entraîna Alexis à l'intérieur. « Ton père doit adorer voler. Ça le rend... libre».

« C'est ce qu'il dit! » rétorqua Alexis, tandis que Kate retirait ses chaussures.

« Pourquoi ne poserais tu pas ton sac à dos sur le canapé pendant que je me change? » suggéra t elle, pour se débarrasser plus facilement de son arme et badge et d'enlever ses vêtements de travail avant qu'Alexis puisse voir ça. « Tu peux regarder la télévision pendant ce temps si tu veux. »

« D'accord » sourit Alexis, enlevant ses chaussures d'un coup de pied avant d'aller courir joyeusement dans le salon.

Kate regarda s'éloigner, en observant cette facilité qu'elle avait à s'adapter à un nouveau lieu. C'était bizarre, elle avait l'air comme chez elle, sautant sur le haut sur canapé de Kate pour s'installer et se caler contre les oreillers, allumant la TV avec la télécommande qu'elle avait déjà dans sa main. Elle secoua la tête et sourit tout en se dirigeant dans sa chambre, les rires d'Alexis flottant dans l'air.

Elle enleva son arme et son badge et les mit dans le tiroir de son armoire, elle regarda ensuite son reflet dans le miroir. Elle avait l'air aussi fatigué qu'elle ne le sentait. Espérons qu'Alexis ne le remarque pas. Elle avait déjà de la chance que Rick ne soit pas là ce soir, lui, aurait remarqué. Il remarquait toujours ce genre de chose.

Il lui fallait moins d'une minute pour la regarder et savoir si la journée avait été bonne ou mauvaise, difficile ou facile, épuisante ou macabre. Si elle était fatiguée, il lui donnerait son café. Si elle était contrarié, il faisait tout pour lui faire oublier, mettant Alexis dans le coup, et continuant jusqu'à ce qu'elle craque et se mette à rire. Et si elle était triste, ou fatiguée, ou tout simplement qu'elle sentait le poids du monde sur ses épaules, il entourait un bras autour de ses épaules, commandait à emporter, et ils campaient sur son canapé vautrés tranquillement avec elle, Alexis entre eux.

Elle enleva ses vêtements et essaya à nouveau, de déterminer ce qu'était exactement Rick Castle pour elle, et qu’était devenue leur étrange relation. C'était ... c'était agréable, d'une autre façon qu'avec les gars. Il était comme ces énormes oreillers moelleux, il souriait et riait face à son agacement. Il l'appelait régulièrement, juste pour discuter, et elle trouvait qu'il le faisait trop. Quand tout était calme et triste, et qu'elle avait juste besoin de se défouler, elle l'appelait, et il l'écoutait. Il l'écoutait comme si ce qu'elle lui racontait était des secrets, et il s'en souvenait.

Will n'arrivait jamais à se rappeler si elle aimait un sucre ou deux dans son café. Rick, lui, connaissait les noms de ses amis du lycée dans l'ordre alphabétique.

« Kate? » appela Alexis alors que Kate enfilait un sweat-shirt et un jeans confortable.

« J'arrive, Lex, » appela t elle, en la faisant sortir de ses pensées. Elle aimait leur relation, même si Lanie et Madison étaient convaincues qu'ils étaient plus dans le flirt que dans une belle amitié.

Elle revint dans le salon et sourit en voyant Alexis. Elle était étendue sur le canapé, les jambes croisées, allongée sur le dos, un bras ballants hors du canapé.

« Je meurs de faim » dit-elle, dans un soupir digne de PrimaDonna.

« Alors qu'est-ce qu'on va pouvoir vous donner, ma reine de théâtre ? » Kate se mit à rire, en marchant vers la table basse devant le canapé. « Je ne voudrais pas que tu dépérisses. »

Alexis sourit et rit. « Je ne vais pas dépérir. »

« Eh bien, j'ai des pâtes et ... » elle s’arrêta. Super. Elle invitait cette fillette pour la nuit et n'avait rien à lui donner à manger sauf des pâtes. Super plan Kate.

« Pâtes ça me va. » Alexis sourit. « Est ce qu'on pourra avoir avec de la sauce à l'ail que t'as fait la semaine dernière? »

Kate hocha la tête et sourit. Elle adorait la cuisine des Castle. Ils avaient une immense cuisine avec toutes sortes d'ingrédients, et elle, elle était bien trop paresseuse pour en acheter. « Je peux faire ça. Tu veux bien m'aider? »

« Bien sûr » s'écria Alexis, s'asseyant rapidement pour balancer ses jambes et sauter hors du canapé. « Qu'est ce que je peux faire? »

« Tu peux m'aider à remplir le pot, et remuer les pâtes en faisant très attention » lui dit-elle alors qu'elles marchaient vers sa cuisine.

Alexis sautillait, balançant les bras. « J'aime ta maison » Kate attrapa une chaise et la tira près du comptoir afin qu'Alexis puisse se tenir debout. « C'est vraiment cool. »

Kate se mit à rire. « Je pense que ton appartement est plus cool. Il a beaucoup plus de choses amusantes » répondit-elle, tout en aidant Alexis pour soulever la casserole remplie d'eau. Elle la posa sur le brûleur et l'alluma, posant le couvercle dessus et allumant la cuisinière pour la laisser bouillir.

« Mais le tiens est si grand » lui dit Alexis. « Tu as beaucoup de livres. »

« Ton père a plus de livres que moi » sourit Kate, récupérant une boîte de pâtes. Vraiment, elle devait stocker un peu plus de nourriture chez elle. Elle ne pouvait même pas offrir à Alexis un repas correct.

« Mais la tienne est différente, » déclara Alexis. « La tienne est plus cool. »

Kate observa la jeune fille debout sur la chaise. Elle la regardait de la même façon qu'elle, comme si elle était elle-même cool. « Eh bien, mes livres te remercient » dit Kate. « Bon, j'ai un Tupperware de cette sauce dans mon frigo. Pendant que nous attendons que l'eau soit à ébullition, tu veux bien mettre la table? »

« Bien sûr! » Elle sauta de sa chaise, puis se retourna. « Où sont les assiettes, les fourchettes et tout? » demanda t elle, fronçant les sourcils. « Je ne sais pas où c'est. Mais toi tu sais où tout se trouve dans ma maison. »

Kate se mit à rire et prit dans les étagères du bas les assiettes pour les donner à Alexis, alors qu'elle prenait les fourchettes et une cuillère pour le service. « C'est mon boulot de savoir où sont les choses » lui dit-elle tout l'aidant à mettre la table. « Je suis censé à remarquer les détails. »

« Comme la façon dont mon papa aime son café? » demanda t elle en regardant Kate qui rajoutait les pâtes dans l'eau bouillante.

« Exactement » répondit Kate. C'était un détail qu'elle avait su assez rapidement, en le regardant faire son café près du sien dans un Starbucks, ou sur la table à manger un mardi après-midi. Il le prenait avec trois sucres et énormément de crème – comme un gamin avide de sucre. Mais, lui aussi savait faire le café de Kate de façon experte. « Ton papa remarque aussi ces choses » ajouta t-elle. « Ce sont des choses que les adultes remarquent. »

« Comme la façon dont tu souris toujours quand il a sa main sur ton dos, ou que vous vous tenez la main sans le vouloir? » demanda Alexis innocemment sans comprendre vraiment.

Kate regarda la petite fille. « Tu remarques des choses aussi, à ce que je vois » dit-elle. Elle ne devait pas rougir. Cette petite fille ne gagnerait pas cette bataille.

Alexis lui sourit. « Tes joues sont rouges. »

Et apparemment, elle avait déjà perdu. « C'est la chaleur de la cuisine » dit-elle, en ouvrant la porte du réfrigérateur, faisant mine de chercher sa sauce.

« Non-non » dit Alexis. « Tu rougis parce que toi et papa vous vous tenez la main. »

« Pas du tout » répondit Kate en se redressant et en posant la sauce sur le comptoir.

« Mais si. Papa fait la même chose. »

« Rougir comme une petite fille? » demanda Kate.

Alexis sourit. « Ouais. Et il m'a dit que j'étais folle. Mais c'est pas vrai. »

« Toi t'es quelque chose » murmura Kate. « D'accord, les pâtes sont presque prêtes. La salle de bain est au bout du couloir. Pourquoi n'irais-tu pas te laver les mains? »

« D'accord » sourit Alexis en se retournant et en trottinant vers la salle de bain.

Kate poussa un soupir et éteignit le brûleur. Elle récupéra la passoire et la mit dans l'évier pour y verser les pâtes, tout en regardant la mousse et la vapeur qui s'en échappait. Alexis était une enfant trop perspicace pour son âge, parfois.

Ce n'était pas une mauvaise chose que Kate rougisse quand Rick la touchait. C'était un bel homme, et il avait du talent et de grandes mains chaudes. Et il était adorable et confortable. Il était naturel. Rick faisait aussi pareil, même si elle faisait semblant de rien. Elle faisait semblant que leurs mains ne se touchaient pas quand ils se promenaient, et que de s'endormir sur son épaule tard dans la nuit était tout à fait platonique. Tout était totalement platonique, sauf que ça ne l'était pas... Pas du tout.

« Mains propres » annonça Alexis en s'asseyant à la table.

« C'est presque prêt » lui dit Kate, remettant les pâtes dans la casserole.

Elle prit un couteau et coupa un tiers de la sauce à l'ail congelée pour la mettre sur les pâtes, la regardant fondre. Elle pourrait s'inquiéter à propos de Rick et de leur relation, et le fait qu'elle n'avait eu aucun scrupule à être avec lui à peine après avoir rompu.

Elle donna une part de pâtes à Alexis, puis s'en servit une, s’asseyant dans un « plop », c'est a ce moment la qu'elle réalisa à quel point elle était affamée.

« Bon appétit, munchkin » lui sourit elle.

Alexis était trop heureuse de manger, et elles étaient la, assise tranquillement pendant quelques minutes, trop affamées pour parler. L'estomac de Kate se régalait avec cette nourriture. N'avait-elle vraiment pas mangé depuis une dizaine d'heures, ce matin? Elle avait besoin de prendre soin d'elle-même. Mais, plutôt que de penser à ça, et d'admettre toutes les choses malsaines qu'elle faisait toujours, elle se concentra sur Alexis. Le sujet Alexis était plus simple.

« Alors, qu'as-tu fait à l'école aujourd'hui? » demanda t elle, en regardant Alexis avaler une bouchée de pâte dans sa bouche avec un bruit de succion.

« Nous avons fait des dictées et étudié les dinosaures » répondit Alexis. « Est ce que tu sais que les rapaces avaient des plumes? »

Kate le savait. Rick lui en avait parlé une semaine plus tôt. Mais Alexis avait l'air si heureuse de lui en parler et impressionné qu'elle n'avait pas le courage de le lui dire. « Vraiment? »

« Uh-huh. Et ils chassaient en meute. Ils sont très intelligents, comme des loups, mais ... Je veux dire, tu les as vu? Leurs dents sont énormes! » dit-elle en agitant sa fourchette. « Papa dit qu'ils sont vraiment effrayant. Il a dit il qu'il y a un film avec eux et que c'est d'eux qu'on doit avoir peur, pas du T-Rex. »

‘Jurassic Park’-ouais, les Raptors étaient les plus effrayant du film. « J'ai vu ce film. Il a raison » dit elle en acquiesçant. « J'ai toujours aimé les ptérodactyles. »

« Yeah! » dit Alexis avec enthousiasme. « Ils peuvent voler. C'est plutôt cool. »

« Est ce que tu penses que tu aimerais voler avec eux ? » demanda Kate en prenant une autre bouchée, avant de se rendre compte que c’était la dernière. Elle pourrait en reprendre, mais il n'y aurait pas de reste, et les restes étaient toujours importants, au cas où.

« Je pense que ça serait amusant, » dit Alexis en haussant les épaules. « Mais je préfère voler avec un balais. »

« Toujours en train de penser à Harry Potter, je vois » lui sourit Kate. Alexis n'avait pas arrêté d'en parler durant des semaines après la sortie du premier film, et avait exigé que Rick lui relise tous les tomes avant que le cinquième ne sorte.

« Mais c'est tellement cool, Kate » protesta t-elle. « Et je n'y pense pas tout le temps. »

Kate se mit à rire. « Je sais. » Elle jeta un regard sur l'assiette propre de la jeune fille. « T'en veux encore ? »

« Non merci », répondit Alexis étouffant un bâillement.

« On dirait qu'il est temps pour le bain, puis le lit » dit elle à la fillette, se levant et récupérant leurs assiettes pour les jeter dans l'évier avant de retourner à la table. « Pourquoi es-tu fatigué si tôt, munchkin? » demanda t elle, en regardant Alexis s'affaler dans son fauteuil.

« Nous avons joué au kickball et j'ai beaucoup couru » répondit Alexis en bâillant de nouveau. « Et j'ai aidé grand mère à réviser cet après-midi. »

« La lecture t’endort? » demanda Kate en riant légèrement.

« Non, mais elle devait me pourchasser en fait. Elle devait pourchasser un facteur, et elle a dit qu'il courait très vite, donc c'est ce que j'ai fait ... mais maintenant je suis fatigué » lui dit-elle.

« D'accord, c'est l'heure du bain » Kate sourit, tendant une main vers elle. Alexis la prit et Kate la traîna derrière elle hors du salon, s'arrêtant pour ramasser son sac à dos tout en guidant la jeune fille fatiguée dans sa chambre et la salle de bain.

« Où vais-je dormir? » demanda Alexis en regardant Kate prendre une autre serviette pour elle, et faire couler le bain.

Kate cligna des yeux. Elle n'y avait pas réfléchit. Elle pouvait mettre Alexis dans le canapé, mais il semblait ne pas être assez confortable. Elle regarda la petite fille, qui fouillait dans son sac a la recherche de sa brosse à dent, laissant traîner son costume d'anniversaire par terre. Elles pouvaient partager le lit de Kate. Il était grand et confortable, et il serait ... Elle avait déjà fait ça avec sa mère quand elle était petite et qu'ils étaient partis en voyage. Johanna se blottissait contre elle dans le lit et elles se disaient des 'secrets' jusqu'à ce que Kate s'endorme.

« Tu peux dormir avec moi. Mon lit est assez grand » répondit Kate après quelques minutes de réflexion. Alexis avait réussi à sauter et se pencher sur le lavabo pour cracher, ses petites jambes donnaient des coups de pied ravis contre les armoires du dessous. « En fait, peut-être que je devrais juste te mettre dans un hamac. Tu fais comme les singes! »

Alexis sourit et rinça sa brosse à dents avant de descendre pour se tenir debout sur le sol. « Je ne suis pas un singe! Je suis un Ninja. »

« Ah, autant pour moi » se mit à rire Kate. « Le bain est prêt. »

Alexis laissa Kate la soulever dans la baignoire en fonte. Elle l'installa contre l'un des bords et se retint de rire. Alexis semblait si petite dans la grande baignoire. Sa tête atteignait à peine le haut et les jambes tendues, elle arrivait à peine au milieu de la baignoire. Elle sourit à Kate, qui se mit à genoux pour poser les bras sur le rebord de la baignoire tandis qu'Alexis défaisait ses tresses.

« Ta baignoire est vraiment grande » dit Alexis alors qu'elle plongeait sous l'eau, pour y remonter avec pleins de cheveux mouillés sur la figure. Elle dégagea son visage avec ses mains, puis leva les yeux vers Kate. « Pourquoi tu as cette baignoire? »

« C'était vendu avec l'appartement » répondit Kate. C'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles elle avait choisi cet appartement, en fait. « Je pensais que c'était cool, alors je l'ai gardé. »

« Je l’aime bien » annonça Alexis. « Est ce que tu peux me prêter un shampoing? Je crois que grand mère n'en a pas mis. Elle était un peu occupée. »

Kate hocha la tête et attrapa un flacon de shampoing a la cerise pour le donner à Alexis, qui le prit et en mit une énorme dose dans sa main. Elle frotta de manière experte ses cheveux, puis rassembla le reste de ses cheveux roux et les fit mousser. Kate la regarda, impressionnée. Elle ne pensait pas qu'elle y serait arrivée à son âge.

Alexis la regarda. « Quoi ? » demanda t elle en se penchant en arrière pour rincer ses cheveux dans l'eau, en passant ses mains dedans.

« Tu sais très bien te laver les cheveux » répondit Kate honnêtement.

« Maman m'a appris » répondit Alexis tout en se redressant. « Elle m'a dit que les petites filles doivent savoir comment prendre soin de leurs cheveux très jeune. »

« Eh bien, tu as très bien appris » Kate lui sourit. Ne se souvenait-elle pas que sa mère ait été triste lorsque Kate avait décidé de prendre des douches et des bains seule, parce que Johanna ne pourrait plus jouer avec ses cheveux?

« Merci » Alexis sourit, prenant le savon. « Je peux ? »

Kate roula des yeux. « Non, je t'ai fait venir ici pour que tu te laves dans une eau sale. Bien sûr, que tu peux utiliser mon savon, enfin ! »

Alexis sourit. « Merci! Maman ne me laisse jamais utiliser le sien. »

Kate était tenté de lui demander ce que sa maman pouvait faire avec Alexis, mais s'abstint. Ce n'était pas juste de sa part d'avoir un jugement sur une femme qu'elle n'avait jamais rencontré. Bien, qu'il était difficile d’être objectif, surtout quand elle voyait Rick, affalé sur le canapé après un de ses appels téléphonique ou Alexis qui donnait ce genre d'information comme « Maman aime qu'on fasse du shopping, mais je crois qu'elle aime tout simplement faire du shopping. » Meredith devait prendre vraiment sur elle pour passer du temps avec sa fille, ne faisait elle pas tout ce qu'elle pouvait pour l'éviter ?

« Elle vient me voir bientôt, tu sais ? » ajouta Alexis pendant qu'elle se lavait sous les bras.

« Ah oui ? » Répondit Kate. Elle n'avait pas entendu quoi que ce soit de la part de Rick.

« Uh-huh. Elle m'a promis la semaine dernière qu'elle le ferait. Elle a une réunion en ville, et elle a dit qu'elle passerait toute la journée avec moi! Je ferais l'école buissonnière et tout » elle sourit à Kate.

« Je pensai que tu aimais l'école » dit-elle. Alexis se battait bec et ongles pour aller à l'école tous les jours, même quand elle était malade, ou qu'elle avait la possibilité de sauter l'école pour faire quelque chose d'amusant.

« Oui, mais maman a dit que ce serait plus amusant. Et je n'ai jamais le temps de la voir » Alexis haussa les épaules. « Je pense que j'ai fini de me laver maintenant. »

« Okay » Kate hocha la tête, attrapant Alexis pour l'aider à sortir. Elle enveloppa la petite fille dans une grande serviette et la fit rire lorsqu'elle la chatouilla. « Est ce que tu as apporté un pyjama? » demanda-t-elle en finissant de la sécher.

« Bien sûr » Alexis se mit à rire. « Grand mère était occupée, elle pas bête non plus. »

Kate sourit et regarda Alexis attraper son pyjama bleu de son sac à dos et le mettre sur sa tête mouillée. « Bon, on va sortir d'ici, je peux te faire une tresse ? » demanda Kate alors qu'elle grimaçait. Était-elle été trop vieille pour se mettre à genoux sur son carrelage? Mon Dieu, c'était déprimant.

« Je peux le faire » lui dit alors Alexis tandis qu'elles quittaient la salle de bain. Alexis se dirigea vers le lit, son sac à dos contre sa poitrine. « Tu es sûr que tu veux que je dorme avec toi? »

Kate regarda la petite fille avec son pyjama froissé, ses cheveux roux mouillés et sourit. « Bien sûr que je suis sûre. Et je tiens à tresser tes cheveux, munchkin » ajouta t-elle. « Je vais les brosser. »

Alexis haussa les épaules puis tira Hamilton et Monkey-Bunky de son sac et les jeta sur le lit. « Ils peuvent dormir avec nous aussi, non? » demanda t elle, tandis que Kate attrapait une brosse.

« Bien sûr » sourit-elle. « Maintenant, allez, montes sur le lit pour que je puisse te brosser les cheveux. »

Alexis grimpa et Kate se mit derrière elle, prenant ses longs cheveux dans une main et peignant de l'autre, de bas en haut. Elle brossait méthodiquement, avec un petit sourire sur son visage alors qu'elle se souvint, de cette même scène avec sa mère. Son père avait essayé de le faire quelques fois quand Johanna était en voyage d'affaires, mais il y avait toujours trop de larmes et de nœuds.

« Papa ne sait pas très bien me brosser les cheveux » déclara Alexis quelques minutes plus tard.

Kate se mit à rire. « Le mien non plus. »

« Il peut faire des couettes, mais pas des tresses » ajouta Alexis pendant que Kate commençait à séparer ses cheveux en trois pour les tresser en une natte. « Tu sais le faire. »

« J'ai les cheveux longs aussi. J'ai eu le temps de m’entraîner » répondit Kate.

« Mais tes cheveux sont toujours tirés, ou en chignon quand tu viens nous voir » dit Alexis. « Tu ne fais jamais des coiffures spéciales comme l'autre jour ? »

« Tu m'as déjà vu avec des tresses ou des queues de cheval » lui dit Kate. « Mais pas quand je reviens du travail. »

« Pourquoi ? »

« Eh bien, capturer des criminels peut être dangereux, et tu ne peux pas avoir les cheveux détacher pour les attraper, tu risquerais de les avoir dans la figure et ne rien voir. » répondit Kate donnant une version aseptisée pour Alexis. Elle n'avait pas besoin de savoir que si les cheveux étaient faciles à saisir, ils pourraient être arrachés, ou utilisés pour être tiré de toute part ou être attrapés. Certaines vérités étaient encore trop difficiles pour la jeune fille qui s'affaissait un peu plus sur son lit.

« Oh » bâilla Alexis.
Kate termina la tresse et passa une main sur le dessus de la tête d'Alexis. « Il est l'heure de se coucher, je pense » sourit-elle.

Alexis hocha la tête et se pencha en arrière sur Kate. « Désolé, je suis fatigué. »

« Pourquoi tu es désolée? » demanda Kate, alors qu'elle remit la couette en place.

« Parce que je n'ai pas eu beaucoup le temps de m'amuser avec toi » répondit-elle.

Kate secoua la tête et serra la petite fille dans ses bras. « Tu as eu assez de temps pour ça, Alexis. Et tu es la bienvenue quand tu veux. Mais, maintenant, je pense que tu devrais aller dans la salle de bain une dernière fois. »

Alexis sauta hors du lit et se glissa dans la salle de bains, pendant que Kate se levait et arrangeait un peu le lit. Comment Alexis pouvait elle penser qu'elle ne s'amusait pas assez avec elle? Elle a été un souffle d'air pur. En ce jour terrible, Kate avait tout oublié et elle avait apprécié le temps qu'elle avait passé avec Alexis. Rick ne devait pas avoir ce genre de doute sur lui-même, et Martha non plus. Peut-être qu'elle pouvait haïr Meredith. Peut-être que pour elle, qu'elle le devrait.

Alexis sortit de la salle de bain alors que Kate récupérait un tee-shirt et un pantalon de pygama. Elle les posa sur la commode et aida ensuite Alexis à s'installer sur les oreillers.

« Est ce que tu vas venir dormir maintenant? » demanda t elle, tandis que Kate tamisait les lumières.

« Pas encore, mais bientôt » répondit Kate. C'était juste 20h00, mais elle était fatiguée aussi, et peut-être que c'était une bonne excuse pour se coucher à neuf heures, comme les vieux.

« D'accord » murmura Alexis, qui s’enfonçait déjà dans les oreillers et les animaux en peluche qu'elle avait rapportés.

« Bonne nuit, Lexi. »

« Bonne nuit, Kate. Je t'aime » soupira t-elle.

Kate cligna des yeux et regarda l'enfant endormi dans son lit. « Je t'aime aussi, Alexis » murmura t-elle.

Elle donna un baiser sur le front de la jeune fille, puis prit ses vêtements et referma doucement la porte, marchant encore émue vers son salon. Alexis l'aimait. Elle s'assit lourdement sur son canapé et regarda autour d'elle. Depuis quand en était elle arrivée là? Depuis quand était-elle devenue quelqu'un d'important dans la vie de cette petite fille? Quand avait-elle commencé à aimer Alexis?

Elle avait passé beaucoup de temps avec elle, avec eux. Ils avaient vu des films, faisaient des dîners et sortaient le mardi. Et parfois, elle venait le week-end et ils sortaient pour un dîner le soir tard, ou jouaient à des jeux. Mais quand s'était elle pris d'amour pour cette enfant? Quand s'était-elle aussi attachée à eux? Nom de Dieu, depuis quand était-elle devenue si ancrée dans leur vie que Kate était inscrite sur la liste de baby-sitters d'urgence?

Elle laissa tomber sa tête sur le canapé et regarda fixement le plafond. Ce n'était pas mal, d'être aimé. Même si ça lui faisait une sensation bizarre dans son estomac, qui se serrait. Elle réalisa alors qu'elle souriait. Ce n'était pas une mauvaise chose. En fait, elle se sentait bien, finalement. Ça ne faisait pas mal, il n'y avait pas non plus de quoi paniquer sur ce sujet. C'était juste de l'amour. L'amour n'était pas dangereux ou nuisibles.

Mais lorsqu'elle jeta un regard sur la cheminée, ou était la photo de sa mère et elle, elle fronça les sourcils. L'amour n'était pas dangereux. Le monde était dangereux, et ça vous prenait des êtres chers. Ça vous les arrachait et ça ne vous les rendait jamais. Et tout l'amour que vous pourriez donner à quelqu'un ne pouvait pas les protéger contre ça.

Son portable sonna et Kate l'attrapa d'où il venait de tomber : de sa poche de son jean sur la table basse.

« Beckett » répondit-elle, encore dans ses pensées.

« Hey. »

« Rick? » dit elle d'un coup, la ramenant vers le présent. « Pourquoi m'appelles-tu? Est-ce que ça va? »

« Ouais ... ouais, tout va bien. »

Mais ça n'avait pas l'air vrai. Il avait l'air triste et un peu perdu. « Rick, qu’est ce qui ne va pas? »

« Comment va Alexis? » lui demanda t il.

Si ça pouvait lui rendre le sourire, elle aurait pu lui dire qu'Alexis courrait un marathon. « Elle est profondément endormi. Ta mère l'a fatigué. »

« Ah oui. La scène des postiers » il se mit à rire légèrement, de façon calme... Un rire triste.

« Rick. Dis-moi ce qui ne va pas » dit-elle. « Tu n'es pas dans une réunion de presse ou quelque chose dans le genre? »

« Le dîner vient de se terminer et j'ai une trentaine de minutes de battement avant le show télé » répondit-il.

« Et tu m'appelles? »

« Je ... » il ne répondit pas, restant calme et Kate ne dit rien, attendant la suite. Elle aimait parler à Rick, mais il n'appelait généralement pas quand il était au milieu de quelque chose d'important, et jamais avec une voix aussi troublée. « Meredith m'a appelé et m'a laissé un message. »

« Est-ce que ça va? » Elle pouvait haïr cette femme, ou être pas loin de la haïr, mais elle espérait que tout allait bien avec elle. Ça serait catastrophique pour Alexis.

« Elle n'est pas ... elle ne viendra pas la semaine prochaine. Elle m'a dit qu'elle n'avait pas le temps » répondit-il.

« Oh. Oh, Rick » Kate respira. Ça tuerait Alexis, et maintenant elle avait compris. Il avait l'air triste et troublé, parce qu'il savait qu'il allait devoir briser le cœur de sa fille. Meredith n'avait même pas eu la courtoisie de le faire elle-même. « Je suis désolé. » Elle pouvait la haïr maintenant.

« Moi aussi » répondit-il. « Et je ... je ... Mon Dieu, je ne veux pas avoir à lui dire ça, tu sais? »

« Je sais. » Elle jeta un regard vers la porte de sa chambre et soupira. C'était injuste. C'était tellement injuste.

« Elle était tellement excitée. »

« Elle me l'a dit. »

« Ah oui? Et maintenant, je veux dire, elle va être ici, et elle ne peut même pas trouver une heure pour sa fille? Qui peut faire ça? Elle ne l'a pas vu depuis Novembre! C'est juste que ... je sais que j'ai la garde exclusive, mais je m'attendais à ce qu'elle fasse un certain effort. »

« C'est sûr... » répondit Kate à voix basse. Que pouvait-elle dire? Il n'y avait rien qu'elle pouvait dire pour l'aider.

Il soupira à l'autre extrémité et Kate pouvait entendre sa respiration changer. Il essayait de se retenir. « Écoutes ... Je suis désolé de t'avoir appelé. »

« Quoi? » elle était trop choquée pour arriver à dire quelque chose d'autre.

« J'avais juste... J'avais besoin de le dire à quelqu'un, et j'ai pensé à toi et ... je suis désolé. »

« Hé, attends. Non ! » Balbutia t-elle. S’il était désolé, ils devaient résoudre ce problème maintenant. Pourquoi était-il désolé? « Je suis la pour ça, comme ton punching-ball. »

« Quoi ? » rit il un peu comme avant.

« Je suis la pour ça. Pour que tu te défoules. C'est quelque chose de réciproque, ok? Ne sois pas désolé. Appelles-moi pour ce genre de choses. Je suis la » poursuivit-elle, en espérant qu'il comprenne. Si elle avait réussit à apprendre à s'effondrer de temps en temps et l'appeler juste pour se sentir mieux, ou pester sur la journée, il pouvait le faire aussi.

« D'accord » murmurait-il après une pause. « C'est gentil. Désolé. Et merci, Kate. »

« Remercies-moi encore et je gagne de suite une question » menaça t-elle.

Il se mit à rire. « Compris. Oh, merde, c'est Paula. Je dois y aller. On se voit demain? »

« Ok à demain. Tu as un truc qui enregistrera ton interview pour moi? Je ne pense pas que je vais être en mesure de rester éveillée ce soir. »

« Très bien, grand-mère » dit il en riant.

« Deux questions? »

« Non, non. Bonne nuit, magnifique jeune femme tout à fait en forme et intelligente et drôle et ... »

« Ouais, la flatterie te fera toujours gagner des points. Maintenant, va retrouver Paula avant qu'elle ne trouve une autre raison pour me haïr. Je serai là à huit heures demain avec pumkin. »

« D'accord. Bonne nuit, Kate. »

Il raccrocha. Kate soupira. Maintenant, elle détestait Meredith. Peut-être que le sentiment de haine n'était même pas assez fort. Comment pouvait-elle faire ça à Alexis? Comment pouvait elle venir à New York et ne pas passer voir sa fille, surtout si cette fille était Alexis? Alexis était digne d'être vue. Alexis valait la peine qu'on passe du temps avec elle.

Kate se mit distraitement en pyjama. Elle saisit un livre de Rick de son étagère et rentra dans sa chambre à coucher. Elle cherchait d'autre mot pour qualifier cette haine lorsqu'elle rentra dans la salle de bain pour se brosser les dents. Son préféré est devenu « détester avec une passion sans fin», pendant ce temps, elle écoutait la douce respiration de la petite fille dans son lit. Elle détestait Meredith avec une passion sans fin pour briser le cœur de cette fillette.

Quand elle eut terminée, Kate grimpa dans son lit et s'installa sur les oreillers, pour ouvrir son livre. Mais elle ne le lit même pas. Au lieu de cela, elle regardait le soulèvement des draps que provoquait la respiration constante d'Alexis et sourit. Alexis l'aimait. Peut-être qu'elle ne pouvait pas mettre un mot sur la relation entre les Castle et Meredith. Peut-être que cette horrible femme n'était pas la bonne mère que cette jeune fille étonnante devait avoir. Peut-être qu'elle ne devrait pas promettre à Alexis qu'elle viendrait après sa prochaine réunion, la prochaine fête, puisque ça serait sans doute sa prochaine grande déception.

Mais elle, elle pouvait être là pour la petite fille. Elle pouvait l'aimer en retour. Mon Dieu, Alexis l'aimait.

Alexis bougea dans son sommeil et une de ses mains frôla le pantalon de survêtement de Kate. La petite fille était blottie sous les couvertures et agrippa de sa main le pantalon de Kate.

Alexis l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Sam 7 Avr - 13:30

Chapitre 11:

« Beckett » dit Kate en souriant alors qu'Alexis lui tendait une écharpe pour qu'elle la regarde.

« Salut, Katie » répondit son père.

« Oh, papa. Salut » dit Kate en tirant sur le coude de Rick, où sa main reposait. Il s'arrêta de marcher et se tourna vers elle, tout deux gardaient un œil vigilant sur Alexis.

« Comment vas-tu? » demanda Jim.

« Je vais bien, papa. » Kate serra le bras de Rick, puis désigna de la tête Alexis. « Je vous retrouve? » articula t elle.

Il hocha la tête et retira sa main du bas de son dos alors qu'elle lâchait son bras pour qu'il prenne la main d'Alexis, pour se promener avec elle dans les rayons. Ils avaient décidés de passer l'après-midi dans un des marchés aux puces de la célèbres 8th Avenue, profitant du beau temps curieusement frais pour un mois de mai. Alexis bondissait devant eux, Kate et Rick déambulait derrière elle, à bavarder sur les étrangers qui passaient. Rick pouvait vraiment faire une histoire pour chacun. Bizarrement, la moitié de leurs histoires devenaient des histoires de tueurs en série. C'était sans doute plus grave que drôle.

« Et toi, comment vas-tu? » demanda t elle à son père alors qu'elle se déplaçait pour se tenir entre deux étals, en esquivant ainsi l'agitation des acheteurs. Ce n'était pas habituel que son père l'appelle au milieu de la journée.

« Je vais bien, Katie » répondit-il. Il avait l'air calme, mais pas trop non plus, ou las. Mais il y avait quelque chose, qu'elle ne pouvait pas tout à fait décrire. « Que fais-tu aujourd'hui? »

« Je suis sorti pour la journée avec Rick et Alexis » répondit-elle.

Depuis Noël, elle avait doucement commencé à dire à son père de plus en plus de choses sur Rick et sa fille, qui lui avait volé son cœur. Son père adorait entendre ses histoires, et elle songeait au fait que ça ne serait peut être pas une mauvaise idée de les présenter. Mais quelque chose la retenait-quelque chose dont elle ne voulait pas penser. Elle glissa ses grandes lunettes sur sa tête afin qu'elle puisse se frotter l'œil alors qu'une rafale de vent soufflait à travers les foulards accrochés au stand à côté d'elle.

« Tu t'amuses bien? J'espère que je ne t'ennuie pas. »

« Non, non, » elle souriait, tout en apercevant Rick et Alexis au loin dans la rue, Alexis était maintenant perché sur le dos de son père, désignant des choses. « Ils s'amusent. Je vais les rattraper plus tard. Alors quoi de nouveau? »

« Pas grand-chose » répondit-il. « Le travail est sympa. »

« Tu vois quelqu'un ce week-end? Je sais qu'Alan va toujours sur le bateau. Tu y vas? » lui demanda t elle en espérant que, peut-être, son père avait des plans pour le « Memorial Day ». Elle voulait qu’il commence à vivre à nouveau. Il avait été si bien, mais elle n'a jamais entendu parler d'autres personnes qu’Alan, elle voulait qu’il ait une vie à comme avoir des amis à nouveau.

« Oui, oui. Alan m'a invité » répondit dit Jim tranquillement. « J'y réfléchis."

« Tu devrais y aller, papa » insista doucement Kate. « Ça serait amusant. Tu devrais y aller avec lui, toi qui aime tant la pêche. »

« Je sais. » Le son de sa voix mélancolique lui serra le cœur, et elle regrettait de lui avoir dit. Sa mère et elle passaient toujours la journée à faire la cuisine et à acheter des livres tandis que son père sortait avec Alan, et lorsqu'il rentrait à la maison il y avait des poissons pour le dîner. Kate fronça les sourcils et se frotta l'arrière du cou, perdue dans ses souvenirs ; lorsqu'elle s'asseyait sur le comptoir de la cuisine bavardant avec sa mère au sujet des garçons, tandis que son père fouillait la maison, toujours à la recherche d'un certain machin de pêche, qu'il n'arrivait jamais à trouver.

« Tu es toujours la, Katie? » sa voix la brisait.

« Ouais, désolé. Les artistes de rue... » mentit-elle. Ils ne pouvaient pas être tous les deux nostalgique; quelqu'un devait être fort pour deux. Mais au moins, ces derniers temps, il avait été un peu plus lui même des fois. Il avait même ri d'un souvenir d'enfance quand elle l'avait appelé dimanche soir. « Alors, quoi de neuf, papa? » demanda t elle pour en revenir au fait qu'il l'avait appelé à l'improviste au beau milieu de la journée.

« Rien, rien, » dit-il rapidement. « J'étais juste ... Je voulais juste entendre ta voix, c'est tout. »

« Oh, eh bien, c'est agréable d'entendre ta voix aussi, papa » dit Kate doucement.

« Mais, je ne vais pas t'empêcher de voir tes amis » dit-il, en prenant cet air taquin qu'il utilisait lorsqu'ils parlaient de Rick et d'Alexis.

« Papa... » lui dit-elle sur un ton de reproche.

« Très bien. Je plaisante, Katie. Amusez-vous bien. Je te rappelle bientôt. »

« Bye, papa » dit-elle. Ils raccrochèrent et elle baissa les yeux sur le téléphone. Son père ne l'appelait jamais à l'improviste. C'était son jour de congé, certes, mais il l'appelait généralement le soir maintenant.

« Hey » elle leva les yeux et se trouva face à face avec Rick et Alexis, qui était encore accrochée au cou de son père, le visage posé sur son épaule. « On pensait t'avoir perdue. »

« Désolé, » Kate sourit. « Je vois que tu ne veux plus marcher petit singe? »

« Papa est juste plus rapide » sourit Alexis.

« Eh bien, je vois. Pourquoi n'ai-je pas droit à ce genre de service aussi, M. Castle? » dit elle en remettant les lunettes de soleil de Rick sur ses yeux.

« Tu ne m'a jamais demandé » dit-il en haussant les épaules, bousculant Alexis, qui eut un petit rire. « Comment va ton père? »

« Il va bien, je suppose, » répondit Kate en haussant les épaules. « Il voulait juste me passer le bonjour, qu'il vous passe aussi. »

« Dis-lui bonjour de notre part aussi! » dit Alexis. « Quand est ce qu'on va à le rencontrer? »

Kate regardait Alexis puis Rick et se mordit les lèvres. Depuis quand Alexis souhaitait elle rencontrer son père? Est ce qu'Alexis devait le rencontrer? Rick ne lui avait elle pas dit il y a quelques mois qu'Alexis avait besoin de gens qui resteraient dans sa vie, et qui pouvaient vraiment être là. Est ce que son père était la bonne personne à faire rentrer dans son monde maintenant? Il était sobre depuis près de sept mois, mais était-ce suffisant? Elle commençait vraiment à croire qu'il y arriverait cette fois-ci, mais ...

« Que dirais-tu d'en parler après le week-end des vacances, chéri? » suggéra Rick, en la portant a nouveau sur son dos. « Le père de Kate a probablement des choses de prévues pour les prochaines semaines. »

« C'est vrai » ajouta Kate rapidement, pour ne pas prendre de décision précipitée.

« Okay » accepta facilement Alexis. Kate n'avait jamais été si heureuse que cette petite fille soit si facile à vivre.

« Peut-on continuer? Alexis a trouvé un stand de bijoux qu'elle meurt d'envie de te montrer, » suggéra Rick.

« Allons y. Montres nous la voie, Monsieur bus. »

Il sourit et fit glisser d'une main ses lunettes sur ses yeux. « Tu ressembles à Audrey Hepburn, avec cette robe » lui dit-il, en désignant sa tenue.

La robe blanche que Madison lui avait contraintes d’acheter, elle lui arrivait aux genoux et était ceinturée à la taille. Le col en V ressemblait à celui de Hepburn, et Kate n'était plus autant flattée de la comparaison, surtout que Rick l'avait complimenté sur sa robe déjà trois fois.

« Merci » murmura-t-elle.

Il sourit et lui tendit la main alors qu'il continuait de porter Alexis avec l'autre bras. Elle la prit, et entremêla ses doigts avec ceux de Rick sans arrière-pensées. Ils se perdraient dans la foule si jamais ils ne restaient pas lier de quelque manière que ce soit de toute façon. C'était juste de l'auto préservation. Elle se laissa guider jusqu'à la rue, écoutant Alexis qui lui expliquait tout ce qu'ils avaient fait et avec quelles personnes ils avaient parlé pendant qu'elle était au téléphone.

Elle sourit et hocha la tête, mais son esprit était préoccupé par la conversation qu'elle avait eu avec son père. Elle ne savait pas quoi faire de lui, et maintenant elle devait décider si elle devait le présenter aux Castle. Alexis ne resterait pas sans réponses longtemps, et elle était sûre qu'il faudrait effectivement répondre à cette question dans un proche avenir.

« Et voici, le Valhalla des bijoux » annonça Rick, ramenant Kate à la réalité l'attirant à l'intérieur.

Sa main glissa pour pouvoir poser Alexis au sol. Alexis en profita pour prendre la main désormais libre, de Kate, et l'amena vers un étalage de très belles bagues.

« Tu vois? » s'écria-t-elle. « Elles sont vraiment très belles. »

Kate hocha la tête. « Elles sont magnifiques » dit-elle à la petite fille. Argent, bronze et or, les bagues étaient magnifiques, et pourtant simple. Chacune d'entre elles avait une pierre différente, ou une collection de faux-cristaux disposées en forme de fleurs ou de papillons. C'était le parfait type de bijoux qu'on mettait de temps à autre, et elle comprenait pourquoi ça avait attiré l'attention de la petite fille. « Lequel tu préfères? »

Alexis réfléchit un moment regardant les différentes bagues, avant de désigner un papillon au milieu de la table. Elle était montée sur une bague en argent simple, les ailes étaient bleu et violette, avec des petits 'cristaux' étincelant qui formait le corps du papillon.

« J'aime beaucoup celui-là aussi, » Kate sourit. « Tu voudrais l'avoir ? »

Alexis la regarda avec surprise. « Je voulais juste te le montrer. »

« Tu es sûre? Je peux te l'offrir si tu veux. Ce n'est pas très cher » ajouta t-elle, alors qu'elle remarquait le prix indiquant huit dollars. Elle sentait Rick arriver derrière elle, sa main vint se poser sur sa taille comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

« Les filles, vous trouvez quelque chose que vous aimez? »

« Alexis aime le papillon violet et bleu » répondit Kate, en prenant une profonde respiration. Leur proximité ne lui donnait pas les joues rouges ou ne lui donnait pas chaud. Non, vraiment pas.

« C'est une belle bague » répondit-il. « Est ce que tu la veux, munchkin? »

« Je lui ai déjà dit que je lui offrais, mais Mlle Sens-Pratique ici ne semble pas vouloir de mon offre, » lui dit Kate.

Alexis la regarda confuse. « Je n'ai pas dit que je voulais l'acheter. »

« Mais je te l'offre » répondit Kate avec un sourire. « Tu peux dire oui, tu sais. »

« Alexis n'a pas l'habitude de demander des choses, » chuchota Rick dans son oreille tandis que le regard d'Alexis passait de la bague à Kate.

Kate tourna la tête pour le regarder et se trouva face à son visage, incroyablement proche de lui. Elle cligna des yeux, puis hocha la tête, après un moment. « Est-ce que je peux la lui offrir? » demanda t elle doucement.

Il sourit et poussa sa joue avec son nez. « Bien sûr. Donnes-lui une minute. »

Kate hocha la tête et tourna son regard vers Alexis, qui paraissait livrer une bataille interne. La petite fille était moins sortie ces dernières semaines. Cette réticence à demander des choses, de les espérer, avait grandie, et ce n'était pas quelque chose qu'elle aimait faire. Elle voulait mettre à l'aise Alexis, pour qu'elle puisse lui demander plus facilement des choses. Elle voulait qu'Alexis arrête de demander si ses promesses étaient vraies.

Rick était maintenant tout contre son dos. Quand avaient-ils décidé que ce niveau de contact physique était acceptable? Eh bien, ce n'était pas inacceptable non plus. En fait, c'était agréable, et la chaleur qui se propageait dans son corps n'était pas désagréable. Mais ... eh bien, il franchissait une sorte de barrière, non? Ou était-ce juste leur amitié, une amitié peu orthodoxe certes, mais une amitié quand même? L'amitié incluait beaucoup plus de caresses et de contacts physiques depuis ces dernières semaines.

« Es-tu sûr de vouloir me l'offrir, Kate? » demanda Alexis, en la regardant, entre crainte et incrédulité.

« Bien sûr que je suis sure. Est ce que je dis des choses que je ne pense pas? » demanda t elle a la petite fille.

« Non » répondit Alexis lentement. Kate sentit soupirer Rick contre son oreille, et elle prit la main de Rick pour serrer la sienne. Elle savait qu'Alexis avait du mal à accorder sa confiance et ça pesait plus lourdement sur lui.

« Bonjour » salua Kate en ouvrant la porte pour faire rentrer Rick, Alexis rebondissait à côté d'elle. « J'ai quelque chose, je crois, qui t'appartient », ajouta t-elle, en poussant doucement Alexis avec son pied.

« Je ne suis pas un chiot ! » protesta Alexis en souriant. « Salut, papa! »

« Salut, chérie » sourit-il. « Est ce que tu t'es bien amusée avec Kate? »

« Uh-huh! Elle a fait ses pâtes, et puis elle m'a laissée dormir dans son lit! Il est vraiment grand » lui dit-elle pendant que Rick rentrait à l'intérieur, en prenant les dos d'Alexis et de Kate.

« On dirait que tu t'es bien amusée alors » répondit-il, en regardant Kate dans les yeux.

« Oui » lui assura t elle. « Et on s'est même amusées à se battre pour savoir qui irait dans la salle de bain ce matin en premier, pas vrai, munchkin? »

« Kate a gagné » répondit Alexis alors qu'elle détalait vers le séjour pour rebondir sur le canapé. « Mais elle a dit que je pourrais passer en première la prochaine fois » ajouta t-elle, alors qu'elle allumait la télévision. Son dessin animé préféré n'allait pas tarder, et Kate se mit à sourire voyant a quel point les enfants était attirés par la télévision.

« Je suppose que tu as passé une bonne nuit » Rick se mit à rire alors qu'il mettait le sac d'Alexis sur le comptoir. « Est ce que tu dois aller tout de suite au travail, ou as-tu le temps pour le café? » lui demanda t il.

« J'ai trente minutes devant moi » sourit Kate. « Comment vas-tu? » Elle s'assit près de l'îlot central de la cuisine et le regardait tandis qu'il se déplaçait dans la cuisine, pour prendre des tasses et mettre en marche la cafetière.

« Je vais bien » répondit-il, se tournant vers elle le dos appuyé au comptoir.

Elle prit un moment pour vraiment l'observer. Il avait l'air fatigué, comme s'il n'avait pas beaucoup dormi, et il portait un pull en plus d'un vieux tee-shirt qu'il ne mettait jamais ensemble lorsqu'elle avait l'habitude de le voir porter l'un ou l'autre. Et cette étincelle qu'elle aimait voir, celle qui brillait quand il la taquinait ou qu'il parlait à sa fille, n'était pas là.

« Comment vas-tu vraiment? » demanda t elle, en lui faisant un sourire triste.

« N'essayes pas de le savoir pour aujourd'hui » répondit-il après une pause. « Mais, ainsi va la vie, pas vrai? »

« Je suis désolé, pour ce qu'il s'est passé hier » lui dit-elle.

Il hocha la tête. « Merci. »

« Qu'est ce que vous avez l'intention de faire aujourd'hui? »

« Tu préfères changer de sujet ? » demanda t il avec un rire creux. « Peut-être que nous allons aller au parc, puis au musée ou quelque chose dans le genre. Il y aura de la crème glacée pour palier au manque et peut-être un tour de manège. »

« Oh, Rick » soupira-t-elle, en regardant alors qu'il tentait de garder le sourire. « Est ce que je peux faire quelque chose pour t'aider? »

Il la regarda dans les yeux pendant que la machine à café gargouillait. « Tu as réussit à me ramener ma fille en un seul morceau. C'est déjà pas mal » lui dit-il.

« T'aider vraiment » corrigea t-elle. « Je connais des criminels. »

Ses yeux s'écarquillent et il laissa échapper un éclat de rire. « C'est... » lui dit-il, en souriant, comme avant ses yeux retrouvait un peu leur éclat. « C'est tout ce dont j'ai besoin. Et je te remercie pour ça. »

Elle sourit pendant qu'il lui passait une tasse de café, puis il ouvrit le réfrigérateur pour prendre la crème. C'était agréable de voir qu'elle était encore en mesure de le faire rire. Elle avait juste besoin de lui changer les idées.

« Je suis sérieuse. J'ai gardé un gars depuis le début de la semaine qui était spécialisé dans les costumes – il aimait sauter hors d'un placard dans un costumes d'ours. Pas un gars très dangereux en soi, mais tout simplement ... un mec dérangé. »

Rick mis de la crème et du sucre dans son café et vint s'asseoir à côté d'elle, posant sa tasse sur le comptoir en granit. « Alors, qu'est ce que-vous lui réservez à ce type? »

« Introductions par effraction. A peine six mois de prison. » Répondit-elle, en le regardant préparer leurs cafés, ne la laissant pas le préparer elle même. « Il avait tout simplement laissé des empreintes dans l'appartement. Il ... Je ne nie pas le fait qu'on ne s'est pas moqué de lui. »

« Eh bien, je suppose que tu as du bien rigolé quand tu l'as trouvé, non? » répondit-il, en lui donnant sa tasse. « Et tu me connais, j'aime l'humour macabre. »

« Tu écris des histoires macabre » répondit t elle en retour, en prenant une gorgée. « Merci. »

« Pas de quoi, toxico. » Il la poussa de son genou.

« Hé, tu peux parler ! » lui rétorqua t elle.

« Hmm » répondit-il en haussant les épaules.

Ils étaient assis tranquillement durant quelques minutes, le son de la télévision en fond sonore mélangé avec quelques fous rires d'Alexis. Elle remarquait sa tristesse et elle enveloppa la jambe de Rick avec la sienne tout en accrochant son pied sous l'échelon de son tabouret.

« ça va aller » murmura t-elle.

Il regarda son. « Ouais. Mais pendant combien de temps? Qu'adviendra t-il de la prochaine fois, ou de la suivante? Et quand elle dira qu'elle sera là pour son anniversaire, Noël ou l'Action de grâces, et qu'elle ne viendra pas?"

La vulnérabilité se lisait sur son visage, son charme normalement arrogant, sur ce visage grimaçant, était difficile à déchiffrer. Elle était tellement habituée à ses sourires que ce regard le changeait. Nom de dieu, elle avait enveloppé sa jambe autour de celle de Rick. Elle était déjà trop impliquée dans cette situation.

« Elle t'a toi, et Martha » lui dit Kate doucement. « Ça craint, je sais, et ça va faire mal, mais elle t'aime. Tu es tout ce dont elle a besoin, Rick. Ce n'est pas juste, mais elle va s'en sortir. Vous ferez face tous les deux. »

Il tendit la main et enveloppa ses doigts sur ceux de Kate. «Merci», murmura-t-il.

« Tu la convaincras grâce à ça » répondit-elle en lui serrant la main. Puis son téléphone se mit a faire un bip. Elle soupira et but une gorgée de son grand café. « Je dois y aller. »

Il poussa l'épaule de Kate contre la sienne. « C'est déjà ça. On va se revoir bientôt? » demanda t il alors qu'ils se séparaient, leur moment était venu.

« Bien sûr » répondit-elle, en se levant pour aller appuyer sur le bouton ‘off’ de son portable. « Je dois y aller. A bientôt, Lex »l'appela t elle de la ou elle était.

« Bye Kate! » répondit la fillette d'un air distrait.

Elle secoua la tête et se dirigea vers la porte avec Rick, la main de ce dernier bien ancré dans le bas de ses reins la ou elle l'était toujours. Elle le regardait perturbée par ce contact physique, mais il n'en fit rien. C'était juste Rick, et c'était tout simplement eux.

« Tu peux m'appeler, tu sais, si tu as besoin de parler » dit-elle doucement, alors qu'il lui tenait la porte.

Il secoua la tête. « Merci, mais ça ira » lui dit-il avec un sourire faux. « Tu m'as suffisamment aidé cette semaine déjà. »

Elle se pencha et le gifla légèrement, les yeux de Rick s'agrandirent. Elle se mit à sourire lorsque son visage se fendit d'un vrai sourire. La, c'était le véritable Rick Castle qu'elle connaissait et ... non, c'était tout. Il n'y avait pas d'autres choses à dire sur lui. Non. Pas du tout.

« Tu m’appelles si tu as besoin de quelque chose. Et cesses d'essayer de faire comme si tu n'avais pas besoin de mon aide. C'est insultant. »

« Désolé » il lui sourit timidement. « Maintenant, vas y, tu vas être en retard, et Montgomery va s'en prendre à moi a la prochaine partie de Poker. »

Elle le regarda en fronçant des sourcils. Elle avait complètement oublié ce petit détail. « Nous avons encore des choses à nous dire a ce sujet. »

« Ouais, ouais » il lui fit signe de s'en aller. « Va-t’en. »

« Bien » dit-elle faisant semblant d’être en colère. « Bye. »

« Bye, Kate. »

Elle quitta son appartement et écouta la porte se refermer derrière elle. Elle aurait voulu rester, et pour la première fois dans sa vie, elle n'était pas très impatiente d'aller travailler. Elle préférait rester là avec lui et Alexis. Elle secoua la tête tout en montant dans l'ascenseur et regarda les portes se fermer. Elle avait besoin de faire le point sur ça, c'était son ami, et tout allait bien, mais ... eh bien, qu'y avait t il de mal à vouloir passer du temps avec eux, ou à résoudre leurs problèmes? C'était ses amis. Elle serait inquiète si Madison avait ce genre de problème, ou même Lanie, non?

Ça allait être une longue journée de travail.

(...)

Ca avait été une longue journée de travail. Il avait réellement été un jour de travail très long.

Kate rentra dans son appartement à huit heures du soir et posa son pistolet sur sa table d'entrée verrouilla sa porte avec lassitude. Elle s’effondra sur son canapé et posa un bras sur ses yeux, fatigués. Elle avait eu deux homicides aujourd'hui, et ils étaient sur deux scènes, ce qui signifiait beaucoup de paperasseries, et deux noms de plus à ajouter dans le fichier qui ne cessait de croître dans sa tête. Il n'y avait rien de particulièrement horrible ou inquiétant, les cadavres étaient des cadavres. Ils étaient dérangeants à un certain niveau.

Elle soupira et laissa son bras retomber sur le divan. Elle était fatiguée, mais n'avait pas sommeil, elle avait faim, mais n'était pas d'humeur à manger. Elle avait réussi à manger un bagel à six heure, alors qu'elle n'avait pas faim. La télécommande était la où Alexis l'avait laissée le matin, et Kate la saisit sur la table basse pour allumer la télé, elle tourna la tête pour regarder l'écran. Elle pourrait faire des légumes. C'était pathétique pour un samedi soir, mais elle n'était pas d'humeur à faire quelque chose de plus nourrissant.

Elle passa une bonne heure à regarder l'écran, pour ne pas penser ou se demander ou envisager quelque chose. Les programmes télévisés était stupide parfois, mais comment arriverait elle a se vider l’esprit autrement. Mais elle fut surprise lorsque son téléphone se mit à sonner à 9h30.

Elle le repêcha de sa poche et le porta à son oreille, sans vérifier l'appel. Elle eut à peine le temps de se souvenir que pour répondre au téléphone il fallait au moins éteindre le son de la télévision.

« Beckett » répondit-elle d'une voix endormie.

« Salut, Kate » lui répondit on doucement.

« Rick. Salut » elle secoua la tête pour se réveiller un peu. Pourquoi l’appelait-il? Il était tard, pour lui au moins. D'habitude, il l'appelait lors qu'elle quittait son travail, s'il voulait discuter. « Quoi de neuf? »

« Pas grand-chose. Alexis vient juste d'aller se coucher. »

« La maintenant? C'est tard, pour elle. » Depuis quand avait-elle commencé à connaître les horaires habituels du couché d'Alexis?

« Ouais. Elle ... Nous avons eu une longue journée » répondit-il. Il avait l'air aussi épuisé qu'elle, et il y avait quelque chose d'autre... La tristesse, peut-être.

« Tout va bien? ... Comment elle... Elle va bien? » Demanda t elle, se rappelant de ce qu'il s'était passé. « Est ce que tu va bien ? »

« Je ... Oui? » demanda t il.

« Rick... »Soupirait-elle. « Comment vas-tu vraiment? »

« Je n'arrive pas à me souvenir la dernière fois qu'elle a pleuré » murmura t-il. « Pas depuis que nous lui avons dit qu'on divorçait. Peut-être quand Meredith déménage. Mais, mon Dieu, elle a juste ... elle n'a rien fait. Crème glacée, tour de poney, les dinosaures au musée... Elle est restée calme toute la journée. Elle n'a rien demandé. Elle ne voulait rien... Elle m'a juste suivi partout où j'allais » lui dit-il, les mots tremblants précipitant son récit.

Elle récupéra un oreiller et l'attira contre sa poitrine en entendant le son de sa voix. « Oh, Rick » murmura t-elle. « Je suis désolée. »

« Moi aussi » répondit-il. « Et c'est vraiment injuste que je sois le seul à lui faire ça, tu vois? »

« Oui je comprends. » Elle comprenait tout à fait. C'était complètement injuste. Meredith devait prendre ses responsabilités. Merde enfin, Meredith aurait pu être la, ça lui prenait juste une heure pour voir Alexis. « Qu'est ce que je peux faire ? »

« J'avais juste besoin de me défouler »répondit-il. « Qu'est ce que tu fais? »

Elle sourit à sa tentative. « Rien d'intéressant. Le samedi soir est un mauvais jour pour les programmes TV."

« Oh, allez ! Tu devrais être à un club ou quelque chose dans le genre » répondit-il, son ton de sa voix retrouvant son punch.

« T'aurais préféré m'appeler dans un club? » rétorqua t elle.

« Pas faux », soupirait-il. « Très bien. Désolé d'interrompre ta soirée ennuyeuse, c'est vrai que c'est mieux. »

Elle se mit à rire. Ils s'appelaient toujours à des moments inopportuns tout le temps. Il était allé la chercher pendants qu'elle faisait de la paperasse au Precint*, et elle l'avait appelé souvent alors qu'il sortait avec Paula. C'était devenu un amusement, qui aurait pu être gênant. Cependant, elle avait l'impression d'entendre de la culpabilité dans sa voix.

« Eh. Je suis toujours ravie de discuter avec toi. Tu me sauves de l'ennui. »

« Ok, tu m'en vois enchanté alors. »

Ils restèrent silencieux durant quelques minutes. Ce n'était pas un silence gêné, mais juste un silence. « Rick? » dit elle rompant le silence. Elle n'aimait pas penser qu'elle n'arriverait pas à l'aider à sortir de ses pensées négatives.

« Hmm? »

« Est ce que t'as quelque chose qui pourrait te garder occupé? » demanda t elle.

« Probablement » répondit-il. « Je pourrais écrire, je suppose. »

« Est ce que tu veux le faire? » Il ne voulait jamais. C'était cette partie de lui qui le définissait comme écrivain étrange. Il ne voulait jamais s'asseoir pour écrire jusqu'à ce qu'il se barricade dans son bureau et qu'il écrive avec passion de telle sorte qu'il ne sorte de son antre que lorsqu'il avait faim.

« Pas vraiment » répondit-il, au moment où elle s'attendait à ce qu'il le dise.

« Eh bien, tu ne peux pas traînasser toute la nuit. C'est carrément pathétique. »

« Dit la fille qui est vautrée devant sa télé » lui rétorqua t il.

« Touchée » dit elle en riant.

« Tu pourrais ... » Commença t-il s’arrêtant tandis qu'elle attendait la suite. « Je peux être pathétique avec toi? » demanda t il doucement.

Elle ne s'attendait pas à ce genre de réponse ... oh, a moins que ça ne soit une plaisanterie ? Sans doute. Allongé sur un canapé avec Rick était plus amusant que le rester seule à se morfondre sur son canapé. Et elle était inquiète à son sujet. Mieux valait s'inquiéter pour lui qu'elle, non?

« Je peux être pathétique avec toi, pas de problèmes » répondit-elle. « J'arrive dans 20 minutes? »

« Tu n'as pas à... » dit-il rapidement. « J'ai juste pensé ... »

« Je suis déjà d'accord. T’écoute quand je parle? Ou est-ce que t'es comme les jukebox qui s’éteignent quand y'a plus de musique? » Railla t elle pendant qu'elle se levait et rentrait dans sa chambre pour se changer, en saisissant son arme sur le chemin. Elle voulait être à l'aise, et elle détestait avoir cette sensation de mort sur elle. Elle laissa son pistolet dans le tiroir avec son badge.

« J'écoute! » protesta t il. « J'ai écouté ton histoire sur le gars avec la mort de... avec le ... la chose, l'autre jour » balbutia t il, tandis qu'elle mettait le haut-parleur et commençait à déboutonner son chemisier.

« Ouais, essaye de te rattraper » dit elle en riant. Elle jeta son haut dans son panier, puis retira son pantalon, marchant vers la commode pour prendre un tee-shirt et une paire de jeans.

« Ta voix est lointaine » lui dit-il. « T'as mis le haut-parleur? »

« Je me change. Ça te pose un problème? » répondit-elle, consciente que sa voix était encore plus étouffée alors qu'elle enfilait son tee shirt.

« Tu es nue en ce moment? » il le disait sur un ton bien trop joyeux. Elle n'était pas sûre d’apprécier ça. Enfin, que ça soit mieux que la tristesse, c'était plus joyeuse qu'elle passerait sa soirée.

« Je ne le suis plus » souriait-elle. « Trop tard. »

« Merde. »

« Rick... »

« Désolé. »

Elle eut un petit rire et s'arrêta face à son miroir attachant ses cheveux en queue de cheval. Elle récupéra son téléphone et coupa le haut parleur puis attrapa une veste. « Je suis sur le chemin » lui dit-elle. Elle prit ses clés et son porte-monnaie et ferma sa porte en souriant. « Tu vas devoir te faire la conversation le temps que j'arrive ».

« Tu vas raccrocher? » demanda t il, en geignant.

« Rick, c'est interdit de téléphoner en conduisant. J'arrive dans dix minutes » dit-elle en montant dans l'ascenseur. Il était ridicule.

« Bien » soupira-t-il. « Dépêches-toi alors, je suis seul. »

« Ouais, ouais »répondit-elle, puis ils raccrochèrent. Le fait était, qu'il était seul. Il ne mentait pas, et il voulait probablement continuer de parler au téléphone.

Elle soupira et sortit, puis appela un taxi. Elle ne savait pas quand est ce qu'elle arriverait, et elle ne voulait pas revenir en voiture. Et, comme par le passé, il prendrait soin de la faire rester ou de la faire reconduire par quelqu'un. Et peu importe si elle protestait ça n'influencerait pas sa décision.

Elle donna au chauffeur de taxi l'adresse de Rick et regarda la ville défiler, perdu dans ses pensées de fillettes larmoyantes solitaires ayant perdue son père. Les images de son enfance heureuse se mélangeant avec celle d'Alexis et Kate eut l'impression que le taxi avait pris moins d'une minute lorsqu'il se gara devant chez Rick. Elle paya et sortit, en marchant lentement vers le bâtiment. Il n'y avait rien de mal à aller chez lui la nuit. Ils avaient franchit une barrière. Ils l'avaient fait avant.

Elle sourit au portier et se dirigea vers l'ascenseur, faisant un signe de tête à quelques habitants de l'immeuble, qui semblaient tous la connaître. Venait-elle ici aussi souvent? Elle entra dans l'ascenseur et secoua la tête, bien sûr que oui. Elle était là tout le temps. Après tout, elle était bien là, pour passer du temps un samedi soir, juste parce que Rick le lui avait demandé.

Le trajet jusqu'à son étage fut court, et avant que son esprit ne la rattrape, elle frappait tranquillement à la porte qu'il ouvrit instantanément. Ses cheveux étaient en batailles et il avait l'air complètement abattu.

« Hey » murmura t-il.

« Hey » répondit-elle, tendant la main pour lisser une mèche de ses cheveux sans y penser.

« Viens, rentres »

Il la guida à l'intérieur et attendit qu'elle le suive dans l'appartement. Il lui prit ensuite la main et la tira vers son bureau, en fermant la porte, de sorte qu'ils ne réveilleraient pas Alexis. Ils étaient là, les mains liées, et se regardaient dans les yeux. Il portait un jeans et un grand tee-shirt bleu, ses pieds s'agitaient nerveusement sur le sol.

« Alors » murmura il après une minute de silence.

« Alors » répondit-elle, en lui donnant un petit sourire. « Tu veux manger des légumes? »

Il haussa les épaules. « Je suis inquiet » dit-il.

Inquiet-était une réponse utile. « Viens. » Elle l'attira vers elle sur l'un des fauteuils en cuir noir et le fit asseoir dessus, se posant sur le parquet entre les jambes de Rick appuyant sa tête sur ses genoux afin qu'elle puisse lever les yeux vers lui. « Maintenant tu peux te reposer. »

Il hocha la tête et rencontra son regard. Ils se regardèrent ainsi pendant quelques minutes sans rien dire. « Je suis en colère. »

« C'est normal » murmura t-elle.

« Je suis plus en colère que je l'étais quand j'ai appris qu'elle me trompait. Tu pensais que je ne le serais pas, n'est ce pas? Mais je le suis. »

Elle tendit sa main et la posa sur son pied, le serrant doucement. « Eh bien, elle ne te fait pas seulement du mal, elle en fait aussi à Alexis Je peux comprendre pourquoi tu es plus en colère cette fois-ci. »

Il soupira et une de ses mains se posa sur sa cuisse. Il passa ses doigts dans la queue de cheval de Kate et ferma les yeux. Kate voulait pouvoir faire quelque chose pour qu'il oubli. Une petite partie d'elle se demandait seulement, qui pourrait berner Richard Castle. Pourquoi le voulait-on? Qui pouvait être mieux que Richard Castle?

« Et, tu sais, quand je l'ai quittée c'était juste ... C'était comme une expérience ratée. Et j'ai fait en sorte qu'Alexis soit en dehors de tout ça, alors ça m'allait. Mais cette ... Je sais qu'elle est immature. Mais je m'attends toujours à ce qu'elle grandisse pour notre enfant. »

« Et plus tu espère, plus tu es déçu, c'est ça? » demanda Kate doucement.

Il hocha la tête. « Tout ça était stupide. »

« Le mariage aussi? »

« Ouais. » Il ouvrit les yeux et regarda Kate. « Alexis ... Alexis n'était pas prévue. » Kate lui serra le pied à nouveau. Rick lui donnait des informations par petits bouts et elle avait appris qu'il fallait attendre qu'il le fasse de lui même. Il lui disait ce qu'il voulait, et elle était juste là pour écouter, comme il le faisait pour elle. « Meredith est tombée enceinte un mois après notre première rencontre. Et, tu me connais. J'aime faire les choses en grand, hein? »

Elle lui fit un sourire encourageant. « C'est vrai ».

« Donc je lui fais ma demande, tu sais ce que c'est j'avais de l'argent; tout allait bien. Je venais de sortir de la fac, j'avais le vent en poupe, et Alexis ... J'étais terrifié, mais j'ai toujours aimé les enfants et elle était parfaite.. . Elle l'est toujours. «

« Elle l'est » acquiesça Kate. Ça ressemblait à un roman enivrant qui parlait d'une famille enivrante. Et voila, c'était ce qu'il se passait quand le tourbillon échappait à tout contrôle.

« Et nous étions heureux pendant un certain temps. Meredith n'a jamais été parfaite, mais elle était passionnée, et elle appréciait Alexis. Je pense qu'elle l'a toujours appréciée. Mais le monde tourne toujours autour de Meredith et quand tu as un enfant, ton monde a besoin de tourner autour de ton enfant... »

« C'est ce que tu fais » murmurait-elle, poussant sa jambe avec sa tête.

Il hocha la tête. « C'est ce que je fais. Comme toi tu le fais pour Alexis quand tu es là » poursuivit-il. « Mon Dieu, Kate, il suffit juste... Je ne comprends pas. » Il resta muet quelques instants.

« Qu'est ce que tu ne comprends pas? » demanda t elle confuse.

« Comment peux-tu être si bien avec Alexis, prendre soin d'elle, l'aider, et, tu sais... Venir m'écouter pleurnicher, quand Meredith ne peut même pas trouver une heure pour voir sa fille. Je ne comprends pas. »

Elle expira d'un coup. Il devait arrêter de faire la comparaison entre elle et Meredith. Elle n'était pas dans la norme. Meredith avait besoin de l'être. Meredith devait être dans la norme. Et il y avait quelque chose dans la façon de décrire ce que faisait Kate, qui montrait l'admiration qu'il avait. Et que faisait-elle de si admirable? Elle avait un meilleur ami, et il avait un enfant, et cette enfant était merveilleuse. Kate était égoïste, absorbant leur bonheur, l'innocence et les plaisirs que les Castle lui offraient Comment pouvait elle être admirée?

« Je suis juste ... » commença t elle, avant de prendre une grande respiration et d'essayer de trouver quelque chose de cohérent à dire. « Il est facile d'aimer ta fille, Rick » murmura t-elle.

Il baissa les yeux et rencontra le regard de Kate. Ce qu'il ressentit était une émotion dont ils ne parlaient jamais. Ce n'était pas de l'amour. Ce n'était pas de la gratitude. C'était juste ... c'était le regard qu'il lui donnait - qui faisait battre plus rapidement son cœur, trembler ses genoux fuser son esprit - comme si il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi incroyable, et merveilleuse qu'elle. Et c'était des moments comme celui-ci que son cœur s'arrêtait pendant une seconde, et ou elle se demandait exactement ce qu'ils faisaient.

Ses mains la levèrent du sol, et il l’attira sur ses genoux pour qu'elle puisse terminer dans ses bras afin qu'il enfouisse son visage dans ses cheveux. « Je te remercie » murmurait-il dans son cou, avant qu'il dépose un baiser sur sa peau.

Kate fut surprise et ses mains se crispèrent dans sa chemise où elle venait d'atterrir. Il se mit à rire et la serra plus fort. Donc, cela voulait dire qu'ils étaient-pas tout à fait amoureux, mais plus vraiment des amis, et qu'ils souffraient tous les deux encore. C'était absolument affolant, confortable, terrifiant et merveilleux. C'était trop de choses à la fois. Finalement, la surprise qu'elle avait eut était passé et elle se laissa aller dans ses bras, s'installant à son tour, avec ses jambes posés sur le bras du fauteuil et un bras autour du cou de Rick.

« C'est confortable » dit-il après de longues minutes.

« Hmm » répondit-elle, maintenant trop à l'aise pour se soucier du fait qu'elle était sur ses genoux, et que les mains de Rick étaient enroulées autour de sa taille et sur ses genoux. Éviter de se poser des questions sur les protocoles et les barrières franchies était facile, dans le calme de son bureau.

« Merci d'être venue ».

« Je suis ravie d’être la » répondit-elle avec honnêteté. Apparemment, son self contrôle s’était éteint quand il avait commencé à caresser son genou.

« On devrait se câliner plus souvent » répondit-il.

Elle tapa légèrement son épaule. « Ne vous faites pas d'idées, M. Castle. »

« Rabat-joie. » Ils se mirent à rire tranquillement puis un silence envahit à nouveau la pièce. Kate jouait avec le tissu de sa chemise contre son épaule et il soupirait dans ses cheveux. « Combien de temps penses-tu que ça va prendre à Alexis pour s'en remettre cette fois ci? » demanda t il.

« Je ne sais pas » répondit Kate. « Combien de temps ça lui a pris au départ de Meredith ? »

Son soupir se fit plus long et plus profond. « Un moment » murmura t-il.

« Elle va passer au dessus de ça » assura Kate. Elle savait qu'Alexis en était capable. Pour le temps que ça prendrait c'était autre chose. « Elle l'acceptera un jour ».

« Ouais. »

« Elle ira mieux. »

Il hocha la tête contre sa joue. « Ouais. »

Kate fut ramenée au présent en entendant un soupir d'Alexis qui se mordait les lèvres. « Alexis, Sweetie. Est ce que tu veux cette bague ? » demanda Kate ne supportant pas de voir tant d'indécision. Un simple cadeau ne devait pas causer ce genre de bataille interne.

« Oui » répondit Alexis.

« Eh bien donne la a cette gentille dame » lui dit Kate en décrochant la bague et la posant sur la table pour se diriger vers la marchande face au comptoir « J'aimerais beaucoup que tu me laisses t'offrir des petites choses. »

« D'accord » répondit Alexis, debout sur la pointe des pieds pour récupérer la bague sur l'étal et le remettre à la femme. « Est ce que, s'il vous plaît, je pourrais avoir celle-là? » demanda t elle.

La femme sourit. « Bien sûr » elle la prit et coupa l'étiquette.

Kate récupéra son portefeuille dans sa poche et tendit à la femme un billet de huit dollars. « Merci » dit-elle. Rick hocha la tête sur son épaule. Il n'avait toujours pas bougé.

« Vous êtes les bienvenus » répondit la femme, en remettant à Alexis l'anneau. « Votre fille est très adorable. »

« Oh ... » répondit Kate bêtement.

« Merci » dit Rick souriant, en lui serrant la hanche, où sa main était toujours posée. « Nous l'adorons aussi. »

Alexis était trop occupé à mettre la bague à son doigt tout en l'admirant pour faire attention à eux, ce qui était probablement une bonne chose. Kate, d'autre part, n'avait pas encore trouvé les mots pour parler.

« Allons y, honney » Rick se mit à rire contre sa joue. « Allons prendre quelque chose pour le déjeuner. Est ce que tu veux remonter sur mon dos, Lex? »

Alexis se retourna et les regarda tous les deux. « Non merci » elle sourit, tout en prenant la main de Kate. « Merci pour la bague. »

« De rien » dit Kate alors que Rick s'éloigna pour se poser à ses côté, mettant son bras sur son épaule.

« Nous allons chercher à manger. Je vous remercie » dit-il à la commerçante alors qu'il dirigeait Kate et Alexis vers la sortie. « Ça vous va? » demanda t il en marchant.

« Eh bien, j'essaye de comprendre où sont passés toutes ces années » répondit-elle après un temps de silence. S'il voulait s'amuser avec elle, elle pouvait s'amuser avec lui. Telle était la façon dont elle fonctionnait. Toutes les pensées confuses à ce propos pouvaient attendre, ou tout simplement être oubliées. Oublier semblait être l'option la plus simple.

« Les années? »

« Eh bien, vous ne pensez pas que c'est un peu une insulte à notre relation que de supposer que nous sommes déjà mariés? Franchement, fiancés c'est déjà plus plausible. »

Elle sentit ses doigts se crisper sur son épaule et sourit intérieurement, en gardant un visage impassible. Ils pouvaient tous les deux jouer à ce jeu.

« Il faut être fiancés avant de se marier » ajoutait Alexis à sa droite. Les deux adultes regardèrent la petite fille. « Et Kate, j'ai besoin de savoir quelles sont vos intentions avant que vous le fassiez » ajouta t-elle d'une voix solennel.

« Touché, munchkin » Rick se mit à rire. « Oui, Kate, quelles sont vos intentions ? » il sourit, en la poussant avec sa hanche.

Kate prit quelques minutes pour réfléchir. Blaguer avec cet homme était toujours dangereux, et en quelque sorte, elle avait toujours oublié qu'Alexis était tout aussi dangereuse. Elle regarda la petite fille, qui ricanait et qui balançait leurs mains jointes.

« Ouais, Kate » dit-elle en riant.

« J'ai l'intention de vous laisser m'acheter le déjeuner » répondit-elle après quelques minutes de silence. « Et puis, pour ta fille et moi de la crème glacée en plus. Penses-tu pouvoir faire ça, mon chéri? » demanda t elle en tournant la tête pour lui faire face.

Il se mit à rire. « Bien sûr, mon sucre d'orge. »

« Oh, non, pas ça. Tu vas trop loin, Monsieur Pigeon » répondit-elle vivement. Elle était d'accord pour les taquineries, mais qu'il ne l'appelle pas son sucre d'orge.

« Ouais, Monsieur Pigeon! » ajouta Alexis.

Rick gémit, puis les conduisit vers un étal entre les deux stands sur le trottoir alors qu'ils se rapprochaient du coin de la rue. « Allez, vous deux. Vous ruiner tout mon plaisir. »

Ils se mirent à rire et marchèrent dans la rue vers une pizzeria un peu plus loin. Kate se détendit après une minute, écoutant les plaisanteries d'Alexis et Rick à propos des pseudonymes acceptables, en essayant de marquer un point chacun pour son camp. C'était toujours plaisant. Il avait décidé de continuer de jouer à ce jeu là, et il avait réussi. Ce n'était pas un message, ou un défi, c'était juste Rick, la façon d’être de Rick. Et, face à son chagrin, il avait réussi à la faire rougir, bégayer et bafouiller. Elle lui faudrait trouver une façon de lui rendre l’appareil un de ces jours.

Mais, comme il les emmenait dans la pizzeria et lui sourit tout en lui servant une tranche de poulet Buffalo, Kate décida qu'elle pourrait jouer aussi. Le bras de Rick sur son épaule était confortable et chaleureux, et son souffle contre son oreille, lorsqu'il murmura « tu manges tout à fait ce que les gens quand il rentre à la maison » lui fit passer un frisson ardant dans sa colonne vertébrale. Elle pourrait le compliquer, ou elle pourrait continuer de jouer le jeu et en profiter même un peu. Et franchement, qui avait il de mal à ça?

« Est ce que tu serais d'accord pour venir dans les Hamptons avec nous? » demanda Alexis quelques minutes plus tard alors qu'ils étaient assis dans un box dans le fond du restaurant, loin des fenêtres. Kate avait pris l'habitude de s'asseoir loin de tout, c'était plus privé, et elle n'était pas encore apparue dans un autre tabloïd.

« Kate n'a pas vraiment dit oui encore, pumkin » rappela Rick à Alexis.

« Mais elle viendra » répondit la jeune fille. « Hein? »

« Je... »

« Parce que nous allons être là bas pendant tout l'été, et je ne vais pas te voir! Donc tu n'auras qu’à venir. D'accord? »

Rick fit un sourire d'excuse à Kate et elle fronça des sourcils en retour. « C'est toi qui l'a manipulée pour qu'elle me dise ça? »

« Alexis est un maître pour faire culpabiliser les gens je ne lui ai rien appris » répondit-il.

Kate ne savait pas encore si elle allait passer ou non des vacances avec eux dans les Hamptons, depuis l'invitation qui avait été faite une semaine plus tôt, elle n'avait pas répondu. Mais maintenant, avec Alexis qui faisait sa petite moue face à elle et Rick tout sourire son corps contre le sien dans le petit box, il était plutôt difficile de dire non. Et, Alexis avait raison, elle n'aurait pas la chance de les revoir après ce week-end. « J'ai découvert hier que j'avais un week-end » dit-elle après une pause. « Donc, oui, Alexis, je serais d'accord pour venir dans les Hamptons avec vous pour Memorial Day. Ça sera amusant. »

Rick rayonnait. « Oh, tu n'as pas idée. Tu vas adorer, Kate. »

« On a même notre propre plage! » ajouta Alexis. « Et une piscine et tout! »

« Un week-end sous le soleil, pour bronzer dans ton bikini » ajouta Rick en poussant sa cuisse sous la table.

« Combien dois-je parier que cette invitation c'était juste pour me voir dans un maillot de bain? » demanda Kate, en se tournant pour regarder Rick dans les yeux.

« Je serais ravie de te mettre de la crème. » répondit-il facilement.

Kate roula des yeux, puis sourit à une Alexis perplexe. Elle allait passer le week-end du Memorial Day avec les Castle, dans leur villa sur la plage. Oh mon Dieu. Comment arriverait-elle à expliquer ça à Lanie et Madison?

« Tu ne me mettras pas de la crème » ajouta t-elle une minute plus tard, alors qu'elle essayait d'oublier une image qui lui passait en tête pendant qu'ils mangeaient.

« Défi accepté », sourit Rick.

« Ce n'est pas un défi. »

« C'est ce que nous verrons. »




*Precint= Cité parlementaire, on peut comprendre qu’il s’agit du commissariat principale, ou d’un palais de justice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff
L'ovni tender, l'ovni true

avatar
Messages : 247
Reputation : 178
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : France
Dirigeants du forum

MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance) Sam 7 Avr - 13:30

En avant première ici !



Note de l'auteur: C'était à la fois un chapitre facile et difficile à écrire. Mais, c'est un voyage de plage dans les Hamptons, je suis sûr que vous allez apprécier!


Chapitre 12:

« Donc, Beckett, que fais-tu pour ce week-end? » demanda Esposito tandis qu'ils rangeaient leurs bureaux et rassemblaient leurs affaires en ce vendredi après-midi.

« Je vais à la plage » répondit Kate distraitement, en regardant autour d'elle a la recherche de son téléphone, qui avait atterri sous un monticule de paperasse.

« Vraiment? »

Kate jeta un regard surprise de sa réponse. « Tu sais, Esposito, je sais m'amuser de temps en temps. »

Il leva les mains en signe de reddition. « Je sais. Je n'ai jamais dit le contraire, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. »

« Uh-huh. »

« Juste ... Je ne te voyais pas du genre fille sur la plage, dans... Tu sais... Des vêtements de plage. »

« Arrêtes d'imaginer Beckett dans un maillot de bain, primate » intervint Lanie alors qu'elle déboulait dans la pièce et venait se placer entre leurs bureaux.

« Ravie de vous revoir, Miss Parish » marmonna t-il.

« Oh, arrêtes de me regarder avec ces yeux de chien battu » sourit-elle. « Tu fais quoi d'amusant ce week-end? »

« Pourquoi? Tu veux me rejoindre? » répondit-il en ricanant.

« Jamais de la vie » Lanie renifla, se retournant vers Kate. « Tu es prête? »

« Qu'est-ce que vous faites? Vous allez à la plage ensemble? » demanda Esposito en se redressant tout en s'appuyant contre son bureau.

« En fait je vais dans la maison d'un ami qui habite en foret » répondit Lanie. « Les aventures de Kate sur la plage ne sont pas mes affaires. »

Esposito les observa un moment, tandis que Kate récupéra la dernière choses dont elle avait besoin et poussait certains dossiers sur le coin de son bureau. « Passes le bonjour a Alexis de ma part », dit il finalement, avant qu'elle s'en aille pour se diriger vers les escaliers.

« Comment le sait-il? » demanda Lanie, en regardant Kate dans les yeux.

Kate haussa les épaules en secouant la tête. « Il veut devenir détective aussi. C'est juste de la simple observation. » Ensemble, elles commencèrent à marcher vers la sortie, saluant de la tête les autres policiers, détectives et les quelques officiers qui avaient le malheur de travailler pendants les vacances. « De plus, il était là quand Alexis a appelé les dernières fois. »

« Oui, et comment va la petite? » demanda Lanie en souriant alors qu'elles rentraient dans l'ascenseur. « Elle te porte toujours autant dans son cœur ? »

Kate se retourna et regarda son amie. « On dirait Madison. »

« Probablement parce que tu joues dans la maison d'un millionnaire et sa fille pourrait commencer à t'appeler maman. »

« Tais-toi » grommela Kate. « Je ne joue pas chez eux. Et Alexis ne m’appelle pas maman. »

Lanie haussa les épaules. Kate voulait la gifler. Nom de Dieu, elle avait voulu traverser le combiner pour aller secouer de rage Madison quand elle lui avait dit la même chose la nuit dernière. Kate ne jouait pas chez eux. Elle était très amie avec Rick et Alexis, et c'est pour ça qu'elle passait du temps avec eux. Il n'y avait rien d'"intime" à ce sujet. Non vraiment.

« Alors, tu vas tous nous conduire là-bas, ou est ce que tu vas les retrouver à la maison? » demanda Lanie, sur un ton qui ne ferrait pas enrager Kate. Et, bien sûr, Kate avait eu la brillante idée d'inviter Lanie pour les préparatifs – brillant vraiment, c'était comme amener un tigre dans une salle pleine de viande.

« Je les vois demain. Rick et Alexis sont partis cet après-midi après la fin des cours. »

« Ces écoles privées sont dingues » déclara Lanie alors que l'ascenseur s'ouvrait sur le garage. « Elle a déjà fini l'école? »

« Je sais » répondit Kate alors qu'elles marchaient vers la voiture, faisant claquer leurs talons contre le béton. « Mais elle est intelligente, donc c'est pas très grave. Et Rick l'emmène faire toutes sortes de choses pour parfaire son éducation. Je pense qu'elle sera bientôt une meilleure lectrice que je le suis. »

« Ouais, tu n'es pas fière de cette gamine du tout » sourit Lanie alors qu'elles montèrent dans la voiture. « Tu sais, il n'y a pas de honte à avoir, d’être la femme de la maison. »

« Je ne le suis pas ! » répondit Kate, en tournant sur l'ouverture de la porte du garage pour ensuite se diriger vers son appartement. « Nous sommes juste amis. »

« Amis qui passent la moitié de leurs nuits ensemble, s'appellent l'un l'autres au travail, et qui partage le même amour pour cette fillette? »

« Lanie, je vais m'arrêter et te déposer la » menaça Kate. Sa relation avec Rick était assez déroutante, pas besoin que Lanie et Madison en rajoute.

« J'essaie simplement de te faire entendre raison » répondit Lanie innocemment. « Je ne comprends pas pourquoi vous n'avez pas encore sauté le pas. »

« En dehors du fait que nous sommes avec sa fille presque tout le temps ? » répondit Kate sèchement.

« Tu avais des opportunités » contra Lanie. « Et tu n'en as utilisées aucunes. »

« Je n'essaie pas de coucher avec lui. »

« Tu devrais. »

« Lanie... »

« Non, mais franchement. Pourquoi pas? » dit Lanie. « Il est sexy. Tu es sexy. Il est jeune. Tu es jeune. Lance-toi ! »

« Il a récemment divorcé et a un enfant. Et je suis ... » Kate prit une grande respiration et essaya de comprendre comment l'expliquer sans faire penser à Lanie qu'elle faisait une rechute. « Je ne suis pas encore prête. »

« Tu as l'air si bien pourtant » répondit Lanie tranquillement. « Je sais que tu l'es. Tu as l'air heureuse, Kate - même plus que quand tu étais avec Will. »

« Je suis heureuse » acquiesça Kate. « Mais je ne suis pas prête à avoir une relation sérieuse quand tous mes bagages me pèsent encore, tu comprends? »

Lanie hocha lentement la tête, puis se tut alors qu'il ne restait plus que deux immeubles pour arriver à l'appartement. Kate garda son attention sur la route et essaya d'ignorer les pensées agaçantes qui flottaient dans son propre esprit, ces pensées qui la poussait à se dire « le problème est de franchir le cap avec lui ». Mais il n'était pas prêt. Et elle non plus. Et ce n'était pas juste de laisser les choses se faire d'elle même et faire qu'Alexis pourrait en pâtir, elle avait déjà beaucoup d'adultes dans sa vie, des adultes pas forcément stable. Kate n'était pas prête à laisser la jeune fille, peut-elle supporter de savoir la jeune fille loin d'elle. Oh, mon Dieu, elle était trop impliquée, non?

Elles arrivèrent à l'appartement de Kate qui se gara puis se précipita à l'intérieur pour éviter la pluie légère que la météo avait prédit, laissant le week-end du Memorial Day ensoleillé et idéal pour le célébrer. Elles entrèrent dans l'ascenseur en se tenant côte à côte, regardant fixement les portes.

« Tu sais, tout le monde à des bagages » dit Lanie après un moment silencieux.

« Je sais. »

« Il en a aussi. »

« Je sais » soupira Kate.

« Et vous ne pouvez pas porter ces bagages ensemble? » demanda Lanie alors que les portes s'ouvraient.

Kate la fit entrer, ouvrant grand sa porte, tandis qu'elle essayait de trouver un moyen de s'exprimer. « Nous le faisons déjà » répondit-elle, pendant qu'elle refermait la porte.

« Ouais, comme des amis. Mais vous pourriez avoir des bagages ensemble et passer le cap » répondit facilement Lanie.

« Tu ne penses qu'a ça? »

Lanie se tourna vers elle et lui sourit alors qu'elles enlevaient leurs chaussures. « Parfois. Mais je pense que tu devrais y penser plus souvent. »

« Je suis bien avec la façon dont on est lui et moi en ce moment. J'aime notre relation. »

« Je dis simplement que ça pourrait être mieux » Lanie haussa les épaules, tandis que Kate la poussait devant elle pour aller dans sa chambre et enlever son arme. « Et tu devrais vraiment prendre ce bikini bleu. »

« Lanie! »

« Oh, allez. Si tu ne fais rien, au moins laisse le fantasmer, ma fille. »

Kate secoua la tête et se dirigea vers son placard pour prendre sa valise. Elle n'avait pas besoin de lui dire que Rick avait déjà assez fantasmé sur elle, et qu'il lui avait dit. Lanie n'avait pas besoin d’être plus satisfaite.

(....)

Le chemin vers la maison de vacance de Rick était assez encombré par le trafic et Kate passa la majeure partie du trajet concentré sur la route sans avoir le temps de penser à l'endroit où elle allait, ou ce que ça signifiait. C'est seulement lorsqu'elle se dirigea vers Southampton, où le trafic était moins dense, qu'elle se rendait compte qu'elle était sur le chemin de la maison de Richard Castle qui se situait en face d'une plage, ou elle y courra avec lui pendant trois jours dans un maillot de bain.

Elle secoua la tête alors qu'elle tournait passant devant une maison qui précédait une autre maison gigantesque, face à l'Atlantique. Elle avait le pressentiment qu'elle se sentirait un peu comme a la fête d'anniversaire de Rick un mélange entre l'intimidation et l’excitation.

Elle tourna au numéro 302 et traversa la longue allée qui était bordée de grands érables et de fleurs sauvages. Les mouettes la survolaient et Kate ne pouvait pas s'empêcher de sourire. Elle allait à la plage, et après avoir eu un cas assez préoccupant la veille, c'était un changement d’air bien mérité arrivé au moment propice.

Elle se gara dans un emplacement prévu, cependant, elle pensait à bien d'autres choses. La maison, qui ressemblait à un petit manoir, était énorme. Un porche dans les tons blanc-bleu, s’étendait au dessous de deux étages, avec des volets blancs qui entourent chaque grande fenêtre. Il n'y avait pas de garage, mais Kate pouvait voir le bord d'une piscine qui s'avance par derrière sur le côté gauche de la maison, et il y avait aussi une cabane, où sans doute le garage aurait dû être.

Deux grands érables se trouvaient sur chaque côté du perron et Kate regardait tout ce décor de sa portière, observant le jeu des ombres des feuilles sur le perron.

« Je viens d'entrer dans la quatrième dimension. Je suis en plein rêve » murmura-t-elle alors qu'elle marchait vers le coffre pour sortir sa valise. « Et je me parle à moi-même. Merveilleux. »

« Kate! » Elle se retourna et se mit à sourire en voyant Alexis venir vers elle et dévaler les escaliers, vêtu d'un petit bikini, ses cheveux tirés en queue de cheval haute. « Tu es la ! »

« Salut, Lex » Kate se mit à rire lorsqu'Alexis enroula ses bras autour de sa taille. « Je vois que tu es toute prête pour aller à la piscine. »

« Oui! Mais nous voulions t'attendre, pour savoir quand tu allais arriver. »

« C'est très gentil de votre part » lui dit kate alors qu'elle enveloppait un bras sur les épaules de la jeune fille et commençait à marcher vers la maison.

Rick s'appuya contre le cadre de la porte d'entrée ouverte. Il portait un tee-shirt blanc, une paire de chaussure bleue, maillot de bain à fleur et un grand sourire heureux. Son tee shirt lui allait à ravir. Son torse avait l’air fort et solide. Et son sourire ... non, il ne valait mieux pas y penser.

« Tu es la » dit-il joyeusement en descendant les marches. Il se pencha et saisit sa valise alors qu'il se penchait pour lui faire un bisou lent sur la joue. « Salut » lui dit il tandis qu'il se redressait pour récupérer la valise.

« Salut... Monsieur chevaleresque. »

Il se mit à sourire. « Tout a fait. Maintenant, rentre on va te faire visiter avant qu'Alexis n'en puisse plus d'attendre. »

« C'est pas vrai, papa » souffla t-elle. « Mais ne prenez pas trop longtemps, d'accord? »

Kate et Rick se mirent à rire. « Je peux juste faire petit tour, pour l'instant. Mais laisses moi juste me changer pour aller à la plage, d'accord? » Elle allait être complémentaire avec le maillot de Rick. C'était presque trop mignon.

« Que vas-tu porter? » demanda t-il, tandis qu'il l'emmenait dans le vaste hall d'entrée, qui jouxtait une salle de séjour, entourée d'une bibliothèque. De grandes baies vitrées donnaient sur le jardin du fond et l'océan au loin avec la plage privée. Un grand escalier en chêne au milieu de la salle de séjour bloquait le reste de la vue.

Kate cligna des yeux et regarda autour d'elle pendant quelques minutes avant de reporter son attention vers Rick, qui la regardait en attente d'une réponse. « Tu verras. »

Il fronça les sourcils, puis haussa les épaules. « Très bien. Alexis, pourquoi n’irais-tu pas chercher les jouets de plage pendant que je montre la chambre à Kate, d'accord? »

Alexis hocha la tête puis s'en alla, traversant les portes coulissantes en verre qui s'ouvraient sur le patio. Rick prit la main libre de Kate et commença à la conduire jusqu'à l'escalier. Elle failli tomber parce qu'elle observait la grande cuisine de l'autre côté de l'escalier, avec ses comptoirs en marbre et l’immense îlot de celle ci.

« Cette maison... » elle prit sa respiration alors qu'il l’attirait vers le deuxième étage. « Mon Dieu, c'est énorme. »

Il se tourna face à elle pour marcher à reculons, afin qu'il puisse la regarder dans les yeux. « C'est trop? »

Elle se mit à rire. « Si je te le dis, qu'est ce que tu feras? »

Il balançait sa tête pendant un moment. « Déménager, peut-être. Mais, ce n'est pas le cas, non? »

Déménager? Déménager? Elle secoua la tête. Elle y penserait plus tard. « Non pas du tout. C'est juste que ... Mon ... Nous avons loué une maison sur la plage quand j'étais petite, mais ça ne ressemblait pas à ça. »

« Je sais que c'est un peu grand pour Alexis et moi mais c'était à vendre et quand je l'ai acheté, j’avais encore des moyens aisés, tu vois? »

« Apparemment » murmura Kate alors qu'ils passaient deux autres pièces, une chambre et un bureau. La maison était extravagante, et là encore, le long du couloir blanc était recouvert de photos d'Alexis et Rick, ainsi que des peintures de divers artistes inconnus, de ce que Rick avait probablement acheté dans des petites galeries.

« Voilà ta chambre » dit-il alors qu'ils s’arrêtaient au bout du couloir. Il n'y avait qu'une autre porte voisine de la sienne, qu'elle devina être au maître de maison.

Il l'amena à l'intérieur et Kate eut le souffle coupé, elle regarda par les grandes fenêtres le long du mur opposé. La chambre donnait face au jardin, de l'autre coté de la maison, et lui donnait une vue imprenable sur l'océan. C'était une immense chambre blanche, lit queen-size face à la fenêtre et il y avait un petit canapé à droite de la pièce, à côté d'une porte qui menait à une salle de bain carrelé de blanc.

Le lit avait l'air très confortable, il y avait une penderie sur le côté gauche de la salle, avec une commode et une grande table avec miroir dessus.

« Ça te va ? » demanda il, basculant d'avant en arrière sur ses pieds.

« Ça va, est un euphémisme » murmura Kate, en le regardant mettre sa valise sur le petit canapé. « Combien de personnes as-tu habituellement ici? »

Rick se retourna et lui jeta un regard étrange. « Juste Alexis ma mère et moi en général. Je l'ai fait acheter quand j'étais ... avec Meredith, qui parfois faisait de grandes fêtes, mais c'était il y a longtemps. »

Kate hocha la tête distraitement alors qu'elle marchait vers les fenêtres qui donnaient sur le ciel bleu pâle et inconstant ainsi que l'océan en mouvement.

« L'eau est toujours un peu froide, mais on s'y habitue » dit-il en venant à côté d'elle. « Quoi que, si tu es dans un tout petit bikini tu pourrais avoir plus froid que moi » ajouta t-il.

Elle se tourna vers lui. « Tu sais, il faut que tu partes pour que je puisse me changer afin de savoir si tu as raison ou pas. »

Il partit en un instant, un grand sourire collé sur son visage lorsqu'il referma la porte. « Nous serons dehors. Viens quand tu as fini. J'ai de l'écran solaire et tout. Il te suffit d'apporter une serviette. »

Kate secoua la tête et ouvrit sa valise, sortant les choses autour d'elle jusqu'à ce qu'elle trouve son bikini. Il n'était pas si petit, mais il n'était très sage non plus. Il le serait cependant assez vis a vis des enfants. Elle haussa les épaules et entra dans la salle de bain pour se changer, plus que consciente des immenses fenêtres qui donneraient une vue imprenable pour Rick si elle était restée dans la chambre.

La salle de bain était ridicule à coté. Il y avait une immense baignoire et une douche dans le coin. La baignoire était plus profonde que celle qu'elle avait chez elle, et le pommeau de douche au-dessus était amovible, avec une multitude de paramètres. Le miroir au dessus du lavabo était immense et lumineux, et même les toilettes avaient l'air chère.

Elle enleva ses vêtements et se glissa dans son bikini, essayant de se rappeler que c'était juste Rick et Alexis. La taille et l'extravagance de la maison ne changeait pas les gens en soit. Et la maison elle-même était paradoxale, énorme et coûteuse, ornée de photos d'enfance et de peintures obscures. Il serait marrant d'aller voir les étagères dans la salle de séjour, Kate avait déjà hâte d'aller dormir avec un bon livre de polar pour la nuit.

Elle trouva une serviette de plage posée sur son lit, celle-ci semblait confortable et elle s’enveloppa dedans avant de prendre ses lunettes de soleil - une paire blanche qu'elle avait trouvée à la brocante - et descendit enfin.

Elle erra dans le salon puis sur le patio, suivant les fous rires ravis d'Alexis, tandis qu'elle se dirigeait vers le sable. La piscine se trouvait à gauche de la terrasse, une fois passée, s'étendait une grande plage qui conduisait jusqu'à l'océan. Elle pouvait voir un parasol déjà mis en place, plus loin, Alexis et Rick étaient déjà en train de s'éclabousser dans les vagues.

Elle sourit alors qu'elle marchait dans le sable. Ca faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas été à la plage, et elle se rendit compte que la brise et l'odeur de l'océan lui avait manqué. Le sable s'enfonçait sous ses pieds et le soleil lui chauffait le dos alors qu'elle atteignait le parasol. Elle ajouta sa serviette à celles qu'ils avaient abandonnées sur les chaises de plage et repéra la crème solaire sur la couverture qu'ils avaient déposée. Elle s'en empara et commença à s'en mettre, en se le frottant presque mécaniquement.

Elle jeta un regard sur les deux compères au bord de l'eau et vit que Rick l'observer. Un instant plus tard, il disparu sous l'eau, Alexis profitant de son moment de distraction à son avantage. Kate se mit à rire et termina de tartiner ses jambes et son ventre. Puis, avec une précision habile qui décevrait sans doute Rick, elle atteignit son dos avec adresse en se contorsionnant et tenta de se frotter dans les zones difficiles à atteindre.

Elle reboucha le flacon et resta un moment à regarder leur jeu dans l'eau. Elle ne pouvait presque pas croire qu'elle était là, dans cette villa sur la plage - il n'y avait pas d'autre moyen pour décrire cette maison - passant le week-end avec eux. Était-elle digne de ça? La maison était gigantesque et les habitants des lieux ... Étaient vraiment de belles personnes. Elle savait qu'elle rendait Alexis heureuse et Rick aussi, mais elle avait eu quelques moments de doute à ce propos.

« Kate! » l'appela Alexis la faisant sortir de ses pensées.

Elle tenta d'oublier ses pensées et se dirigea vers l'eau pendant que Rick prenait Alexis pour la jeter dans les vagues. Kate accéléra pour courir dans l'eau. Puis elle hurla et fit un bond en arrière.

« Je t'avais dit que c'était froid! » dit Rick en s'approcha d'elle, Alexis lui prit une main pendant qu'elle flottait dans l'eau. « Beau maillot. »

Elle le foudroya du regard, debout les pieds dans l'eau. C'était glacial. De plus, Rick était torse nu, et elle avait un peu de mal à ne pas baisser les yeux vers sa poitrine. Est ce qu'il faisait des exercices? Il n'était pas tout à fait sculpté dans du béton, mais il était bien bâti, il avait l'air bien. Il avait l'air vraiment en bonne forme.

« Tu profites de la vue? » Ajouta t-il, alors qu'il arrivait, Alexis se tenait debout dans l'eau.

« Salut! » elle sourit, la petite l'enveloppait de ses bras froids et humides autour de son ventre.

Kate souffla surprise et regarda la petite fille. « Tu es mouillé, Mlle Alexis. »

« Ce n'est pas si froid » répondit la jeune fille, s'éloignant en arrière en basculant dans l'eau. « Surtout après qu'on a mis la tête sous l'eau. »

Kate la regardait, amusée. L'eau était froide. Puis elle regarda Rick, qui maintenant, la regardait avec un sourire espiègle. « Oh non » avertit-elle, s'éloignant de lui en même temps qu'il avançait. « Tu ferais mieux de rester loin de moi, Richard Cast ... »

Mais elle était trop prudente, et avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, il la porta comme une mariée, et marcha plus profondément dans l'eau jusqu'à ce que sa taille soit dans l'eau. Ses bras et sa poitrine étaient froides, et elle se tortilla essayant de s'enfuir, mais consciente du fait que, désormais, quoi qu'elle fasse elle serait mouillé de toute façon.

« Tu es le mal en personne » lui dit-elle, en le regardant dans les yeux.

« Il y a beaucoup trop de peau exposée dans ce maillot de bain » répondit-il, plaçant sa main sur les épaules de Kate.

Elle attrapa son oreille. « Rick. »

« Quoi? Je ne suis pas autorisé à admirer une femme séduisante en bikini? »

Kate fronça les sourcils et grimaça. « Poses moi sur la terre ferme. »

« Oh, désolé... Non, je ne peux pas le faire » répondit-il, en lui donnant un regard désolé. « Tout le monde doit être baptisé. C'est une tradition des Castle. »

« Rick » grogna t elle.

« Désolé. »

Puis il la jeta dans l'eau glacée. Lorsque Kate toucha l'eau, elle se raidit. C'était horriblement froid et humide. Elle refit surface crachotant et s'essuyant les yeux, elle avait la chair de poule. Et lui, était juste là, debout, lui souriant.

« Je vais me venger, Richard » menaça t-elle, s'avançant vers lui, même si elle continuait de frissonner.

« Oh, j'ai peur » rit il.

Au moins, elle n'avait pas passé l'Académie de police pour rien. « Hey Alexis » l'appela t elle, attendant que la petite fille qui faisait des pirouettes dans l'eau, lève les yeux vers elle. « Regardes ça! »

Puis elle se balança une jambe autour de Rick et le tira sous elle. Il tomba à la renverse dans l'eau en éclaboussant tout sur son passage Kate et Alexis se mirent à rire. La jeune fille arriva et nagea à côté de Kate alors qu'elles attendaient qu'il refasse surface. Mais il ne vint toujours pas, après un moment, Kate commença à le chercher dans l'eau, craignant que ça ne soit pas assez profond et qu'il se soit cogné la tête. Mais alors qu'elle était penchée en avant, il se jeta sur elles de tout son poids et elle se rendit compte que c’était un véritable match.

Ils passèrent la plus grande partie de l'après-midi à se baigner et à rigoler dans l'eau, jusqu'à ce qu'Alexis eut froid, puis ils décidèrent de sortir et de construire des châteaux de sable. Rick était de loin le plus imaginatif, mais ceux d'Alexis et Kate avaient plus des structures solides, avec un mur de soutient et une cour.

« Tu sais ce que ma mère et moi avions l'habitude de faire? » demanda t elle à Alexis pendant qu'elles mettaient la touche finale à leur château tandis que Rick se reposait dans le sable, une main sur ses yeux dans une pause dramatique, leur faisant comprendre son mécontentement d'avoir fait équipe contre lui.

« Quoi? » demanda Alexis, en regardant Kate avec de grands yeux.

« Nous attrapions des bernard-l'hermite pour les mettre dans notre château jusqu'à ce qu'il soit l'heure de dîner. » Partageant ainsi une partie de son passé à la fillette sans vraiment s'en rendre compte. Mais Alexis la regardait intrigué, et soudain elle su que c'était une bonne chose à partager, qu'elle n'avait pas fait d'imper.

« Vraiment? »

« Oui » répondit Kate en se rappelant les heures qu'elles passaient pour se consacrer aux crabes et à les regarder à l'intérieur du château qui, ressemblait singulièrement à celui qu'Alexis et elle venait de construire. « Et ensuite nous les libérions, mais c'était amusant. »

« Est ce qu'on peut le faire ? » demanda Alexis.

Kate lui souriait. Ça faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas fait quelque chose comme ça. Elle sentit une chaleur en elle à l'idée qu'elle avait quelqu'un avec qui partager cette tradition maintenant.

« Bien sûr » sourit elle, puis elle se mit debout enlevant le sable qu'elle avait avant de tendre la main à Alexis. « Rick, tu veux bien commencer à préparer le dîner pendant que nous attrapons les crabes? Et puis on peut manger ici en les regardant? »

Elle se tourna vers lui et le trouva en train de regarder avec ses yeux doux et un sourire dansant sur ses lèvres. « C'est tentant » dit-il dit, les yeux scintillant. « Les filles, amusez-vous. »

Alexis sourit, tandis que Kate rendit son sourire à Rick. Il se leva et se rendit à la maison, ouvrant facilement la petite porte du fond du jardin, et Kate attrapa un seau et se tourna vers Alexis, pour qu'elles descendent plus près de l'eau.

« Tu faisais ça avec ta mère? » demanda t elle quelques minutes plus tard lorsqu'elles furent installées pour chercher des crabes dans les rochers que la marée basse avait laissés derrière elle.

« Nous l'avons fait, oui » répondit Kate pendant qu'elle ramassait un crabe particulièrement gros. « J'en ai un bon. »

« Ooh! » dit Alexis, tendant les mains et les ventouses du crabe avec Kate pour placer le celui-ci dans ses mains. « Il est tellement gros et il chatouille! » elle hurla, riant alors qu'il rampait autour de ses mains.

« S'en est un bon » répondit Kate en regardant autour d'elles. « Et j'ai une autre. Ce qui fait en tout sept » ajouta t-elle, en comptant les crabes déjà mis dans le seau avec de l'eau.

« Combien on en a besoin ? »

« Eh bien, ça dépend. Combien tu en veux ? » demanda Kate en regardant Alexis placer délicatement le crabe dans le seau.

Alexis baissa les yeux sur les crabes, puis leva les yeux vers Kate. « Deux de plus? »

Kate hocha la tête et prit la main de la jeune fille à nouveau pour qu'elles marchent le long du bord de l'eau. « Tu t'amuses bien ? » demanda t elle.

Alexis hocha la tête et leva les yeux vers elle. « C'est vraiment bien de t'avoir ici. »

« Je m'amuse aussi. Je suis heureux d'être ici » répondit Kate honnêtement.

« Parfois, on s'ennuie avec papa quand on est tout seuls. C'est une grande maison. »

« C'est une grande maison en effet » en convint Kate, sentant des tiraillements dans son cœur en entendant la voix mélancolique d'Alexis.

« Je m'ennuie de maman parfois, quand nous sommes ici » admis la jeune fille. « Elle avait l'habitude de venir. »

« Je suis désolé que ta maman vive si loin » lui dit Kate, en lui serrant un peu plus la main.

« Moi aussi » Alexis hocha la tête. « J'aimerais qu'elle vienne me voir plus. » Elle lâcha la main de Kate et se pencha pour ramasser un autre crabe et le placer dans le seau. « Mais elle est trop occupé. Son travail est plus important. »

Kate regarda la jeune fille, qui regardait l'eau par terre, une main tournant dans les volants de son bikini marron et rose, l'autre se tenait derrière son cou. Kate se mit à genoux, en ignorant l'eau froide, et tendit la main près du menton d'Alexis pour qu'elle la regarde.

« Le travail n'est jamais plus important que toi » dit-elle sérieusement, en voyant la méfiance et l'incrédulité dans les yeux scintillants d'Alexis. « Ta maman est occupée, mais ça ne veut pas dire que tu n'es pas importante pour elle. »

Alexis hocha la tête, après quelques secondes, mais Kate pourrait dire qu'elle ne la croyait pas vraiment. Elle tuerait cette femme, ou elle la frapperait quand elle la rencontrerait pour la première fois.

« Je sais » ajouta Alexis.

« Je ne crois pas » dit Kate en toute honnêteté. « Mais saches que tu l'es, d'accord? Tu es la chose la plus importante dans la vie de ton papa et ta maman t'aime beaucoup. Ne doute pas de ça, d'accord? »

Alexis la regarda, considérant ses propos. « Est ce que je suis importante pour toi ? » demanda t elle très doucement.

« Oh, ma chérie » soupira Kate, en plaçant le seau dans le sable derrière elles pour tendre la main et l'étreindre. « Tu es la chose la plus importante dans ma vie aussi » murmura t elle « et je t'aime beaucoup. Ne doutes pas de ça non plus. »

Alexis la serra plus fort et enfouit son visage dans le cou de Kate. Kate frotta son dos et essaya de comprendre ce qui s'était passé. Elles avaient parlé Meredith, et soudain elle avait rassuré Alexis qu'elle l'aimait et qu'elle était la chose la plus importante dans sa vie. Ce n’était pas un mensonge. Sa relation avec Alexis était plus qu'un petit trésor, et elle serait capable de tout laisser tomber si Alexis avait besoin d'elle. Elle le savait. Elle n'avait pas connu ça depuis un certain temps.

Mais elle savait que le dire à un enfant était différent. Mais, là encore, était ce important? Si c'était vrai, Alexis méritait de le savoir. Et maintenant, elle l'avait dit, et Kate avait cette jeune fille fragile se raccrochant à son cou.

« Tu veux bien aller mettre les crabes dans notre château? » demanda t elle quelques minutes plus tard.

« D'accord » murmura-t-Alexis.

Elle se la laissa aller et Kate se leva, offrant sa main à la jeune fille. Ensemble, elles marchèrent vers la plage, où Rick les attendait, une plaque de hamburgers sur une petite table qu'il avait apporté en plus. Elles arrivèrent vers lui et Kate sourit en voyant qu'il leur tendait le sac poubelle.

« Je pensais qu'avec ça vous pourrez les garder au frais. »

« Merci » répondit Kate, s'agenouillant tandis qu'elle remettait le seau à Alexis. La petite fille le prit en fermant ses bras sur le seau et la regarda faire pendant que Kate, équipée du sac poubelle, le mis par dessus leur mur pour créer une petite piscine. « D'accord, verses l'eau dedans, Lex. »

Alexis fit ce qu'elle lui demandait et quelques minutes plus tard, ils avaient une petite piscine de crabes. « C'est cool » dit Alexis, se tournant vers Kate avec un sourire.

Le cœur de Kate se réchauffa en voyant la jeune fille retrouver le sourire, et elle hocha la tête. « J'ai toujours aimé faire ça aussi. »

« Est ce que tu allais beaucoup à la plage quand tu étais petite? » demanda Alexis, alors qu'elle laissait Rick lui essuyer les mains avec un produit désinfectant spécial. Il le tendit ensuite à Kate.

« Merci. Oui, souvent » déclara t-elle à Alexis. « Mon père avait un ami qui nous louait une maison à Jersey. C'était sympa. »

Ils s’assirent ensemble sur la couverture, et Rick leur remit à chacune une assiette avec un hamburger, et un verre de limonade. « Le dîner est servi. »

« Merci, Rick » dit Kate, alors qu'elle s'installait sur la couverture et prenait une bouchée. « Et tu fais des très bon burger. Qu'est ce que tu ne sais pas cuisiner? »

« Brownies » répondirent Alexis et Rick en cœur.

« Vraiment ? » Kate se mit à rire.

« Papa a fait venir les pompiers une fois » lui dit Alexis.

Kate renifla, tandis qu'elle prenait une bouchée de hamburger et a dû prendre une seconde de répit pour s'assurer qu'elle n'allait pas s'étouffer. « Vraiment? »

« J'avais déclenché l'alarme » marmonna Rick. « Disons qu'ils n'étaient pas contents. »

Kate secoua la tête et sourit tandis qu'Alexis se penchait en arrière sur ses jambes. « Et qu'as-tu fait, Lex? »

« J'étais dehors avec grand mère et je rigolais » répondit-elle. « Maman n'était pas contente non plus. »

Kate jeta un regard vers Rick juste à temps pour voir son expression s'assombrir, avant qu'il se mette à sourire. « C'est vrai! Elle avait mis une crème spéciale, non? »

Alexis hocha la tête. « Et puis quelqu'un a pris une photo. »

« Oh, mon Dieu, oui... C'était pas une bonne semaine pour nous » admit-il.

« Tu mets de la crème pour dormir, Kate? » demanda Alexis, se contorsionnant pour la regarder.

« Non » répondit Kate, grimaçant à la pensée. Beurk. « Je ne porte pas assez de maquillage pour en avoir encore besoin. »

« Tu n'as pas besoin de maquillage » déclara Rick à sa gauche.

Elle jeta un regard vers lui. « Merci? »

« Je suis d'accord, » ajouta Alexis. « Et comme ça, tu pourras rire avec moi si papa le fait encore. »

Kate regarda entre eux. Ce n’était pas gagné avec ces deux là. Elle ne pouvait pas contourner ça. Elle était coincée, trop profondément, elle s'était installée dans sa vie, et elle devrait revenir pas.

« Je suis d'accord » dit-elle après une minute de silence. « Je serais tout à fait prête pour rire. »



(....)


Dimanche se passa une grande partie comme le samedi. Kate se réveilla avec grand petit-déjeuner en cours de cuisson en bas des escaliers, Alexis et Rick se déplaçaient avec une aisance pratique. Elle constata que lorsqu'elle intervint pour les aider, elle se sentait en forme. Ce n'était pas avec un malaise palpable mais un véritable confort qu'ils se passaient les choses et se déplaçaient travaillant avec Rick pour les œufs et les gaufres.

Puis ils avaient passés le reste de la journée à l'extérieur, se déplaçant entre la piscine et la plage, jouer à chat perché, au frisbee et bronzant. Eh bien, Kate avait bronzée, Alexis l'avait imitée, et Rick avait passé un long moment à regarder les fesses de Kate. Elle l'avait foudroyé du regard pendant un certain temps, mais avait abandonné lorsqu'il lui avait dit, à brûle-pourpoint: « Tu as un magnifique corps, Kate. Je vais l'admirer. Tu aimes aussi le mien, je le vois. Accepte-le. Tu vas en avoir marre de me réprimander de toute façon. »

Ce n'était pas mal, d'être apprécié. Et après un certain temps, il cessa de l'embêter. C'était juste la façon dont ils fonctionnaient. C'était juste la façon dont ce petit groupe avançait. Elle se plaçait dans leur vie comme la troisième partie de leur petite équipe, et quand elle était avec eux, ce n'était pas bizarre. Et si elle continuait de trouver ça bizarre, elle gâcherait tout en quelque sorte, non? Ça ruinerait tout, non?

Kate regarda l'océan, les bras croisés sur ses genoux. Le pont était calme et baigné de nuances de clair de lune qui se déversait à travers les poutres au-dessus d'elle. La plage elle-même tendue, pâle et douce dans la nuit claire, et Kate prit une grande bouffée d'air pur. Tout était calme, et elle était contente de se laisser se perdre dans des pensées.

Elle entendit un craquement derrière elle puis des pieds nus se déplaçant sur le plancher de la salle à manger.

« Kate? »

« Ici » l'appela t elle tranquillement. Comment savait-il toujours où la trouver?

« Hey » murmura-t-il franchissant les grandes portes coulissantes en verre pour se diriger sur le patio. « Pourquoi es tu la ? »

« Impossible de dormir » dit-elle en haussant les épaules, tournant la tête derrière elle pour le regarder. « Pourquoi es-tu la ? »

« Tu n’as pas encore dormi ? » répondit-il, s'asseyant à côté d'elle. Il ne quittait jamais l'espace entre leur corps, et il s'assit sa cuisse touchant celle de Kate. Ça ne la dérangea pas, il faisait un peu froid, et les pantalons en coton fins qu'elle portait ne la réchauffaient pas beaucoup. « Je suis en train de prendre quelques notes pour Derrick. »

« Tu trouves des choses intéressantes ? » demanda t elle. Il faudrait qu'elle lui dise un jour qu'elle était une fane inconditionnelle d'une grande partie de son travail. Durant ces moments, quand il parlait de ses livres, eh bien c'était comme un rêve qui devenait réalité.

« Rien » soupira t-il. « Et Gina va me tuer. »

« Tu vas y arriver » lui dit-elle avec confiance. Il était calme et beaucoup moins arrogant a cette heure tardive. « Tu as fais quoi, dix best seller? »

« C'est comme à chaque fois tu penses toujours que le suivant sera un flop » rit il. « Mais merci. »

« Oh allez, ou est l'arrogant Richard Castle. »

« Il est 3h du matin. Le jeu est fini » grommelât-il.

« Hmm » répondit-elle, regardant l'océan. C'était si paisible et calme la nuit. Était-il vraiment aussi tard?

« Pourquoi tu ne dors pas ? » demanda t il quelques minutes plus tard, alors qu'une de ses mains vint se reposer sur ses genoux, se glissant sous son coude pour s'y installer, une main chaude contre le tissu de son pyjama.

Son père. Sa mère. Un grand froid, un lit vide. Alexis et ses problèmes avec Meredith. Les touchers constants de Rick et ses caresses. Des scènes de meurtre. « Mon esprit n’arrête pas de tourner » répondit-elle après un moment. Comment pourrait-elle expliquer à quel point ça vrombissait dans sa tête?

« Est ce qu'il s'agit de ton père ? » demanda Rick doucement, la main sur son genou se pressa doucement. « Il a appelé tout a l'heure, non? »

« Pour notre dimanche de papotage, oui » répondit Kate.

« Est-ce que ça va? »

Est-ce que ça allait? Son père lui avait semblé lointain, et solitaire, non pas qu'il ait toujours été très joyeux. Ajouté à ça, l'appel qu'il lui avait fait plus tôt dans la semaine, qui l'avait inquiétée. Il n'avait pas eu des choses importantes à dire ce soir, quand il avait appelé et qu'elle avait dû quitter Rick et Alexis du salon, en plein films des Land Before Time.

Il la laissait poser des questions, lui soutirant des informations à son propos avec tellement de facilité. Il y avait rien qui allait mal, il allait demain avec Alan à la pêche, et puis il avait du travail pour le reste de la semaine. Mais il y avait quelque chose dans sa voix. Elle n'arrivait tout simplement pas à comprendre de quoi il s'agissait. Il allait mieux depuis si longtemps, et avec tout ce qui arrivait, elle était inquiète.

Elle regarda Rick et le vit la regardant fixement avec inquiétude, sa chaleur corporelle rayonnait en elle alors qu'il frottait des cercles mous sur sa rotule, sa main bousculant ses bras, elle n'avait toujours pas décroisés de ses genoux.

Elle prit une grande respiration, tout à coup obligé de lui raconter une partie de son passé. Il savait qu'elle ferait la même chose pour lui. « Mes parents se sont mariés il y a près de trente ans ... Où ça les aurait fait, le mois prochain. »

« Oh, Kate » soupira Rick.

« Et, c'est tout simplement ... Ce n'est pas comme un anniversaire ou l'anniversaire de … Tu sais. Mais, c'est juste un jour qui n'arrivera jamais. » Il retira sa main et elle fut momentanément confuse, jusqu'à ce qu'elle sente le bras de Rick l'envelopper et l'attirer vers lui - une force silencieuse sur laquelle elle pouvait s'appuyer. « Mais pour mon père, ça a toujours été quelque chose d'important. Il lui avait offert des fleurs et du chocolat, et ils étaient allés danser. »

« On dirait qu'il savait exactement comment gâter ta maman » murmura Rick.

Kate sourit tristement. « Oui. Elle a toujours eu ce sourire magnifique quand elle se réveillait et qu'il y avait des fleurs qui l’attendaient près de son lit. Je me sentais presque mal à la Fête des Mères, parce que je savais que je ne pouvais pas vraiment concurrencer avec mon père. »

« Je suis sûr que ta mère aimait les fleurs que tu lui offrais le jour de sa fête. »

« Oui » soupira Kate. « Mais ce n'était pas la même chose. Je ne le sais que, maintenant. » Sa mère avait toujours eu un sourire spécial pour Kate, un sourire qui aurait pu illuminer une pièce. Mais pour son père, elle avait un sourire qui illuminait le ciel.

« Es-tu inquiète à son sujet? » demanda doucement Rick quelques minutes plus tard, tirant Kate de ses souvenirs de lorsque ses parents valsaient autour de leur séjour sur du Frank Sinatra.

Kate hocha la tête et appuya sa tête contre l'épaule de Rick. « Il allait si bien cette année, mais leur anniversaire va arriver, et puis c'est à peine quelques mois juste avant son anniversaire, et puis l'anniversaire de..., et ... » son souffle se bloqua et elle glissa sa tête dans le cou de Rick. Elle ne pleurerait pas. Elle avait appris comment parler de sa mère sans pleurer. Elle le savait.

Le bras de Rick se resserra autour de son épaule et il se pencha pour lui faire un baiser sur son front. « Je suis désolé » murmura t-il.

Kate atteignit de sa main libre la main de Rick et enlaça leurs doigts ensemble. « Merci » répondit-elle. « Être ici est bon pour moi » ajouta t elle en toute honnêteté. C'était vrai. La distraction qu'Alexis et Rick lui donnait l'empêchait de se concentrer sur son père et l'été qui s'annonçait et le fait qu’après l'été arrivait l'automne. C'est seulement la nuit, quand Alexis et Rick dormaient, que les dures réalités revenaient. Elle n'avait cessé de se tourner et se retourner toute la nuit de samedi.

« Je suis content » lui dit-il, penchant la joue contre sa tête. « Nous avons aimé t’avoir ici. Alexis m'a supplié de te faire rester pendant tout l'été. »

Kate se mit à rire, puis poussa un soupir. « C'est tentant » répondit-elle. « Mais je dois travailler. La plupart d'entre nous n’appelle pas l'insomnie de la "réflexion ", comme tu sembles le faire. »

« C'est dommage. Mais si tu as une autre occasion, tu devrais revenir passer un autre week-end ici. »

« Ce serait bien » murmurait-elle, la tête de plus en plus lourde et le corps s'affaissant lui. Le reflux des vagues, le calme et la chaleur du bras de Rick enroulé autour de son épaule avaient finalement réussi à l'endormir d'épuisement.

« J'ai l'impression que je suis en train de t'endormir » riait il .

Kate secoua la tête contre sa joue. Elle ne voulait pas se bouger. « Je n'ai pas sommeil. »

« Oh, allez. Alexis le dit a chaque fois. En fait, je pense que tu le tiens d'elle. »

« C'est pas vrai » mentit-elle. Elle s'endormait lentement sur son épaule, mais elle n'avait pas envie de bouger tout de suite. Elle était tellement à l'aise, et dans son état comateux, entre le sommeil et la réalité, elle n'était pas capable d'admettre qu'elle aimait avoir le bras de Rick autour de ses épaules, et ses doigts entrelacés avec les siens.

« D'accord. Cinq minutes de plus » murmura t-il.

« oKay' répondit-elle, se blottissant sur lui un peu plus. Elle allait sans doute regretter le lendemain matin, quand il lui sourirait sachant ce qu'il s'était passé puis saisirait toutes les occasions qu'il pouvait pour la toucher. Mais, là encore, allait-elle vraiment regretter ça?

Ils allaient le savoir très bientôt. Rick lui fit un autre baiser sur son front et son bras et la serra un peu plus. Ils prenaient beaucoup plus de libertés comme de lui tenir la main en public, s’asseoir ensemble sous le clair de lune au milieu de la nuit. Et ça ne la dérangeait pas; elle aimait ça. Mais les limites étaient floues, et elle était au courant qu'ils n'allaient pas sauter le pas. Ça gâcherait tout.

Elle ne voulait pas y renoncer, mais elle ne savait pas comment ça allait marcher si ils prenaient se chemin la.

« Hey. Je peux te sentir penser ici » murmura t-il.

« Tais-toi » murmurait-elle à son tour.

« Alors ne pense pas si fort » dit il en riant. « Tu veux en parler? »

« Pas maintenant » répondit-elle tranquillement. Somnolant et comatant sur son épaule ce n'était pas le moment de parler de leur relation.

« Ça va aller » dit-il quelques minutes plus tard.

Elle ne savait pas s'il parlait de son papa, ou de leur relation, ou le fait qu Alexis était complètement attaché à Kate depuis leur partie de chasse aux crabes, et il semblait hésiter à parler du fait que Kate devait repartir en ville le lendemain.

Elle espérait qu'il avait raison, à propos de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance)

Revenir en haut Aller en bas
 

Of Finding Innocence by FanficwriterGHC traduction by Maia Calista (Temperance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [Traduction : Bande]Les Elfes Sylvains (de Mordheimer)
» Traduction
» traduction de SDA
» Liens improbables [PV : Calista Manticore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Overworld :: Flood :: » Créations :: » Fanfictions-

(c) Overworld RPG | Reproduction Interdite !